25/09/2011

Boeing livre le premier B787 «Dreamliner» à ANA !

 

K65437.jpg


 

EVERETT, Washington, 25 septembre 2011, Boeing et ANA ont signé les documents officiels complétant la livraison contractuelle du B787 “Dreamliner“. Cette fois c’est fait, le nouvel opus de Boeing, le B787 «Dreamliner» va commencer sa carrière au sein de sa compagnie de lancement, la japonaise All Nippon Airways (ANA) !

Ce lundi une cérémonie officialisera cet évènement historique sur le site d’Everett.  La signature des documents de livraison ce dimanche  intervient après une série de vols et d’inspections ainsi  que le transfert de fonds relatif à l’achat de l’avion.

Une grande fête :

«Maintenant que l'avion est prêt à être livrer, toute l'équipe va fêter l’évènement», a déclaré Scott Fancher, vice-président et directeur général du programme 787. «Nous sommes impatients de rendre hommage à notre client de lancement ANA avant qu'ils ne débutent la mise en ligne commerciale de l’avion au Japon».

Ce lundi matin les employés de Boeing vont débuter les célébration de livraison à l'extérieur de l'usine de montage des 787 à Everett ou sera exposé l’appareil ZA002, l'un des avions d'essais en vol peint avec la livrée d’ANA.

Une webdiffusion en direct des événements de livraison de ce  lundi et du  Flyaway  de mardi peut être visionner en direct sur le site : www.newairplane.com.

1243914984.jpg

 

 

L’intérieur du B787 d’ANA :

Les passagers seront accueillit dans un grand hall d’entrée qui sera éclairé avec des lumières de types LED d’un bleu qui fera penser au ciel. Le B787 d’ANA sera aménagé en configuration biclasse. En ce qui concerne la classe économique, les sièges proposés sont dotés d’une coque fixe permettant de préserver l’espace du voisin de derrière celui qui incline son siège, chaque passager disposera d’un écran tactile de 12.1 pouces. Du côté de la classe affaires, les sièges seront transformables en lit plat seront équipés d’un écran tactile de 17 pouces, d’une prise PC, d’un port USB et MP3. Le B787 se distingue par de grands hublots offrant plus de visibilité que sur n’importe quel appareil en service, les bacs de rangement sont également plus grands.

Contrairement aux appareils actuels, le B787 ne régénère  pas son air par une prise au niveau des moteurs mais d’un système en circuit fermé doté de filtres EPA qui gère automatiquement la température et l’humidité en cabine.

Livrée spéciale :

Afin d’accentuer sa visibilité, ANA  a prévu de doter les deux premiers «Dreamliner» d’une livréeextérieure spéciale. D’un bleu soutenu qui rappelle celui de la compagnie et doté des chiffres «787» en grand, mais de couleur plus sombre. Trois lignes blanches strieront le bleu à l’arrière du fuselage, symbolisant les trois caractéristiques de la compagnie japonaise, soit : l’innovation, l’unité et l’inspiration du Japon d’aujourd’hui.

Vol en Europe :

Les passagers européens seront sans doute intéressés de savoir que le transporteur débutera des vols en Dreamliner entre Haneda et Francfort en janvier 2012.

Le vol de NH203 quittera Tokyo à 01H00, pour arriver à Francfort à 05H25. Le vol retour NH204 décollera de Francfort à 11H15 pour se poser au Japon à 06H45 le lendemain.

L'itinéraire sera exploité comme une joint-venture entre ANA et Lufthansa: il y aura d'abord trois vols par semaine (lundi, jeudi et samedi), avant la mise en place d'un vol quotidien à partir de février 2012. La date exacte de lancement du vol Tokyo - Francfort en janvier n'a pas encore été annoncée.

Auparavant, ANA aura débuté ses vols en Dreamliner vers Pékin le 1er décembre, juste avant l'inauguration du vol vers Francfort. L'avion sera opéré sur cette route «environ une fois par semaine», bien que les détails exacts et les horaires n'aient pas encore été annoncés.

ANA a indiqué que d'ici la fin de l'année fiscale le Dreamliner sera également exploité sur des vols intérieurs depuis Haneda vers Itami, Yamaguchi-Ube, et Matsuyama. Les clients intéressés à voyager sur le vol inaugural en Dreamliner entre Tokyo-Narita et Hong Kong doivent vérifier les disponibilités sur le micropsie ana.co.jp/787 / dédié à ce vol.

Le transporteur va également lancer une vente aux enchères en classe affaires à partir de mi-Septembre, dont les profits seront versés à Conservation International. Une loterie pour des billets en classe économique doit également avoir lieu pour les membres du programme de fidélité d'ANA Mileage Club à partir du 1er septembre2011.

