24/11/2009

Les Pilatus PC-12 équipent les Smokejumper !

 

 

Pilatus-PC-12-NG-28.jpg

 

 

Les prestigieux «Smokejumper» viennent de recevoir les premiers exemplaires des Pilatus PC-12 !  L ‘US Bureau of Land Management (BLM) avait choisi le PC-12 pour sa polyvalence.

La lutte contre les incendies de forêt :

Si le PC-12 ne servira pas directement comme avion de lutte incendie (bombardier d’eau), sa polyvalence lui permet d’assurer l’ensemble des missions d’appuis telles que : la surveillance incendie, poste aérien tactique, transport de marchandises largables en vol et bien sûr le largage des pompiers parachutistes (Smokejumper) directement sur zone.

Le BLM a choisi les PC-12 parce qu'il est le seul appareil qui remplit toutes les exigences particulières pour ce genre de travail.  Avec sa porte cargo, capable d’être ouverte en vol après dépressurisation, celui-ci est capable de pressuriser à nouveau et reprendre rapidement de l’altitude et d’éviter ainsi les colonnes de fumées.

Le BLM à la charge de la gestion et la conservation des ressources sur 256 millions d’hectares de surface aux Etats-Unis.

295.jpg

 

 

Les Smokejumper :

Les Smokejumper sont des pompier parachutés dans des zones de forêt difficiles d’accès. Ils représentent souvent le premier rempart contre le feu en agissant directement au contact de celui-ci en établissant des barrages coupe feu ! Ils dirigent également depuis le sol de travail de largage (eau et produit retardant)  des avions de lutte incendie. Ils sont également les premiers à contrôler que les braises sont suffisamment éteintes afin que l’incendie ne puisse reprendre de plus belle. Ils emportent une tenue rembourrée afin d’être préparé à la possibilité d’atterrir sur un arbre. Mobile et équipé de pioches, tronçonneuses et haches, ils déplacent rapidement et peuvent rester plusieurs jours au contact d’un incendie.

mcm103.jpg

mcm8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : 1 & 2 PC-12 @ Pilatus Aircraft - Paul Bowen. 3 Smokejumper en Alaska. @ US BLM.

 

23/11/2009

Boeing : B747-800 & B787 en finale !

 

 

image-6.php.jpeg

 

 

Le Boeing 747-800F a sorti son nez du hangar. Le premier exemplaire du nouveau Jumbo Jet a effectué son roll-out le 12 novembre dans les installations de l’avionneur américain à Everett, lançant ainsi le début de son programme d’essais en vol. Et quelques jours plus tard, le revoici avec sa peinture, soit le nouveau schéma de Boeing!

Cette partie de la campagne de certification va donc pouvoir commencé. Le vol inaugural est prévu au premier trimestre de 2010.

Ce B747-800 «Freighter» est destiné à intégrer la flotte de la compagnie luxembourgeoise Cargolux, qui a commandé treize exemplaires de l’appareil. Il devrait lui être remis au quatrième trimestre 2010.

Au total, Boeing a enregistré 105 commandes pour le B747-800F de la part de huit compagnies.

image-5.php.jpeg

 

 

Mais ou en est-on avec le B787 ?

Boeing vient de faire un nouveau pas (enfin!) vers le vol inaugural du B787. L’avionneur américain a révélé le 12 novembre qu’il avait terminé de renforcer la section du premier «Dreamliner» où les ailes sont jointes à son fuselage. Trente-quatre endroits ont été ainsi modifiés.

Le travail de renforcement se poursuit sur les autres appareils du programme de tests. Il devrait se terminer dans les prochains jours pour le deuxième B787 destiné aux essais en vol et pour la cellule dédiée aux tests statiques. Celle-ci justement est en cours de ré-aménagement avec des jauges de contrainte et l'instrumentation nécessaires pour les essais. Les portes d'accès, les systèmes, les joints et les fixations retirées de l'avion n ° 2 pour assurer l'accès sont en cours de restauration en vue de la poursuite des essais dans l'avion. Le premier B 787 n° 1 est également restauré.

