20/05/2009

Le nouveau simulateur de F/A-18 est arrivé !

J09_1562_A_Cleared_IOS[1].jpg

 

Je vous annonçais l’arrivée de ce nouveau simulateur dans un précèdent billet, voici les première photos et quelques explications sur le TOFT  (Tactical Operationnel Flight Trainer).

 

 

Quatre postes en réseau :

 

Le nouveau simulateur prend place dans le dôme qu’occupait l’ancien model (voir photo billet en lien) et ce compose de quatre postes. Le premier poste a été livré durant le mois de mars de cette année, et la mise en fonction a commencé.

Les trois autres éléments seront progressivement livré et mis en service, l’ensemble du nouveau simulateur sera complètement opérationnel en début 2010. Le nouveau simulateur  a été évaluer sur la base de divers éléments fournit entre deux sociétés, CAE (Canada) et L3 Communication, et c’est cette dernière basée à Arlington, Texas qui a reçu le contrat et tests en ce moment les trois derniers modules. (Ces deux sociétés ont été mandatée par Boeing pour la modernisation des F/A-18, et concerne également le Canada, l’Espagne, la Finlande l’Australie et les USA).

 

J09_1586_A_Cleared_IOS[1].jpg

 

Adaptation des possibilités :

 

Avec la mise à niveau de la flotte de F/A-18 (Upgrade21) ainsi que celle qui est en cours, l’ancien simulateur ne permettait plus l’adaptation aux nouvelles technologies. Celui-ci après 12 ans de service et 19'000 heures de services laisse la place à la nouvelle génération.

 

Le nouveau simulateur permets l’entraînement aux dernières innovations déjà installées sur les Hornet suisse telles que : l’utilisation du viseur de casque (JHMCS) couplé aux nouveaux missiles AIM-9X hyper véloces, le système de liaison électronique et visualisation tactique MIDS/Link16 ainsi que le nouvel interrogateur IFF (CIT).

 

Ces nouveaux éléments permettent de travailler et de mettre à niveau les pilotes face à l’évolution constantes des menaces aérienne en y reproduisant toutes les possibilités.

 

L’instruction en simulateur est souple et efficace car :

 

-          On dispose toujours du nombre requis d’avions et d’adversaires.

-          Les avions adverses peuvent être configurés en fonction du besoin (missiles, brouillage radar).

-          Il n’existe pas de restrictions concernant les zones d’entraînement et l’environnement est ménagé, notamment pour les vols à basse altitude.

-          La planification et le déroulement des missions sont indépendants des conditions environnementales.

-          Le besoin de coordination est faible (briefing, debriefing, préparation avion, réservations de l’espace aérien).

 

Contrairement à l’ancien simulateur, il est possible avec celui-ci de travailler individuellement mais aussi de mettre en réseau l’ensemble des modules et de travailler en groupe et même de s’affronter. Il est également possible grâce à la liaison Link16 de suivre un vol réel de Hornet depuis le simulateur.

 

La société L3 Communication à travailler avec Swisstopo afin de développer les données visuels unique au monde, en effet, l’ensemble du territoire Suisse est représenté mais également toute l’Europe, du Portugal jusqu’à la mer Noir et du Nord de la Scandinavie à la Sicile avec une précision de 15 mètres.

 

 

J09_1492_A_Cleared_IOS[1].jpg

 

 

Billet précédent sur le même sujet :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/01/05/modernisation-du-simulateur-de-f-a-18.html

 

 

Photos : Premier module du TOFT à Payerne, @ Forces aériennes suisse.

 

Remerciements : Au Major Aldo Wicki, Stv C Simulator F/A-18 qui a bien voulut me transmettre ces photographies.

 

 

 


 

19/05/2009

Premier vol de l’A320 « made in China » !

airbus%20A320[1].jpg

 

Le premier A320 assemblé hors d’Europe sur la chaîne d’assemblage final d’Airbus en Chine (FALC) a accompli lundi 18 mai  avec succès son premier vol. L’appareil a décollé de l’aéroport international de Tianjin à 10h42 ce matin, et atterri à 14h56.


