10/04/2012

Exercice Lion Effort 2012 !

 

7026039651_4a41cd893b_b.jpg


 

L’exercice Effort Lion 2012 a été organisé par les Forces armées suédoises du 27 mars au 5 avril dernier, il regroupait les pays utilisateurs d’avion de combat Gripen, soit la République tchèque, les hongrois et sud-africains, suédois et les thaïlandais officiant comme observateurs cette année. L’objectif étant un exercice tactique destinée à améliorer l'interopérabilité entre les pays utilisateurs du chasseur suédois Gripen. L’exercice «Lion Effort» démontre et doit permettre aux opérateurs du Gripen de différentes nations de coopérer, s’entraîner et partager les expériences de chacun et d’améliorer celles-ci.

Au total se sont quelque 30 chasseurs Gripen en version «Charlie & Delta»  et environ 300 personnes ont participé à l'exercice organisé en Suède sur les installations de l’Escadre F17 à Ronneby. Outre les Gripen, un Saab 340 AEW «Erieye» et un C-130 ravitailleurs de l'Armée de l'Air suédoise furent également impliqué dans l'exercice, ainsi que quatre L-159S de la Force aérienne tchèque. L’ensemble des vols eurent lieu dans l'espace aérien sur la mer Baltique sur une zone opérationnelle 70 par 200 miles nautiques.

 

lion-effort-2012-badge_pics221-22153.jpg

 

 

Les opérations Lion Effort :

Cet exercice fut ponctué de plusieurs variantes de combat aérien, d’attaques au sol et opérations de reconnaissance effectuées à la fois par un seul pays et en formant  des opérations aériennes composites, dans lesquelles les pilotes des escadrons de Gripen différents coopèrent ensemble. Chaque de vol étant ensuite évaluée.

Le début de la phase de familiarisation de l’exercice impliquait deux jours de vol intense qui fournirent  une occasion pour les participants à l'exercice de se familiariser avec la région et à préparer l’ensemble des exercices dévolu à l’exercice. La familiarisation est une phase essentielle de l'exercice, permettant aux participants de s’habituer à piloter à partir de l'aérodrome de Ronneby et de s’adapter à la situation autour de la zone d'exercice. Il fournit également une introduction aux procédures d'exploitation qui seront utilisés dans la portion principale «Livex» de Lion Effort et de veiller à ce que les communications sont en place et fonctionne correctement.

 

fc9243.jpg

 

 

Loin d'être simplement des vols "touristiques" autour de sud de la Suède, ces "balades de familiarisation" inclure des éléments d'exercices tactiques. Les tâches comprenaient l'identification visuels (VID) soit : 1 vs 1 et 2 vs 2 avec engagements, l'appui aérien rapproché (CAS). Les Gripen tchèques eurent également l’opportunité de s’entrainer aux ravitaillement (AAR), une première pour ce pays.

Le dernier est un gros morceau de  l’exercice qui s’est déroulé de la mer Baltique à l'île de Gotland à vu s’affronter l’ensemble des appareils des pays utilisateurs face à un ennemi représenté par l’escadre F21 de Luleå Norrbottens dans le nord de la Suède qui devait les plastrons et gêner au maximums le déroulement des opérations.

Une première  pour la SAAF :

La South African Air Force (SAAF) à participé pour la première à l’exercice. Les quatre derniers Gripen qui ont été remis à la SAAF sont  d’ailleurs resté en Suède pour permettre à celle-ci de participer avec ses propres appareils.

«C'est une occasion de formation magnifique pour nous», a déclaré le colonel Pierre Venter, de la SAAF commandant du contingent», «Venir ici a été très positif»!.

Le contingent sud-africain comptait 40 membres (y compris les pilotes de chasse du 2e Escadron), ainsi que trois représentants techniques et un pilote d'essai de Saab, qui se trouvent en Suède dans le cadre du paquet en cours pour le  support technique.

