02/05/2010

F-5 traqueur de particules

 

 

hoehenluftfilter.parsys.91989.Image.direct.jpeg

 

 

Dans le cadre des nuages de cendres volcaniques, les Forces aériennes suisses ont utilisés plusieurs appareils pour enregistrer et mesurer l’impact des micros particules. Mais un avion des Forces aériennes joue un rôle particulier, le F-5 ! Retour sur une mission peu connue, mais primordiale.

A la recherche du nuage :

La paralysie du ciel européen, due à l’éruption du volcan Eyjafjallajökull, a mobilisé l’ensemble des acteurs aéronautiques et scientifiques pour en mesurer l’ampleur et pouvoir à l’avenir, établir un cahier des charges permettant de mieux concilier aviation et restriction, imposée par ce phénomène naturel. La traque aux particules a donc été menée à la fois par des civils, mais également grâce aux moyens militaires.

Les Forces aériennes suisses, en plus,  d’un PC-6 et d’un hélicoptère Super Puma ont engagé un F-5 Tiger II équipé des conteneurs à filtre EKUR. Ce dispositif développé par RUAG Aerospace à Emmen (LU) permet la collecte de particules fines, grâce à un ensemble de filtres à air dans le cadre des besoins de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et permet chaque année, de mesurer la radioactivité à haute altitude au-dessus de notre pays. Ces mesures ont été mises en place depuis la tragédie de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Chaque année, un F-5 sillonne le ciel helvétique à haute altitude tandis qu’un Super Puma sonde les altitudes inférieures.

Mais cette fois-ci ce n’était pas la radioactivité qui était recherchée, mais bien les micros particules dues au volcan islandais.

Pour mesurer les particules du nuage, le F-5 devait voler à une altitude constante de 11.000 pieds à une vitesse de Mach 0,8. Le pilote dispose pour ce faire d’un joystick  lui permet d’activer l’ouverture des filtres. Une fois de retour les filtre sont démontés et envoyer à l’Office de la Santé publique pour analyse par spectrométrie à rayon gamma.

L’utilisation du filtre EKUR en tant normal :

  • Surveillance de la radioactivité de l’air à haute altitude.
  • Les échantillons d’air sont collectés par des avions de l’armée à des altitudes comprises entre 10’000 et 15’000 mètres.
  • Les poussières déposées sur un filtre d’environ 50x50 cm sont analysées dans un laboratoire de l’OFSP.
  • Ces mesures servent à détecter un nuage radioactif provenant d’une explosion nucléaire  ou et c’est nouveau,  d’un nuage de cendres volcanique.
  • Ces mesures permettent de planifier des mesures de protections de la population avant que celle-ci puissent contaminer la nourriture et serviront dans le cadre du volcan de prendre des mesures pour l’aviation.
hoehenluftfilter.parsys.96377.Image.direct.jpeg

 

 

Photos : 1 F-5 Tiger II avec les deux conteneurs de filtres. 2 Gros plan sur le conteneur EKUR. @ Forces aériennes suisses.

 

01/05/2010

Joyeux Anniversaire Thaï Airways !

 

 

1659980.jpg

 

 

Aujourd’hui 1 mai, la compagnie Thaï Airways International fête ses 50 ans ! En effet, le 1 mai 1960 la Thaï inaugurait son premier vol commercial reliant  Bangkok à Hong Kong avec un Douglas DC-6B.

La genèse :

En août 1959, la Thaï Airways Company (TAC) avec l’aide de Scandinavian Airlines System  (SAS) décide de la création d’une compagnie aérienne internationale pour le pays. Le gouvernement possède alors 70% de part et 30% pour SAS. Après le premier vol   du 1 mai 1960, la compagnie crée 11 liaisons en Asie. En 1971 la compagnie lance son réseau intercontinental entre Bangkok, Sydney, via Singapour avec des B747-200. En 1977, SAS revend l’entier de ses parts au gouvernement Thaïlandais. en 1980, elle inaugure des vols en direction des Etats-Unis et du Moyen-Orient. En 1988 Thaï et TAC fusionne pour donner naissance à l’actuelle compagnie Thaï Airways.