Ce premier appareil sera livré en juin à Dragon Aviation Leasing, depuis le Delivery Centre d’Airbus à Tianjin, et sera exploité par Sichuan Airlines. Les commandes passées par des clients chinois auprès d’Airbus s’élèvent à plus de 700 appareils, et portent en majorité sur la famille A320. Il est prévu que onze A319/A320 soient livrés à Tianjin en 2009, et la cadence de production de la FALC augmentera jusqu’à quatre appareils par mois d’ici à fin 2011.

La FALC A320 est une joint-venture entre Airbus et un Consortium Chinois constitué de la Tianjin Free Trade Zone (TJFTZ) et de la China Aviation Industry Corporation (AVIC). Airbus China détient 51% des parts, contre 49% pour le Consortium Chinois. La FALC de Tianjin est basée sur la toute dernière et ultramoderne chaîne d’assemblage final monocouloir d’Airbus à Hambourg, en Allemagne. Les activités de la FALC ont débuté en août 2008.

 

A320China.jpg

 

Photos : 1 l’A320 lors du roulage avant son premier décollage. 2 : Sur la chaîne chinoise de production. @ Airbus press.

 

18/05/2009

Airbus, sortie de crise en 2010 ?

media_object_image_highres_A380_QFA_inflight_hr[1].jpg

L'avionneur européen, qui table sur une sensible réduction des livraisons de l’A380 et réduit la cadence de production des A320 pour 2009-2010, parie sur un retour de la croissance du transport aérien dès l'année prochaine déjà et avec un net rebond en 2011. L’analyse que je vous livre ici, rejoint celle de la FAA (voir billet sur le sujet) publiée en début d’année.

Analyse du marché :

Alors que le transport aérien continue de s'enfoncer dans la crise, mais il est vrai avec un sensible ralentissement de la chute au printemps,  Airbus entrevoit déjà le bout du tunnel. D'après ses dirigeants, non seulement l'année 2009 ne serait pas catastrophique pour le constructeur, qui prévoit de livrer presque autant d'avions qu'en 2008 (483), mais 2010 devrait être l'année de la reprise pour le transport aérien, avec un net rebond attendu en 2011. C'est ce qui ressort des scénarios présentés aux analystes par le directeur commercial d'Airbus, John Leahy. Selon lui, le trafic aérien mondial ne devrait pas reculer de plus de 2% cette année et devrait retrouver dès l'an prochain entre 0% et 4,5% de croissance, pour rebondir ensuite jusqu'à 6% en 2011.

Des hypothèses sensiblement différentes des dernières prévisions d'IATA, qui table sur un recul du trafic de 5,7% cette année et ne voit pas de reprise avant 2011 (voir billet sur le sujet). Mais contrairement à IATA, Airbus intègre dans ses calculs les compagnies à bas coûts, ainsi que les compagnies chinoises, dont le trafic reste en croissance. Surtout, le directeur commercial d'Airbus part du principe que la crise actuelle n'est pas différente des autres, qui s'étaient toutes terminées par un fort rebond du trafic. Sur ce point, Airbus semble également rejoindre la FAA (voir billet sur le sujet).

 

A320China.jpg

Airbus & Boeing, une  même vision :

La superposition des courbes de trafic des crises précédentes semble lui donner raison .La crise du début des années 1990-1993 et celle de l'après-11 septembre s'étaient traduites par un recul du trafic de 3% à 4% la première année. Mais l'une comme l'autre avaient été suivies de rebonds spectaculaires, de 8% pour la première et de 14% pour la seconde. Sur une plus longue période, cette tendance au rattrapage se confirme. Malgré les crises successives, le trafic mondial double tous les quinze ans. Et selon Airbus, les quinze prochaines années ne devraient pas faire exception.

Voilà pourquoi ni Airbus ni Boeing n'ont voulu, jusqu'à présent, réduire drastiquement leurs cadences de production, mais adapter celles-ci en fonction de la demande !

