12/12/2010

Bombardier : commandes de Q400, Challenger 605 & Learjet 85 !

 

 

BA-SpiceJet-Q400.jpg

 

 

Bombardier Aéronautique a annoncé aujourd’hui que SpiceJet, de Gurgaon, en Inde, a passé une commande ferme de 15 biturbopropulseurs de ligne Q400 NextGen et pris des options sur 15 autres. Au prix courant de l’avion Q400 NextGen, la commande ferme est estimée à quelque 446 millions $ US et pourrait augmenter à environ 915 millions $ US si toutes les 15 options étaient converties en commandes fermes. SpiceJet dessert 22 destinations en Inde, au Népal et au Sri Lanka.

La gamme Q400 NextGen :


Optimisé pour les opérations court-courriers, le Q400 NextGen de 70 à 80 places est un grand biturbopropulseur rapide, silencieux et éco-énergétique. Il offre un équilibre parfait entre le confort des passagers et les caractéristiques économiques d'exploitation, avec une empreinte environnementale réduite. En comptant la commande de SpiceJet, Bombardier a enregistré des commandes fermes pour un total de 404 avions Q400 et Q400 NextGen et, au 31 octobre 2010, 322 d’entre eux avaient été livrés. Ces avions sont en service auprès de plus de 30 sociétés aériennes et ont enregistré plus de 2 millions d’heures de vol et 2 millions de cycles de décollage-atterrissage. Bombardier a récemment livré son 1 000e biturbopropulseur Dash 8/Série Q un avion de ligne Q400 NextGen. Cette livraison marquante a reconfirmé le programme des avions turbopropulsés Dash 8/Série Q comme étant l’un des programmes d’avions régionaux les plus fructueux de l’histoire.

Jet Air Flug exploitera cinq biréacteurs Learjet 85 et deux biréacteurs Challenger 605 :

Bombardier Aéronautique annonce, qu’elle avait reçu des commandes fermes de cinq biréacteurs intermédiaires Learjet 85 et de deux biréacteurs Challenger 605 d’entreprises multiples affiliées à un même groupe, pour une exploitation principale en Allemagne par Jet Air Flug, basée à Munich. Au prix courant 2010 de ces biréacteurs dotés d’un équipement standard, la valeur totale de la commande atteint quelque 155 millions $ US.

BA-Challenger_605_in_flight_2.jpg

 

 

Biréacteur Challenger 605 :

En service depuis janvier 2007, le biréacteur Challenger 605 est doté de la plus large cabine où l’on puisse tenir debout parmi tous les grands biréacteurs d’affaires sur le marché aujourd’hui. Il est équipé de la suite avionique Rockwell Collins Pro Line 21 et d’un système électronique de cabine entièrement nouveau. Il peut transporter à toute vitesse cinq passagers de Munich à Dar Es Salaam ou de Doubaï à Londres sans escale*, dans un confort supérieur. L’équipement en option du biréacteur Challenger 605 comprend maintenant le système de vision améliorée BEVS de Bombardier, qui procure aux pilotes une conscience situationnelle améliorée et la possibilité d’observer l’éclairage de piste et l’environnement au sol dans des conditions de pilotage difficiles, notamment par faible visibilité ou dans l’obscurité.

BA-Learjet_85.jpg

 

 

Le nouvel avion Learjet 85 redéfinit la catégorie des biréacteurs d’affaires intermédiaires :


Lancé le 30 octobre 2007, le nouvel avion Learjet 85 est le premier biréacteur d’affaires de Bombardier Aéronautique faits principalement de matériaux composites, et le premier avion d'affaires de l’industrie avec fuselage et voilure construits tous deux à partir de matériaux composites. Ce biréacteur cible une autonomie de 3 000 milles marins (5 556 km)**, capable de relier Munich à Lagos ou Doubaï à Rome sans escale*. Ce sera le biréacteur Learjet le plus grand, le plus rapide et à l'autonomie la plus grande jamais construit. La construction de l’usine Learjet 85 de Bombardier à Querétaro, au Mexique est terminée, l’agrandissement du site de Wichita est en cours et la production de pièces pour le nouvel avion a commencé.

