31/03/2018

Les Tornado britanniques dotés du BriteCloud !

889746102.jpg

Les avions de combat Panavia Tornado GR4 de la Royal Air Force vont être doté du nouveau système anti-missiles de Leonado, le BriteCloud. Ce sont en priorité les appareils en mission au-dessus de l'Irak et de la Syrie qui devraient bénéficier en premier du nouveau système. Le "BriteCloud" a récemment été approuvé pour une utilisation opérationnelle par le ministère britannique de la Défense.

Leonardo BriteCloud :

Le BriteCloud de Leonardo (Selex ES), est un nouveau leurre actif anti-missiles de nouvelle génération pouvont être largué depuis les distributeurs de fusées «Flares» de 55mm standards qui équipe les aéronefs actuellement. Le «BriteCloud» est un leurres d’un nouveau genre qui va permet de leurrer les missiles semi-actifs adverses et les radars de conduite de tir loin des avions de combat.

4044827014.jpg

 Le «BriteCloud» est le successeur technologique des générations précédentes de leurres RF, tels que les répéteurs et les leurres remorqués radar (TRD). Une fois largué, le «BriteCloud» recherche les menacent prioritaires en utilisant la technologie de mémoire numérique autonome (DRFM). Les impulsions radar sont captées dans l'ordinateur de bord du «BriteCloud», puis copiées en utilisant les fréquences de répétitions pour ensuite simuler une «fausse cible». Cette fausse cible, si convaincante que le système de menace ne peut pas détecter la supercherie. Le «BriteCloud» pourra séduire même les menaces les plus modernes loin de la plate-forme de tir. Doté de petites ailettes, le «BriteCloud» s’éloignera de l’avion lanceur pour écarter la menace, minimiser les détonations de proximités et provoquer sa destruction à l’écart en toute sécurité.

Le BriteCloud est qualifié sur les avions de combat Tornado et Gripen.

Le Tornado GR4 de la RAF : 

Le Tornado GR4 de la RAF permet les opérations tout temps d’attaque et de reconnaissance. Il est en service dans la RAF depuis maintenant près de 30 ans, mais une combinaison de programmes de mise à niveau et de nombreuses améliorations continuelles ont permis de  garder l'avion à l'avant-garde. Le standard actuel  du GR4 lui permet de mettre en oeuvre des armes à guidage de précision moderne en parallèle avec la nacelle de désignation "Litening III"qui est utilisée dans les deux rôles d'attaque et de reconnaissance. Le Tornado GR4 emporte les armements suivants : Storm Shadow, Brimstone, Sidewinder AIM-9L, Paveway II, III Paveway, Enhanced Paveway, Paveway IV,  ASRAAM.

Propulsé par deux réacteurs Rolls-Royce RB 199 Mk103, le GR4 est capable de voler très bas au niveau du vol à une vitesse supersonique et peut maintenir une vitesse de croisière subsonique élevée. L'avion peut voler automatiquement à un niveau bas en utilisant le guidage sol (ISF)  de manière automatique. L'avion est également équipé d'un Forward Looking Infrared (FLIR) et des lunettes de vision nocturne (NVG) compatible avec les instruments du cockpit.

Pour la navigation, le Tornado est équipé d'un système intégré de navigation Global Positioning inertielle (GPINS). Le GR4 dispose également d'un radar au sol de cartographie (GMR) pour identifier les points fixes. Le GR4 est également équipé d'un laser de marquage de cible «Seeker» (LRMTS) qui peut être utilisé pour localiser des cibles désignées sur le sol ou peut fournir des informations de cibles au sol. Pour la reconnaissance, il peut également être doté du pod RAPTOR. Sa mise en service a donné au GR4 la capacité de transmettre en temps réel les informations.

Photos : 1 Tornado GR4 de la RAF@ RAF 2 le BriteCloud @ Leonardo

30/03/2018

Des Mi-35M pour l’Ouzbékistan !

23.jpg

L'Ouzbékistan va acheter plus de 12 hélicoptères d'attaque Mil Mi-35M « Hind-E » auprès de la Russie, a confirmé Vladimir Drozhzhov, directeur adjoint du Service fédéral russe de coopération militaire et technique.