 

media_object_image_highres_A330-300_Finnair_27Mar09_hr[1].jpg

Frein de la production :

En janvier dernier, l'avionneur européen avait seulement annoncé vouloir se limiter en 2010 à 34 mono couloirs (A320) et 8,5 couloirs (A330) par mois, ainsi que 18 A380, soit au total quelque 483 avions, niveau équivalent à celui de 2008 et 2009. Et ce, malgré les incertitudes pesant sur le financement des avions commandés, qui pourrait contraindre les compagnies désargentées à annuler leurs commandes, quel que soit le trafic. Jusqu'à présent, celles-ci sont toutefois restées relativement peu nombreuses, bien qu'elles soient supérieures aux nouvelles commandes chez Boeing (32 annulations pour 28 commandes au premier trimestre) et presque équivalentes chez Airbus (21 annulations pour 22 commandes). Ramené au carnet de commandes d'Airbus, le taux d'annulation reste pour l'heure de 3%, contre 6% en 2001. Pas de quoi impacter la production d'Airbus, sachant que l'avionneur a engrangé plus de commandes d'avions qu'il ne peut en produire. Pour les mono couloirs, le taux de « surbooking » atteindrait même 15%. Boeing vient d'annoncer de son côté un ralentissement de ses cadences.

 La hausse du prix du kérosène a incité les compagnies aériennes à investir dans des appareils neufs, plus performants, pour réduire leur consommation, donc leurs dépenses en carburant. Les carnets de commandes des deux constructeurs Boeing et Airbus sont pleins pour au moins sept ans.

Du côté des équipementiers :

Le ralentissement actuel entraîne une chute de 7% soit 9 milliards d’euro. Recul du trafic passagers de 5%, 20% dans le fret sur ces dernier mois. Les compagnies aériennes qui ont passé d’importante commandes ces dernières années s’interrogent aujourd’hui sur la marche à suivre : prendre livraison des avions commandés en misant sur une reprise de la conjoncture, ou bien les reporters dans la perspective de jours meilleurs ? L’annulation n’est en soi qu’une solution de dernier recours car elle entraîne une perte d’un créneau de livraison et donc de développement.

Des leçons du passé

 Enfin, Airbus a tiré certaines leçons du passé. Lors des crises des années 1990 et 2000, alors que Boeing avait opté pour une réduction drastique de sa production, de l'ordre de 50% en 2001, par crainte de se retrouver avec des avions sur les bras, Airbus s'était contenté de maintenir sa production. Résultat, les livraisons de Boeing avaient fort logiquement chuté de 50%, alors que celles de son concurrent n'avaient reculé que de 7%. Deux ans plus tard, Airbus passait devant Boeing en nombre de livraisons.

media_object_image_highres_A319_Armavia_17Mar09_hr[1].jpg

Billets sur la crise déjà en ligne :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/04/24/reprise-du-transport-aerien-aux-usa-en-2010.html

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/03/27/les-low-cost-et-la-crise.html

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/03/09/chute-du-transport-aerien.html

Photos : 1 A380 Quantas, 2 Chaîne de montage A320 en Chine. 3 A330-300 Finnair, 4 A319 Armavia. @ Airbus press Center.

 

 

 

 

12:46 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

16/05/2009

Fly Niki reçoit son premier Embraer 190

1_IMG_9750A_alta.jpg

Ce jeudi  a eu lieu  à Sao José dos Campos, la cérémonie de livraison du premier Embraer 190 à la compagnie du célèbre pilote de Formule 1 Niki Lauda , Fly Niki ! Immatriculé OE-IHA (Samba)!

 

Niki commande 10 avions :

 

Cette livraison intervient au terme d’une commande de 10 avions qui avait été passée en juillet 2008 au salon international de Farnborough a fin de répondre à la croissance de la compagnie autrichienne.  L’Embraer 190 répond parfaitement au besoin de celle-ci en terme de siège soit 112 et offre par ailleurs les émissions de CO2 les plus faible du marché actuel.

 

Cet avion va permettre à la compagnie de mettre en place son expansion avec notamment des vols en direction de Milan et Stockholm.