7028687379_154bc86369_b.jpg

 

Les autres participants :

La République tchèque a envoyé trois avions Gripen  (deux «Charlie» et un «Delta») en provenance  de l’Escadron  211 de la Base de Cáslav ainsi que trois L-159. La République tchèques à par ailleurs passé le cap des 10 000 heures de vol sur Gripen.

La Hongrie a envoyé cinq avions de l’Escadron 59 de Kecskemét. Les Gripen hongrois sont arrivé à Ronneby et ont fait une halte à Vidsel dans le nord de la Suède, d'où ils ont mené une campagne de tir avec des AIM-9 Sidewinder.

La Thaïlande ayant transité très récemment sur l’avion, elle n’était pas présente en tant que participant direct mais en tant qu’observateur. L’enseignement sera cependant rapporté pour enrichir les connaissance de la Royal Thai Air Force.

En ce qui concernait la Suède, elle était représentée par 15 Gripen provenant de l’Escadron F17 de Ronneby et l'Unité d'évaluation tactique et opérationnel (TUJAS) à Malmen. L’Escadron F21 ainsi qu’un SAAB 340 AEW«Erieye» et un C-130 ravitailleurs.

Le prochain exercice «Lion Effort» pourrait avoir lieu d’ic 4 ans.

7026534023_26636c0b1e_b.jpg

 

 

Photos : 1 Participants 2 Badge 3 Gripen «Charlie» tchèques 4 Charlie & Delta sud-africains 5 Delta suédois & Charlie hongrois @ Saab/Fligvapnet

 

09/04/2012

Assemblage final du premier A350 !

 

 

a350xwb.jpg

 

 

L’assemblage final du premier A350 XWB a maintenant débuté sur la toute nouvelle chaîne d’assemblage final de Toulouse. C’est une étape importante pour le programme du nouvel appareil d’Airbus qui doit à terme venir concurrencer le B787 de Boeing.

Cette étape dans l’avancement de l’A350 XWB est marquée par le début du jonctionnement de la partie centrale du fuselage (19,7 m de long) avec la partie avant du fuselage (21 m de long).

Cette première cellule d’A350 XWB sera utilisée pour les essais structuraux statiques que tous les nouveaux avions doivent effectuer dans le cadre de leur processus de certification. L’assemblage du MSN1, premier A350 XWB destiné aux essais en vol, débutera au cours de l’été.

La partie centrale du fuselage, provenant d’Airbus à Saint-Nazaire, a été acheminée à Toulouse en Beluga le mercredi 4 avril 2012. La partie avant du fuselage avait auparavant été livrée de Saint-Nazaire à la chaîne d’assemblage final A350 XWB le 23 décembre 2011. La livraison et l’installation de la partie arrière du fuselage provenant de Hambourg (Allemagne), auront lieu au cours des semaines à venir, suivies de la livraison de la voilure, acheminée depuis le site Airbus à Broughton (Royaume-Uni).

 

A350_XWB_FAL_Start_4.jpg

 

 

Le fuselage de l’A350 XWB est constitué de trois tronçons principaux (avant, central et arrière). Le jonctionnement de ces tronçons s’effectuera sur le poste 50, premier poste d’assemblage principal. Le train avant est également assemblé sur ce poste. A la suite de cette étape, le fuselage est transféré au poste 40, pour le jonctionnement de la voilure et de l’empennage. Parallèlement, l’installation de la cabine ainsi que la mise sous tension des systèmes avion seront effectuées en même temps que le jonctionnement voilure/fuselage. De cette façon, les essais fonctionnels peuvent débuter plus tôt que pour les programmes précédents.

L’A350 XWB :

L’A350 XWB est la toute nouvelle famille de gros-porteurs de moyenne capacité d’Airbus. Ces appareils très efficients présentent les toutes dernières innovations en termes d’aérodynamique, de conception et de technologies avancées, pour atteindre une réduction de la consommation de carburant et des coûts d’exploitation allant jusqu’à 25 pour cent par rapport aux avions actuels de la même catégorie. Plus de 70% de l’A350 XWB est réalisé à partir de matériaux avancés combinant des composites (53%), du titane et des alliages d’aluminium de nouvelle génération. Le fuselage plus léger, entièrement nouveau et innovant en CFRP (matériaux composites à base de fibre de carbone) entraîne une consommation de carburant inférieure et facilite la maintenance. L’A350 XWB tire profit de la grande expertise d’Airbus en matière d’introduction de matériaux composites dans la structure de ses appareils.

