12/02/2012

Gripen/Rafale : l’ultime bataille !

 

Gripen-Demo-with-large-drop-tanks.jpg


 

Les prochains jours vont être cruciaux en ce qui concerne le choix de l’avion de combat, avec notamment la séance de la commission de la politique de sécurité qui se tiendra demain.

Les vraies questions  concernant la valeur combative du Gripen E/F, ainsi que du Rafale vont être abordées en ce qui concerne l’ensemble du processus. Dans mon précèdent article, je vous parlais de l’équipement et de l’évolution du Gripen E/F. Le but étant de connaître un peu mieux l’appareil en ce qui concerne ses systèmes, son évolution.  Par contre, il était impossible d’entrer en matière concernant ses réelles qualités combatives. Les déclarations obtenues jusqu’à lors, laissaient entendre que l’avion répondait aux besoins des Forces aériennes quant bien même celui-ci est plus modeste que ses concurrents.

Evaluation dans la durée :

Un processus d’évaluation est long et doit tenir compte de l’évolution des appareils dans le temps et ceci jusqu’à la commande définitive. Les différents rapports, enfin, disponibles semblent démontrer de sérieuses lacunes concernant l’évolution des équipements du Gripen E/F, du moins jusqu’en 2009. Qu’en est-il aujourd’hui ? Quelles sont les évolutions depuis ? Chez Saab, on nous assure que l’avion à continuer de progresser. Il est primordial que les rapports tiennent compte des dernières évolutions, car, c’est sur cette base qu’un repositionnement du choix pourrait avoir lieu !

Comment expliquer le choix ?

Si le Gripen ne correspond pas en matière de valeur combative, alors, le DDPS va devoir s’expliquer sérieusement. Certes, le DDPS est tiraillé depuis près de 15 ans avec de nombreuses réformes et des diminutions de budgets à répétition. La projet Armée21 n’a jamais pu être mené à terme, les 4,2 milliards nécessaire annuellement ont été chaque année raboté de près de 500 millions. Le Parlement vient de lancer une énième réorganisation, 100’000 hommes avec 5 milliards. Mais il faut rattraper le temps perdu, plusieurs projet sont en attente. Choisir le Gripen parce qu’il coûte moins cher à l’achat comme à l’usage est en soin une bonne solution, pour autant que sa valeur combative soit bonne ! Là, le DDPS va devoir se justifier.

rafale-3.jpg

 

 

Reprendre le Leadership :

Les diverses commissions de sécurité et la sous-commissions vont pouvoir étudier sérieusement les données et vérifier sur quelle base le choix a-t-il été fait ! Suivant les résultats, il n’est pas impossible que des têtes puissent tomber.

Ceci étant, le DDPS dispose ici l’opportunité de reprendre le «Leadership» et ceci grâce aux nouvelles offres des Suédois mais aussi de Dassault Aviation. On s’étonne également de l’offre tardive de Dassault concernant 18 Rafale pour 2,7 milliards, mais peu importe la manière !

Il grand temps de voir ce projet être rondement mené, un choix doit être fait, et il faut y mettre les moyens, la situation doit être claire !

Ce printemps des pilotes suisses vont se rendre en Suède pour voler avec le Gripen E/F, il s’agit peut-être de la dernière chance pour qualifier l’avion, mais aussi pour le refuser !!

Photos : 1 Gripen NG @ Saab 2 Rafale marine @ Dassault

 

09/02/2012

China Express Airlines commande 11 CRJ900 NG !

 

 

BA-China_Express_CRJ900NG-HR.jpg

 

 

Bombardier Aéronautique a révélé hier  que China Express Airlines commande 6 appareils de la gamme CRJ900 NextGen avec en option cinq autres avions. Comme l’avait annoncé Bombardier précédemment, au prix courant, une commande ferme de six avions CRJ900 NextGen est estimée à 264 millions $US. Si les cinq options étaient converties en commandes fermes, la valeur du contrat augmenterait, passant à 491 millions $US.

Plus de 80 avions construits par Bombardier, dont des avions commerciaux de la série CRJ et de la série Q, ainsi que des biréacteurs d’affaires Learjet, Challenger et Global sont actuellement  exploités en Chine.