Les années 90 dopent la compagnie :

En 1990, la Thaï incorpore une flotte à large fuselage et inclus les derniers appareils de type Boeing 747-400, le réseau de THAI s’est étoffé à 4 continents. En 1993, la compagnie lance son système «miles advantage» Royal Orchid Plus et permet un  éventail d'avantages et de privilèges en voyageant avec la compagnie et en 1997 ses prestations sont étendues au réseau Star Alliance.

Aujourd'hui, le réseau thaïlandais comprend plus de 70 destinations, tandis que le réseau Star Alliance comprend 1.077 destinations dans 175 pays, qui sont tous compatibles avec Royal Orchid Plus.

key-viz-ROP-L1.jpg

 

 

L’arrivée des «Low Cost» :

Thai Airways a dû faire face au début  des années 2000 à l’ouverture du ciel Thaïlandais à la concurrence des «Low Cost» comme Air Asia. Pour contrer ces nouveaux arrivants, la compagnie lance Nok Air, sa filiale low cost et choisi de développer son réseau en privilégiant les routes les plus profitables et en laissant ses routes secondaires à sa filiale.

Modernisation de la flotte :

Si la Thaï exploite une flotte particulièrement moderne en ce qui concerne ses réseaux internationaux A330-300, A340-600, B777-200 et B747-400,  il n’en va pas de même pour son réseau domestique avec une flotte vieillissante composée d’A300-600R et de B737-400. Cette année la Thaï a dévoilé son programme de modernisation en trois étapes d’ici 2024. 

La première, d’aujourd’hui à 2014, verra le retrait de vingt-cinq appareils vieillissants de la flotte : six Boeing 747-400, dix Airbus A300-600, quatre A340-500, trois B737-400 et deux ATR-72. 

Parallèlement, neuf appareils intégreront la flotte, trois A330-300 et six A380. Une nouvelle commande sera également passée pour quinze appareils. Thai Airways envisage d’acquérir sept appareils de trois cents places pour les affecter à ses routes régionales. Ils s’accompagneront de huit appareils intercontinentaux de 350 places qui seront placés sur les liaisons depuis Bangkok vers Copenhagen, Stockholm, Los Angeles et Oslo.

De 2015 à 2019, trente-deux appareils seront retirés et au moins trente-huit devraient venir pallier leur départ et développer le réseau. De 2020 à 2024, vingt appareils partiront et vingt-huit nouveaux intégreront la flotte.

Thaï n’a cependant fait aucune référence à de possibles Airbus A321 et B787«Dreamliner» acquis en leasing en janvier 2008. La compagnie avait en effet annoncé avoir approuvé la location de 14 Boeing B787-900, livrables entre 2012 et 2015,et de 20 mono-couloirs de 179 sièges, attendus entre 2012 et 2017.

1672299.jpg


 

Photos : 1 A330-200 2 B737-400 @ TEK

 

30/04/2010

Continuité dans la croissance du trafic aérien!

 

 

af_easy.jpg

 

 

Une nouvelle fois, les indicateurs montrent une croissance du volume du trafic passagers et du fret ! La reprise économique se fait plus nette que prévue. Mais attention le trafic aérien a connu une très sérieuse alerte en raison du nuage de cendres volcanique, le mois d’avril marquera donc un léger frein.

Selon les dernières analyses de l’IATA, le trafic aérien est toujours inférieur de 1% par rapport à son point haut du début 2008 et le secteur a perdu deux ans de croissance avec la dernière crise économique. Mais les signes d’accélération sont eux bien présent aujourd’hui, presque inimaginable il y a encore six mois.

