18/02/2010

AW-109 pour la marine du Bangladesh

 

 

AW755web.jpg

 

 

 

Finmeccanica  vient d’annoncer  l'octroi d'un contrat par la marine du Bangladesh pour deux hélicoptères AW109. Les hélicoptères seront utilisés pour un large éventail de missions navales, y compris de recherche et de sauvetage, zone de protection économique, surveillance de surface et de la sécurité maritime.

Une première pour ce pays:

Bien que terriblement pauvre, le Bangladesh se lance progressivement vers une modernisation de ses Forces armées. Les deux AgustaWestland AW-109 seront susceptibles d’être exploité à partir de la frégate BNS Bangabandhu. Il s’agit là du premier achat de matériel aérien européen, jusqu’ici ce pays avait pour principal fournisseur la Russie et la Chine.

Ces deux appareils seront livrés durant le courant de l’année prochaine et seront équipés de deux turbines Pratt & Whitney PW206C et comprendront  un système entièrement séparé de carburant, un double système d'assistance hydraulique, le système dual électriques redondants et de lubrification et de refroidissement pour la transmission principale et des moteurs.

Le contrat comprend également un module de formation complet, y compris VFR / IFR de conversion pour le personnel navigant, la formation initiale maritime opérationnel selon l'AW109 Power Level-D en simulateur de vol et une  formation pour les techniciens d'entretien.

Photo : AW-109 en version navale. @AgustaWestland.

 

17/02/2010

Deux PC-21 supplémentaires pour la Suisse

 

 

 

1463367986.JPG.jpeg

 

 

Pour ceux qui lisent régulièrement ce «Blog», il n’y a pas de surprise, en effet, je vous l’annonçais en fin d’année dernière, les Forces aériennes recevront 2 exemplaires supplémentaires de l’avion d’entraînement Pilatus PC-21. Le programme d’armement 2010 est «light» mais deux éléments  concernent  l’aviation,  soit le PC-21 et l’hélicoptère EC135/635.

De 6 à 8 PC-21 :

Deux PC-21 viendront compléter les 6 machines déjà en services, ainsi que la logistique et les éléments d’instruction nécessaire à la formation des pilotes de chasse. Le nombre actuel de 6 PC-21 demande de sévères restrictions, l’ajout de deux machines permettra une meilleure planification des vols d’une part et offrira la possibilité d’accroître le nombre d’élèves par année.

Le PC-21 un avion sans équivalence :

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet.  En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde  d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes tels que F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter pour ne citer que ceux-là. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène.

2048410156.JPG.jpeg

 

 

Instrumentation très complète :

Pour permettre un tel degré de formation des pilotes des OCU (Operationnal Conversion Unit), le PC-21 dispose de nombreux équipements pour le vol de nuit, la simulation d’armement ainsi qu’une avionique dotée d’un HUD (FVD-4000), de l’UPFC (Up Panel Front Control) du système HOTAS (en français : Mains sur Manettes et Manche) le tout relié à trois grands écrans multifonctions de dernières générations. Soit deux écrans MLCD (Matrix Liquid Crytal Displays), le troisième, le PFD (Primary Flight Displays) pour la navigation tactique. Deux autres écrans plus petits affichent les paramètres moteurs ainsi que les données de vol. L’ensemble permet l’utilisation de lunette de vision nocturne de type NVIS classe B. Le cœur du système dispose d’un processeur de nouvelle génération PIV G4 offrant une puissance de calcul de 500 MHz, le tout câblé pour des mises à jour régulières. Un GPS et une centrale de navigation laser complètent le tout.

Le MPS permet de préparer la mission au sol et de la télécharger par module directement dans le cockpit du PC-21. Le système est également compatible avec le simulateur et permet de refaire la mission en simulation ou inversement du simulateur vers l’avion. La carte mémoire servant lors du débriefing retrace fidèlement chacun des paramètres du vol. De plus, l’avionique étant totalement modulable, elle offre la possibilité de simuler progressivement  toute sorte d’environnements hostiles.