La famille A350 XWB se compose de trois versions passagers qui affichent de véritables capacités de long-courriers et une autonomie de quelque 15 580 km/8 500 nm. Dans une configuration tri-classe standard, l’A350-800 offrira 270 sièges, l’A350-900 et l’A350-1000 pouvant accueillir 314 et 350 passagers respectivement.

 

A350_XWB_FAL_Start_1.jpg

 

 

Photos : 1 Image de synthèse du futur A350 XWB 2 le nez de l’avion 3 Tronçon avant @ Airbus Industrie/ P. Pigeyre

 

22:16 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : airbus, a350 xwb |  Facebook | |

07/04/2012

Livraison du 4’500e F-16 !

 

f16-4500-680.jpg


Lockheed Martin célèbre la livraison du  4’500e F-16 Fighting Falcon. L’appareil en question est destiné à la Force aérienne du Maroc, une cérémonie pour fêter ce nouveau reccord a été organisée chez le constructeur.

 

 

Le 4500e F-16 «Charlie» soit un aéronef au standard Block 52 va rejoindre prochainement la Force aérienne du Maroc. Ce pays a sélectionné la configuration Block 52 du F-16C/D avec  le moteur Pratt & Whitney F100-PW-229 et dotés d’écrans avec affichage couleur. En mode air-sol, les avions disposeront de la nacelle de désignation Sniper, ils emporteront les bombes guidées GBU-24 et  GBU-31/38 JDAM, des missiles Maverick dans leurs version AGM-65D/G/H ainsi que le missile antiradar AGM-88B/C Harm. En version reconnaissance  l’avion emportera la nacelle longue portée DB-110 de Goodrich tout comme la Grèce et de la Pologne. en m ode air-air l’avion sera doté des AIM-9X avec viseur de casque en combinaison avec l’AIM-120C AMRAAM.

2012_F16_4500_13999_1269967624_9924.jpg

 

 

Rappel :

Le General Dynamics F-16 «Fighting Falcon» est un avion de combat multirôle développé initialement par General Dynamics, aujourd’hui propriété de Lockheed-Martin, pendant les années 1970. Commandé par plus de 20 pays différents, construit sous licence en Turquie, en Coréée du Sud et par un groupe de quatre pays de l'OTAN le F-16 est en 2009 l'avion de chasse le plus utilisé dans le monde. 

«Alpha & Bravo» :

La construction en série commença mi-1975. Par rapport au prototype YF-16, le futur F-16A était plus long de 30 centimètres pour augmenter la capacité en carburant, son nez était redessiné pour permettre d'accueillir un radar Westinghouse APG-66, et sa surface alaire était augmentée de presque 2 m². D'autres modifications mineures avaient été apportées, et une version biplace F-16B était prévue. Le premier F-16A fit son vol inaugural le 7 décembre 1976, suivi par le F-16B le 8 août 1977

Les livraisons à l'US Air Force commencèrent début 1979 alors que celle-ci avait commandé 783 F-16A et F-16B supplémentaires, destinés à la chasse-bombardement.  La production en Europe avait débuté début 1978. Le millième F-16 fut livré le 8 juillet 1983.

Quatre lots de production principaux ont été réalisés (block 1 et 5, block 10, block 15 et block 20). Les F-16A/B européens ont subi un programme de remise à niveau (Mid-Life Update) pendant la seconde moitié des années 1990.

«Charlie & Delta» :

La version F-16C fut lancée en 1981 afin d'apporter à la fois des capacités tous-temps et la possibilité de tirer hors de portée visuelle (Beyond Visible Range). Pour cela, le radar APG-66 est remplacé par un radar multimodes bien plus performant AN/APG-68(V). D'autres améliorations furent apportées comme un détecteur d'alerte radar et des lances-leurres.