Bombardier prévoit que d’ici 20 ans, la flotte chinoise d’avions commerciaux croîtra. La Chine devenant le deuxième marché en importance dans le monde pour les livraisons d’avions neufs, après les États-Unis. Bombardier prévoit ainsi une demande de près de 2’400 avions commerciaux sur le segment des avions de 60 à 149 places en Chine et travaille en étroite collaboration avec les transporteurs, fournisseurs et parties prenantes locales pour les accompagner dans l’expansion de leur flotte et de leur infrastructure.

Biréacteur CRJ900 NextGen :

Comme les autres membres de la gamme d’avions de la série CRJ, le faible poids et l’aérodynamique évoluée du biréacteur régional CRJ900 NextGen se combinent pour assurer une efficacité améliorée et des coûts d’exploitation réduits par rapport aux autres avions de sa catégorie. La combinaison d’une ailette de bout d’aile plus grande et d’autres optimisations depuis le lancement de l’avion CRJ900 assure au biréacteur régional CRJ900 NextGen une faible consommation de carburant en vol et sur piste. Le nouvel aménagement intérieur des avions CRJ NextGen comprend de plus grands coffres de rangement supérieurs, de plus grands hublots et un éclairage amélioré, ainsi que des panneaux de plafond et des parois latérales redessinés.

Dans le monde entier, les avions de la série CRJ sont en service auprès de plus de 60 sociétés aériennes et ont enregistré plus de 31 millions d’heures de vol et 26 millions de cycles de décollage-atterrissage. Outre les activités des transporteurs aériens, plus de 30 clients exploitent des variantes d’entreprise des avions de la série CRJ.

Bombardier a enregistré 1’709 commandes fermes d’avions de la série CRJ (dont 266 avions CRJ900 et CRJ900 NextGen), et 1’661 avions de la série CRJ (dont 256 avions CRJ900 et CRJ900 NextGen) qui ont été livrés au 31 décembre 2011.

Photo : CRJ900 NG aux couleurs de china Express Airlines @ Bombardier

 

08/02/2012

Korean Air reçoit simultanément un B747-800F & B777-200F

 

K65568-01.jpg


 

EVERETT, Washington, Boeing et le Korean air viennent de célébrer la livraison d’un B747-800F et d’un B777-200F ! Korean Air devient ainsi le premier transporteur à utiliser simultanément ces deux appareils en mode «Freighter» !

La consommation de carburant et des émissions réduites du B747-800 «Freighter permettra de remplacer avantageusement l’ancien modèle soit le -400. de plus, le nouveau B747-800 «Freighter» est plus grand de 250 pieds, (76,3 m) que son prédécesseur, le cargo B747-400. Le tronçon ajouté offre un volume de fret de 16 % de plus, ce permet de charger trois palettes supplémentaires. Le B747-800 «Freighter» est  alimenté par quatre moteurs General Electric GEnx-2B.

L’avion-cargo B777-200F offre une charge utile maximale de 107 tonnes, à comparer aux 117 tonnes de charge utile d’un B747. Le rayon d’action du B777 est exceptionnel. Il transporte une charge utile supérieure à celle d’un 747 sur des distances dépassant les 13 000 kilomètres.

Korean Air prévoit d’exploiter le B747-800 «Freighter» sur sa route transpacifique, avec des arrêts à Osaka et à Narita, au Japon, Los Angeles et San Francisco. Le B777 «Freighter» est le premier

bimoteurs exploité par Korean Air en mode cargo et permettra à la compagnie d'ouvrir de nouveaux marchés en Europe, notamment à Vienne, Francfort et Londres.

A propos de Korean Air :

Korean Air dispose d’une flotte de 142 avions et exploite près de 400 vols par jour en direction de  119 villes dans 40 pays. La compagnie est un des  membres fondateur de l'alliance SkyTeam, qui, avec ses 14 membres, offre à ses 487 millions de passagers annuels un système mondial de plus de 14.000 vols quotidiens couvrant 926 destinations dans 173 pays.

Photo : B747-800F & B777-200F de Korean Air @ Boeing

 

07/02/2012

Gripen E/F : l’excellence !

 

Gripen_demo_4.jpg


 

Voici la première partie d’une nouvelle série d’articles, concernant le choix par le Conseil Fédéral du nouvel avion de combat, le Gripen (Griffon) E/F. Le dossier étant en pleine évolution, je reviendrai notamment sur les offres de partenariat industriel (Offsets), ainsi que les évènements qui ont marqué la décision.

