06/01/2013

X-47B : phase d’essais en mer concluante !

X47BFlightDeckmin_JPG.JPG



NORFOLK, Virginie (NNS),  l'US Navy et Northrop-Grumman ont terminé les premiers essais en mer de l’intégration du drone X-47B système de combat. Les deux drones de démonstration X-47B ont exécuté de nombreuses activités à bord du porte-avions nucléaire USS Harry S. Truman (CVN 75) et sur les installations de la base navale de Norfolk, en Virginie.

 

Selon le constructeur Northrop-Grumman les exercices ont démontré la capacité de manœuvrer le drone rapidement et avec précision sur le pont d'envol du porte-avions à distance. Ces essais ont eu lieu durant 15 jours en mer. Le démonstrateur  X-47B no: AV-2 a commencé ses tests sur le pont de l’USS Harry S.  Truman, le  novembre 28, un jour après avoir été hissé à bord.

L'appareil a effectué le premier test de roulage et de positionnement le 1 décembre. Durant la phase en mer, le X-47B a été manoeuvré jusqu’au catapultes du navire, il a roulé sur les câbles d'arrêt et utilisé les ascenseurs entre le pont d'envol et le hangar.

 

Les essais incluaient également des contrôles de communication et de télémétrie, les opérations de ravitaillement en carburant et l'utilisation des commandes de l'appareil numérique du moteur en présence de champs électromagnétiques.


 

thumb_UCAS_At_Sea_Dec2012_jpg.JPG


 

La suite des essais :

 

Dans les prochains mois, les deux X-47B vont être testé au sol avec notamment les essais  d’atterrissage avec brin d’arrêt afin de tester la résistance de la structure lors d’arrêt brutal. 

Puis, cet été se sera le premier essais d’un catapultage et atterrissage sur porte-avions.

 

Rappel : 

 

Ce drone de combat autonome sera capable à terme d’effectuer des missions de surveillance, de tir, et d’occupation de l’espace aérien sur de très longues périodes. Un opérateur au sol a la possibilité de communiquer avec le drone en permanence afin de redéfinir par exemple sa mission en cours. L’intervention humaine sera uniquement cantonnée à l’envoi et la réception d’informations. Contrairement aux pilotes, le drone n’est pas sujet à la fatigue ou à la faim. De plus, avec sa capacité à se ravitailler en vol, il possèdera une autonomie record. L’objectif principal est l’occupation de l’espace aérien 24 Heures sur 24 quelque soit les conditions.

Destiné principalement à des missions d’observation, il est cependant capable d’effectuer des lâchés de bombe car il possède une soute d’une capacité de charge utile de 2 Tonnes.

Il sera capable de réaliser des opérations d’appontage sur porte avion. C’est une opération extrêmement délicate même pour des pilotes confirmés. D’après les concepteurs, le drone sera plus performant que les pilotes sur ce point.

Caractéristiques du X-47B :

Le drone  présente une configuration en pointe de flèche, sans queue. L'angle du bord d'attaque est de 55° et celui du bord de fuite de 35°. Le train d'atterrissage est rétractable tricycle avec une roulette de nez. La configuration comporte 6 surfaces de contrôle : 2 ailerons et 4 inlaids (des petits volets à proximité des extrémités d'ailes).

Le moteur, un Pratt & Whitney JT15D est installé sur le dos de l'avion, l'entrée d'air avec une structure en serpentin destinée à réduire la signature radar. Par contre, pour des raisons de coût, la tuyère d'éjection est simple, sans réduction de signature radar ou infrarouge.

L'avion a été construit sur la base de Mojave en matériau composite par Burt Rutan Scaled Composites, la société aéronautique de Burt Rutan. Cette société dispose de l'expérience nécessaire pour construire un avion dans ces matériaux avec un coût maitrisé.

item3.gif

Photos : le X-47B à bord du porte-avions USS Harry S. Truman (CVN 75) @ Northrop-Grumman

21:16 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : x-47b, drone furtif, northrop grumman, us navy |  Facebook | |

L’Indonésie commande 6 SU-30MK2 !

Su-30MK2-Indonesia.jpg


 

La banque russe Vnesheconombank (VEB) a accorder à l’Indonésie un crédit de 399,5 millions de dollars pour financer l’achat de six chasseurs russes Su-30MK2 et du matériel de soutien .

Le crédit sera accordé pour une durée de sept ans d’après l’agence d’exportation d’armes russe, Rosoboronexport, qui fournira les avions.

Il s’agit du deuxième crédit fournit par la banque VEB au ministère des Finances de l’Indonésie au cours des deux dernières années. Il est le résultat d’un appel d’offres lancé par le ministère des Finances indonésien pour financer l’achat des avions de combat.