Le premier F-16C fit son vol inaugural le 15 juin 1984 et sa mise en service commença en 1986. Quatre lots de production ont été réalisés (block 25, block 30/32, block 40/42, block 50/52). Tous les F-16C/D ont été construits aux USA.

Premier  engagement :

Les premières opérations de combat du F-16 eurent lieu lors de l'opération quand Israël bombarda le site de la centrale nucléaire irakienne d'Osirak le 7 juin 1981 avec huit de ces appareils et six F-15. 

F-16 «Viper» :

Le F-16 est encore en développement avec peut-être son ultime version le «Viper». Le modèle «Viper» est en fait une modernisation destinée aux utilisateurs du F-16. L’appareil est cette-fois doté d’un nouveau radar avec antenne à balayage électronique (AESA) couplé à un nouvel ordinateur de mission et une architecture dotée de la fusion de données. Cette modernisation doit permettre de mieux préparer et interagir avec les appareils de 5e génération ou de génération 4++.

 

sncf16bershava.jpg


 

Photos : 1 & 2 Cérémonie 4500e appareil @ Lockheed-Martin 4 F-16 «Delta» Heyl Ha'Avir @ Pascal Kümmerling

 

06/04/2012

Global 5000 Vision pour Arab Wings !

 

 

Global_5000_in_flight_3-LR-HR[1].jpg


 

Bombardier Aéronautique a annoncé qu’Arab Wings d’Amman, en Jordanie, est le premier exploitant d’avions au Moyen-Orient à prendre livraison d’un biréacteur Global 5000 doté du poste de pilotage Vision. Le nouvel appareil Global 5000 s’ajoute à la flotte de biréacteurs d’affaires d’Arab Wings, qui comprend également des appareils Challenger 604 et Challenger 605.

BA-Vision_Flight_Deck-HR.jpg

 

 

Le Poste de pilotage Vision :

Véritable percée dans l’aviation d’affaires, le poste de pilotage Vision est conçu pour offrir une expérience de pilotage entièrement nouvelle. En combinant ce qu’il y a de mieux en fait de nouveautés technologiques de pointe à un design supérieur, il offre aux pilotes un niveau sans précédent de contrôle et de confort. Le poste de pilotage Vision est doté de la toute nouvelle suite avionique Rockwell Collins Pro Line FusionMD, qui intègre ses systèmes pour en permettre l’inter-fonctionnalité. La suite Pro Line Fusion du poste de pilotage Vision pour les biréacteurs Global comprend quatre écrans à cristaux liquides à matrice active haute résolution à diagonale de 15 pouces disposés en T et fonctionnant de concert avec les systèmes de guidage tête haute (HGSmd), des formats d’affichage personnalisés de l’information, une liste de contrôle électronique, des cartes avec imagerie de plans de vol, un panneau de control intégré avec curseur, un système de vision évoluée synthétique, fonctionnement sans papier activé par affichage graphique double, le système de navigation aérienne du (FANS), un système de communications contrôleur-pilote à transmission de données (CPDLC), un système de renforcement à couverture étendue (WAAS), la performance d’alignement de piste à guidage vertical (LPV) et le système de détection météo MultiScanTM.

BA-Vision-HUD_Innsbruck-HR.jpg

 

 

Le Biréacteur Global 5000 :

Le biréacteur super-grand Global 5000 combine une vitesse transatlantique supérieure à la cabine la plus grande de son segment de marché. Il est doté d’une connectivité Internet haute vitesse, d’options de divertissement de pointe inégalées et d’un système d’affichage de vol tête haute, avec l’un des plus grands champs de vision de tous les avions d’affaires. Avec une autonomie de 5 200 milles marins (9 630 km), cet avion peut assurer des liaisons telles que Dubaï-Perth, Londres-Los Angeles, São Paulo-Paris, Hong Kong-Wellington et New York-Honolulu à la vitesse Mach 0,85 (904 km/h; 561 mi/h) sans escale avec huit passagers et trois membres d’équipage à son bord.