Cette première partie va me permettre de vous révéler certaines informations techniques qui n’ont jusqu’ici jamais été abordées. Elles font suite à mes recherches ainsi qu’à la possibilité que j’ai eu de me rendre en Suède chez Saab pour voir de près l’avion et obtenir de nombreux éclaircissements.

Les raisons du choix :

Les raisons du choix sont particulièrement complexes et tiennent compte d’une multitudes de paramètres et ceci contrairement à la croyance populaire. Le choix s’est fait suite à l’obtention de centaines d’informations vérifiées qui font suite à l’évaluation de 2008.

Je me permets ici de rappeler qu’aucun des trois standards d’avion proposés à notre pays ne sont actuellement en service. Le Gripen E/F dérivé du démonstrateur NG sera commandé ce printemps par la Suède. Le Rafale proposé, soit le F3-04T n’existe qu’à un seul exemplaire dont l’Armée de l’air recevra ses premiers modèles en 2013. L’Eurofighter DA7 série 3, proposé et en cours d’industrialisation mais ne pouvait être doté du radar AESA avant 2016.

 

DSC_1548.JPG

 

 

La presse a avancé que le choix du Gripen pour notre pays était principalement financier. Ce n’est pas totalement juste, du moins très incomplet !

Effectivement, le prix proposé pour une dotation minimale de 22 appareils à 3,1 milliards est le meilleur prix des trois. Mais, il faut encore tenir compte des coûts d’utilisation, qui sont là encore, très inférieurs pour le Gripen. Cela  permettra à terme deux options sur un budget annuel :

  • Economie des coûts sur le budget annuel pouvant être réinvestis dans la modernisation.
  • Augmentation des heures de vol à l’année sans modifier le budget.

 

Les avantages techniques du Gripen E/F :

Les trois appareils proposés à notre pays disposent d’une technologie équivalente et sont tous trois en constante évolution. Du côté de l’offre suédoise, certains points ont fait la différence !

  • Le radar AESA ES-05 «RAVEN» permet un balayage avec un débatement total de ± 100 ° qui offre la possibilité de voir vers l’arrière et d’engager directement les adversaires.
  • L’architecture électronique est au minimum 5x plus rapide en matière de calcul que ses concurrents.
  • Le cockpit, basé sur un écran géant (comme le F-35), offre la possibilité de personnalisation pour chaque pilote et l’adaptation immédiate en fonction de l’évolution de la mission (air-air, reco, air-sol).
  • Le moteur, General-Electrique GE F-414G, offrira 10,5 tonnes de poussées (avec mode SuperCruise).
DSC_1549.JPG

 

 

Un équipement complet :

Concernant les équipements du Gripen E/F, ils sont très complets et prêts à l’industrialisation. Voici la liste standard de ceux-ci :

Avec le radar AESA ES-05 « Raven » couplé au système optique frontal IRST Skyward-G, le Gripen E/F dispose d’une liaison électronique Link16 à large bande, d’un système de communication satellitaire SATCOM et d’un fusion des données (Net Centric Warfare - NCW). Un nouveau système de guerre électronique avec détection des missiles en approche  de type électro-optique EW39 qui fonctionne avec les lances-leurres Saab BOH/BOL de dernière génération (ADIS).

La fusion de données complètement intégrée au système d'arme permet la fusion des informations   de la liaison 16 (pistes des équipiers, messages PPLI (Precise Participant Location and Identification) et relie l’ensemble aux pistes des capteurs internes et externes (RAVEN, IRST, EW39, pod ATFLIR.

Le pilote dispose d’une commande vocale, des classiques commandes HOTAS et d’un viseur de casque et d’un HUD large également de la nouvelle génération.

Enfin, un générateur d'oxygène embarqué (On-Board Oxygen Generation System, OBOGS) permet d’augmenter la teneur en oxygène de l'air prélevé au niveau d'un compresseur du moteur, afin, qu'il soit fourni directement aux pilotes. Avec l'OBOGS, la production d'oxygène est quasiment infinie et facilite la logistique : pas de production au sol, ni de chargement et d'installation des bouteilles à bord.

