14/07/2011

Premier baptême du feu pour les EA-18G « Growler » !

 

 

EA-18G_VAQ-132_CAG_Bird_in_flight_2009.jpg

 

 

ST. LOUIS, Boeing Les EA-18G « Growler » exploité par l’escadron de guerre électronique VAQ-132 « Scorpion » ont réussi leur baptême du feu pour ce type d’appareil ! Le groupe vient de rentrer sur sa base d’attache à Whidbey Island Naval Air Station, Etat de Washington après avoir été engagé en Irak puis en Libye.

 

L’Irak et surtout la Libye :

 

Les EA-18G « Growler » du VAQ-132 « Scorpion » viennent de terminer un déploiement de huit mois au sein de l'US Central Command (CENTCOM) en Irak  et l'US Africa Command (AFRICOM),  dans le cadre des opérations dans le ciel Libyen. Le premier déploiement en Irak fut assez court pour l’escadron, qui fut engagé dès les premières heures, au-dessus de la Libye afin de neutraliser, les défenses anti-aériennes et d’opérer une saturation des moyens radars et électronique, fidèles au dictateur Kadhafi. Ces appareils étaient stationnés sur la base aérienne d’Aviano en Italie.

 

Depuis le départ du VAQ-132 du théâtre des opérations, le squadron VAQ-141 « Shadowhawks »  également doté de EA-18G « Growler » a reprit le flambeau à bord du porte-avions l'USS George HW Bush  (CVN77) et marque ainsi le premier engagement des « Growler »  en mer depuis une flottille de bâtiments de surface.

 

110709-N-ZK021-005.jpg

 

L’US Navy satisfaite du EA-18G :

 

Le Capt Mark Darrah, Directeur du programme d’introduction du Super Hornet et de l’EA-18G ne cache pas sa satisfaction en ce qui concerne l’emploi du nouvel appareil, selon les premiers commentaires des pilotes du VAQ-132, l’EA-18G a parfaitement répondu au attentes de ceux-ci, les pilotes ont pu tirer de nombreuses expériences et mettre à profits l’ensemble des systèmes qui composent  le système d’arme du « Growler ».

 

Rappel sur le EA-18G « Growler » :

 

 L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur  EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage  couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218 lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Vaq-132.gif

 

 

 

Les systèmes embarqués du Growler lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

-  Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contre partie le Growler dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS  qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

Capacités ECM :

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

Capacités de tirs :

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,) 

-          Elimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du Growler de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.

 

VAQ132_Small.jpg

 

Photos : 1 EA-18G « Growler » du VAQ-132 « Scorpion » 2 VAQ-132 en vol 3 Emblème du VAQ-132 4 L’escadron VAQ-132 à son arrivée à Whidbey @ US Navy

 

 

08:03 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : us anvy, ea-18g, growler, vaq-132, scorpion, irak. libye |  Facebook | |

13/07/2011

Un petit ZEHST de supersonique ?

RTEmagicP_ZEHST-climbing_txdam22881_e5f6d6.jpg

Le groupe EADS a présenté au dernier Salon du Bourget l’une de ses idées en matière de R&D (Recherche & Développement) dont l’objectif serait de trouver un remplaçant au défunt Concorde. Le nouvel appareil devrait par contre être complètement éco-efficient. Mi-avion mi-fusée, le programme ZEHST (Zero Emission High Supersonic Transport) pourrait donc servir de pistes pour des développements futurs.

Le programme de recherche ZEHST :

Le programme Zero Emission High Supersonic Transport doit permettre d’évaluer  la faisabilité d’un appareil susceptible de voler au niveau de la stratosphère (La stratosphère est située entre 8 et 20 kilomètres d'altitude) à des vitesses proches de Mach4 à l’aide de biocarburants. EADS prévoit de déboucher sur un démonstrateur dont permettant de valider plusieurs nouvelles technologies ainsi que de nouvelles normes en matière de rejet de CO2, soit -75%,une baisse de 90% des oxydes nitriques et une diminution du bruit de l’ordre de 65%.

Trois modes de propulsion :

Ce projet sera également révolutionnaire en matière de propulsion avec trois modes distincts qui seront utilisés en fonction des phases du vol. Pour le décollage et l’atterrissage, l’appareil utilisera réacteur classique mais approvisionné en biocarburant de 3e génération exclusivement. Ce premier mode sera utile jusqu’à une altitude de 5000 mètres. Lors de la montée en altitude, au-delà de 20.000 mètres à 0,8 mach, l'appareil utilisera des moteurs cryogéniques comme ceux du lanceur Ariane, alimentés par de l'hydrogène. Puis pour le passage à sa très grande vitesse de croisière (mach 4) et à une très haute altitude (32.000 mètres) ZEHST basculera sur des moteurs appelés de type « Ramjets » (qui équipent aujourd'hui les missiles de croisière).

