04/02/2010

Boeing modernisera les AWACS français

 

 

 

5.jpg

 

 

SEATTLE, The Boeing Company  a annoncé qu'elle a obtenu un contrat de 324 millions dollars pour la modernisation de quatre E-3F AWACS de l’armée de l’Air française.

La modernisation des avions de détection lointaine et de contrôle (AWACS) comprend une mise à niveau à mi-vie (Mid-Life Upgrade) et correspond au standard de la version américaine AWACS Block 40/45.

Les améliorations comprennent un nouvel affichage des données couplé à une nouvelle interface homme/machine permettant de réduire la charge de travail, un système cartographique de nouvelles générations. L’adjonction d’un nouvel IFF en mode S.

Une augmentation du nombre de consoles de mission à bord de chaque avion, qui passera de 10 à 14. De nouveaux processeurs permettront une meilleure analyse des données des divers senseurs  et l’analyse des fréquences électroniques. La modernisation du réseau Link16. Par ailleurs, il est prévu de modernisé les systèmes de communications radios.

De nouveaux logiciels permettront d’augmenter la vitesse de travail, mais également faciliteront les mises à jour régulières de l’ensemble informatique.

L’ensemble de cette architecture permettra également d’augmenter la fiabilité et l’efficacité de l’ensemble et de réduire les coûts du cycle de vie. La modernisation commencera en 2012 et s’achèvera en 2015.

Rappel historique :

La mise au point des premiers « AWACS » remonte à la Seconde Guerre mondiale avec le projet « Cadillac », mais devant le peu d’intérêt de l’époque, il faudra attendre les années 50 pour voir se concrétiser le projet, avec l’ EC-131 Warning Star dérivé du Super Constellation. Développé avant la mise au point des radars à effet Doppler ces avions étaient efficaces pour la détection à longue distance, mais avaient des performances faibles pour la détection vers le bas. Il fallut attendre 1964 et le Grumman E-2 Hawkeye de l’US Navy pour arriver au standard actuel des AWACS.

image.php.jpeg

 

 

Photos : 1 E-3 OTAN immatriculé au Luxembourg @ Piotr Zdunek 2 E-3F de l’ armée de l’Air.@ Boeing

 

03/02/2010

Bonne disponibilité opérationnelle des Eurofighter italiens

 

 

lowres_iaf eft over grosseto .jpg

 

 

L’Italian Air Force a commencé l'année avec un record en disponibilité opérationnelle avec ses Eurofighter Typhoon.

La base de  Grosseto de la 4e Escadre aérienne de la Force aérienne italienne a pris un départ lancé en janvier de cette année en établissant un nouveau record. Les escadrons ont  réalisé 200 sorties et a amassé 260 heures de vol en janvier, dont 130 ont été accomplis au cours de la dernière semaine.

Les deux escadrons du 4e Stormo de Grosseto ont obtenu pu bénéficier  d’une grande  disponibilité opérationnelle de leurs Typhoon et ceci  jusqu'à un niveau très élevé. Cela a été en grande partie attribuable à l'intégration effective de la 904e GEA, Gruppo Efficienza Aeromobili, l'unité qui a la responsabilité de maintenir les cycles opérationnelles au niveau supérieur, avec les escadrons de vol.

Le Stormo 4e est constitué par le 9e Escadron et de l'Escadron 20, qui est l'unité de conversion opérationnelle pour tous les pilotes de l’Italian Air Force sur Eurofighter.

La 4e Escadre aérienne a été la première unité de la Force aérienne italienne à recevoir le Typhoon en 2004. Le 21 juin 2009, l'escadre aérienne a obtenu la certification de l'OTAN à accomplir en dehors des missions hors zone en soutien de la paix au sein de la Force de réaction de l'OTAN et a atteint en octobre, les 10.000 heures de vol.

Photos : les Eurofighter des 4e et 20e Escadron italiens. @ EADS

 

01/02/2010

A320 & B737 : remotorisation en vue!

 

 

45873_1260064270.jpg

 

 

Les deux principaux constructeurs n’envisagent pas encore de remplacer leur gamme de courts moyens courrier mono-couloir, mais prévoie une modernisation avec de nouvelles motorisations.

Le best-seller B737 :

Le B737 c’est un peu le «best-seller» de la gamme Boeing, avec trois générations de l’avion, on imagine que le constructeur de Seattle prépare un successeur à cette famille d’avion !  Oui, mais pas tout de suite ! On sait que Boeing prépare l’avenir et qu’un nouveau modèle est déjà sur les planches à dessins, celui-ci tirera d’ailleurs les enseignements du B787 «Dreamliner». Mais pour l’instant et ceci, jusqu’en 2015, Boeing se concentre sur les améliorations aérodynamiques du B737. La demande en avions plus économiques et éco-responsable pousse Boeing vers une remotorisation. D’ailleurs les cadences de production sont maintenues à 31,5 appareils par mois.