Le trafic passagers a augmenté de 10,3% en mars par rapport à l'année précédente, après une hausse de 9% en février. Le fret aérien a quant à lui augmenté de 28,1%, contre 26,3%. Le secteur du fret enregistre ainsi un quatrième mois consécutif de croissance supérieure à 20% en rythme annuel. Pour le secteur passagers, c'est son troisième mois de hausse supérieure à 5%. Le rythme de croissance de la demande dépasse désormais celui des capacités. De ce fait, le coefficient d'occupation des avions, une mesure clé pour le secteur, a atteint 78% en mars pour les passagers et 57,1% pour le fret.

Des différences entre régions :

Une fois de plus, si les signes globaux sont bons, il faut par contre rester prudent sur les capacités des régions à rebondir, on constate en effet, encore une fois d’importantes différences :

Les transporteurs européens ont enregistré la plus faible hausse de la demande de passagers en mars, soit 6%, après les compagnies d'Amérique Latine et la plus faible hausse de la demande de fret, à 11,7%.

En revanche, la croissance de la demande de passagers a été la plus forte pour les transporteurs du Proche-Orient, de 25,9%. L'Amérique Latine a enregistré la plus forte hausse de la demande de fret, à 47,9%. A noter au passage que le séisme au Chili à fortement pénaliser celui-ci avec une hausse de 4,6% en mars, alors qu’il avait gagné 8,5% sur un an en février.

 

BRU009.jpg

 

 

Fragilité du secteur :

Si le secteur aérien commercial continue de pouvoir se développer, sa constante fragilité face à l’instabilité de l’économie et des caprices de la nature constitue une vraie difficulté pour celui-ci, déjà soumis à une  constante pression de la concurrence et des variations du prix du baril de pétrole. C'est à ce genre d'évènement que l’on prend la mesure de la place qu'à prise le transport aérien dans le monde  en quelques décennies.

 

 

BRU003.jpg

 

 

Photos : 1 A319 Easyjet & A340 Air France 2 A330 Jet Airways 3 A330 Brussels airlines @ pmh Paul Marais-Hayer

 

29/04/2010

94% de disponibilité pour les Eurofighter italiens

 

 

lowres_gld-108067.jpg

 

 

Les Italiens sont-ils les meilleures utilisateurs de l’Eurofighter ? La question semble cocasse, mais une fois encore les Typhoon de la 4e Escadre aérienne de Grosseto ont obtenu le meilleur taux de disponibilité opérationnelle dans un exercice de défense aérien.

Exercice Brilliant Ardent 2010:

L’exercice aérien Brilliant Ardent est organisé à tours de rôle par les pays membres de l’Otan et permet d’entraîner les unités des Forces aériennes sur un théâtre peu familier, au sein d’un environnement interallié. Plusieurs Forces aériennes ont du 12 au 22 avril participé à cet entraînement organisé cette année en Allemagne sur la base de Laage.

Excellente participation des Typhoon italiens :

La 4e Escadre de Grosseto  qui s’était déjà illustré dans la mise en ouvre de l’avion de combat européen a réitéré sa compétence avec et appareil. Invité par le Jagdgeschwader 73 «Steinhoff» qui vole également sur Eurofighter, les Italiens ont effectué un total de 68 sorties et 140 heures de vol, avec une disponibilité de 94%, ce qui représente le meilleur score d’une unité utilisatrice de l’Eurofighter et ceci malgré les contraintes d’espace aérien dû au nuage de cendres volcaniques.

Cette unité italienne s’était déjà illustrée avec ces Eurofighter en Sardaigne avec une disponibilité de 98,3% !

lowres_gld-108067 ardent.jpg

 

 

Lien sur le même sujet :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/02/03/bonne-disp...

 

Photos : 1 Eurofighter italien de la 4e Escadre. 2 Eurofighter allemand et italien. @ EADS

 

12:40 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : forces aériennes, eurofighter |  Facebook | |

28/04/2010

Premiers vols supersoniques au Biocarburant !

