18/04/2019

Nombreux problèmes pour les F-35 japonais!

63A67042-EF4C-4EE4-AC78-324D0142E27F.jpeg

La petite flotte japonaise actuelle composées de 13 (-1) avions de combat  Lockheed-Martin F-35A connait de nombreux problème depuis sa mise en service. Le crash d’un des appareils il y a quelques jours, met en lumière les avaries que rencontre le nouvel avion. 

Plusieurs atterrissages d’urgences :

Lorsqu’un avion est mis en service, des maladies de jeunesses sont parfois présentes et sont réglées assez rapidement. Mais le cas du F-35 et plus inquiétant, cela fait près de 20 ans que le programme traîne derrière lui des ennuis. Ceux-ci ne sont pas encore complétement résolus. La Force d’auto-défense japonaise est directement confrontée à de nombreux problèmes avec ses premiers F-35A. Selon le ministère japonais de la Défense les F-35A japonais ont subi sept atterrissages d'urgence depuis leur mise en service en juin dernier. Le 9 avril dernier, un F-35A a été perdu dans l'océan Pacifique, les recherches en vue de la récupération du corps du pilote et de l’épave est actuellement en cours.

Toujours selon le communiqué du ministère de la Défense japonais, cinq appareils ont été forcés d'atterrir d'urgence dans sept incidents distincts. Parmi ceux-ci, deux atterrissages d'urgence sont dus à des défauts enregistrés dans l'avion qui s'est écrasé la semaine dernière. Le ministère a indiqué qu'il avait confirmé que l'avion pouvait voler en toute sécurité après chaque incident, mais qu'une éventuelle connexion est à l'étude. L'un des cas était dû à une erreur des systèmes de surveillance de l'avion, mais dans les six autres cas, les avions ont été inspectés et leurs pièces remplacées avant d'être confirmés en sécurité et renvoyées en vol.

Problème d’assemblage ?

L'assemblage final de quatre des appareils ayant signalé des erreurs, y compris l'avion de chasse porté disparu, a été effectué au Japon par Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. Les autres appareils ont été construits aux États-Unis par Lockheed-Martin à Fort Worth. En ce qui concerne l’avion disparu, les rapports antérieurs montrent que l'avion s'était retrouvé confronté à deux problèmes de refroidissement et de navigation, le 20 juin 2017 et le 8 août 2018.

Enquête en cours :

Le ministre de la Défense, Takeshi Iwaya, a expliqué la nécessité d'enquêter sur les causes de l'accident "la technologie embarquée sur le F-35 est hautement classifiée. Avec la coopération des États-Unis, nous voudrions prendre l’initiative d’enquêter de manière approfondie sur les causes tout en obtenant la coopération des États-Unis", at-il déclaré.

Course à la récupération :

Il n’y pas que le Japon et les Etats-Unis qui sont intéressés à la  récupération de l’épave du F-35, la Russie et la Chine sont entrés dans la course. Les deux pays sont en effet, friands de pouvoir éventuellement mettre la main sur les technologies qui composent le F-35A. Si cela devait arriver, la supériorité de l’avion américain serait alors mise à mal. Une situation qui donne pour l’instant des sueurs froides à de nombreux responsables du Pentagone, mais aussi au sein des pays ayant optés pour l’avion.

 

Photo : F-35 japonais @ Lockheed-Martin

17/04/2019

Taïwan peut obtenir ses F-16 « Viper « !

maxresdefault-3.jpg

Le département de la Défense des États-Unis a approuvé un éventuel accord prévoyant la poursuite d'un programme de formation et de soutien destiné aux pilotes de Lockheed-Martin F-16 taïwanais à Luke AFB, en Arizona. Cette décision fait suite à une autre qui accorde la livraison des avions à l’île

Le forfait  de formation de 500 millions de dollars comprend la formation au pilotage, la participation à des exercices avec l’US Air Force.

Standardisation :

En plus de l’achat de 66 Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block 70/75, Taïwan est en train de mettre à niveau 113 F-16 A/B vers la norme F-16V avec un nouveau radar à balayage électronique.

Selon l’armée de l’air taïwanaise (ROCAF), ce futur achat doit permettre de venir remplacer la flotte d’avions de combat Northrop F-5 E/F « Tiger II » de la base aérienne de Zhi-Hang, dans le comté de Taitung. Les 66 appareils F-16V devraient ainsi venir renforcer la défense de la région contre les navires de guerre chinois et autres menaces.