"Nous avons un contrat de livraison pour les hélicoptères Mi-35 signés conformément aux accords. Le travail est réussi et la coopération militaro-technique avec l'Ouzbékistan se développe activement ", a-t-il déclaré lors de l'exposition ArmHiTec-2018 sur la défense en Arménie, soulignant que le contrat impliquait" de 12 "plateformes et un nombre non divulgué d’options.

 

Le MIL Mi-35M "Hind-E":

Le Mi-35M est version modernisée du Mi-35 au niveau de l’avionique, de la motorisation (turbines Klimov VK-2500 de 2’400 chevaux), des capteurs (GOES-342 géostabilisé par exemple) et de l’armement (missiles anti-char AT-6 « Spiral », AT-9 « Spiral-2 » et AT-12 « Ataka », missiles air air SA-18 « Grouse », canon bitube GSh-23V de 23mm) avec notamment des éléments communs avec l’hélicoptère de combat Mi-28N, comme son rotor et sa transmission. Le poids à vide de l’appareil est réduit à 8,09 tonnes augmentant ses performances. Le Mi-35M est proposé principalement à l’export.

Photo : Mil Mi-35M « Hind-E » @ Max Briansky

Etihad Airways déploie le B787-9 entre Abu Dhabi et Genève !

B787_1.jpg

 

Genève est la deuxième destination suisse après Zurich à être desservie par la nouvelle génération d'avions d'Etihad Airways qui devient rapidement l’appareil emblématique de la flotte long-courrier de la compagnie d'Abu Dhabi. Le tri-classes, comprenant huit First Suites, 28 Business Studios et 199 sièges Smart Economy, remplacera les Airbus A330 actuellement en service sur cette route et offrira une capacité de chargement cargo supplémentaire.

La performance environnementale de ces avions de nouvelle génération apporte un certain nombre d'avantages opérationnels, tels qu'une réduction de 12% de la consommation de carburant par rapport à l'avion précédent sur la route et une réduction substantielle connexe des émissions de dioxyde de carbone.

Un autre avantage notable du "Dreamliner" réside dans les émissions de bruit qui se situent désormais nettement en dessous des limites admissibles.

L'introduction du B787 « Dreamliner » impliquera un changement d'horaire qui optimisera le temps de voyage depuis et vers Genève. Etihad Airways maintiendra un vol avec une arrivée très matinale à Genève et opérera un service retour en milieu de matinée qui permettra une amélioration de la connectivité vers un plus large réseau de destinations en Asie et en Australie, notamment Hong Kong, Kuala Lumpur, Melbourne, Perth, Singapour, Sydney et Tokyo.

Etihad Airways dispose actuellement d'une flotte de 19 Boeing B787-9 « Dreamliner » opérant depuis Abu Dhabi vers 18 destinations dans le monde - Amman, Amsterdam, Pékin, Beyrouth, Brisbane, Düsseldorf, Genève, Madrid, Melbourne, Nagoya, Perth, Riyad, Séoul, Shanghai, Singapour, Tokyo, Washington et Zurich.

Peter Baumgartner, Chief Executive Officer d'Etihad Airways, a déclaré : « Nous sommes ravis que la Suisse, l'un de nos marchés les plus attrayants pour les voyageurs d'affaires et de loisirs, soit désormais exclusivement desservie par notre vaisseau amiral, le Boeing 787 Dreamliner.

 Les Boeing B787-9 Dreamliners d'Etihad Airways offrent les plus hauts niveaux de confort, de divertissement et de connectivité en vol. La décoration et l'éclairage à bord ont été inspirés par le design arabe contemporain, et notamment par le dôme spectaculaire du Louvre Abu Dhabi récemment ouvert, complétant l'identité emblématique 'Facets of Abu Dhabi' introduite par la compagnie aérienne lors du dévoilement de sa livrée en 2014. D’autre part, Etihad Airways attend la livraison de 52 Dreamliners.

 

Etihad_Airways_Boeing_787_900.jpg

Calendrier de vols vers Genève, Suisse – au 25 mars 2018 (en heure locales)

 

No. de vol

Depuis

Départ

Vers

Arrivée

Frequence

Appareil

EY613

Abu Dhabi

02:50

Genève

07:45

Quotidien

Boeing 787-9 Dreamliner

EY52

Genève

10:45

Abu Dhabi

19:10

Quotidien

Boeing 787-9 Dreamliner

 

Le Boeing B787-9 Dreamliner d’Etihad Airways :

 

Les First Suites sont des espaces de vie privés dotés d'un siège en cuir Poltrona Frau qui se transforme en un lit de 204cm entièrement plat. Les suites situées au centre de l’appareil sont communicantes et peuvent être ouvertes afin de créer un lit double pour les personnes voyageant ensemble. Une allée incurvée unique offre plus d'espace personnel à l'intérieur de chaque suite. La First Suite dispose également d'un écran de télévision de 61 cm, d'une armoire personnelle et d'un minibar. Un Chef à bord, exclusif à la First Class, offre aux clients une expérience culinaire sur mesure, avec des plats préparés en vol à partir d'une sélection de produits frais du marché.

