19/12/2019

Hokkaido Air System réceptionne son premier ATR 42-600 !

345.jpeg

L’avionneur ATR, spécialisé dans les avions régionaux, a livré le premier de deux ATR 42-600 à Hokkaido Air System Co, Ltd (HAC), une société du groupe JAL. Cette livraison marque la première étape du remplacement de la flotte de Saab 340 de la compagnie. La livraison de cet avion garantira le maintien d'une connectivité aérienne régionale essentielle à Hokkaido.
 
L'ATR 42-600 offrira à HAC une capacité accrue pour les mêmes coûts d'exploitation, ce qui permettra à la compagnie aérienne d'augmenter ses revenus. Il offrira également aux passagers de HAC une cabine moderne et confortable avec des sièges de dernière génération de 18 pouces de large ainsi qu'un espace supplémentaire pour les bagages dans les compartiments de rangement.
 
Tetsu Ohori, Directeur général de HAC a déclaré : « Aujourd'hui est un grand jour pour nous chez Hokkaido Air System, un jour tant attendu qui marque un nouveau chapitre dans notre histoire. Nous avons tellement de touristes qui apprécient la fantastique richesse naturelle d'Hokkaido. En hiver, la nature change de visage pour laisser place à un froid intense et une neige abondante. Même dans des conditions aussi difficiles, cet ATR 42 se révèlera tout à fait performant et nous aidera à faire de nos nouvelles activités un succès. Je me réjouis à l'idée de montrer ce merveilleux appareil au public d'Hokkaido dès que possible. »
 
Stefano Bortoli, Président exécutif d'ATR, a indiqué à son tour : « Notre avion est parfaitement adapté au marché japonais. Les passagers japonais, réputés pour exiger le meilleur en matière de confort et d'écoresponsabilité, apprécieront à la fois cet appareil pour ses faibles émissions et pour sa cabine moderne et confortable. Ces atouts, combinés aux performances économiques imbattables de nos appareils et à la nécessité de maintenir une connectivité régionale essentielle au Japon, justifient notre engagement à étendre notre présence dans ce pays. »
 
Selon les prévisions de marché d'ATR, environ 900 avions de 30 à 50 places seront bientôt appelés être remplacés à mesure que des avions plus anciens et inefficaces atteindront leur fin de vie. L'ATR 42-600 fait partie de la famille d'avions régionaux d'ATR, qui compte également l'ATR 72-600, l'ATR 42-600S (décollage et atterrissage courts) et l'ATR 72-600F, le seul cargo régional neuf. Ensemble, ils représentent la solution idéale et moderne pour maintenir une connectivité essentielle pour les communautés du monde entier, tout en étant plus éco-responsables, émettant jusqu’à 40 % de CO2 de moins que les jets régionaux.

IMG_3777.jpeg

Photos : ATR 42-600 HAC @ ATR Aircraft

18/12/2019

Bombardier livre le premier Challenger 350 au biocarburant !

original.jpeg

Bombardier a annoncé que Latitude 33 Aviation, une société spécialisée dans la gestion d’avions d’affaires, installée en Californie, a pris livraison du premier avion d’un client de Bombardier à être propulsé par carburant d’aviation durable. Latitude 33 Aviation gérera et offrira au nolisement l’avion d’affaires Challenger 350 à Seattle (Washington), au nom du propriétaire de l’avion.

« Nous sommes enchantés que le client et Latitude 33 Aviation se joignent à nous pour démontrer que le carburant d’aviation durable peut devenir une solution de remplacement généralisé au carburant d’aviation classique pour les avions de l’aviation générale », a déclaré Peter Likoray, vice-président principal des Ventes mondiales et du Marketing de Bombardier Avions d’affaires. « Nous faisons la promotion active de l’utilisation courante du carburant d’aviation durable dans l’exploitation des avions d’affaires et la confiance de Latitude 33 Aviation en tant que premier client à décoller de notre centre de livraison dans un avion propulsé par ce type de carburant constitue un point tournant dans l’engagement de longue date de toute l’industrie à réduire les émissions de CO2. »

Suivant la réception de la première livraison de carburant d’aviation durable dans l’histoire canadienne, le premier avion livré à un client avec du carburant d’aviation durable est l’avion d’affaires Challenger 350. En plus d’avoir franchi la marque des 300 livraisons plus rapidement que tout autre avion dans la catégorie des avions intermédiaires et à large fuselage,

Le Challenger 350 :

Affichant un design élégant, une finition haut de gamme, et une ergonomie améliorée en cabine et dans le poste de pilotage, le Challenger 350 procure aux passagers un degré supérieur de confort et de tranquillité d’esprit en sachant que chaque décollage assurera un vol en douceur jusqu’à l’atterrissage.

