26/01/2017

L’Inde présente son Hawk 132 amélioré !

16299108_1321409404603778_7187978756082376175_n.jpg

New Delhi, l'entreprise indienne Hindustan Aeronautics (HAL) a présenté une version améliorée de l’avion école Hawk Mk132 de BAE Systems. L’avion nommé « Hawk i » sera présenté officiellement lors du Salon aéronautique Aero India qui se tiendra les 14 au 18 février prochain à Bangalore.

Le 100ème Hawk :

Ce hawk Mk132 amélioré est également le 100ème appareil à être produit en Inde par HAL dans le cadre du programme « Make in India ». Au total se sont 123 appareils qui ont été commandés par le gouvernement indien.

Le Hawk i MK132 comporte un ordinateur de mission développé de manière indigène et introduit un système de génération de cartes numériques (DMG) qui fournit une meilleure connaissance de la situation. Un système de formation virtuel intégré (EVTS) offrant une capacité de formation améliorée par rapport au système existant, des communications vocales sécurisées Softnet et des capacités de liaison de données ont également été incorporés. Les pilotes pourront configurer et sélectionner l'interface homme-machine (IHM) du poste de pilotage pour différentes plates-formes d'avions. L’ensemble de ces améliorations doivent contribuer à renforcer les capacités opérationnelles et d'entraînement de l'aéronef.

A noter que la modernisation a été réalisée de façon à être indépendante en ce qui concerne l'intégration de nouveaux sous-systèmes ou de modifications, la gestion de l'obsolescence des systèmes avioniques. HAL a déployé son propre avion avec les mises à niveau en un temps record selon les déclarations du porte-parole de HAL.

 

yourfile.jpg

Photos : le Hawk i MK132 de HAL @ HAL

 

 

25/01/2017

Un nouveau missile nucléaire pour les B-52 !

yourfile.jpeg

La Force aérienne américaine a réitéré son intention de commencer à développer un nouveau missile nucléaire à longue portée (LRSO) durant l’année. Ce futur missile viendra équiper la flotte de bombardiers stratégiques.

L’US Air Force prévoit de lancer le LRSO (Long Range Stand-Off) en 2030 pour remplacer les missiles actuels AGM-86B de croisière (ALCM) qui sont entrés en service dans les années 1980. Le 21 janvier dernier, la Force aérienne a annoncé qu'elle avait récemment testé la capacité du B-52H « Stratofortress » à tirer trois ALCM non armés et a confirmé les plans d'attribution de deux contrats de conception préliminaire pour le futur LRSO pour le quatrième trimestre de 2017. Cette décision est par ailleurs inscrite dans la loi d'autorisation de défense FY2017 que l'ancien président Barack Obama a promulguée en décembre. Cette décision concerne un budget de 95,6 millions de dollars pour faire avancer le développement du futur LRSO. Pour cette réalisation, l'US Air Force a publié une demande de propositions à l'industrie pour la maturité de la technologie LRSO et la phase de réduction des risques. Boeing, Raytheon, Northrop-Grumman et Lockheed-Martin se disputent la phase de réduction des risques. Le service prévoit d'attribuer jusqu'à deux contrats. Les gagnants auront alors quatre ans et demi pour compléter un plan préliminaire «avec une fiabilité et une fabrication démontrées», après quoi l'Air Force choisira un entrepreneur pour construire le missile.

A noter, que le nouveau secrétaire de la défense du président Donald Trump, le général de marine à la retraite James Mattis, n'a pas encore promis son soutien au programme, qui coûtera environ 20 milliards de dollars pour quelque 1’000 missiles.

Selon le calendrier de l’US Air Force, le futur LRSO viendra équiper la flotte de bombardier Boeing B-52H dans un premier temps. Puis se sera les B-2 « Spirit » et le futur B-21 « Raider ».

 

Photo : B-52H avec missiles ALCM @ USAF

Gros retard pour le Mitsubishi Aircraft MRJ !