 

De Lauda Air à Fly Niki :

 

Fondateur de Lauda Air, sa première compagnie, qui de puis 2000 appartient au groupe Star Alliance (Lufthansa) Niki Lauda n’a eu de cesse que de continuer dans sa seconde passion : l’aviation ! C’est alors qu’en novembre 2003, il fonde Niki une nouvelle compagnie à bas coût cette fois ! La flotte composée d’avions Airbus est en constante expansion, tout comme le nombre des destinations desservies. Airberlin détient depuis début 2004 une participation de 24 pour cent dans la NIKI Luftfahrt GmbH. La coopération entre airberlin et NIKI constitue la première alliance européenne Low Cost.

Pour la cinquième fois de suite, NIKI Luftfahrt a pu faire des bénéfices en 2008. Par rapport à 2007, ceux-ci ont pu être plus que doublés en 2008.

La NIKI Luftfahrt GmbH compte 350 collaborateurs. En 2008, environ 2,1 millions de passagers ont été transportés. Actuellement, NIKI utilise deux Airbus A321 (212 sìeges), six Airbus A320 (180 sièges) et deux Airbus A319 (150 sièges).

 

 

 

Embraer190niki.JPG

 

 

 

Photos : Embraer 190 Fly Niki en vol et lors de la réception, @ Embraer press.

17:22 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

15/05/2009

Rafale : un nouvel escadron !

 

rafaleStdizierBrunoDellière.JPG

 

 

Héritier des traditions d’un escadron de bombardement  stratégique équipé de Mirage IV et stationné autrefois à Mont de Marsan, l’EC 01.091 «Gascogne».  Il est le premier des deux escadrons qui assureront demain, seuls la mission permanente de dissuasion nucléaire aéroportée avec le couple Rafale et le missile  ASMPA.

 

Historique :

L’escadron 1/91 Gascogne, alors basé à Mont-de-Marsan, avait été mis en sommeil en 2005, après le retrait du service actif des derniers Mirage IV de l’armée de l’Air, dont la mission principale consistait initialement à assurer la dissuasion nucléaire avant d’être orientée vers la reconnaissance stratégique en 1996, après que les Forces aériennes stratégiques (FAS) aient été équipées de Mirage 2000 N.

Si le passé de l’escadron Gascogne se confond avec l’histoire du Mirage IV, son avenir se conjuguera désormais avec celui du Rafale puisqu’il sera le second escadron de l’armée de l’Air à voler sur cet appareil.

Réaffectation du 1/91 :

Le 31 mars dernier l’Armée de l’air a inauguré le 1/91 Gascogne sur la base aérienne de Saint-Dizier (Haute-Marne). D’ici à l’été 2010, le 1/91 Gascogne, doté d’une vingtaine de Rafale au standard F3, retrouvera la vocation qui était la sienne en 1966 au moment de l’entrée en service du Mirage IV.

En effet, il prendra part à la dissuasion nucléaire avec la mise en oeuvre du nouveau missile ASMP-A (Air Sol Moyenne Portée Améliorée), qui a été validé le 26 mars dernier après un tir d’essai réalisé par un Mirage 2000 N de l’escadron 3/4 Limousin, basé à Istres. Cette unité sera d’ailleurs la première à percevoir ses missiles ASMP-A.

4[1].jpg

1000 heures sur Rafale :

 

Le cap des 1000 heures de vol aux commandes d'un Rafale vient d'être franchi pour la seconde fois en un an par un pilote de l'Escadron de Chasse 1/7 Provence.
"Pike", le chef des opérations de l'escadron, devient le pilote possédant la plus grande expérience en vol sur le chasseur multirôle. Une partie de ce lot d'heures de vol a été accomplie lors d'un échange de deux ans dans l'Aéronavale.

 

 

2[1].jpg

 

Photos : 1 : Rafale Armée de l’air à St-Dizier, @ Bruno Dellière. 2 : Rafale en patrouille , @ Dassault Aviation & SIRPA.  3 : « Pike » au retour avec ses 1000H ! @ SIRPA et Dassault Aviation.

12:43 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : aviation militaire, escadrille, défense, armée |  Facebook | |