16/01/2013

Les maladies de jeunesse du B787 !

993047819.jpg


 

Le constructeur américain doit faire face à une série noire concernant son B787 «Dreamliner»,  les incidents se succèdent ces dernières semaines à un rythme inquiétant. Le principal problème est électrique, mais des soucis concernant une fuite d’huile ou de carburant ainsi qu’un problème de frein ont conduit la FAA et Boeing à enquêter sur le sujet.

 

Les problèmes :

 

Soyons clair dès le début, le «Dreamliner» est un nouvel appareil, qui plus est de nouvelles générations. Les problèmes de mise en service sont courants sur les appareils qui débutent leurs carrières, l’aviation est jonchée d’exemples. Concernant le B787, le problème de fuite de carburant (Japan Airlines) découvert dernièrement à Boston est dû à une valve mal fermée, qui a permis le transfert de carburant d’un réservoir vers l’autre et provoqué le trop plein.

 

Le problème de frein découvert sur le vol ANA698 est dû à un « bug » informatique et fait suite à un message de dysfonctionnement reçu par les pilotes concernant le train d’atterrissage gauche, par précaution, ceux-ci ont été remplacés.

 

Mais ce qui préoccupe de manière répétitive les divers acteurs du «Dreamliner» se situe au niveau électrique. Le point d’inquiétude concerne les batteries au lithium-ion qui ont de manière répétitive prit-feu. Il faut savoir que Boeing a choisi ce type de batterie suite à plus de 1,3 millions d’heures de vol au essais.

 

Le National Transportation Safety Board a commencé le week-end dernier, son examen de la batterie au lithium-ion retiré d'un 787de  Japan Airlines qui a pris feu à l'aéroport international Logan de Boston le 7 Janvier.

Transporté au Laboratoire des Matériaux du NTSB à Washington, le 10 janvier, la batterie a subi une analyse radiographique alors qu’en parallèle on testait une batterie sur une installation d'essai indépendante.  Les radiographies numériques et la tomodensitométrie ont permis à l'équipe de documenter l'état interne de la batterie avant le démontage. On attend le résultat de l’enquête sur les batteries, mais les soupçons semblent montrer a priori une surcharge de celles-ci.


 

1827560906.jpg


 

Signalons également un feu de panneau électrique dû à la création d’un arc électrique à l’intérieur de celui-ci. La NTSB à découvert, que celui-ci était le fait d’un lot de cartes de circuits imprimés fournis par un fournisseur.

 

Processus de correction :

 

Il faudra un certain temps avant de pouvoir remédier à ces problèmes, mais la FAA en collaboration avec le constructeur dicte déjà des mesures d’urgences, dans l’attente de mettre en oeuvre des correctifs plus profonds. Il donc fort possible, que la FAA devra édicter des règles plus strictes et mettre l’accent en particulier sur les systèmes électriques de l'avion, y compris les batteries et les panneaux de distribution d'électricité qui contribueront à corriger certaines pièces et l'assemblage celles-ci. Cela contribuera à   valider les correctifs du processus de certification.

 

 

 

Du côté de Boeing: 

 

Le constructeur estime que le « Dreamliner » a un niveau de fiabilité similaire à celui du B777 après environ quatorze mois de vols commerciaux, et meilleur que celui d’appareils plus anciens. Selon le chef de projet «787»Mike Sinnett, « ces problèmes sont les mêmes qu’avant : nous ne les voulions pas alors, et nous avons travaillé dur pour les régler, ce que nous allons encore faire ». Il avoue toutefois que les incidents électriques du mois de décembre constituaient « une surprise », n’ayant été rencontrés « qu’une seule fois en 100’000 heures ». United Airlines et Qatar Airways auraient été victimes selon lui de trois cartes-mères défectueuses provenant « d’un seul lot de 16 ».