 

 

3bd6c_fa-18-hornet-biofuels-Green-hornet-photo.jpg

 

 

A quelques jours d’intervalle l’US Air Force et l’US Navy viennent de tester les premiers vols supersoniques alimentés en biocarburant ! Après les nombreux essais en cours aux Etats-Unis et en Europe avec des avions à réaction commerciaux, les avions militaires se mettent également au «vert» ! Réductions de CO2 et de décibels !

A-10 Thunderbolt II et F/A-18 E/F Super Hornet :

L’US Air Force a été la première à lancer une série de tests en vol avec un A-10 Thunderbolt II dont les moteurs sont alimentés à 50/50 par un mélange de kérosène JP-8 et cameline. Ce premier vol d’une durée de 90 minutes a eu lieu depuis la base d’Eglin en Floride. L’expérience ayant été très concluante, l’Air Force a déjà planifié plusieurs vols de ce type qui se dérouleront cette année encore.

De son côté, l’US Navy n’est pas en reste avec le programme «Green Hornet», et vient également de faire voler avec le même mélange un F/A-18F Super Hornet. L’avion a décollé  du centre d’essais de Patuxent River dans le Maryland pour un vol de 45 minutes. Ce vol fait partie d'une série de 17 tests de biocarburant qui seront mené par la Marine et  qui vise à certifier l'utilisation de carburants alternatifs dans les avions militaires. 

Nombreux tests préliminaires :

Avant les essais en vol, le motoriste General Electric a procédé à près de 500 heures sur les divers composants moteurs et une série de 20 heures d’essais avec les réacteurs du Super Hornet, le GE F414. Les essais ont par ailleurs, confirmé en plus du CO2, que combiné à d’autres  efforts «vert» qui comprennent l’adjonction d’une tuyère à chevrons, où chaque lobe dentelé pénètre dans ou hors du flux primaire et génère un flux secondaire,  permet de  réduire le bruit du moteur. Les tests ont montré une réduction de 3 décibels. 

Les motoristes américains travaillent  sur un large éventail de développement pour soutenir cette  «Green initiative», y compris le développement des technologies des composants qui pourraient réduire la consommation spécifique de carburant (SFC). Le but étant de permettre une économie pour l’US Navy de deux millions de gallons de pétrole par an. 

L’objectif des militaires américains :

L'USN a fixé un objectif de diminuer de moitié ses besoins énergétiques à partir de sources alternatives d'ici 2020. Appliquées aux aéronefs militaires d'aujourd'hui, l'initiative «Green Hornet» peut accroître la capacité en réduisant la dépendance sur les combustibles fossiles par des sources étrangères et de la volatilité baisse liée aux conduites de carburant et de transport.

L'objectif de l’USAF est de certifier l'ensemble de ses plans pour être en mesure d'utiliser le mélange 50/50 d'ici à 2012 et d'être en mesure d'obtenir suffisamment de carburant pour utiliser l'ensemble du système en 2016.

Production de la Cameline et autres biocarburants :

Cameline est une plante non comestible considéré comme une ressource durable car elle se développe dans des conditions où d'autres cultures vivrières ne le peuvent pas. 

Le processus de transformation de la plante en carburant  est basé sur la technologie d'hydrotraitement utilisé dans les raffineries pour produire des carburants de transport et permet un biocarburant qui peut être mélangé avec du carburant traditionnel sans nécessiter de changements à l'avion.

Honeywell a été chargé de produire jusqu'à à 190.000 gallons de carburant pour la Marine et de 400.000 gallons pour l'US Air Force de manière  durable avec des  matières premières non alimentaires, tels que les graisses animales, des algues et de la caméline. 

 

a-10-on-bio-fuel.jpg

 

 

Liens avec les articles liés aux vols avec biocarburant civil:

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/04/15/air-france...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/12/10/copenhague...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/10/21/la-situati...

 

Photos : 1 Premier vol du «Green Hornet» @USN, 2 Premier vol A-10 «Green» @ USAF