Le siège éjectable Matin-Baker dispose de deux airbag latéraux pour protéger le pilote en cas d’éjection.

En matière d’armement, le Gripen E/F offre un vaste choix international :

Air-Air :

Missiles courte portée à guidage infrarouge couplé avec viseur de casque  SRAAM (Sort Range Air to Air Missile):

IRIS-T, AIM-9X, A-DARTER, Python 5

Missiles longue portée BVRAAM (Beyond Visual Range Air to Air Missile) :

AIM-120C7 AMRAAM,  DERBY, METEOR.

Air-Sol :

Missiles :

Maverick, RBS-15, TAURUS (missile de croisière).

Bombes à guidages laser de type « Paveway », modèles : GBU 10/12/16/24/27/28.

Nacelles : Reco et ATFLIR, Nite-Hawk, SNIPER.

 

Gripen-UCAV-nEUROn.jpg

 

 

Optimisation pour les drones :

Saab fait partie du groupe de travail mené par Dassault Aviation dans le cadre du drone de démonstration NEURON. Le constructeur suédois, comme son homologue français avec le Rafale, a optimisé l'avenir de son avion de combat Gripen E/F en vue d'une utilisation future en binôme avec le futur drone de combat européen.

Questions fréquements posées :

Une nouvelle affaire "Mirage" pourrait-elle se reproduire avec le Gripen ?

En aucun cas, les surcoûts engendrés lors de l'achat des Mirage III étaient dûs à de nombreuses modifications (radar, armement, cockpit, cellule) voulues par la Suisse. Dans le cas du Gripen E/F, le modèle pour notre pays sera exactement le même que celui qui équipera la force aérienne suédoise.

En cas de retard qui paiera ?

Saab Aerospace s'est engagé à prendre en charge les éventuels surcoûts d'industrialisation à 100%.

Quelles sont les risques de maladies de jeunesse ?

Les risques sont faibles, car l'ensemble des systèmes fonctionnent et ont fait leurs preuves durant les essais du démonstrateur Gripen NG.

Le développement du Gripen va-t-il s'arrêter une fois les livraisons effectuées à la Suisse ?

Non, le programme Gripen va continuer d'évoluer, il est garantit jusqu'en 2040. la Suisse aura d’ailleurs de nombreuses cartes à jouer en matière de recherche & développement dans le cadre du programme de partenariat avec la Suède.

Commentaires :

Le Gripen n’est en rien un appareil inférieur techniquement. Certes, la gamme du constructeur suédois est plus modeste en ce qui concerne l’emport de charges avec 10 points d’attaches contre 14 à ses concurrents. Le rayon d’action est également sensiblement  plus court d’environ  400 km, mais l’avion permet le ravitaillement en vol. Il est optimisé pour le dégagement sur des aérodromes secondaires et l’emploi sur autoroutes. Ce même concept permettant de limiter les pertes lors d’attaques, notamment le sabotage d’aérodrome par des terroristes.

Aujourd’hui, nous avons sur le vieux continent une chance extraordinaire d’avoir trois appareils d’excellente valeur en développement continu, Gripen E/F, Rafale, Eurofighter. Hormis Quelques différences, l’Europe peut répondre comme jamais à la demande de divers clients et de leurs spécificités. L’Inde, de part sa situation géopolitique avec son voisin, a préféré un appareil pouvant répondre en matière d’attaque lourde en profondeur. Notre pays n’a pas ce besoin extrême, heureusement d’ailleurs, mais va pouvoir assumer son rôles en matière de surveillance, détection et poursuite de cibles, reconnaissance et attaque au sol tactique en travaillant en collaboration avec ses voisins, dans un cadre moderne et évolutif.

A suivre : le détail de la commande, les Offsets, les conclusions de la sous-commissions d’enquête, le lancement de la fabrication en chaîne.

Gripen Ng test aircraft_photo Jamie Hunter.jpg

 

 

Photos : 1 Gripen NG avec IRIS-T, METEOR et Paveway @ Saab 2 & 3 Gripen NG @ Pascal Kümmerling 4 Gripen E/F & NEURON 5 Gripen F & D l’ancienne et la nouvelle génération @ Saab

 

06/02/2012

Air Nostrum reçoit son 75e avion, un CRJ1000 !