  

BUSINESS_STUDIO_SLEEP-2-1024x768.jpg

Les Business Studios disposent tous d’un accès direct au couloir, et d’un lit entièrement plat pouvant atteindre 204cm de longueur. Recouvert de cuir fin Poltrona Frau, le Business Studio est équipé d'un système de contrôle électronique du siège avec option de massage afin de permettre aux clients d'ajuster la fermeté et le confort de leur siège. Chaque Business Studio dispose d'une télévision à écran tactile de 45cm avec casque antibruit. Les clients peuvent également profiter de la connectivité mobile, le Wi-Fi à bord ainsi que sept chaînes de télévision en direct.

 

Les Economy Smart Seats offrent un confort supplémentaire grâce à un appui-tête fixe unique, un soutien lombaire réglable, une largeur d'assise d'environ 48cm et un écran de télévision personnel de 28cm pour chaque siège. L'appareil a été conçu avec un système permettant d’améliorer et de contrôler l'humidité et le niveau de pression de l’air.

 

ethiad airways,b787-9,dreamliner,liaison genève abu dhabi,compagnie aérienne,voler depuis genève,nouvelles destinations depuis la suisse,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

La flotte de Boeing B787 de la compagnie aérienne est équipée du dernier système de divertissement à bord offrant plus de 750 heures de films et de programmes, ainsi que des centaines de choix musicaux et une sélection de jeux pour adultes et pour enfants.

  

Photos : 1 B787-9 Ethiad Airways 2 La Business Studios 3 l’Economy Smart Seats @ Ethiad Airways

29/03/2018

Les SAM ne font pas peur aux F-15 saoudiens !

1786106673.jpg

Un chasseur multirôle F-15 de l'armée de l'air saoudienne (RSAF) a été "intercepté" par un missile sol-air (SAM) alors qu'il survolait le nord du Yémen le 21 mars dernier, mais a réussi à terminer sa mission, à déclaré le colonel Turki al-Maliki, porte-parole de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite.

L'agence de presse saoudienne a indiqué que le missile avait été lancé à partir de l'aéroport de Sadah à 15h48 heure locale (12h45 GMT), mais que le F-15 était capable de "traiter la source de feu et de retourner à la base". Il a ajouté que l'incident était une preuve supplémentaire que l'Iran fournissait des armes au groupe rebelle yéménite Ansar Allah (les Houthis) parce qu'il ne faisait pas partie de l'inventaire de la défense aérienne d'avant-guerre du Yémen.

Depuis, un autre F-15 saoudiens a également neutralisé un tir sol-air en provenance des Houtis et a pu continuer sa mission et revenir en toute sécurité sur sa base. Dans les deux cas les appareils en questions sont des F-15SA, soit la dernière version entrée en service au sein de RSAF.

Le R-27T :

Unknown.jpeg

Le groupe Ansar Allah utilise le missile air-air R-27T tiré depuis un lanceur terrestre. Le R-27, aussi connu sous le nom de AA-10 Alamo en occident, il fait partie de la famille de missiles air-air à moyenne portée conçus pour équiper la dernière génération d'avions de combat de l'armée de l'air soviétique comme les MiG-23, MiG-29 et Su-27 déployés dans les années 1980. Leur but est d'engager une variété de cibles aériennes de jour comme de nuit dans toutes les conditions météorologiques et dans un environnements de brouillage électronique. Il dispose d'une architecture de conception modulaire pour accueillir une variété de têtes chercheuse et de systèmes de propulsion pour une portée étendue. Les variantes de missiles R-27 sont équipées d'une fusée à impact de proximité et d'une ogive de type tige de 39 kg. La famille des missiles R-27 a été assignée comme l’homologue soviétique de l'AIM-7 Sparrow américain, mais le R-27 jouit d'une plus grande portée et d'une plus grande souplesse. Le missile R-27 de base a atteint sa capacité opérationnelle initiale en 1982 avec l'armée de l'air soviétique. La norme de production R-27T, R-27T1, est un missile air-air à guidage infrarouge de moyenne portée conçu pour engager simultanément plusieurs cibles aériennes. Les cibles aéroportées du missile R-27T sont des avions très manœuvrables, des hélicoptères et des aéronefs à section radar réduite (RCS). En outre, la tête infrarouge fournit un mode furtif des modes d'engagement air-air avec absence d'émissions. Le R-27T1 est propulsé par un moteur à carburant solide à poussée fixe offrant une autonomie maximale de 65 kilomètres. Le R-27T a été fourni aux chasseurs Mig-29 et Su-27 au début des années 1980. 