Photos : 1 Q400 Spicejet 2 Challenger 605 3 learjet 85 @Bombardier Aerospace

 

 

10/12/2010

La Thaïlande commande Six Gripen supplémentaires !

 

 

423225174.JPG

 

 

La Thaïlande vient de passer commande de six Gripen C/D supplémentaire, cette commande s’additionne aux six premiers appareils déjà en commande.

La société de défense et de sécurité Saab a reçu commande de l’Administration suédoise du matériel de défense (FMV) pour un lot de six avions Gripen destinés à la Royal Thai Air Force. La commande se monte à environ à 315 millions de francs suisses (2,2 billions de Couronnes Suédoises (SEK).

Les six Gripen sont commandés dans la version monoplaces C et le projet doit s’étendre de 2010 à 2013. Ces avions font partie d’une transaction commerciale intergouvernementale dans laquelle la FMV, représentant du gouvernement suédois, vend un système de défense aérienne intégré basé sur des produits construits par Saab, dont les Gripen.

Par ailleurs, il est également prévu d’améliorer le système radar Erieye de Saab monté sur un Saab 340 déjà en service auprès de la RTAF.Cette commande suit celle de 2008 à l’époque la Thaïlande avait commandé six avions Gripen .

La Thaïlande a lancé le programme de remplacement de ses Northrop F-5 E/F Tiger II, soit 15 machines appartenernant AU Squadron 701 basé à Surat Thani (Sud de la Thaïlande).Pour mémoire la RTAF avait choisit dans les années nonante le Boeing F/A-18 Hornet, mais le contrat fût dénoncé par les Etats-Unis, faute de moyen financier de la part du pays du sourire. En effet, celui-ci avait proposé de payer la moitié des Hornet avec de la viande de poulet et des fruits !

 

Lien sur les articles concernant le Gripen en Thaïlande :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/08/20/la-thailande-recoit-son-premier-gripen-saab-340-aew.html

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/08/02/debut-de-formation-pour-les-pilotes-thais-sur-gripen.html

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/09/19/le-premier-gripen-thai-a-vole.html

 

Photo : Gripen Thai @SAAB Gripen

 

 

08:57 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gripen, rtaf, avion de combat, defense |  Facebook | |

09/12/2010

Livraison de F-15K Slam à la Coré du Sud !

1770294.jpg

DAEGU AIR BASE, République de Corée, Boeng vient de livrer les trois premiers F-15 K Slam Eagle  à la Force aérienne Coréenne.(ROKAF).  Au total, la Corée a commandé 21 appareils de ce type. Il s’agit de la seconde commande de cette version du F-15 choisie par la Corée. La Corée du sud dispose déjà de 40 appareils de type F-15 K Slam Eagle  depuis 2008.

 

Le F-15 K Slam Eagle :

 

Le F-15K est un dérivé de pointe du F-15E Strike Eagle éprouvé au combat. Principalement développé pour la République de Corée Air Force (ROKAF).   Il intègrent les dernières technologies militaires. Ses capacités multi-rôles lui permettent simultanément d’effectuer  des missions air-air et air-sol ainsi que des missions air-mer.


Le F-15K dispose du radar  les AN/APG-63 avancés (V) 1 le système de contre-mesures électroniques  de troisième génération  et doté d'un FLIR couplé à un IRST (Infrared Search and Track). Le pilote dispose du viseur  de casque JHMCS  de Boeing.

 

Le F-15K Slam Eagle peut emporter jusqu’à 12 500 kilos de bombes diverse dont la dernière génération du système guidé JDAM/MK-82. L’appareil emporte le missile de surface antinavire Harpoon Block II, le SLAM ER et le tout dernier AIM-9X.

 

En Corée du Sud :

 

Boeing  a collaboré avec l’entreprise Korea Aerospace Industries (KAI) pour la production de composants qui ont équipé les 40 premiers F-15K depuis 2005, Cette même année le premier F-15K de série avait été présenté en grande première lors du Salon aéronautique de Séoul en octobre.