Boeing va éprouver les modifications sur cette dernière et relancer le processus de préparation au vol inaugural, notamment en réinstallant l’instrumentation de tests, les portes d’accès et certains systèmes. Celui-ci est prévu pour la fin du mois de décembre.

Boeing avait annoncé au mois de juin dernier, quelques jours avant la date du vol inaugural du Dreamliner, qu’il avait détecté des faiblesses structurelles à la jonction des ailes et du fuselage non-conformes aux exigences de la FAA pour qu’elle accorde sa certification. Le programme cumule actuellement deux ans et demi de retard.

Salon aéronautique de Dubaï :

Boeing annonce la commande de 7 B737-800 par Air Algérie, ainsi que 4 B737-800 pour Tassili Air Lines.

image-2.php.jpeg

 

 

Photos : 1 B747-800F fraîchement peint ! 2 B787 destiné au essais statiques. 3 Le B787 n°1 réaménager. @ Boeing press.

 

22/11/2009

KLM : premier vol au biokérosène avec passagers

 

 

57149_1253368629.jpg

 

 

Lundi 23 novembre, la compagnie KLM va inaugurer le premier vol avec passagers en utilisant comme carburant du biokérosène !

Si plusieurs compagnies ont déjà testé de tel vol sans passagers, la compagnie KLM est la première à avoir reçu de la part d’un organisme d’inspection des transports une telle autorisation.

L’avion utilisé sera un Boeing 747 de la compagnie néerlandaise. Le nombre de passagers sera cependant limité. Le mélange utilisé (biocarburant et kérosène fossile) est à base de plante de Cameline. Une matière dont la culture à un faible impact sur l’environnement, car ne nécessitant que peu d’eau, peu d’engrais et capable de s’adapter à de multiple terrain pour sa culture.

Cette utilisation pourrait permettre de réduire à terme près de 80% des émissions de CO2 émise par un avion de ligne classique.

Lien sur les sujets déjà publiés :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/10/21/la-situati...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/04/03/premier-vo...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/03/25/bio-kérosène-l-aventure-continue.html

 

Photo : Un B747 de KLM (ici en version cargo). @ Fabricio Jimenez.

 

21/11/2009

Premier vol pour l’A380 d’Air France

 

 

15547_1241929443321_1081875551_755082_1303263_n.jpg

 

 

Vendredi le premier Airbus A380 d’Air France a effectué son vol inaugural avec 538 passagers entre Paris et New York. Particularité de ce vol, le copilote est une femme !

Première traversée :

L’Airbus A380 d’Air France  a décollé vendredi à 11h45 de l’aéroport de Roissy avec 538 passagers à son bord et a atterrit à l’aéroport de New York Kennedy à 13h07 (18H07 GMT) locales. Aux commandes du vol AF380 se trouvaient le commandant de bord Benoît Laurent et une copilote, Patricia Haffner, la première femme à avoir réussi le concours de l'Ecole nationale de l'aviation civile (ENAC) en 1974. Maman de deux enfants, elle est aussi la première femme commandant de bord sur Boeing 777 et depuis la première habilitée sur l'A380.

Sièges aux enchères :

Durant ce vol, le service et la sécurité étaient assurées par vingt-deux hôtesses et stewards. Première oblige, pour ce  vol, les passagers ont eu droit à quelques privilèges, comme un trio de jazz et les tours de magie de deux prestidigitateurs.

Parmi les passagers, près de 380 avaient payé un billet aux enchères, autour de 1.000 euros pour un siège en classe économique, dont le bénéfice est destiné à des oeuvres de charité à destination des enfants. Cette somme sera donnée à des projets humanitaires soutenus par la fondation Air France comme l'Association Art et Développements en France (ateliers de peinture de rue), l'association François-Xavier Bagnoud en Afrique du Sud (programme extra-scolaire pour les orphelins du Sida) ou l'Association Plan France en Inde (amélioration des conditions de vie des enfants travailleurs).

Le résultat net des enchères a atteint «plus de 300.000 euros», a annoncé le directeur général d'Air France, Pierre-Henri Gourgeon.

800875525.jpg

 

 

L’exploitation des A380 AF :

L’A380 d’Air France sera opéré quotidiennement sur la route Paris-New York, avec une capacité de 538 passagers dont 80 sièges en classe affaires et 9 en première classe. Les sièges de la classe économique se répartissent comme suit : 106 sièges sur le pont supérieur et 343 au pont inférieur.