Et du côté d’Airbus :

En comparaison de Boeing, la famille A320 d’Airbus est en soi plus récente et, il n’est encore venu le temps de la remplacer. Là encore, les récentes améliorations comme les «winglets» permettent une très bonne diminution de la consommation de kérosène. Tout comme Boeing le constructeur européen compte donc sur la nouvelle génération de moteurs pour permettre de faire évoluer sa gamme.

La nouvelle concurrence :

Plusieurs facteurs poussent les deux constructeurs à ses changements, le besoin des compagnies aériennes à réduire la consommation de carburant, la difficulté en cette période de vache maigre de se lancer dans le développement d’un nouvel appareil et ceci, avant même que les projets, comme le B787 et A350 ne puissent être définitivement terminé.

Mais l’élément perturbateur vient de la nouvelle concurrence, que sont les C919 chinois, CSéries de Bombardier et peut-être même le projet du Brésilien Embraer 195X ! On comprend dès lors, le besoin pour Airbus & Boeing de maintenir leur position face à cette concurrence qui se précise de mois en mois !

1674203717.jpg

 

 

Nouvelle gamme de moteurs :

Les efforts des motoristes sont là, le groupe CFM international (Snecma & General Electric) présente sont Leap-X qui préfigurent une nouvelle famille de moteur notamment retenue par le chinois COMAC pour le C919. Le moteur LEAP-X dispose d’un moulage par transfert de résine (RTM 3-DW), une  technologie qui réduit considérablement le poids du moteur tout en offrant une plus grande durabilité et permet des températures extrêmement élevées dans une  turbine haute pression en aluminiures de titane (Ti-aluminide), un alliage léger qui a été élaborée au cours des 20 dernières années, sera également intégré dans le moteur.

Chez Pratt&Whitney on a développé la Technique du geared tubofan (GTF), doté d’un réducteur de vitesse entre le fan et le compresseur basse pression, il permet à chacune de ces parties de tourner à sa vitesse optimale et améliore donc les performances du réacteur dans tous les domaines (consommation, émissions et bruit).


Cette technologie qui s’inscrit dans sa démarche écologique et particulièrement au réducteur de vitesse « capable d’absorber des niveaux de puissance plus élevés que ceux atteints sur d’autres concepts de moteurs ». Le PW1000G a de plus déjà été choisi par Mitsubishi pour son MRJ et par Bombardier pour son CSeries, ce dernier étant susceptible de faire de l’ombre à l’A318.

 

content-53_1_medium.jpg

 

 

Nouveaux moteurs, nouvelle intégration :

Une remotorisation des A320 et des B737 sera très bénéfique pour la gamme, mais il faudra avant tout résoudre deux difficultés. La première est d’ordre technique, avec l’intégration de l’ensemble propulsif sous la voilure, car les turbofans de nouvelles générations disposent d’une soufflante plus importante, ce qui pourrait poser un problème de garde au sol. La seconde est d’ordre financier, selon un récent calcul, une remotorisation équivaudrait entre 20% et 30% du prix de l’appareil.

Ceci étant le gain sur l’utilisation d’un appareil plus économique devrait l’emporter auprès des compagnies aériennes !

 

 

76415_1241106514.jpg

 

 

Photos : 1 A320 TACA. @ Fabricio Jimenez. 2 Pratt&Whitney GTF @ Pratt&Whitney. 3 Moteur CFM56 qui équipe les A320&B737. @ CFM Int. 4 B737 Copa @ Fabricio Jimenez.

 

31/01/2010

Premier vol du Kawasaki XC-2

 

 

cx001st6.jpg

 

 

Le prototype de l’avion de transport militaire Kawasaki XC-2 a fait son premier vol la semaine dernière depuis la base de Kakamigahara. Ce nouvel avion de transport doit remplacer les anciens C-1 et autres Lockheed C-130 de L’Air Japan Self-Defense Force (JASDF).

La Genèse du C-2 :

Kawasaki Heavy Industries a commencé à travailler sur le projet en 2001 pour offrir un appareil de remplacement pour la flotte de la JASDF de Kawasaki C-1 et Lockheed C-130, et ayant également, des capacités comme  nouvel avion de patrouille maritime.