 

BA_Air_Nostrum_CRJ1000-HR.jpg


 

Bombardier Aéronautique et Air Nostrum, de Valence, en Espagne, ont célébré hier, la livraison du 75e avion commercial Bombardier de la société aérienne. Les célébrations se sont déroulées à l’usine de Bombardier à Mirabel (Québec) où sont construits les avions CRJ. L’avion, un biréacteur régional CRJ1000 NextGen, a été accepté par Miguel Ángel Falcón, directeur général, Air Nostrum.

Ce 75e avion suit neuf biréacteurs CRJ1000 NextGen, 11 biréacteurs CRJ900 et 35 avions régionaux CRJ200, ainsi que 19 biturbopropulseurs Q300, tous livrés précédemment à Air Nostrum.

A propos d’air Nostrum :

Air Nostrum est l’une des plus importantes sociétés aériennes régionales en Europe, membre de l’alliance aérienne oneworld. Avec quelque 2’000 employés, le transporteur exploite plus de 150 000 vols annuels sur plus de 120 liaisons et transporte plus de 5 millions de passagers par année. Air Nostrum est le seul transporteur régional en Europe qui ait été choisi « Transporteur aérien de l’année » (catégorie Or à cinq reprise) par l’Association européenne des compagnies d’aviation des régions d’Europe (ERA). Le transporteur a également reçu la « Palme d’Or » de la même association. En 2011, Air Transport World a nommé Air Nostrum « Transporteur aérien régional de l’année ».

Au total, Bombardier a enregistré des commandes fermes de 1’709 biréacteurs régionaux de la série CRJ et de 1’084 biturbopropulseurs de la série Q.

Le CRJ1000 NextGen :

A son entrée en service en 2010, l’avion CRJ1000 NextGen s’est joint à la gamme d’avions régionaux la plus populaire du monde, s’appuyant sur une plate-forme éprouvée, avec une efficacité sur le plan des coûts et une fiabilité éprouvées, tout en offrant une capacité accrue en nombre de places et de plus faibles coûts par siège-mille offert.

Conçu spécialement pour répondre aux sociétés aériennes sur les marchés régionaux à grande fréquence, l’avion CRJ1000 NextGen prouve qu’il s’est un investissement avisé pour ses exploitants. L’avion CRJ1000 NextGen affiche les plus faibles coûts d’exploitation par mille et par siège pour les exploitants sur son segment de marché tout en assurant une autonomie supplémentaire, une fiabilité exceptionnelle et une empreinte environnementale plus réduite.

L’avion CRJ1000 NextGen affiche un taux de consommation de carburant par mission qui s’avère de quatre pour cent meilleur que prévu à son lancement. De plus, la consommation réduite de carburant entraîne une réduction directe de près de quatre pour cent en émissions de bioxyde de carbone, soit l’équivalent d’une baisse de près de 700 tonnes de gaz à effet de serre par appareil, chaque année. Le biréacteur CRJ1000 NextGen présente également une autonomie de six pour cent supérieure à ce qui avait été annoncé, offrant une plus grande souplesse opérationnelle. Les avions concurrents affichent une masse de plus de 9’700 kg (21 385 lb) soit 22% de plus que l’avion CRJ1000 NextGen pour des vols passagers comparables ou pour des missions sur une même distance. La masse opérationnelle à vide (OWE) moindre du biréacteur CRJ1000 NextGen, ses moteurs General Electric économes en carburant et la conception à haute efficacité de ses ailes sont des facteurs clés de sa plus faible consommation de carburant.

Les avions CRJ NextGen offrent un environnement exceptionnel pour les passagers grâce à de nouveaux intérieurs présentant de plus grands coffres de rangement supérieurs, de plus grands hublots, un meilleur éclairage en cabine et des panneaux de plafond et cloisons redessinés.

Au total, Bombardier a enregistré des commandes fermes de 1’709 biréacteurs régionaux de la série CRJ et de 1’084 biturbopropulseurs de la série Q.

BA_Air_Nostrum_75_Aircraft1.jpg


 

Photos : 1 CRJ 1000 Air Nostrum 2 Cérémonie @ Bombardier Aerospace

 

21:14 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bombardier, crj1000, air nostrum |  Facebook | |