 

2042211259.jpg

 

 

Photos : 1 B787 aux couleurs d’ANA 2 & 3 les intérieurs @ Boeing

 

24/09/2011

Breitling Sion Air Show, les inédits

les photos inédites du Breitlings Sion Air Show 2011 :

 

sion_011.jpg
sion_012.jpg
sion_021.jpg

 

sion_031.jpg
sion_032.jpg
sion_048.jpg
sion_050.jpg
sion_054.jpg
sion_059.jpg
Il y en aura d'autres, a suivre en exclusivité sur avia news !
Photos : Paul Marais-Hayer

 

 

La France choisit l’A330 MRTT !

 

PR-04_20_2010_01.jpg

 

 

La nouvelle n’a rien d’extraordinaire, l’Armée de l’air française à choisit comme nouveau ravitailleur le modèle de l’A330 MRTT du consortium Airbus. On aurait effectivement assez mal comprit un choix américain ! L’achat doit encore être confirmé dans la futur loi de programmation d’armement.

Remplacer les C-135 :

La capacités de ravitaillement en vol de l’armée de l’Air reposent sur les avions ravitailleur de type Boeing C-135 FR, entrés en service dans les années 1960. En raison de leur grand âge, le coût d’une heure de vol avec ces appareils mis en oeuvre par le Groupe de Ravitaillement en Vol 02.091 «Bretagne» est de 23.000 euros, dont 10.000 euros pour le Maintien de la Condition Opérationnelle (MCO). Au total, leur entretien coûte 55 millions d’euros par an. De plus, lors des derniers engagements opérationnels ceux-ci ont montré leurs limites, vu le faible nombre de ravitailleurs français disponibles, entre ceux cloués au sol pour maintenance et ceux détachés sur des théâtres, notamment l’Afghanistan et la Libye.

Le choix de l’A330 MRTT :

L’A330 MRTT, dont 28 exemplaires ont déjà été commandés par quatre clients (Australie, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis et Royaume-Uni). C’est l’appareil qui avait servi de base à l’offre d’EADS pour le remplacement des C-135 de l’US Air Force. Ayant reçu le certificat de type de l’autorité de certification civile européenne EASA en mars 2010, puis le certificat militaire de l’autorité espagnole INTA en octobre, l’A330

MRTT d’Airbus Military est le seul avion stratégique de ravitaillement et de transport de nouvelle génération actuellement disponible et opérationnel au monde. L’importante capacité d’emport carburant de base (111 tonnes) de l’avion de ligne A330-200, dont il est dérivé, permet à l’A330 MRTT d’exceller dans les missions de ravitaillement en vol, sans l’adjonction de réservoir supplémentaire. L’A330 MRTT est proposé avec un choix de systèmes de ravitaillement incluant la perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System) d’Airbus Military et/ou une paire de nacelles tuyau/panier sous voilure et/ou un système ventral tuyau/panier FRU (Fuselage Refuelling Unit).

Grâce à son large fuselage, l’A330 MRTT peut également servir d’avion de transport capable de transporter 300 soldats ou 45 tonnes de charge utile. Il peut également être décliné en version d’évacuation sanitaire (EVASAN) et recevoir jusqu’à 130 civières.

 

f806a2cf78ece7c9416d86ab00de2a763392f72b_big.jpg

 

 

Photos : 1 A330 MRTT ravitaillant des F/A-18 espagnols 2 En vol @ EADS/Airbus Military

 

22/09/2011

Taïwan va moderniser ses F-16 !

 

 

1289312.jpg

 

 

TAIPEI, le gouvernement de l’Ile de Taïwan en partenariat avec Lockheed-Martin va procéder à la modernisation de ses 146 Lockheed-Martin F-16 A/B «Fighting Falcon». Le coût est estimé à 5,8 milliards de dollars.

Mise à jour des F-16 :

Cette mise à jour doit permettre une revalorisation des appareils de type F-16 A/B, afin, de combler le retard technologique vis-à-vis de l’imposant et menaçant voisin chinois. Celui-ci, a en effet sérieusement renforcé sa position avec la mise en ligne des Shenyang J-2 « Dragon Véloce » et l’arrivée des Shenyang J-11 (Sukhoi 27 chinois).

La modernisation des F-16 taïwanais comprendra l’adjonction d’un nouveau radar de type AESA, soit le Northrop-Grumman APG-80, une avionique modernisée, un cockpit tout écrans compatible avec des lunettes de vision nocturne, une central de navigation GPS, un nouveau système de guerre électronique de type l’ALQ-176 couplé avec système de leurres ALQ-184 (V) 7.  En matière de communication les appareils recevront de nouvelles radios numériques ainsi qu’une liaison de donnée (Link16) améliorée. Les pilotes recevront un viseur de casque permettant l’emploi du missile Raytheon AIM-9X «hyper véloce» en remplacement des AIM-9PM actuels.

Question motorisation, les moteurs Pratt & Whitney F100-PW-220 seront portés à la norme -229E plus puissant et permettant de réduire le temps de maintenance.