C23AbbiUUAAcvCc.jpg-large.jpeg

Mitsubishi Aircraft vient d’annoncer que les livraisons de son avion régional le Mitsubishi Regional Jet (MRJ) sont désormais retardées de deux ans. Selon le nouveau calendrier de l’avionneur japonais, la première livraison se fera à la mi-2020.

Des problèmes de certification :

Selon l’avionneur cet important retard est dû en raison de problèmes de configurations électriques qui ne répondent pas aux dernières exigences demandées en vue de la certification. Plus précisément, lors d'un examen effectué l'automne dernier, les autorités de certification ont déterminé que la conception de certains systèmes électriques ne tenait pas compte des situations extrêmes telles que des fuites d'eau ou une explosion. Mitsubishi a déjà commencé une nouvelle étude de conception préliminaire.

Mitsubishi a souligné que le changement de conception n'aura aucune incidence sur la performance de l'avion, la consommation de carburant ou la fonctionnalité des systèmes, les quatre avions de test en vol qui sont déjà en exploitation continueront leurs tâches comme prévu et que les données de certification obtenues à partir de ces essais restent valables.

Dans un autre registre, la version MRJ90 ne s'inscrit toujours pas dans les limites de poids stipulées par les clauses du syndicat des pilotes des trois grands transporteurs des Etats-Unis. Cette problématique bloque la date de livraison de l’avion aux Etats-Unis. A noter que l’avionneur brésilien Embraer a repoussé son calendrier d'entrée en service du nouvel E175-E2 d'environ un an, de 2020 à 2021, pour la même raison.

Le Mitsubishi Aircraft MRJ :

Mitsubishi Heavy Industrie décline sont MRJ en deux classes, soit : le MRJ 70 (72 à 76 places) et le MRJ 90 (92 à 96 places), les deux versions seront également proposées aux standards : ER (Extended Range) et LR (long Range.Le MRJ sera le «  Regional jet » qui comprendra le plus de matériaux composite afin de diminuer l’impact sur l’environnement. Des recherches ont été menées par l’Energy and Indusrial Development Organization en collaboration avec l’Agence spatiale japonaise JAXA à ce sujet.

Le MRJ devrait pouvoir concurrencer en matière de coûts les actuels Bombardier CRJ900 et Embraer E175 avec une consommation en kérosène inférieure de l’ordre de 11% au premier et 13% au second. Toujours selon le constructeur, le MRJ doté des moteurs Pratt & Whitney PurePower PW1217G réduira l'empreinte de bruit au décollage de 40% par rapport à l’Embraer E190. Le MRJ pourra effectuer des vols sans escale au départ de Denver à New York ou à Miami par exemple.

Question confort, la cabine du MRJ permet l’installation de la nouvelle génération de «sièges minces», qui disposent d'un dossier de siège plus fin et qui prendront moins de place entre les rangées, en offrant un espace pour les genoux des passagers de 31 pouces. Ces sièges contribuent également à la réduction du poids de l’avion.

 

MRJ_cockpit.jpg

Photos : 1 MRJ 2 Cockpit @ Mitsubishi Aircraft

 

24/01/2017

Dubaï, GI Aviation met en œuvre le PC-12NG !

box4.jpg

Le premier PC-12NG de GI Aviation a inauguré ses opérations officielles en atterrissant sur la piste maritime de Sky Dive Dubai hier. La société met en œuvre le Pilatus PC-12NG moins de deux mois après avoir reçu son certificat d'opérateur aérien (AOC) de la General Civil Aviation des Emirats Arabes Unis.

Le directeur général Marios Belidis a déclaré que le premier vol de la compagnie avait eu lieu le 9 janvier, ajoutant que plusieurs vols de démonstration culmineraient avec le lancement opérationnel complet de la compagnie aérienne le 26 février prochain.

