28/03/2012

F-35 : on souffle le chaud et le froid !

 

12J00166_08-medium.jpg


 

Dans le feuilleton du Lockheed-Martin F-35 Lightning II, chaque semaines nous apportent son lot de nouvelles, souvent mauvaises et parfois bonnes. Le projet continue pourtant d’avancer inexorablement malgré de nombreuses critiques.

Si le dernier rapport mettait en évidences de nombreuses carences dont certaines ne sont de loin pas résolues, on assiste malgré tout à une certaine fidélité au programme malgré les nombreuses diminutions du nombre d’acquisitions. 

cover-f-35_in_the_clouds_1920x10802.jpg

 

 

Les clients confirment :

La Norvège, vient de dévoilé son nouveau «livre blanc de la Défense» (« Defense white paper »), pour la période 2013-2016 et confirme son choix en faveur du F-35 avec notamment une volonté de renforcer temporairement le budget de Défense de 7% sur la période, afin de pouvoir acheter sa nouvelle flotte de d’avion de combat  F-35.

La Grande-Bretagne s’intéresse confirme son intérêt pour la version F-35B STOVL et délaisse l’idée provisoire de transiter sur un autre appareil comme le Rafale dans  l’attente de l’avion américain. Mieux, l’idée d’abandonner le F-35B, jugé à l’époque trop cher et pas suffisamment au point, et d’acheter à la place des F-35C, la version navalisée de l’avion normalement destinée à l’US Navy et également mise de côté.

Le Canada dont les surcoûts agacent non seulement l’opposition mais également le gouvernement actuel vient pourtant de confirmer son maintien dans le projet. Afin de combler les retards, le gouvernement Harper prévoit de prolonger la durée de vie des CF-18 à 2020 voire 2023. Rappelons que le 13 février, le ministre associé de la Défense, Julian Fantino, a laissé entendre que le Canada pourrait revoir son engagement à acheter les 65 chasseurs furtifs F-35 au coût de 9 milliards de dollars.

Ce qui change aujourd’hui tient dans le fait que M. Fantino vient  d’assuré devant le Comité permanent de la Défense que le Canada avait toujours l'intention d'acquérir les chasseurs furtifs F-35, tout en déclarant qu'il n'écartait pas la possibilité de réduire la taille de la commande et d’envisager d’acheter jusqu’à 6 drones armés «Reaper», qui, bien qu’ils ne se substituent pas à des avions de combat pilotés, pourrait être utilisés dans un rôle expéditionnaire et combler partiellement la dotation en F-35. Enfin de déclarer : «que le développement du F-35, qui comprend des technologies de pointe, était toujours en cours et que le gouvernement s'attend qu'en fin de compte, l'avion réponde à toutes les exigences du ministère de la Défense».

La situation:

En réalité, personne ne sait aujourd’hui combien coûteront les F-35, car le nombre d’avions à construire et le calendrier planent dans l’incertitude totale. Le prix de production unitaire est lui-même évolutif d’une année sur l’autre. Le Pentagone s’est engagé à acheter 2443 avions F-35. Les partenaires internationaux qui comprenaient à l’origine le Canada, l’Australie, le Danemark, l’Italie, les Pays-Bas, la Norvège, la Turquie et le Royaume-Uni avaient prévu d’acheter 700 unités. Mais les retards et les annulations ont engendré un prix ascensionnel, qui a créé du coup d’autres annulations de commande. Le Pentagone a lui-même récemment diminué ses commandes à 13 avions pour 2013, et reporté 179 achats entre l’année prochaine et 2017.

Après les réunions du consortium F-35 à Washington et à Sydney, le Pentagone a cherché à rassurer ses partenaires la semaine dernière (récemment rejoints par le Japon, qui s’est engagée à acheter 42 F-35, tant que les coûts n’augmentent pas et affirmé qu’il n’y aurait pas de retards supplémentaires. 

Ravitaillement de nuit :

De son côté Lockheed-Martin vient d’achever le premier ravitaillement en vol de nuit depuis la base aérienne d’Edwards en Californie. Piloté par le lieutenant-colonel Peter Vitt, un F-35A avait rendez-vous avec un KC-135 pour un premier ravitaillement, cette sortie qui a duré plus de 3 heures de vol a été selon le constructeur un réel succès. 

F-35C--JSF-PO-photo-.jpg


Photos : 1 Premier ravitaillement de nuit f-35A 2 F-35A  3 F-35B @ Lockheed-Martin

 

21:35 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : lockheed martin, f-35, jsf, lightning ii |  Facebook | |

27/03/2012

La Russie commande des Sukhoi SU30SM

 

8.jpg


 

Le ministère russe de la Défense vient de passer commande auprès de l’usine Irkut Corporation à Irkoutsk de 30 chasseurs Sukhoi SU-30SM. La livraison devrait intervenir d’ici 2015.

La Russie continue de mettre en oeuvre son programme de modernisation de son armée avec cette nouvelle commande. Cette acquisition est le fait d’un renouvellement de la flotte aérienne planifiée sur la période 2011-2020. 