 

Quel usage commercial ?

Au cas où ce projet déboucherait sur un appareil commercial, celui-ci aurait une capacité de 50 à 100 sièges et permettrait par exemple de relier Paris à Tokyo en 2H30. Aux vues de la faible capacité de transport, l’avion aurait vocation d’être destiné à une clientèle restreinte pratiquant les voyages d’affaires.

Rêve ou réalité ?

Le programme ZEHST est un équivalent de ce que l’on nomme dans l’industrie de l’automobile les « Concept Car ». Un tel projet au-delà d’un démonstrateur non habité qui pourrait voler d’ici quelques années, ne pourrait être viable avant les années 2050. Beaucoup reste à faire en matière de nouvelles technologies, valider les concepts. Mais ce genre de projet permet aussi de créer des systèmes et des modes d’industrialisation qui eux pourraient intégrer l’aviation de tous les jours et ceci d’ici quelques années déjà ! Et puis reste une grande inconnue d’un tel projet, la rentabilité ? Ce qui a manqué d’ailleurs au programme du Concorde.

Un élément lui reste intéressant, porteur : la créativité ! Car, sans la créativité l’aviation n’a pas d’avenir et la base de celle-ci, ne vient-elle pas du rêve ?

article-2005513-0ca1c3ef00000578-195_964x563-620x362.jpg

 Photos :  Images de synthèse du programme ZEHST@ EADS

12/07/2011

Thaïlande : Les Gripen & Erieye opérationnels !

 

RTAF%20Ceremony%20440.jpg

Base aérienne de Surat Thani (sud du pays), le 8 juillet 2011, La Royal Thaï Air Force (RTAF) a, lors, d’une cérémonie, déclaré officiellement, l’entrée en service opérationnel du « duo » composé des SAAB JAS-39C/D Gripen et SAAB 340 AEW Erieye  comme nouvelle composante  dans l’armée de l’air.

 

 

Une  nouvelle ère vient donc de débuter pour la RTAF  et ceci depuis 2008, quand un accord a été signé entre l'Administration suédoise du matériel de défense et de la RTAF, pour la livraison de six avions de combat Gripen C / D multi-rôle pour  remplacer les Northrop F-5 E/F non modernisé. Cette commande comprenait également un SAAB 340 AEW Erieye ainsi qu’un second appareil de SAAB 340 de transport.

Une seconde commande de 6 chasseurs JAS-39 C/D Gripen a été passée en 2010 et sera livrée d’ici 2013.

 

482361954.jpg

 

La formation du personnel thaïlandais a commencé en 2009. Quatre pilotes et 20 techniciens ont été formés par les Forces armées suédoises (SwAF). En 2010, ils étaient de retour dans leur pays d'origine et étaient prêts à recevoir la livraison du premier lot d'avions. Le premier Saab 340 AEW Erieye et l'avion de transport Saab 340 sont  arrivés au mois de  décembre 2010 et le premier lot des six  chasseurs Gripen a  quitté la Suède pour la  Thaïlande en février 2011.

Depuis la livraison du premier lot de six appareils, une seconde volée  de pilotes et de techniciens  de la RTAF ont été formés et qualifié en Suède.

 

 

Cette année, dix techniciens ont été formés en Suède puis, est diplômé en juin 2011. La première partie du cours a été menée au sein des  Forces armées de la Technical School (Air Force) à Halmstad. Là, les connaissances techniques de base de l'aéronef et ses différents sous-systèmes ont été étudiés. La deuxième partie de la formation a été réalisée au sein de  à Såtenäs au sein de l’Escadre 7. Puis vint la troisième partie de la formation qui

s’est concentrée sur les aspects pratiques et la manière dont les appareils doivent être manipulés en service quotidien et les divers travaux de maintenance.

 

 

Les pilotes de Gripen sont tous d’ancien aviateurs ayant volé sur F-16, ce choix de la RTAF a permis une transition plus rapide vers le nouvel appareil, soit quatre mois. La première partie du cours est appelée Formation de conversion (CT) et permet  d'apprendre à piloter le Gripen. La formation se déroule dans des simulateurs puis à bord de Gripen D bi-places qui prépare le premier vol « solo ». Le CT est suivi par la formation de préparation au combat (CRT). Durant cette phase, les pilotes apprennent à utiliser le radar et les systèmes d'armes.

1503335651.jpg



Photos :1 Cérémonie d’entrée en service 2 JAS-39 D Gripen RTAF 3 SAAB 340 Erieye & Gripen de la RTAF @ SAAB Gripen

 

 

 

 

 

08:06 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rtaf, gripen, saab, royal thai air force |  Facebook | |

11/07/2011

Tibet Airlines reçoit son A319 !