Avec l’arrivée des prochains modèles de l’A380, Air France opérera ensuite à destination de Dubaï (le 18 janvier ) et Johannesbourg en Afrique du Sud (février). Tokyo sera la quatrième destination du SuperJumbo d’ici le mois d’avril.

Pour la compagnie française l’A380 est un très gros investissement, au prix catalogue unitaire de 327 millions de dollars, il représente une dépense importante en cette période difficile. Le groupe AF a publié vendredi une lourde perte de 573 millions d’euros sur le premier semestre de son exercice 2009/10.

 

15547_1241929523323_1081875551_755084_2841649_n.jpg

 

 

Photos : 1 & 3 Décollage vendredi de Paris de l’A380AF @ Paul Marais-Hayer. 2 Intérieur classe affaires de l’A380 AF. @ Air France

 

20/11/2009

EAU : Que le meilleur gagne !

 

 

 

1363983.jpg

 

 

Salon aéronautique de Dubaï : Dans le cadre du remplacement des Mirage 2000-9 des Emirats Arabe Unis, ceux-ci viennent d’annoncer un grand concours qui opposera les trois prétendant : Le F-22 Raptor, le Rafale et l’Eurofighter !

Les Emiratis fins négociateurs :

Si pour certain, à l’évidence le contrat semblait être quasiment réglé, il n’en est rien ! Les Emiratis s’avèrent être de fins négociateurs et ceci se confirme avec cette invitation faite aux trois constructeurs que sont:  Lockheed pour le F-22, Dassault et le Rafale ainsi que EADS et l’Eurofighter à concourir les uns contre les autres sur la base aérienne d’Al Dhafra. Les résultats de cette affrontement à trois, dans le cadre de l’ATLC (Advanced Tactical Leadership Course) seront déterminant dans le choix final.

Chaque constructeur mettra en oeuvre 6 appareils en service dans des Forces aériennes (Armée de l’air pour la France, Britannique pour l’Eurofighter et US Air Force pour le F-22).

 

nellis2008_120.jpg

 

 

La surprise américaine :

Si le Rafale et l’Eurofighter ne sont pas une surprise, l’arrivée inopinée dans la course du F-22 Raptor américain a de quoi surprendre ! En effet, ce dernier appareil n'avait pas été autorisé par le Pentagone à être exposé au dernier salon du Bourget, mais à Dubaï, il a multiplié les exhibitions. Sans être présent au sol (l'appareil de présentation venait d'Al Dhafra), il a remporté un vif succès de curiosité, notamment grâce aux manoeuvres saisissantes de virtuosité permises par ses tuyères à poussée vectorielle. Jusqu’à présent le F-22 n’avait pas été autorisé à l’exportation par le Congrès. Hors, il s’avère que la nouvelle administration US à besoin d’argent et celui-ci, non seulement, semble être ouvert à l’exportation pour les EAU mais également à Israël. Dans le cas présent, il semble à l’évidence que les Américains ont mené des négociations en sous-main avec  les EAU !

 

abflug_rafale.parsys.84029.3.photo.Photogallery.gif.jpeg

 

 

Les exigences des EAU :

Les EAU désirent se doter d’une soixantaine d’avions de combat de dernière génération pour un montant qui avoisine les 7 milliards d’euros ! A fin de répondre à une utilisation optimale en milieu chaud, l’avion doit avoir un moteur d’une poussée d’au moins 9 tonnes et permettre une bonne accélération, étant donné l’exiguïté du territoire. Abou-Dhabi désire  une large gamme de missiles, courte portée (avec viseur de casque) et longue portée de la génération Meteor (MBDA) ou FRAAM (Lockheed-Martin). Le Radar doit être de la génération AESA.

abflug_eurofighter.parsys.6708.1.photo.Photogallery.gif.jpeg

 

 

Photos : 1 Mirage 2000-9 EAU @ Aldo Bidini. 2 F-22 Raptor @ Peter Steehouwer. 3 Rafale, 4 Eurofighter @ Armasuisse.