 

1382051.jpg


Photos :

 

F-15K slam Eagle de la ROCAF @ Fred Willemsen

07:47 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : f-15k, rokaf, defense, boeing |  Facebook | |

08/12/2010

L’Inde va moderniser ses Mirage 2000

0829096.jpg

 

Thales  vient d’obtenir le contrat de modernisation des Mirage 2000H indiens pour un montant avoisinant les 2 milliards d’euros. Il s’agit de moderniser 51 appareils au standard -5.

Ce contrat de rénovation des cinquante et un Mirage 2000H de Dassault actuellement au service de l’armée de l’air indienne comprend également leur équipement en nouveaux missiles, soit les MICA-EM et MICA-IR. Il faudra compter avec le nouveau système de gestion EMTI couplé avec de nouvelles visualisations et du radar RDY. les nouvelles contre-mesures électronique seront du type  ICMS Mk III.
 
 

Paris espère également pouvoir placé quelques Mirage 2000-9 actuellement en service aux EAU et le cas échéant, Dassault Aviation participe avec son dernier-né, le Rafale, à l'appel d'offres de 10,2 milliards de dollars que l'Inde a lancé pour la fourniture de 126 avions de combat (dossier MMRCA). Il est opposé dans cette compétition au russe MiG, aux américains Boeing et Lockheed Martin, à l'européen EADS et au suédois Saab.

 

Le paradoxe franco-français :

 

Il parait clair que New Delhi se trouve en difficulté pour lancer des procédures d’acquisition à la fois pour des Mirage 2000 d’occasions et pour un nouvel appareil dans le cadre du MMRCA.  Et ceci, d’autant plus que l'Inde mène plusieurs achats d’avions de combat en même temps avec les SU-30, le MIG-29  pour la marine et sa participation avec le russe Sukhoi dans le développement du PAK-FA (T-50).

 

Ainsi, Dassault qui pourrait être mal placé pour vendre 126 Rafale en Inde, tente de convaincre l’Indian Air Force que l’achat des Mirage émiriens et qataris serait une alternative bon marché à l’achat d’appareils neufs. Les Indiens qui ont budgétisé 10,5 milliards de dollars pour acquérir 126 avions de combat modernes s’en tireraient à bon compte avec une flotte toujours plus homogène et surtout très performante face à ses menaces. On l’aura donc comprit, Thales et Dassault se retrouvent en concurrence sur le marché indien, l’un voulant moderniser les 2000 l’autre ayant pour intérêt de ventre le Rafale  ou tenté la vente des 2000-9 d’occasions.

 

Or, il est vraisemblable qu’en modernisant sa flotte actuelle de 2000, l’Inde n’achètera pas de nouveaux Mirage 2000 ne serait-ce que de seconde mains !!
 
Rappel sur les Mirage 2000 indiens :
 
L'Inde a commandé 46 Mirage 2000EH et 13 Mirage 2000TH biplaces en octobre 1982 afin de disposer de chasseurs de supériorité aérienne capables de prendre la relève de ses MiG-21. Le premier Mirage 2000 indien a pris l'air en septembre 1984.

 

Photo : Mirage 2000TH @ Ken Sekhon

 

 

07/12/2010

Incident sur l’A380 de Quantas : rapport d’enquête préliminaire :

Brisbane.JPG

L’Australien Transport Safety Bureau (ATSB), le bureau responsable d’enquêter sur les accidents et incidents de transport, vient de publier les résultats préliminaires de l’enquête sur l’incident survenu sur un A380 de la compagnie Quantas, en voici les grandes lignes :

La cause :

L’hypothèse d’un défaut de fabrication des Trent 900  comme cause de l’accident de Qantas se confirme. Dans son rapport préliminaire sur l’accident survenu le 4 novembre lors du vol QF32, le bureau australien de la sûreté du transport aérien a identifié un problème critique de sécurité lié au processus de production des moteurs de l’A380 par Rolls-Royce.