244b7c3a5c.jpg

Tibet Airlines, compagnie chinoise récemment créée, basée à Lhasa, dans la région autonome du Tibet, en Chine, a réceptionné son premier A319, devenant ainsi un tout nouvel utilisateur d’Airbus en Chine. Cet A319 est le premier de trois exemplaires commandés en mai 2010.

Cet A319 de Tibet Airlines, équipé des réacteurs CFM56-5B, peut accueillir 128 passagers dans une configuration bi-classe (huit en classe Premium et 120 en classe économique).

Cet appareil desservira les aéroports les plus élevés du monde, tels que Ali Kunsha au Tibet, situé à plus de 4 000 m d’altitude, et utilisera les procédures RNP-AR (Required Navigation Performance - Authorisation Required) sur les vols desservant Lhasa et d’autres lignes régionales au départ de Pékin et Chengdu.

Les procédures RNP-AR représentent aujourd’hui la technique de navigation la plus avancée permettant à l’appareil d’emprunter avec précision une route prédéfinie, en utilisant les systèmes de navigation embarqués et le système GPS GNSS (‘Global Navigation Satellite System’). RNP AR est particulièrement important pour les utilisateurs dont la base est localisée sur un aéroport situé en altitude. Tibet Airlines a sélectionné Quovadis en tant que partenaire stratégique pour ses opérations RNP-AR.

Un excellent semestre pour Airbus :

Airbus a annoncé 640 commandes nettes d'avions au premier semestre, Airbus a décroché en particulier une commande ferme record de la compagnie malaisienne AirAsia pour 200 exemplaires d'A320NEO, la version améliorée de son monocouloir A320.

Sur le semestre, Airbus a engrangé un total de 777 commandes brutes et livré 258 avions, dont dix très gros porteurs A380.

Photo : A319 Tibet Airlines @ Airbus /C.Brinkman

 

 

 

 

08:23 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aribus, a319, tibet airlines |  Facebook | |

10/07/2011

Airbus teste la pile à combustible !

 

 

07b357f74c-1.jpg

 

 

Airbus est activement engagé dans le développement d’avions plus écologiques et l’augmentation de l’éco-efficience de sa famille d’appareils dotée de technologies avancées. L’une des technologies les plus prometteuses pour l’élimination des émissions lors des opérations au sol est la pile à combustible.

En collaboration avec son partenaire de recherche DLR, Airbus étudie le potentiel de cette technologie, son intégration dans ses appareils, et a déjà effectué avec succès en 2008 le premier essai en vol sur un avion civil équipé d’un système de pile à combustible pour alimenter les systèmes de secours de l’appareil.

Afin d’obtenir davantage de données détaillées sur le potentiel de la technologie des piles à combustible en tant que générateur de l’énergie électrique nécessaire pour les opérations avion au sol, un démonstrateur technologique construit par le DLR a été installé sur un A320, propriété du DLR, utilisé pour les essais de piles à combustible, sur le site Airbus de Hambourg. Ce démonstrateur technologique comprend une pile à combustible qui alimente un moteur électrique entraînant les roues du train avant, permettant ainsi à l’appareil de rouler de façon autonome. L’objectif de ces essais est de valider plus avant le potentiel de la technologie intégrée des piles à combustible pour alimenter les fonctionnalités futures des avions comme le roulage autonome. Les données recueillies au cours de ces essais seront analysées par Airbus et le DRL pour développer davantage l’intégration de cette technologie et les possibilités d’optimisation future.

Dans le cadre de ces activités communes de R&T, Airbus est chargé de l’architecture globale et de l’intégration de la technologie sur avion ; pour sa part, le DLR est chargé des activités de recherche de base sur la technologie de la pile à combustible pour son application dans le domaine aérospatial. Le train d’atterrissage et le moteur alimenté par une pile à combustible intégrée conçue par le DLR sont fournis par Lufthansa Technik, basée à Hambourg.

Airbus considère que la technologie de la pile à combustible est un élément essentiel pour parvenir aux objectifs ACARE 2020, qui prévoient une réduction de 50% des émissions de CO2, de 80% des émissions de NOx et de 50% du bruit perçu. Pour cette raison, Airbus recherche des partenaires industriels prêts à s’engager dans ce domaine. En outre, Airbus est très actif dans la mise en œuvre et les essais en matière de biocarburants et soutient pleinement la mise en place de chaînes de valeur de biocarburants locales dans le monde entier. Dans le cadre d’initiatives de plus grande envergure, comme la gestion du trafic aérien (ATM), Airbus coopère avec l’ensemble des organisations concernées afin de parvenir aux meilleures solutions pour les compagnies aériennes et l’environnement. Airbus joue un rôle essentiel dans le programme SESAR dont le but est d’accroître l’efficacité de l’ATM européen, et entretient des relations avec les équipes impliquées dans NEXT GEN, le projet équivalent aux Etats-Unis.

Photo : Airbus A320 test @Airbus

 

14:32 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eco-aviation, airbus, a320, pile à combustible |  Facebook | |