07/03/2017

Les MH-60 danois bientôt opérationnels !

270874267.8.jpg

Le commandant Claus Buur, officier de la Marine royale danoise (RDN) responsable du projet MH-60R a déclaré que la capacité opérationnelle initiale (IOC) sera atteinte à la mi-2017, lorsque le premier appareil sera prêt à être déployer dans la région de l'Atlantique Nord pour appuyer les opérations nationales.

Les équipages danois doivent être certifiés pour se déployer en mai devront ensuite commencer les opérations en mer à bord d'une frégate de la classe « Thetis ». La base navale de Korsor de la RDN doit atteindre une capacité de déploiement continu, grâce à l'exploitation d'autres appareils dans la région, d'ici la fin de 2017. La capacité de mener à bien tous les déploiements planifiés ne sera pleinement atteinte qu’en 2019.

Les MH-60R « SeaHawk » doivent progressivement venir remplacer les actuels huit Lynx Mk.90B. Au total neuf Sikorsky MH-60R « Seahawk » ont été commandés pour un montant de 686 millions de dollars. Ces appareils seront exploités par l’escadrille 723 basée à Karup près de Viborg.

 

Le MH60R «SeaHawk» :

La version MH60R et le dernier développement du SH60-SeaHawk destiné à la lutte anti-sous-marine et de bâtiments de surface. Il remplace et reprend l’ensemble des missions actuellement dévolues aux actuels SH60B et SH60F. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le MH-60R représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, le MH60R est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications.

Lockheed Martin qui est responsable de l'intégration numérique de poste de pilotage de l'hélicoptère, du radar multi-mode, du sonar acoustique à longue portée et l’adjonction d’une caméra infrarouge. Le MH60R dispose également d’une architecture électronique permettant de protéger l’aéronef contre les menaces missiles. 

 

MH-60R-Denmark-Delivery.jpg

Photos : Sikorsky MH-60R « SeaHawk danois @ Sikorsky

Le B737-900 MAX effectue sa présentation !

K66629-03.jpg

Renton, Washington, Boeing a marqué une étape importante aujourd'hui avec la présentation du premier B737-900 MAX. Le B737-900 MAX est le deuxième membre de la nouvelle famille « 737 MAX » avec une capacité maximale de 220 passagers et un rayon d’action de 3.515 miles nautiques.

Les ingénieurs ont débuté la vérification des systèmes avec l’alimentation des moteurs. Une fois terminé, l'avion va débuter ses essais en vol dans les prochaines semaines.

Le B737-900 MAX est prévu pour entrer en service en 2018, alors que le B737-800 MAX est sur la bonne voie pour être livré au deuxième trimestre de 2017.

La famille « MAX » :

La famille B737 "MAX" comprend le B737-700 «MAX», le B737-800 «MAX» et le B737-900 «MAX», trois appareils qui occuperont le marché des monocouloirs de 100 à plus de 200 sièges. Le B737 «MAX » se caractérisera par un rayon d’action supérieur à celui de la famille B737 NG, avec une autonomie de 6’482 km (3’500 milles nautiques), soit 741 à 1’000 km de plus que le B737 NG. La première livraison du B737-900 «MAX» est prévue en 2018, suivie par la première livraison du B737-700 «MAX » en 2019.

 

K66629-01.jpg

Photos : le premier B737-900 MAX@ Boeing

 

 

06/03/2017

Le troisième PC-24 a pris son envol !

PC-24_III_17.03.06_1183.jpg

Stans, le troisième exemplaire (P03) du Pilatus PC-24, immatriculé HB-VSA a effectué avec succès, ce matin son premier vol, malgré une météo capricieuse. Dans sa livrée bleue, le « super jet polyvalent, immatriculé HB-VSA, a volé à travers la Suisse centrale pendant 2 heures et 5 minutes.

Avec ce troisième jet qui a rejoint l’équipe d’essais en vol, l’avionneur suisse tient son calendrier pour une certification prévue pour cette année encore. Les livraisons débuteront l’année prochaine comme prévu initialement.

Par ailleurs, Pilatus est déjà très avancé en ce qui concerne la formation et le soutien à la clientèle du PC-24. L’avionneur développe ses unités de formation et de maintenance, y compris avec un simulateur de vol complet du PC-24 en partenariat avec FlightSafety International. Un réseau de soutien du PC-24 dans le monde entier est actuellement en finalisation, afin de fournir l’ensemble des services de première classe "round-the-clock" pour les clients.

Pilatus a également développé un nouveau programme d'appui du nom de « CrystalCareTM », qui permettra la couverture la plus complète possible pour l'entretien de l’avion.

pilatus aircraft,pc-24,jet privés,nbaa,ebace 17,swiss jet,business jet,pilatus,infos aviation,les nouvelles de l'aviation1 &

Le PC-24:

Capable d’utiliser des pistes très courtes et peu aménagées, le PC-24 est le premier jet d’affaires du monde à pouvoir bénéficier d’une porte cargo standard. Le jet dispose également d’une cabine très spacieuse dont l’intérieur peut être adapté aux exigences personnelles du client. Tout ce qui en fait un « hyper polyvalent Jet », un avion qui est conçu pour une grande variété de missions en ligne avec les besoins individuels. Le cockpit est construit autour d’une suite avionique développée sur un concept Pilatus baptisé « Advanced Cockpit Environnement » (ACE), avec quatre écrans de 12 pouces et un système de vision synthétique. Pilatus vise une certification Single Pilot (un seul pilote) IFR (vol aux instruments).

Le jet offre un rayon d’action de 3’610 km avec quatre passagers (3’300 avec six passagers) et une vitesse de croisière maximale de 787 km/h. Il peut emporter jusqu'à 10 passagers en cabine pressurisée.