Engagée fermement à fournir ce qu’il y a de mieux à ses clients du monde entier, Bombardier a récemment annoncé une série d’améliorations pour le Challenger 350, soulignant encore une fois sa position de chef de file dans le segment des superintermédiaires. Les nouvelles améliorations comprennent un affichage tête haute compact et un système de vision améliorée, la meilleure technologie d’insonorisation en cabine de sa catégorie et une esthétique raffinée du poste de pilotage. Une trousse d’amélioration de la performance permet également à l’avion de voler jusqu’à 1 500 milles marins plus loin au départ de courtes pistes, ce qui vient compléter ses certifications d’approche à angle prononcée octroyées par des organismes de réglementation du monde entier, comme l’EASA, la FAA et TC. Avec cette série d’améliorations, ce qui se fait de mieux continue de s’améliorer alors que l’avion Challenger 350 reste à l’avant-scène du segment des superintermédiaires et continue d’être le choix de prédilection des services d’opérations aériennes avisés, ainsi que des sociétés du Fortune 500.

Latitude 33 Aviation :

Latitude 33 Aviation gère l’une des flottes d’avions légers, intermédiaires et superintermédiaires les plus récentes et les plus importantes en Amérique du Nord. Fondée en 2006 à San Diego et dirigée par deux pilotes ambitieux qui cherchent à redéfinir l’expérience de l’aviation privée, Latitude 33 Aviation est une société de nolisement d’avions privés, de gestion d’avions d’affaires et de vente et d’acquisition d’avions de premier ordre qui sert un large éventail de voyageurs et de destinations dans le monde entier. À l’heure actuelle, la société gère plus de 30 avions d’affaires privés appartenant à des clients basés dans les aéroports de San Diego, d’Orange et de Los Angeles, dont ceux Carlsbad, Van Nuys, Hawthorne, Santa Ana, Long Beach et Fresno, en Californie; ainsi qu’à Colorado Springs (Colorado), Scottsdale (Arizona), Houston (Texas), Redmond (Oregon), Seattle (Washington) et Nashville (Tennessee). Latitude 33 Aviation fait partie de la tranche supérieure de cinq pour cent des exploitants américains de nolisement d’avions privés à avoir obtenu la cote de sécurité rigoureuse ARGUS Platine.

Photo : Challenger 350 au biocarburant destiné à Latitude 33@ Bombardier

 

17/12/2019

La Force aérienne du Myanmar modernisée !

48388727_1932841373478103_2639767142995591168_o.jpg

La Force aérienne du Myanmar (MAF), vient de terminer sa plus grande mutation avec une modernisation en profondeur.  Lors d'une cérémonie tenue le 15 décembre dernier sur la base aérienne de Meiktila pour commémorer le 72e anniversaire de la fondation de l’Armée de l’air, le commandant en chef de l'armée du Myanmar (Tatmadaw), le général de division Min Aung Hlaing, a salué la mise en service de nouveaux appareils, tels que les JF-17 « Thunder », Yak-130 et Mi-35P.

48382222_1932841253478115_535227189361115136_o.jpg

La Force aérienne du Myanmar (ex Birmanie) a reçu ses 10 premiers avions de combat JF-17M « Thunder » sur un total de 16 appareils commandés en 2015 sur un contrat d’une valeur de 560 millions de dollars. Le JF-17 « Thunder » vient épauler progressivement les MiG-29SM modernisés de l’armée de l’air. Une seconde commande n’est déjà pas exclue d’ici 2020 pour venir remplacer les F-7M, FT-7 et A-5IIKM chinois vieillissant. Le JF-17M « Thunder » Block II destiné au Myanmar a effectué ses vols de qualification en 2017, il s’agit de la même version utilisée par le Pakistan. Les JF-17M devraient être principalement affectés aux missions de l’appui aérien rapproché. Le Myanmar a été le premier pays à acheter le JF-17 pour remplacer sa force de combat vieillissante composée de 24 chasseurs J-7 vieillissants et de 16 avions d’attaque au sol A-5IIK.