A propos d’Arab Wings :

Fondée en 1975, Arab Wings est la des plus ancienne société d’affrètement d’avions d’affaires privés en Jordanie et au Moyen-Orient. En plus de ses services d’affrètement, Arab Wings fournit des services de manutention au sol, de gestion d’avions et d’évacuation médicale. Arab Wings appartient à International Wings Group, une société de portefeuille du secteur de l’aviation établie en 2009.

Les installations de maintenance d’Arab Wings à Amman consistent en un établissement de maintenance en ligne d’avions immobilisés au sol pour les appareils Challenger 604 et Challenger 605.

BA-Global-6000-Arab-Wings-HR.jpg

 

 

Photos : 1 Global 5000 2 & 3 cockpit avec système vision 4 Cérémonie de livraison Arab wings  @ Bombardier Aerospace


 

05/04/2012

Sortie du premier F-35 hollandais !

 

 AN-1%20Roll%20Out%2004.jpg

 

 

FORT WORTH, Texas  Le premier F-35 Lightning II destiné aux  les Pays-Bas est sorti des chaînes  d’installations de l’usine de Lockheed-martin au début de cette semaine.

 

C'est la dernière étape dans le long processus de production menant ensuite aux essais techniques sur la base d'Eglin AFB, en Floride cet été.

 

Les Pays-Bas vont utiliser ce premier appareil pour les tests de formation et opérationnelles pour les pilotes et la maintenance. Dénommé AN-1 en Hollande, l’avion fera l'objet de contrôles du système de carburant avant d'être transporté en vue des essais en vol dans les prochaines semaines.

Les Pays-Bas se sont engagé à acquérir 85 F-35A, cependant le programme est momentanément gelé, le temps de clarifier les coûts qui selon les dernières  informations pourraient atteindre la somme extravagante de  1.510 millia

rds de dollars. C’est ce que devrait coûter le Joint Strike Fighter au contribuable américain selon les dernières estimations du Pentagone.

 

L’autre problème concerne les retombées industrielles, en effet, Les règles établies pour ce programme JSF visent à éviter les dysfonctionnements rencontrés dans plusieurs programmes européens, dont Eurofighter. Mais elles sont alors complètement déséquilibrées en faveur des États-Unis. Les retours très limités pour ces pays d’un programme américano-centré, à la fois au niveau du produit JSF F-35

Citons le Rapport UEO sur "Le programme européen d’acquisition de technologie (ETAP)", présenté au nom de la Commission technique et aérospatiale, par M. Edward O’Hara,

Coopérer avec les États-Unis, c’est bénéficier d’avancées technologiques et industrielles significatives et pouvoir accéder au marché américain de la défense de l’intérieur, de préférence sous le pilotage d’un grand partenaire local, tel que Boeing, Lockheed Martin ou Northrop Grumman. La réalité est malheureusement beaucoup plus nuancée. Du côté européen, ce qui est frappant dans ce programme c’est le haut niveau d’investissement consenti par deux des principaux pays signataires de l’ETAP, le Royaume-Uni et l’Italie : 3 milliards d’euros (depuis 2001 et jusqu’à la livraison des premiers avions). Cet effort sera éventuellement réévalué selon l’évolution du programme et de son coût total. Ce qui est sûr, c’est qu’avec un tel engagement, les deux pays sont liés pour plus d’une décennie à un projet américain qui n’est pas bénéfique, en termes industriels et technologiques, à la base industrielle et technologique de défense européenne.Que ce soit en termes de contrats ou de transferts de technologie, les retours sont loin d’être satisfaisants et ont été la cause de mésententes qui ont aussi concerné le Canada, la Norvège et la Turquie. (sources ETAP).

Photo : le premier F-35A hollandais @ Lockheed-martin

13:13 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : f-35, js, ligthning 2, hollande |  Facebook | |