L’enquête a en effet révélé le mauvais alignement d’un chambrage dans le circuit, qui apporte l’huile vers les roulements des arbres des turbines haute pression et à pression intermédiaire des Trent 900. Le tout ayant
provoqué un frottement d'un composant mal placé contre la paroi d'un tuyau. Ce défaut peut provoquer un risque accru d’apparition de fissures de fatigue, de fuite d’huile puis de feu d’huile et explique, la panne moteur.

vh-oqa-fig1.jpg

Réactions :

Le Bureau a émis une directive enjoignant Rolls Royce de "s'occuper de ce problème de sécurité" de manière urgente et à "prendre les actions nécessaires pour assurer la sécurité des vols des avions équipés des moteurs Rolls-Royce Trent 900". Qantas a indiqué qu'elle allait immédiatement examiner à nouveau ses moteurs, mais souligné qu'il s'agissait de mesures de précaution et qu'il n'y avait pas de "risque immédiat pour la sécurité des vols". "Qantas ne peut pas encore savoir, actuellement, si ces inspections auront un impact sur ses vols internationaux, mais des solutions de remplacement seront mises en oeuvre, si nécessaire", a indiqué la compagnie.

La compagnie australienne a indiqué également, que seize des Trent 900 de sa flotte d’Airbus A380 devaient être modifiés pour répondre aux nouveaux standards ou remplacés. Cinq ont déjà été changés. Dès le 2 décembre, Qantas a également inspecté les circuits d’huile des moteurs du premier A380 à être retourné en service,  les inspections sont en cours sur le second.

vh-oqa-fig7.jpg

Rappel des faits :

La compagnie aérienne australienne avait immobilisé la totalité de sa flotte d'A380 à la suite de l’avarie en vol, l'explosion d'un moteur, le 4 novembre. Le pilote avait dû atterrir en urgence à l'aéroport de Singapour. Il n'y avait pas eu de blessé.

Immatriculé VH-OQA, l’appareil impliqué dans l’accident et le premier A380 à avoir été livré à Qantas et a  été sérieusement endommagé et reste immobilisé, à Singapour, pour les besoins de l’enquête. L’ATSB a rappelé que l’accident était survenu durant la phase ascensionnelle du vol QF32 devant relier Singapour à Sydney. . L’A380 se trouvait à une altitude de 7 250 pieds, au-dessus de l’île de Batam (Indonésie), lorsque l’équipage a entendu deux bruits sourds quasiment simultanés.

L’explosion non contenue du moteur 2 a été provoquée par l'éjection des parties du disque de la turbine à pression intermédiaire. Certains de ces morceaux ont endommagé le bord d’attaque, le longeron avant et les surfaces supérieure et inférieure de l’aile gauche, occasionnant une fuite de carburant au niveau du réservoir du moteur 2 et du réservoir interne de l’aile gauche.

Des débris ont également touché le carénage de raccordement aile-fuselage, occasionnant des dégâts dans le système de câblage électrique.

Ceux-ci ont affecté le fonctionnement des systèmes hydrauliques, du train d’atterrissage, des surfaces mobiles et du système carburant –empêchant l’équipage de transférer et de larguer le carburant nécessaire avant son atterrissage d’urgence à Changi.

L’équipage n’a également pas pu percuter les bouteilles des extincteurs des moteurs 2 (en vol) et 1 (au sol, faute de pouvoir l’éteindre après l’atterrissage).
vh-oqa-fig5.jpg
Bientôt un retour à la normale :

Depuis Qantas a remis en service une partie de sa flotte d'A380, après avoir changé les moteurs de ces appareils. Elle devrait annoncer la reprise des opérations de davantage d’appareils (trois sont encore immobilisés) avant Noël. De plus, deux A380 neufs doivent intégrer la flotte d’ici la fin de l’année, ainsi que deux autres début 2011.

 

Motorisation de l’A380 :

Deux motoristes ont été sélectionnés par Airbus pour équiper l’A380, Rolls-Royce avec le Trent 900 (dérivé Trent 800)  et L’IAE (consortium regroupant General Electric & Pratt&Whitney) GP7000 (dérivé du GE90 & PW4000), ce dernier équipe 55% des A380 commandés à ce jour.

vh-oqa-fig14.jpg

 

Photos : 1 A380 Quantas @Qantas airlines  2 Photos des dommages sur réacteur et carlingue.@ ATSB