Le F-15SA :

3081528438.jpg

Le F-15SA (Saudi Advanced) Eagle est la variante la plus moderne de la famille « F-15 ». Il emporte deux points d'emport supplémentaires (de 9 à 11). L'avionique est améliorée avec un cockpit «en verre» entièrement numérique, un viseur de casque couplé à un système de capacité de récupération de la désorientation. L’avion est doté d’un nouveau système de guerre électronique Warfare System d'alerte de missiles (DEWS/ CMWS) développé par BAE Systems Electronic.Un système de recherche et de poursuite infrarouge IRST est installé. L’avion a reçu le radar Raytheon APG-63 (V) 3 doté d’une antenne à balayage électronique actif (AESA) et des moteurs plus puissants General Electric F110-GE-129. Les F-15SA sont également doté du pod de reconnaissance et ciblage AN/AAQ-33 «Sniper» de Lockheed Martin. Simulateurs et armement complètent l’équipement.

Au total l’Arabie Saoudite va recevoir 84 nouveaux F-15SA et 68 appareils seront modernisés dans ce standard. Les F-15SA de RSAF seront exploités par la 55ème Unité de formation officielle (FTU) et le 6e Escadron (actuellement une unité de F-15S) sur la base aérienne King Khalid (KKAB) au sud-ouest de l'Arabie saoudite, par le 29e Escadron de la base aérienne du roi Faisal (KFAB) au nord-ouest du pays et par l'escadron 92 (actuellement une unité F-15S) et l'école d'armes de combat à la base aérienne du roi Abdulaziz (KAAB) sur la côte du Golfe près de Bahreïn.

Photos : 1 F-15SA @ RSAF 2 Missile R-27T 3 Cockpit du F-15SA @ RSAF

28/03/2018

Suisse : Les derniers F-5 E/F fêtent leur 40ème anniversaire !

swiss1.jpg

L'année 2018 est une date anniversaire avec la célébration du 40ème anniversaire des derniers avions de combat Northrop F-5 E/F Tiger II encore action au sein de la Force aérienne suisse.

L’arrivée :

En 1976 à l'issue d'essais approfondis, le Parlement se prononça pour l'acquisition d’un premier lot de 72 avions de combat Northrop F-5 « Tiger II », soit 66 de type F-5E (monoplaces) et 6 de type F-5F (biplaces). Puis en 1981 une seconde tranche fut acquise soit 32 F-5 E et 6 F-5 F. Les escadrilles 11 et 18 ont été les premières à effectuer la transition sur ce nouveau jet. Le 24 janvier 1978 atterrit à Payerne le premier Northrop F-5E « Tiger II » construit en Suisse. Les pilotes de l'escadrille aviation 18 transitent sur ce nouvel avion de combat. Diverses adaptations sont nécessaires pour recevoir le nouvel avion F-5.

À la suite de la mise hors service des Venom, et avec l'accroissement des missions d'appui au sol confiées aux Hunter, les moyens commencèrent à manquer pour les tâches de couverture aérienne. Le Northrop F-5E « Tiger II » devait alors venir compléter la flotte aérienne.

Italeri-Bausatz-Tiger-F5-E-Swiss-Air-Force-172-H-002.xxl3.jpg

La fin est proche :

Avec le message sur l’armée 2018, le Conseil fédéral demandait le 14 février 2018 la mise hors service de systèmes d’armes partiels ou complets, dont 27 des 53 avions de combat F-5 Tiger encore en possession de l’armée, qui doivent être vendus. Les 26 appareils restants continueront d’être engagés pour décharger les F/A-18 de tâches secondaires. Ils seront affectés principalement à l’entraînement (pour servir de cibles), à la surveillance de la radioactivité et à la Patrouille Suisse.