Premier Pilatus PC-12NG dans la région :

GI Aviation est la première entreprise à opérer le PC-12 « Next Generation » dans la région et est pionnier d'un tout nouveau modèle d’avion d'affaires dans le Golfe. Le Pilatus PC-12NG est certifié pour fonctionner à des températures allant jusqu'à 50 degrés Celsius (122 degrés F), ce qui signifie que les conditions chaudes des Émirats Arabes Unis ne risquent pas de présenter des difficultés pour l’exploitation de l’avion dans la région.

Le président fondateur de l'Association d'aviation commerciale du Moyen-Orient Ali Alnaqbi, qui a participé au lancement de GI Aviation à Dubaï a déclaré qu'il s'attend à ce que GI Aviation dispose d’une dizaine de PC-12 dans la région au cours des prochaines années.

Le Pilatus PC-12 «Next Generation» : 

Le PC-12 «Next Generation» offre nombres d'améliorations significatives par rapport à son prédécesseur, il intègre une  avionique Honeywell Primus Apex qui s’intègre dans un tout nouveau cockpit conçu par BMW Group Designworks USA, doté d’une plus puissante turbine  Pratt & Whitney Canada PT6A, le PC-12 offre une plus grande rentabilité pour ses opérateurs, ainsi, qu’une plus grande fiabilité pour répondre à des besoins de transport dans une économie toujours plus exigeante. Les PC-12 équipent non seulement de nombreuses sociétés de transport d’affaires, mais également les «Flying Doctors of Australia» et plusieurs sociétés d’ambulance notamment au Canada, les «Smokejumper» (pompiers volants) aux USA, ainsi que diverse Forces de police et récemment la Force aérienne Finlandaise.

 

yourfile.jpg

Photos : PC-12NG de GI Aviation @ GI Aviation

23/01/2017

Nouveau radar pour les Merlin de la Royal Navy !

Merlin-Crowsnest-large_trans_NvBQzQNjv4BqscKuyqQp6IXRzod7hjCu_j9ZoOdymdQ6ONrooXZWrQE.jpg

Le ministère britannique de la Défense a donné son autorisation à la production du nouveau système de radar de surveillance « Crowsnest » qui viendra équiper les hélicoptères AW101 « Merlin » HM.2 de la Royal Navy. Le contrat s'élève à 330 millions de dollars.

Le système de radar « Crownest » est fourni par Thales UK, Lockheed-Martin UK sera l'intégrateur du système et Leonardo sera chargé de modifier les cellules. Cette décision fait suite à la sélection du système radar de Thales en mai 2015 et de la phase d'évaluation qui a coûté 29 millions de dollars. Le « Crowsnest » de Thales est une mise à jour complète du radar de recherche et de mission « Cerberus » qui équipe actuellement sept hélicoptères de type Sea King Mk7 chargés d’effectués la mission de surveillance et de contrôle aéroportés (ASaC). Les Sea King entreront en retraite l'année prochaine, mais nouveau système de remplacement n'entrera pas en service pour la formation avant 2019, avec une capacité opérationnelle initiale à suivre au deuxième trimestre de 2020.

La conception « Crowsnest » se compose d'une seule tête de radar à balayage mécanique qui utilise un système innovant pour fournir une visibilité à 360 degrés. Le nouveau système offre une interface homme-machine optimisée, dotée d'une technologie d'écran tactile, alliée à un système autonome de suivi basé sur l'intelligence artificielle. Le nouveau système offre aux opérateurs un outil d'identification de cibles nettement amélioré ainsi que la possibilité de répertorier les contacts aéroportés. En outre, il introduit le radar à synthèse d'ouverture inverse et des actions de soutien électroniques totalement intégrées. Les opérateurs peuvent aussi exploiter les données collectées plus efficacement via un système d'enregistrement et de reproduction des missions hautement amélioré, permettant la reconstitution des données en temps réel ainsi qu'en retour de mission. Le système se plie ensuite vers le côté de l’hélicoptère quand il n'est pas en opération.

merlin-asac-02.jpg

Photos : Images de synthèse d’un Merlin Crownest @ Thales