Taïwan prévoit l’acquisition d’un pod de ciblage, mais n’a pour l’heure pas précisé le modèle choisit entre le AN/AAQ-33 SNIPER ou AN/AAQ-28 LITENING plus ancien.

Concernant l’armement, les F-16 seront dotés en plus de l’AIM-9X de missiles AIM-120C7 AMRAAM et d’une variété d’armes guidées d’attaque au sol comme les bombes GBU-10 Enhanced Paveway II ou GBU-56 JDAM Laser.

ELEC_AN-APG-80_lg.jpg

 

 

Remplacement des F-5E et Mirage 2000 :

Si, officiellement, la messe n’est pas dite sur l’optique du remplacement des 60 Northrop F-5E/F et des 60 Mirage 2000-5S, en juillet dernier pourtant, le Département d'Etat américain a indiqué qu'une décision finale sur la fourniture de 66 F-16 C/D Block 50/55 serait faite au début octobre. Cette vente est estimée à plus de 8 milliards de dollars  US.

Les motivations américano-taïwanaise :

Il est à craindre que la perte de Taiwan pourrait signifier la fin de la projection de puissance américaine dans la région. Perdre Taiwan, au profit de la Chine, ferait tout changer en matière de perspective opérationnelle dans la région. Pires, c’est toute la région du sud-est asiatique qui en serait déstabilisée. De son côté, la Chine qui détient environ 8%  de la dette américaine, tente de son point de vue d’infléchir tant cette modernisation que la vente d’un lot additionnel de F-16. De son côté le gouvernement de Taïwan espère conclure rapidement le second contrats non seulement pour des questions d’équilibre militaire, mais également pour satisfaire son industrie et les emplois.

1304244.jpg

 

 

Photos : 1 & 3 F-16A Taïwanais  @ Dennis Chang 2 Antenne AESA du radar APG-80 @ Northrop-Grumman

 

21/09/2011

L’USAF se dote d’un E-11A supplémentaire !

 

800px-Raf-sentinel-ZJ692-071023-27-16.jpg


 

Bombardier Aéronautique a annoncé  que son avion Global Express XRS (BD-700-1A10) a reçu la nouvelle désignation militaire E-11A de l’armée de l’air américaine.

« C’est une étape importante pour l’unité Avions spécialisés et Avions amphibies de Bombardier », a indiqué Derek Gilmour, vice-président, Ventes, Marketing et Administration, Avions spécialisés et Avions amphibies, Bombardier Aéronautique. « L’armée de l’air américaine possède maintenant un avion Global Express XRS (BD-700-1A10), ce qui porte à trois le nombre total d’avions Global Express XRS qu’elle exploite. Nous sommes fiers que les avions de Bombardier servent l’Armée de l’air américaine », a-t-il poursuivi.

Cet avion Global Express XRS (BD-700-1A10) servira de plateforme de relais de signaux de communications en Asie du Sud-Est. L’avion transporte un nœud de communications aéroporté militaire (Battlefield Airborne Communications Node (BACN) de Northrop Grumman®, qui permet à des systèmes de communications militaires distincts de partager des données.

L’avion Global Express XRS est conçu et certifié pour voler à des altitudes allant jusqu’à 15 545 m (51 000 pieds). Cet avion vole plus vite, plus loin et peut accéder à des pistes plus courtes, tout en assurant des montées plus rapides que tout autre avion d’affaires de sa catégorie*. Il offre une cabine spacieuse pour l’équipement et le personnel de mission, une capacité de production d’énergie électrique inégalée et un dégagement au sol plus élevé ce qui facilite l’installation de capteurs. La plateforme du biréacteur Global permet d’excellents temps de survol à basses vitesses et en hautes altitudes. De plus, sa cellule très robuste et résistante assure une intégrité structurelle supérieure.

Système Battlefield Airborne Communications Node (BACN)

Le Battlefield Airborne Communications Node (BACN) est un relais aérien de communication et de relai de communication. Volant à une altitude très élevée, il  permet des échanges d'informations en temps réel entre les différents systèmes tactiques de liaison de données, et fournit aux décideurs des informations critiques.


Le BACN permet flux d'information entre systèmes disparates tactiques en réseau de données. En outre, il permet de relais de voix et de pont entre les systèmes vocaux tactiques aussi bien dans la ligne de visée et au-delà des situations de la ligne de vue.

Le BACN augmente la conscience situationnelle en corrélation des photos aériennes tactiques et stratégiques. Par exemple, une unité de l'armée sur le terrain voit actuellement une image différente d'un équipage sur zone, mais avec le BACN il est possible voir la même image.
En raison de son altitude opérationnelle ce système permet aux  troupes au sol de  surmonter les difficultés de communication causées par un terrain montagneux complexe.

Photo : Bombardier Global Express en version Astor de la Royal Air Force semblable au modèle E-11A de l’USAF @ Northrop Grumman