La Patrouille Suisse :

image.f-5-e-ps.jpg

Pour améliorer la visibilité du « Tiger » pour les spectateurs au sol, mais aussi pour les pilotes entre eux, 12 avions ont reçu leur livrée rouge et blanche actuelle, qui permet aussi de mieux les distinguer en combat aérien. Pour encore plus de visibilité, ces avions ont été équipés d‘un dispositif fumigène commandé par un bouton situé sur le manche à balai et enclenché au signal du leader. Un mélange de diesel et d‘huile est alors vaporisé dans les gaz d‘échappement du réacteur droit pour générer de la fumée. L‘effet dure environ 3 minutes en tout. Pour faire de la place pour le réservoir supplémentaire des fumigènes, on a démonté le canon droit des « Tiger » rouge et blanc.

 

1152800193.jpg

Rappel :


L'entreprise américaine Northrop a développé dans les années 1950 le F-5 comme avion de combat léger. Son premier vol dans sa version F-5A/B « Freedom Fighter » a eu lieu en 1959. Le F-5E/F « Tiger II » a été ensuite développé jusqu'à son vol inaugural en 1972 avant d'être produit en 1’400 exemplaires jusqu'en 1987. La fin prévue du service était l'année 2010. La logistique et l'entretien ont été planifiés en conséquence de cette durée de vie de 30 ans. Les avions ont été achetés pour être employés dans la défense sectorielle. Cette dénomination n'est plus utilisée aujourd'hui, mais la mission de la flotte des Tiger est restée : défendre l'espace aérien au dessus de la Suisse. Il subsiste aujourd'hui 54 F-5 en service dans l'armée de l'air suisse. Les Tiger suisses peuvent être équipés de missiles à tête chercheuse à infrarouge de type AIM-9P Sidewinder. Les monopélaces disposent de deux canons de calibre 20 millimètre, les versions à deux place d'un seul canon. En comparaison des avions de combat modernes, il manque aux Tiger des capacités, comme le vol de nuit, le vol en toute condition atmosphérique, la capacité d'acquérir des cibles volant au ras du sol, la possibilité d'être équipés de missiles guidés par radar, etc. Ce manque de capacités ne permette pas d'engager le « Tiger » en tant qu'avion de combat pour les seules missions de police aérienne et non pour la défense de l'espace aérien ou dans des opérations de défense au sens élargi. Les avions de combat modernes ont la capacité de combattre "beyond visual range", au delà du champ visuel du pilote. 

Ce que le Tiger ne peut pas faire :

3192933481.jpg


Le F-5 a été développé dans les années 1950, au temps de la guerre de Corée, la guerre aérienne se faisant alors de la même façon que pendant la deuxième guerre mondiale, mais avec des avions plus rapides. Elle était conduite généralement par beau temps sur des distances assez courtes. Le F-5 dispose d'un radar, mais son utilité ne dépasse pas la portée des armes disponibles, au plus loin correspondant à la distance d'engagement des missiles AIM-9P Sidewinder. Ceux-ci ne peuvent être engagés qu'à vue et sur une distance ne dépassant pas quelques kilomètres. Les pilotes d'avions de combat modernes peuvent verrouiller leur armement sur une cible reconnue au radar. Un pilote de « Tiger » peut ainsi se faire abattre sans avoir même vu son adversaire. De plus, il n'est pas possible d'effectuer des missions par mauvais temps ou de nuit avec la vieille avionique du F-5. L'avion peut certes voler dans ces conditions, mais ne peut en aucun pas mener un combat aérien. Ses capacités aérodynamiques, d'accélération et de vitesse sont des handicaps sévères pour le F-5. Le « Tiger » ne dispose pas de la possibilité d'être ravitaillé en vol, ni de la possibilité d'échanger des données avec d'autres aéronefs ou vers la centrale d'engagement au sol. L'utilisation du système d'armement n'est pas très complexe à maîtriser pour les pilotes. Le temps d'instruction en est ainsi limité, ce qui fait du « Tiger » le dernier avion de l'armée Suisse qui soit adapté à des pilotes de milice. 

northrop f-5 ef tiger2,swiss air froce,le f-5 en suisse,blog défense,aviation et défense,infos aviation,nouvel avion de combat