Les six avions constitueront le deuxième escadron de Su-30MK Flanker achetés par l’Indonésie. L’avion est entré en service à la fin des années 1990, et opéré dans un premier temps au sein de l’Indian Air Force qui a acquis une cinquantaine d’avions. Il est également en service en Chine, en Malaisie.


16:27 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : indonésie, sukhoi, su-30mk2 |  Facebook | |

05/01/2013

L’Inde signe pour 42 SU-30MKI !

174911502.jpg


 

New Delhi, Une fois de plus l’Inde se place sur le devant de la scène avec une nouvelle commande, La Russie va fournir 42 Sukhoi SU-30MKI à l’Inde pour un montant de 4 milliards de dollars. Le contrat comprend également l’acquisition et l’intégration sur les appareils SU-30MKI du missile de croisière supersonique BrahMos. 

Signalons au passage la décision indienne de ne pas remplacer sa flotte actuelle de SU-27 « Flanker» , mais qu’elle prévoit une mise à niveaux de ses appareils selon la nouvelle norme ce qui garantit encore un solide carnet de commande à la Russie à l’avenir.

Le Sukhoi SU-30MKI :

Le Sukhoi SU-30MKI ou « Super 30» bénéficie des capacités similaires à celle des avions de combat de cinquième génération. L’appareil est doté d’une avionique améliorée, d’un radar AESA de type Phazotron Zhuk-MA plus puissant, capable d’engager plus de quatre cibles simultanément et ceci également vers l’arrière. L’avion disposera une certaine capacité en matière de furtivité et ceci grâce à une diminution de la signature radar. L’autre nouveauté concerne l’adaptation des missiles indien BrahMos et KH-59M Ovod-M. L’avionique disposera d’un mode carte numérique avec une capacité de guidage  longue portée TV. 

L’appareil sera doté de la version des moteurs AL-31FP de Saturn corporation dont la durée d’entretien est montée à 2000 heures en lieu et place des 1000 actuels. Un nouveau logiciel de contrôle de la poussée vectorielle (TVC) permettra une meilleure sécurisation en cas de manœuvre  extrême.

Les avions seront livrés sous forme de kits de montage en Inde à Hindustan Aeronautics Limited (HAL) qui fera l’assemblage.


 

800px-SU-30MKI-g4sp_-_edit_2(clipped).jpg


Photos : SU-30MKI indien @ Ted Lachenmeier 


17:05 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : sukhoi, su-30mki, iaf |  Facebook | |

04/01/2013

Japon, grande modernisation des F-15 !

800px-F-15_2_Yokota_Tokyo.jpg


 

 

Les forces aériennes japonaises ont lancé une grande modernisation de la flotte d’avions de combat F-15J de supériorité aérienne dans le but de maintenir ceux-ci durant encore une trentaine d’années. La première phase à débuter en 2009 avec la livraison des quatre premiers appareils en novembre 2010. Le Japon entame en ce début d’année la phase finale de la modernisation  qui concerne la dernière tranche de F-15J. Au total se sont 54 appareils F-15J qui seront modernisé, d’ici septembre 2013 et qui seront rejoint par une seconde tranche de 50 F-15J d’ici 2016. le Japon exploite une flotte de 165 F-15J et 48 F-15 DJ.

 

Modernisation des F-15J :


 

ELEC_AN-APG-63v3_lg.jpg


 

Les F-15J  sont dotés de la dernière version du radar AESA (Active Electronically Scanned Array)Raytheon APG-63 (V)3. Les 44e et 67e Escadrons présents au Japon sur F-15C utilisent des versions antérieurs soit APG-63 (V)1 & 2. Le nouveau radar est couplé à un IRST.

La nouvelle version « 3 » a été installée et testée sur la base aérienne de Langley AFB en Virginie.

Cette troisième version du radar permet aux F-15 de garder une parfaite supériorité et de permettre l’arrivée prochaine de nouveaux missiles tels : l’AMRAAM 120C3 et le futur FRAAM et ceci à un prix abordable.

Selon Raytheon le radar APG-63 AESA (V) 3 est 50 fois plus fiable que l’ancienne  version dotée de l’antenne mécanique. Ce système renforce la capacité létale. L’APG-63 (V)3 AESA est le dernier né d’une série de mises à niveau  permettant de mener des opérations en réseaux et faisant cops avec la navigation GPS et le système de viseur  de casque HMCS (Helmet Mounted Cueing System). 