Dcgy8xjX4AEck0A-696x392.jpg

En parallèle à l’entrée ne service du JF-17, la MAF a commencé à réceptionner un nouvel avion école, le Yakovlev YAK-130. Le premier lot de trois avions d'entraînement avancé Yak-130 a été livré à la République de l'Union du Myanmar en 2016. Le contrat avait été conclu en 2015. En 2017, le pays a passé commande pour un lot supplémentaire d’avions d’entraînement avancé Yak-130 (nombre non divulgué). Les nouveaux appareils ont été livrés dès 2018.

En 2016 toujours, la MAF a signé un contrat avec Russian Helicopters pour la modernisation de 50 hélicoptères Mil Mi-25P au standard 35P. La principale différence entre les deux versions 24P/Mi-35P concerne la capacité d'attaque nocturne avec un système FLIR Zarevo, d'un nouveau système d'arme BREO-24 et d'une nouvelle avionique. Le Mi-35P peut être armé des missiles anti-char « Ataka » et de roquettes de 122mm S-13 et d'un canon bitube GSh-30K de 30mm.

2945309880.jpg

Le MAF dispose d’un effectif de 112 chasseurs, environ 80 avions d’entraînement, 25 avions de transport et environ 140 hélicoptères.

Photos : 1 & 2 JF-17 Thunder 3 YAK-130 4 Mi-35P @ MAF

Boeing va suspendre la production du 737 MAX !

http---com.ft.imagepublish.upp-prod-eu.s3.amazonaws.com-4635062c-f729-11e9-bbe1-4db3476c5ff0.jpeg

On s’y attendait, l’avionneur américain n’a pas eu d’autre choix que d’annoncer la suspension temporaire de la production de la ligne des B737 MAX pour janvier. Boeing indique que les employés de production continueront le travail sur le « 737 » ou seront temporairement affectés à d'autres équipes.

Boeing produisait 52 B737 par mois, mais il a fallu réduire le taux à 42 appareils par mois en avril dernier. Boeing dispose désormais d'environ 400 B737 Max en stockage. De fait, Boeing prévoit, une fois l’autorisation obtenue de revoler, de donner la priorité à la livraison des avions stockés et de reprendre la production plus tard. La durée pendant laquelle l'entreprise arrêtera la production reste inconnue, tout comme la durée de l'échouement. 

« Nous avons précédemment déclaré que nous évaluerions continuellement nos plans de production si la mise à la terre Max se poursuivait plus longtemps que prévu", a déclaré Boeing dans un communiqué de presse ». Boeing qualifie cette décision de «moins perturbatrice pour le maintien à long terme du système de production et de la santé de la chaîne d'approvisionnement».

«Cette décision est motivée par un certain nombre de facteurs, notamment l'extension de la certification jusqu'en 2020, l'incertitude sur le calendrier et les conditions de remise en service et les approbations de formation mondiale et l'importance de veiller à ce que nous puissions hiérarchiser la livraison des produits stockés. », explique Boeing.

Pour l’instant, on ne connait pas les répercutions de l’arrêt de la production sur les différents équipementiers. Un arrêt de la production, aussi bref soit-il, pourrait se répercuter sur la chaîne d'approvisionnement de Boeing, qui comprend de grands fournisseurs comme le constructeur de moteurs CFM International et le constructeur de fuselage Spirit AeroSystems, ainsi qu'un nombre incalculable de petits fournisseurs de pièces.

La situation sur les mises à jour :

Boeing annonce avoir achevé les mises à jour du système de commande de vol du B737 Max, en particulier du système d'augmentation des caractéristiques de manœuvre, qui a été à l'origine de deux accidents.