Le total des ventes actuelles :

Suisse : 6 + 2

Singapour : 25

Emirats Arabe Unis : 25

934726480.jpg

 

 

Logistique pour les EC635 :

Le second volet qui nous intéresse concerne l’équipement connexe des hélicoptères EC-135/635. Les acquisitions concernent :

Les pièces de rechange : groupes d’assemblage comme des transmissions, des équipements pour l’avionique, des servomoteurs et des pales de rotors de rechange.

Du matériel au sol : équipements et outillages pour la préparation et l’entretien des appareils. Equipements de contrôle et de test pour la maintenance.

L’EC-635 :

Equipé de deux turbines PW 206B2 au bénéfice d'un régulateur de puissance (FADEC) de dernières générations, les visites moteurs de 50 et 100 heures ont été supprimées et la charge de travail des visites de 400 et 800 heures, s'en trouve allégée. Aujourd'hui, la première inspection sur un EC-635/135 est requise à 400 heures de vol, un fait unique dans sa catégorie. Question cellule, Eurocopter a fait appel à 95 % de matériaux composite qui allient légèreté et solidité tout en réduisant les contrôles. Son rotor principal non articulé silencieux ne nécessite aucune maintenance. De plus, l'EC-635/135 est la machine la moins gourmande en kérosène et la moins bruyante de sa catégorie avec un bruit inférieur de 7db aux normes OACI actuelles.

Photos : 1 PC-21 à Sion. 2 Cockpit PC-21 @ Pascal Kümmerling 3 EC-635 à Alpnach @ Milan Rohrer.

 

16/02/2010

Nouvelle «First class» sur les B777 de British

 

 

1328097.jpg

 

 

La compagnie aérienne British Airways vient de mettre en ligne sa nouvelle «First Class» sur un B777 reliant Londres Heathrow à Chicago. La compagnie aérienne dévoile ses améliorations pour sa  première classe à un moment où d'autres transporteurs se résolvent à une réduction drastique du nombre des sièges de première classe dans leur  avion et en se concentrant sur l'augmentation du trafic en classe économique.

L’inspiration d’Aston Martin Design :

Le nouveau design de première classe est inspiré par les marques classiques d’automobile britannique de luxe Aston Martin. Le siège est transformable en lit horizontal plus large à 60%au niveau des épaules, doté d’un matelas plus moelleux et d’une literie en coton égyptien. De plus le réglage pour la tête et les lombaires se fait de manière plus précise.

Les repas peuvent être servis sur un plateau latéral ou sur une table dressée pour permettre un partage à deux .

L’environnement cabine est à dominante bleu crème et permet de recréer une lumière naturelle qui atténue le stress du décalage horaire, des stores électroniques permettent de s’isoler. 

British-Airways-First-Class-2-600x400.jpg

 

 

L’investissement en «First» :

Les chiffres de l'Association internationale du transport aérien (IATA) le mois dernier ont montrés que la demande pour les entreprises et les sièges de première classe restent faibles. Alors que la demande a montré une légère amélioration en novembre, le nombre de passagers volant en sièges prime était encore de 20% inférieur au début de 2008.

Il s’agit là, comme pour beaucoup de compagnie, d’un choix stratégique, dans le but d’attirer à moyen terme à nouveau une clientèle exigeante, qui avait, avec la crise délaisser  ce type de produit.  Garantir, des passagers en «First», est un atout primordial pour les compagnies aériennes en terme d’image et de financement.

British-Airways-First-Class-6-600x400.jpg


 

Photos : 1 B777 British.@ Josh May   2 & 3 la nouvelle First class British@ British Airways

 

15/02/2010

Tir réussi avec le B747 ABL

 

 

abl_AC_unstow_NO_F16_375x300.jpg

 

 

Edwards Air Force Base, Californie, le B747 ABL (Airborne Laser) a réussi à engager et détruire une cible en vol la semaine passée. Il s’agissait de vérifier la possibilité de détruire un missile balistique à l’aide d’une arme à énergie dirigée.