 

 

20120114142331.jpg

Une solution en attendant mieux :

 

Le Japon avait fait pression sur les Etats-Unis pour acheter le F-22 « Raptor ». Mais avec le refus américain, le japon à lancé le programme FX dans le but d’acquérir un nouvel avion de combat de dernière génération. Cependant l’arrivée de celui-ci étant retardé, la modernisation des F-15J devenait inévitable. Le programme voit s’affronté le Lockheed-Martin F-35, le Boeing F/A-18E/F «Super Hornet» et l’EADS Eurofighter.

 

Photo : F-15J japonais @ Force aérienne d’auto-défense japonaise

 

12:52 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : boeing, f-15j, force aérienne japonaise |  Facebook | |

03/01/2013

2012 : une année record pour Boeing !


B787 J803a ana PAE.jpg

SEATTLE, Le constructeur aéronautique américain Boeing a annoncé jeudi avoir livré un nombre record de 601 avions commerciaux en 2012, où il a augmenté ses cadences de production, et enregistré la deuxième meilleure année de son histoire en termes de commandes.

Les livraisons sont en croissance de 26% par rapport à 2011 où Boeing avait fait état de seulement 477 appareils, battant le record établi en 1999, souligne le groupe dans un communiqué.

Boeing a reçu au total l'an dernier 1’203 commandes nettes, ce qui fait de 2012 la deuxième meilleure année dans l'histoire de Boeing, et termine 2012 avec un carnet de commandes s'élevant à 4’373 appareils, le plus important depuis la création de l'entreprise.

En 2012, nos employés ont relevé le défi de plusieurs augmentations de cadence de production. C'est une performance remarquable, s'est félicité Ray Conner, le directeur général de Boeing Aviation Commerciale, cité dans le communiqué.


 

79863307.jpg



Les performances de 2012 ont de nouveau été soutenues par la famille  des monocouloirs  « 737 », qui est l'appareil le plus vendu au monde et a fêté sa 10’000e commande cette année.

Boeing en a livré 415 exemplaires l'an dernier et a engrangé 1’124 commandes nettes, dont 914 pour la dernière version re-motorisée et plus économe B737 « MAX ».

 

Family

Gross Orders

Net Orders

Deliveries

Unfilled orders

737

1,184

1,124

415

3,074

747

7

1

31

67

767

23

22

26

68

777

75

68

83

365

787

50

-12

46

799

Total

1,339

1,203

601

4,373

 

Si 2012 fut l'année des monocouloirs et du B737 « Max », 2013 devrait principalement tourner autour des long-courriers chez Boeing. Avec une question centrale : quel avenir pour le B777 ?  C'est en effet en 2013 que l'avionneur américain devrait décider s'il lance officiellement la commercialisation d' une version remotorisée de son « triple 7 » ou s'il se donne plus de temps pour accoucher d'une refonte plus ambitieuse, susceptible de de venir  dépasser le futur A350-1000 du constructeur européen Airbus.

Mais pour l'heure, le suspens reste complet, même si les études préparatoires vont bon train à Seattle. L'ancien directeur de Boeing Commercial Airplanes, Jim Albaugh, avait annoncé une décision fin 2012, pour une entrée en service avant la fin de la décennie. Mais son successeur Ray Conner n'a avancé aucune date. Quant au PDG, Jim McNerney, il évoquait récemment une possible entrée en service du B777X au-delà de 2020. Certains choix technologiques majeurs, comme la décision de doter le futur B777X d'ailes en composite plutôt qu'en métal, feraient encore l'objet de discussions en interne, ainsi qu'avec les premiers clients potentiels, comme Emirates et British Airways.

Seule certitude : Boeing ne restera pas les bras croisés face à l'arrivée de l'A350-1000, la version gros porteur du futur biréacteur long-courrier européen. Repoussé à 2017, l'A350-1000 cible en effet spécifiquement le B777-300, avec un gain annoncé de consommation de l'ordre de 20 %. Or le B777-300, qui n'a aujourd'hui aucun concurrent, reste le plus important contributeur au chiffre d'affaires de Boeing, dix-sept ans après son entrée en service.

 

Préparer l’avenir : 

 

Depuis au moins trois ans, les ingénieurs américains planchent sur plusieurs projets, allant de la simple remotorisation avec des réacteurs moins gourmands, comme pour le « 737  Max », à une refonte quasi-complète recourant largement aux matériaux composite à base de carbone, comme pour le B787 « Dreamliner ». Par ailleurs, plusieurs compagnies aériennes ont manifesté leur impatience, certaines comme Emirates allant jusqu'à faire miroiter d'énormes commandes à Boeing.


 

3794256643.jpg


 

Photos : 1 B787 Dreamliner ANA 2 B737 «MAX» 3 B777-300ER @ Boeing

21:20 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, b737max, b777, b787 |  Facebook | |