L’armée taïwanaise a commencé à travailler sur l’achat de F16 « Viper » neufs en août, et le ministère de la Défense nationale espère demander un devis aux États-Unis d’ici à la fin de l’année, d’après le dernier communiqué. De leurs côtés, les États-Unis devant confirmer le prix et la disponibilité au milieu de 2019. Des paiements seraient alors effectués par le biais du budget du ministère de la Défense nationale pour 2020. .

Les États-Unis sont ouverts à la possibilité de concéder à Taiwan une licence sur la propriété intellectuelle et l’expertise en matière de chaîne de production relative à la production de F-16V, offrant ainsi une opportunité pour le développement de l’industrie et de l’emploi taïwanais, selon des rapports.

Selon les prix internationaux, la vente de 66 chasseurs F-16 « Viper » neufs représenterait environ 10 milliards de dollars américains (avec armement, pièces détachées et simulateurs). Le prix serait plus élevé si Taiwan décide de mettre en place une chaîne de montage sur place. 

2027735908.jpeg

Photos : F-16 « Viper » @ Lockheed-Martin

 

16/04/2019

Essais en vue du vol inaugural pour le KAI LAH !

yourfile.jpg

Korea Aerospace Industries (KAI)  a effectué le premier test au sol sur le moteur de son hélicoptère de développement Light Attack (LAH). L’essai a eu lieu au centre de production de la société à Sacheon et marque la dernière étape des essais au sol, indique la société. Un premier vol pourrait avoir lieu avant le milieu de l'année.

KAI a pour objectif d'achever le développement du LAH en novembre 2022 et de lui permettre d'entrer en service en 2023. Les hélicoptères H155 d’Airbus constituent la base de la famille LCH / LAH. 

La conception du LAH a débuté en juin 2015, trois mois après qu'Airbus et KAI avaient annoncé le programme commun LAH / LCH basé sur le H155, qui s'appuie sur le succès de la précédente équipe d'hélicoptères utilitaires coréens ayant produit le « Surion » lui-même basé sur le « Super Puma ». La conception de base du LAH a été achevée en août 2016 et la conception détaillée en novembre 2017. Le premier exemple devrait effectuer son premier vol en mai 2019, les premières unités devant entrer en service en 2023.

Pour son rôle d'attaque légère, le LAH est équipé d'une tourelle de détection sur le nez, sous laquelle se trouve un canon tri-tubes de 20mm. Des pylônes latéraux de chaque côté de la cabine peuvent monter diverses armes et nacelles.

Le LAH est propulsé par le nouveau moteur de Safran, Arriel 2L2, qui est la variante la plus puissante de la famille Arriel.

KAI prévoit de construire environ 200 LAH pour l'armée de la République de Corée afin de remplacer les Bell AH-1 « Cobra » et les MD 500 « Defenders » vieillissants. Ils serviront aux côtés du Boeing AH-64E « Apache Guardian », dont 36 ont été acquis. Le LAH doit également être offert à l'exportation. En novembre 2015, KAI et Airbus ont signé un protocole d'accord couvrant le marketing commun et l'assistance après-vente mondiaux pour LAH et LCH. 

2655474797.jpg

Photos :le KAI LAH @KAI

 

Cessna produit le 200ème Citation Latitude !

 

12D1B922-A446-4399-86D1-C0AF60234034.jpeg

 

L’avionneur américain Cessna vient de produire le 200ème jet d’affaires de type Citation « Latitude » au sein de sa chaîne d’assemblage située à Wichita.  Depuis sa mise en service en 2015, la flotte de « Latitude » a accumulé plus de 150’000 heures de vol.

Le Citation «Latitude» :