La perception extérieur et mesures rassurantes :

De manière générale, des incidents qui surviennent sur un aéronef nouvellement mis en service, attire naturellement l’attention des médias et du public. Les incidents concernant l’entrée en service de l’A380 ont également focalisés celui-ci. Le B787 n’échappe pas à la règle, nous avons ici, un avant tout un problème de perception. Cependant, si ces problèmes ne changeront rien au succès commercial du «Dreamliner» à long terme (déjà 850 commandes) il se peut qu’à court terme les nouveaux clients se montre plus frileux. Boeing est pourtant loin de la vague de critiques, qui avait péjorer à l’époque l’entrée en service de l’A320, desservit par des problèmes informatiques et surtout, trois dramatiques crash. 

En attendant, les compagnies japonaises All Nippon Airways et Japan Airlines ont temporairement décidés de cloués au sol leur flotte de B787, en attendant les premiers résultats des enquêtes. 

 

cPLEIm6p_thumb_380_dalle_frecce_tricolori_al_b787_dreamliner_3.jpg


Photos : le B787 @ Boeing


22:11 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, b787, dreamliner |  Facebook | |

L’Egypte commande 6 C-295 !

Egyptian_Air-Force_C295-468x303.jpg

 

Airbus Military a reçu une commande de six avions de transport C295 supplémentaire de l'armée de  l’armée l'air égyptienne, ce qui portera la flotte égyptienne à un total de 12 C-295. Ce troisième lot d'avions ainsi que les pièces de rechange et équipements associés de soutien doivent être livrés à partir de la fin de l’année 2013.

Rappel :

La nouvelle génération de C-295 est l'appareil idéal pour les missions de défense et d’actions au profit de la société, telles que les actions humanitaires, les patrouilles maritimes, et des missions de surveillance de l'environnement, entre autres. Avec des systèmes simples, le C-295 de transport tactique fournit par sa taille et sa grande polyvalence une très bonne flexibilité de mise en oeuvre pour le personnel, des troupes et le transport de fret encombrant, palettes, évacuation médicale, la communication et les fonctions de logistique ou de parachutage.La polyvalence du C-295 permet également d'être configuré dans des versions spéciales telles que les «Gunship», de surveillance terrestre, recherche et sauvetage, patrouille maritime, Anti-Submarine Warfare, SIGINT ou Airborne Early Warning. Le mélange de la technologie civile et militaire en double équipement assure le succès des missions difficiles en milieu tacrtique tactiques. Les C-295 en service aujourd'hui ont accumulé plus de 110.000 heures de vol dans les conditions les plus exigeantes, du froid extrême dans les régions désertiques chaudes. Le C-295 fait partie de la famille Airbus Military avions de transport légers et moyens, qui comprend également le plus petit C-212 et CN-235.

 

Photo : C-295 égyptien @ Airbus Military

 

 

 

 

15/01/2013

Apparition du premier A400M français !

_BUS8712_high.jpg


 

 

SEVILLE, Airbus Military à présenté le premier exemplaire de l’avion de transport lourd A400M destiné à équiper prochainement l’Armée de l'Air française. Ce premier A400M de série no : MSN7 sortit devant le chaine d’assemblage et portant les couleurs française, marque ainsi une nouvelle étape décisive du programme.

 

Livraison  prochaine attendue  :

 

Ce premier  A400M série destiné à son client l’armée française sera livré officiellement pour le second trimestre de cette année. L’Armée de l’Air française sera le premier client à recevoir l’A400M cette année et sera suivie de du Royaume-Uni. La France à commandé 50 appareils de ce type. Trois A400M devraient être livré à notre voisin cette année. L’avion va permettre de combler un déficit de capacité de transport auquel fait doit faire face l’armée française depuis quelques temps. Sur ce sujet, le général Denis Mercier, patron de l’armée de l’air, déclarait dernièrement : « l’A400M , nous permettra d’assurer des liaisons régulières avec les DOM-COM et de mutualiser des capacités de transport avec d’autres ministères, qui se tournent aujourd’hui vers des affrètement coûteux. CEt avion nous permettra de mieux réagir aux surprises stratégiques comme l’évacuation de ressortissants. Nous pourrons également revoir nos principes de prépositionnement de forces et d’équipements».