Son généreux compartiment bagages accessible en fond de cabine est desservi par une véritable porte cargo, située entre les ailes et le moteur, à l'instar de son petit frère à hélice, le PC-12NG. Le PC 24 peut donc, lui aussi, proposer une palette d'aménagements très diversifiée. Il est alimenté par deux réacteurs Williams FJ-44-4A montés à l'arrière du fuselage.

Avec une distance de décollage de 820m et une distance d'atterrissage de 770 m, le PC-24 est destiné à être utilisé également sur des pistes non revêtues (neige, herbe, sable).

L'appareil a également la possibilité d'atteindre rapidement un niveau de vol élevé (45 000 pieds), comme de nombreux jets d'affaire, pour échapper à l'intensité du trafic sur les principales routes aériennes et garantir ainsi, une meilleure souplesse d'utilisation dans les régions au ciel encombré.

A ce jour, le PC-24 compte 84 commandes fermes, soit trois années de production.

 Présentation à EBACE à Genève :

Pilatus annonce par ailleurs que l’avion (P03) sera présenté au grand public pour la première fois à la Convention européenne Business Aviation & Exhibition (EBACE) à Genève, 22 au 24 mai, 2017. L’avion sera doté d’un intérieur « VIP » L’avion sera équipé d’un intérieur VIP de type "Zermatt" exécutif .

 

 

 

 

 

PC-24_VSA_IV_17.03.06_6533.jpg

Photos : 1 & 3 Vol inaugural du troisième PC-24 @ Stephan Widmer 2 En vol@ Pilatus Aircraft

Le second Global 7000 s’est envolé !

original.jpg

Bombardier Avions d’affaires a annoncé aujourd’hui que le deuxième véhicule d’essais en vol (FTV2) du programme d’avions Global 7000 et Global 8000 a effectué son premier vol. Ce jalon confirme une fois de plus que le développement du programme se déroule bien et que la mise en service du biréacteur d’affaires Global 7000 devrait avoir lieu comme prévu au second semestre de 2018.

Surnommé « le puissant », le deuxième véhicule d’essais en vol est conçu pour mettre à l’essai les systèmes de bord de l’avion, y compris ses systèmes de propulsion, électriques et mécaniques, qui étaient tous entièrement fonctionnels durant le vol de 4 heures et 28 minutes.

Le commandant de bord Jeff Karnes, assisté par J.R. Marcolesco, copilote, et par Ben Povall, ingénieur, Essais en vol, a décollé des installations de Bombardier à Toronto, samedi à 10:50 (HNE). Ce premier vol a également permis de vérifier la performance de l’avion à haute altitude, le deuxième véhicule d’essais en vol ayant atteint 13,106.4 m (43,000 pieds), comme prévu.

Le Global 7000 :

Le biréacteur d’affaires Global 7000 est conçu de façon unique à partir de l’intérieur pour livrer une expérience cabine incomparable. Seul biréacteur d’affaires de l’industrie avec quatre zones habitables distinctes et une aire de repos réservée aux membres d’équipage, l’avion Global 7000 procure un niveau sans pareil de confort et de souplesse du design intérieur qui deviendront la norme pour une nouvelle catégorie de biréacteurs d’affaires à large fuselage.

La conception évoluée de l’aile du biréacteur d’affaires Global 7000 optimise la vitesse, l’autonomie et la maîtrise de l’appareil pour offrir un vol exceptionnellement doux, une capacité d’approche à angle prononcé et des performances sur courte piste. Donnant accès à des aéroports comme London City, le biréacteur d’affaires Global 7000 vous rapproche plus efficacement de votre destination finale.

Le biréacteur d’affaires Global 7000 pourra relier Londres à Singapour, Doubaï à New York, ou Sydney à San Francisco sans escale et pourra atteindre une vitesse opérationnelle maximale de Mach 0,925. Les passagers voyageant à bord du biréacteur d’affaires Global 7000 vivront l’expérience d’une autonomie long-courrier de 7’400 NM (13 705 km) à M 0,85 avec 8 passagers.

 

Photo : le second Global 7000 @ Bombardier

 

05/03/2017

Taïwan veut un nouvel avion école indigène !

28b6ff4c.jpg

Le gouvernement taïwanais, tient à soutenir l'industrie locale pour concevoir un nouveau jet école d'entraînement pour 2020. L’objectif est de venir remplacer les actuels AT-3 et Northrop F5F de l’école de l’air. La Force aérienne taïwanaise a exprimé un besoin pour 66 appareils.

Le XAT-5 :

La société Aerospace Industrial Development Corp (AIDC) a révélé le concepts du XAT-5 école qui est en soi une variante F-CK-1 « Ching Kuo ». Selon le porte-parole d’AIDS, le premier XAT-5 pourrait voler en 2020 et être opérationnel cinq ans plus tard. Le lancement d’un avion jet école permettrait également de relancer l’industrie aéronautique de l’île. Toujours selon l’avionneur taïwanais, le nouveau jet d'entraînement avancé sera développé sans l'aide d'un partenaire étranger.

Une forte bataille :

Cependant, avant de pouvoir lancer ce nouveau projet, il faudra d’abord passer par une évaluation de candidats étrangers comme le KAI T-50 et le Leonardo M-346. A fortiori, le choix final aura une importance primordiale pour la petite industrie aéronautique de Taïwan, car dans le cas d’un choix étranger c’est l’avenir de celle-ci qui sera en jeu.

 

XAT-5_Advanced_Trainer_Model_Display_at_AIDC_Booth_20150815a.jpg

Photos : Le projet XT-5, un enjeu pour l’avenir aéronautique de Taïwan @ AIDC