Le Citation «Latitude» vient s'insérer dans la gamme du constructeur entre le Citation «XLS+» et le Citation «Sovereign», il peut transporter jusqu'à huit passagers avec une charge utile de carburant plein de 1.000 livres (454 kg) avec une vitesse de croisière maximale de 442 noeuds, une vitesse vraie (819 kilomètres à l’heure) et une distance franchissable de 2’000 nautiques miles (3704 km). L'avion est proposé au prix de départ de 13,9 millions de dollars US. Selon les spécifications,  l'avion peut être exploité sur les aéroports avec des pistes  courtes de l’ordre de  3’900 pieds (1’189 mètres).  Le plafond pratique  maximum est de 45.000 pieds (13’716 mètres) et peut grimper directement à 43 000 pieds (13 106 mètres) en 23 minutes. L’avion reprend de ces deux cousins la formule aérodynamique générale, avec notamment une voilure à faible flèche et un empennage cruciforme, le «Latitude» est néanmoins doté d'un nouveau fuselage avec une cabine "full stand up" de 1,83 m de haut pour 1,95 m de large. Pour les moteurs, Cessna a choisi de reprendre ceux qui motorisent le «Sovereign», soit  des Pratt & Whitney Canada PW306, mais dans une version légèrement différente, le  PW306D qui fournit jusqu'à 25,35 kN de poussée. Le Citation «Latitude» est construit majoritairement en aluminium et n’est pas équipé de commandes de vol électriques.

L’intérieure cabine :

La cabine principale pour les passagers est de 77 pouces de large (1,95 m) avec une hauteur de 72 pouces (1,83 mètres), soit la plus large dans l'histoire du constructeur. La disposition des sièges standards accueille les passagers dans un club unique avec un avant, orientés vers le côté double canapé. Six sièges piédestal  avant et arrière de 7 pouces (0,18 m) et latéralement 4 pouces (0,10 m) sur la base du siège avec 180 degrés capacité de pivotement et positions d'inclinaison infini. L’éclairage cabine est indirect et ceci grâce à des LED à ajustement variable.

Le Citation Latitude est capable de voler non-stop entre des villes comme Los Angeles à New York, de Houston et Bogota, de Rome à Dubaï et de Singapour à Pékin.

Photos : 1 le 200ème Latitude 2 Cockpit @ Cessna

15/04/2019

Premier B787-10 pour ANA !

ANA_787-10_005-hi-res.jpg

Boeing a livré le premier des trois avions B787-10 à ANA (All Nippon Airways). Avec cette livraison importante, ANA devient la première compagnie aérienne en Asie à exploiter toute la famille « Dreamliner ».

En tant que segment du populaire B787-9, le B787-10 transporte 330 sièges en configuration standard à deux classes, ce qui ajoute environ 40 passagers supplémentaires, tout en établissant de nouveaux critères en matière de rendement énergétique et d'économie d'exploitation avec un carburant de 25% de moins par siège.

L'efficacité énergétique du B787, à la pointe du marché, a permis à ANA et à plus de 50 autres transporteurs aériens d'ouvrir au moins 210 nouvelles liaisons sans escale dans le monde entier. Avec plus de 800 Dreamliners en service dans le monde, le B787 a aidé les compagnies aériennes à économiser 35 milliards de livres de carburant depuis son lancement en 2011.

Cette livraison marque le 67e Dreamliner à rejoindre la flotte de ANA composée de 36 B787-8 et 30 B787-9, la plus grande flotte de B787 au monde. La compagnie aérienne cinq étoiles SKYTRAX envisage d'exploiter le nouveau B787-10 sur sa célèbre ligne Tokyo-Singapour.

Le B787-10 :

Lancé en juin 2013 au salon du Bourget, le nouveau B787-10 élargit et complète la famille «787» : il transportera de 300 à 330 passagers dans un rayon d’action de 11’910km et couvrira plus de 90 % des lignes desservies par les bi-couloirs à travers le monde. Le B787-10 sera également 25 % plus économe en carburant que les actuels avions de dimensions équivalentes et plus de 10 % moins gourmand que tout ce que propose la concurrence pour l’avenir.

ANA-BC.jpg

Le B787-10 disposera de l’aménagement intérieur hors du commun de la famille «787». Ses passagers bénéficieront de technologies qui rendent les vols plus agréables : des hublots plus grands avec variateur de luminosité, un air plus sain, une hygrométrie accrue, une pressurisation de la cabine plus confortable, des coffres à bagages plus volumineux, un éclairage par LED apaisant et un vol moins sujet aux turbulences.

Le B787-10 a gagné 149 commandes de la part de neuf clients à travers le monde, y compris le clients de lancement Singapore Airlines, Air Lease Corporation (ALC), All Nippon Airways (ANA), British Airways, Etihad Airways, EVA Air, GE Capital Aviation Services (GECAS) , KLM royal Dutch Airlines et United Airlines.

ANA-EC.jpg

Photos : 1 B787-10 d’ANA 2 Intérieur business Economy @ Boeing