 

image-40583-galleryV9-ckej.jpg


 

L’A400M :

 

L’A400M appelé également «Grizzy» est un avion de transport militaire polyvalent conçu par la division militaire d’Airbus (Airbus Military). Il est pour l'instant commandé à 174 exemplaires par huit pays différents à savoir l’Allemagne (, la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, le Portugal et l’Angleterre, qui ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés  dans le cahier des charges européens ESR (Europen Staff Requirement). En outre, l’A400M peut servir à la fois de moyen de transport aérien et de plateforme de ravitaillement en vol aussi bien pour des avions de combat que pour des hélicoptères. L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années. Offrant deux fois plus de performances et de capacités d’emport que les avions actuels qu’il remplacera.


 

020_A400M Roll Out3372754744.jpg


 

Photos : 1 Le MSN7 aux couleurs française 2 Cockpit A400M & pilotes d'essais  3 Au Salon de Fanborough @ Airbus Military 


BOC commande 50 appareils de la famille A320 !

A320ceo_BOC_CFM[1].jpg

 

Le début de l’année semble convenir au constructeur européen qui retrouve des couleurs avec une nouvelle commande qui provient cette fois de BOC Aviation, filiale basée à Singapour de leasing d'avions de Bank of China. Cette commande dont la finalisation des négociations à eu lieu en décembre 2012 comprend  50 appareils de la famille A320, La commande comprend des variantes d’A320 et A321. BOC Aviation fera son choix en matière de motorisation plus tard.

 

12:13 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : airbus, a320, a321, boc |  Facebook | |

14/01/2013

Sukhoi SU-30SM supplémentaires pour la Russie !

5_11-09-07.jpg


 

MOSCOU, Vladimir Poutine l’avait annoncée, la seconde phase de modernisation des Forces russes est lancée ( Systèmes de DCA AS-400, sous-marin de la classe Boreï), mais également le lancement d’une seconde commandes d’avions de combat Sukhoi SU-30SM. Le ministère russe de la Défense a signé un contrat avec le constructeur Sukhoi / Irkut pour de 30 SU-30SM biplaces supplémentaires. Cette commande fait suite à la première série lancée en mars de l’année dernière (article avia new du 27 mars 2012), qui comprend 30 appareils SU-30SM devant être livré jusqu’en 2015.

 

Cette seconde commande également de 30 appareils devra débuter en 2016 et maintenir également la chaine de montage du standard «30SM». Irkut a livré la première paire de SU-30SM en novembre l'année dernière (voir article avia news du 22 novembre 2012). Ces premiers appareils SU-30SM sont actuellement en cours d’essais au sein du polygone de tir de Glits dans l’Akhtubinsk, sud de la Russie. Selon le commandant des forces de l'air russe le général Victor Bondarev, le service attend de recevoir  "plus de dix" SU-30SM cette année. 

 

foto_6__su_30sm1_192.jpg

 

 

 

Le Sukhoi SU-30SM :

 

images.jpeg


Les SU-30SM se différencient  des SU-30MKI indiens par leurs équipements entièrement russes, leur système d'identification "ami/ennemi" et par quelques autres éléments. Pour développer cette version, Sukhoi profita de son expérience avec le programme SU-35 en ce qui concerne par exemple l’avionique. Tout comme la version MKI, le SM dispose de plans canard et de des tuyères à poussée vectorielle couplées aux moteurs Saturn Lyulka AL-31Fl.

L’appareil disposera d’un radar à antenne à balayage électronique (AESA) de type Zhuk-AE du fabricant russe Phazotron. L’antenne en bande X permet de suivre 30 cibles aériennes en mode piste pendant l’exploration et d’engager 6 cibles simultanément en mode attaque, le système comprend également un système de balayage électronique passif Tikhomirov INPI N-014. L’avionique est également de dernière génération avec écrans multifonctions (EFIS), système de positionnement par satellite GLONASS et un nouveau système de communication sécurisé.

L’armement est multiple pour permettre l’engagement air-air et air-sol mais également air-surface. L’option de dissuasion nucléaire est également possible avec capacité de frappe d’interdiction et la suppression des défenses antiaériennes. L’appareil dispose d’une nouvelle version de siège éjectable de type Zvezda K-36DM.

vladsu-30sm.jpg

Photos : 1 SU-30SM en vol  2 SU-30SM de face 3 Cockpit 4 Chaine de montage @ Irkut/Sukhoi