Laser anti-missile :

Ce test réussi est un tournant dans le développement des armes laser aéroportées dans le cadre de la lutte anti-missile. Ce puissant laser mobile est monté à l’avant d’un B747-400F. Initialement ce type de projet avait débuté dans les années quatre-vingts avec le prototype d’un laser moins puissant monté sur un KC-135A qui avait déjà permis de vérifier la faisabilité d’un tel engagement. Durant les années 90 les essais ont continué sur un B747-200 d’occasion racheté à Air India. Au début de 2002, le système a été monté à bord d’un B747-400F spécialement modifié par Boeing.

Pour principe de système intégré au bouclier de défense américain est susceptible de pouvoir, d’ici 2013 engagé et détruire des missiles balistiques tactiques  intercontinentaux à une distance de 600km.

Le laser principal est situé dans une tourelle sur le nez de l’avion et doit tirer dans les 3 à 5 secondes,  après le lancement du missile. Ce système ne peut cependant pas intercepter sa cible en phase terminale de descente, mais bien à distance du point de lancement de celui-ci. En cas de déploiement, cela signifie qu’un engagement futur d’un tel appareil ne se fera pas depuis le territoire américain, mais depuis l’Europe par exemple.

Un avenir incertain :

Bien que finalement ce projet soit pour l’instant sauvé financièrement par l’administration Obama, les coûts exorbitants d’un tel système et les difficultés d’engagements, face à des menaces que sont les vecteurs lanceurs mobiles, pèseront lourds à l’avenir dans le choix ou non d’un développement de ce système !

 

 

Airbornelaserturret.jpg

 

 

Photos : 1 B747-400F ABL 2 la tourelle laser avant. @ Boeing

 

17:24 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : laser aéroporté, b747 abl, défense |  Facebook | |

14/02/2010

Seconde série de Sukhoi Su-30 pour le Vietnam

 

 

 

1612329.jpg

 

 

La Russie va fournir au Vietnam 12 avions de chasse Su-30MK2 supplémentaires, ainsi que des équipements pour des avions militaires pour un total d'environ 1 milliard de dollars.

Le Vietnam fidèle client de la Russie :

La livraison aura lieu en 2011-2012 et comprendra également des pièces de rechange pour les avions acquis précédemment par Hanoï. En effet, depuis très longtemps ce pays est un client fidèle en armement d’origine soviétique notamment durant le conflit avec les Etats-Unis. Puis et suite à la chute du Mur de Berlin, Hanoï a continué à faire ses courses du côté de Moscou, même si la Chine est le second fournisseur. Dans les années nonante, le Vietnam avait fait l’acquisition de 12 chasseurs Su-27 qui furent complétés par 4 puis 8  Su-30MKK (similaire à la version livrée à la Chine par Moscou).

Le Vietnam disposera donc d’ici 2 ans de 36 chasseurs Su-27/30. Ce chiffre devrait continuer d’augmenter d’ici 2020, Hanoï ayant exprimé le besoin de 80 Su-30MkII en remplacement des vieux Mig-21.

Modernisation de la Force aérienne:

Les Forces aériennes vietnamiennes disposent à ce jours de 150 Mig-21 et 50 Su-22 vieillissants. Une soixantaine d’hélicoptères dont une trentaine de Mi-24 Hind épaulent  des Mi-2. En parallèle à l’achat des Su-27/30, le pays c’est doté de batteries de missiles DCA S-300 et prévoit un renouvellement du parc des radars particulièrement obsolètes.

mig21w10.jpg


 

Photos : 1 Su-30 Vietnamien. 2 Mig-21 Vietnamien. @ Bui Tuan Khiem