La Federal Aviation Administration (FAA) n'a donné aucun délai pour autoriser l'avion à voler, bien qu'elle ait déclaré que plusieurs éléments, certains importants, restent incomplets.

Commentaire :

Si cet arrêt de production est en soi une solution temporaire viable, il est par contre impératif que le B737MAX puisse reprendre les airs dans des conditions de sécurités indéniables l’année prochaine. Par contre, si de nouveaux retards devaient être pris en compte, l’avenir du « MAX » en serait gravement compromis avec pour conséquence une situation très dangereuse pour Boeing. Des dégâts collatéraux apparaîtraient également en ce qui concerne le renouvellement de la flotte mondiale. En effet, Airbus ne pourrait seul, combler les besoins de modernisations des flottes des monocouloirs de 120 à 180 places.

Photo : Stockage de B737MAX @ Bloomberg

 

16/12/2019

L'Irish Air Corps opte pour le C295 MPA! 

1879719780.jpg

L’Irish Air Corps a choisi le C295 d’Airbus DS.  Ce sont deux appareils qui sont en commande en version Maritime Patrol Aircraft (MPA). L'Air Corps a déclaré dans un communiqué que le nouvel avion "offrira des capacités renforcées à l'Irish Air Corps et aux Forces de défense irlandaises en matière de défense et de sécurité maritimes". Le coût du contrat, y compris les équipements et l'assistance, s'élève à environ 221 millions d'euros.

Le C295 MPA :

La conception du C295 MPA est basée sur la cellule de l'avion de transport militaire C295. Le train d'atterrissage est conçu pour permettre des opérations de décollage et d'atterrissage sur des aérodromes non préparés et courts. 

La rampe arrière de l'avion permet le transport de palettes standard de 88 x 108, de lancer des radeaux de recherche et de sauvetage, du matériel d'urgence et des parachutistes. Il est déployé dans les domaines du transport militaire, de la patrouille maritime, des missions de recherche et de sauvetage (SAR), de l'ASW, du renseignement sur les signaux (SIGINT), du renseignement sur l'imagerie (IMINT), des missions d'application de la loi et de lutte contre la pollution marine. Le C295 MPA est équipé d'un système d’avionique intégré avancé. La suite avionique comprend quatre écrans à cristaux liquides et des unités de contrôle associées. Un ensemble de capteurs géophysiques fournit des informations sur l'attitude, le cap et les données aériennes. D'autres sous-systèmes comprennent un AHRS (système de référence d'attitude et de cap), un ADS (système de données aériennes), un FMS (système de gestion de vol) et un système de commande de vol automatique. L'avion est équipé d'un système tactique entièrement intégré (FITS) pour le contrôle de la mission. Le système comprend une gamme de capteurs et de composants, notamment un radar de recherche, des capteurs électro-optiques infrarouges (EO/IR), des systèmes de guerre-électroniques (ESM), un système d'intelligence électronique (ELINT), COMINT, un détecteur d'anomalies magnétiques (MAD), un interrogateur IFF, un SATCOM, une liaison de données. D'autres sous-systèmes comprennent des systèmes acoustiques, un système d'identification automatique (ais) et des systèmes de détection de la pollution marine. L'avion est équipé d'un équipement d'autoprotection comprenant un blindage de cockpit, un récepteur d'avertissement radar (RWR), un système d'avertissement d'approche par missile (MAWS) et un récepteur d'avertissement laser (LWR).

Le C295 dispose de six points durs sous les ailes pour les systèmes d'armes. Les points durs peuvent contenir des torpilles, des missiles anti-surface, des mines et des charges de profondeur.

Le C295 MPA est propulsé par deux turbopropulseurs PW127 entraînant des hélices à six pales Hamilton Sundstrand Type 568F-5. Chaque hélice a un diamètre de 3,9 m. Le moteur fournit une puissance nominale au décollage de 2’645 shp. Le C295 peut voler à une vitesse maximale de 480 km/h. L'altitude en fonctionnement normal est de 7’620 m. La masse maximale au décollage est de 23 200 kg. L'avion a une endurance de plus de 11 heures et une autonomie maximale de 5 630 km.

Photo : C295 MPA @ Airbus DS