En 2001, la Japan Defense Agency a décidé l'achat d'un nouvel avion de transport. Les premières études ayant montrés que les  C-17 Globemaster III et l'Airbus A400M ne répondaient pas au cahier des charges, il fût décidé de lancer un nouvel appareil de conception nationale.

Kawasaki Heavy Industries a été choisi pour développer l'avion à partir de l’ancien C-1. Après plusieurs problèmes techniques découverts en 2007 (déformation de l’empennage vertical et des rivets mal conçus, fissure du train d’atterrissage) le projet a faillit capoter. Une rallonge de 10 milliards de yens au programme permis de relancer celui-ci.

Premier vol :

C’est donc avec un certain soulagement, que le Japon assista mardi passé, au premier vol de son Kawasaki C-2, qui dura 60 minutes. L’ensemble des équipements a correctement fonctionné. Le premier exemplaire du Kawasaki C-2 pourrait même être livré juste avant la fin de l’année 2010.

Le Kawasaki C-2 :

L'appareil est conçu pour répondre aux exigences du ministère de la Défense, notamment, en terme de charge utile de 40 tonnes métriques. Le C-2 doit pouvoir décoller sur une piste de 2'300m et voler sur 8’000km. L’avion pourra également être utilisé sur des itinéraires d’avions civils, ce que les anciens C-130 ne peuvent faire.

Le C-2 dispose d’un nouveau système de gestion de vol tactique qui aide le pilote à voler à basse altitude. L'avion sera également équipé d'une charge automatique permettant le largage en vol. Un système de ravitaillement en vol et la vision nocturne sont également intégrées.

6a00d83451b88369e200e54f29e6e18834-800wi.gif

 

 

Photos : 1 & 2 Le C-2 @ Kawasaki  - Atshushi Tsubota.

 

29/01/2010

Premier vol du Sukhoi T-50

 

 

show_image_615.php.jpeg

 

 

Je vous l’annonçais il y a quelques jours déjà, le renouveau de la chasse russe le prototype Sukhoi T-50 (PAK FA) a effectué son premier vol ce matin ! La ressemblance avec F-22 est significative, comme l’étaient les MIG-29 et SU-27 avec les F-14 et autres F-15 de l’époque.

Omnirôle et furtif :

Comme prévu, le prototype de démonstration T-50 représente l’archétype de l’avion multirôle ayant des capacités furtives, soit un appareil de cinquième génération, capable d’emporter des charges militaires en interne. Surnommé le « raptorski» en référence à sa proche ressemblance avec son homologue américain le F-22 Raptor.

Le vol d'essai s'est déroulé à Komsomolsk-sur-Amour, dans l'extrême-orient russe et il a duré 47 minutes.

En développement depuis les années 90 (voir lien), il devrait entrer en service dans l'aviation russe à partir de 2015. Il doit remplacer les Mig-29 et Su-27.  L'Inde est également partenaire de ce  programme. Cet appareil devrait d’ailleurs à l’avenir former l’épine dorsale de l’Indian Air Force (IAF). Le coût du développement du T-50 partagé entre les deux pays, devrait  être de 6 à 7 milliards d’euros. Le coût d’un appareil devrait dépasser les 70 millions d’euros.

Les caractéristiques de l'avion sont incertaines. On parle d'un poids de 26 tonnes et 37 à pleine charges.

En comparaison des Sukhoi Su-30 actuels, la signature radar devrait se situer à 0,5 mètres carré par rapport aux 20 mètres carrés de celui-ci !

 

IMG_9631.jpg

 

 

Il disposera, comme le F-22 Raptor, d’une capacité  « supercruise », de la prochaine génération missiles air-air, air-surface et air-mer, nouvelle capacité  de senseur  infrarouge et d’une intelligence artificielle. Ses capteurs visuels seront combinés par voie électronique et alimenteront les pilotes dans un format facile à lire et à comprendre.

Le TU-50 est doté  pour ses vols des deux  premiers moteurs Saturn 117S (environ 14,5 tonnes de poussée chacun). Le 117S est une version avancée de l’AL-31F, mais construit avec l’expérience acquise sur l’AL-41F. On suppose que la version définitive utilisera un nouveau moteur de 17,5 tonnes de poussée (x2) développé par NPO Saturn.

 

sukhoi-t-50-pak-fa.jpg

 

 

lien avia news  sur le T-50 :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/01/10/le-prototy...

lien vidéo :

http://www.youtube.com/watch?v=vIc6iVVJelg

Photo : 1 & 2 Le premier vol du T-50 @ Sukhoi. 3 planche comparative T-50/F-22.