Le Sukhoi SU-30SM :

Les SU-30SM se différencient  des SU-30MKI indiens par leurs équipements entièrement russes, leur système d'identification "ami/ennemi" et par quelques autres éléments. Pour développer cette version, Sukhoi profita de son expérience avec le programme SU-35 en ce qui concerne par exemple l’avionique. tout comme la version MKI, le SM dispose de plans canard et de des tuyères à poussée vectorielle couplées aux moteurs Saturn Lyulka AL-31Fl.

L’appareil disposera d’un radar à antenne à balayage électronique (AESA) de type Zhuk-AE du fabricant russe Phazotron. L’antenne en bande X permet de suivre 30cibles aériennes en mode piste pendant l’exploration et d’engager 6 cibles simultanément en mode attaque. L’avionique est également de dernière génération avec écrans multifonctions (EFIS), système de positionnement par satellite GLONASS et un nouveau système de communication sécurisé.

L’armement est multiple pour permettre l’engagement air-air et air-sol mais également air-surface. L’option de dissuasion nucléaire est également possible avec capacité de frappe d’interdiction et la suppression des défenses antiaériennes.

1.jpg


 

Photos : Sukhoi Su-30SM @ Irkut/Sukhoi

 

22:01 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : sukhoi, irkut, su-30, su-30ms |  Facebook | |

JAL réceptionne ses B787 Dreamliner !

bca_787_JAL_delivery_948x432.jpg

 

 

 

EVERETT, Washington, Mars 26, 2012, Boeing et Japan Airlines (JAL) ont célébré la livraison  de ses deux premiers  B787 « Dreamliner ». La compagnie japonaise JAL (Japan Airlines) est la première compagnie à prendre livraison d'un 787 alimenté des moteurs de type GEnx de General Electric

Japan Airlines a réceptionné solennellement ses deux premiers  B787 Dreamliner lors d'une célébration animée par les célèbres batteurs de tambours « Taiko ». La Direction de Boeing, JAL et membres de General Electric étaient présent.

La compagnie japonaise est le second client à mettre en ouvre cet avion après ANA. La compagnie JAl va inaugurer de nouvelles liaisons comme Boston et San Diego.

L'avion porte les nouvelles couleurs de la compagnie japonaise. Celle-ci est revenue aux sources en présentant sur la dérive la grue rouge qui figurait déjà sur ses avions jusqu'en 1989.

La livrée est très simple, c'est à la mode, et le lettrage de la compagnie apparaît sur l'avant du « Dreamliner ».La compagnie JAL à commandé un total de  45 B-787, (20 787-800 et 25 787-900)

 

K65614-02_med.jpg


Les nouveautés du « Dreamliner » :

 

Construit principalement à partir de matériaux composite en fibre de carbone, le »Dreamliner »élève la barre en matière d’efficacité énergétique et le confort des passagers. Le b787 utilise 20% de carburant de moins, ce qui signifie qu’il est le premier  avion de taille moyenne capable de voler long-courrier, tout en réduisant les émissions de carbone.

Avec une pression d’air pour passagers plus conviviale en cabine et ceci grâce au maintien de la pression d’air dans l’habitacle à l’équivalent d’une altitude de 6.000 pieds (1.800m) nettement inférieur à l’altitude de 8.000 pieds (2400m) d’un appareil conventionnel. Les matériaux composites permettent de maintenir un niveau d’humidité mieux régulé et diminue ainsi l’effet de l’assèchement des muqueuses.

Les hublots sont plus grands de l’ordre de 30% offrant une meilleur visibilité et sont doté de verre intelligent à gradation automatique. Il suffit d’une simple pression sur un bouton pour diminuer l’éblouissement et accentuer le contraste.

 

640x425xJAL7871-640x425.jpg.pagespeed.ic.GFNPkMgLtx.jpg

 

 

Infos complémentaires :

Le de montage processus  prend environ un mois, soit aujourd’hui deux appareils mais qui à l’avenir devra atteindre la cadence de 7 avions par mois.
Environ 30’000 personnes travaillent du lundi à vendredi, 24H/24 en horaire 3x8 pour fabriquer les « Dreamliner », et ceci en plus des B-777, B-747 et B-767.

Chaque exemplaire du B787 coûte environ 185 millions de dollars à l'achat pour les compagnies aériennes.

 

640x425xJAL78722-640x425.jpg.pagespeed.ic.gWcJwZavOw.jpg
Photos : 1 Le B787 aux couleurs de JAL 2 Cérémonie de réception  3 Intérieur Business 4 Intérieur Eco @ Boeing/JAL

 

13:31 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, jal, b787, dreamliner |  Facebook | |

26/03/2012

Premier vol commercial au biocarburant au Canada !

 

BA-Porter-Q400-Toronto-Skyline-HR.jpg


 

Bombardier & Porter Airlines vont faire voler un appareil de type turbopropulsés Q400 au biocarburant au Canada. Le Q400 de Bombardier sera le premier avion au Canada à utiliser un carburant pour avion biodérivé, récemment certifié conforme à la norme D7566 de l’American Society for Testing and Materials (ASTM).

Le vol commercial au biocarburant de Porter Airlines utilisera un mélange à parts égales de biocarburant et de carburant avion A1. La portion biocarburant est dérivée des plantes oléagineuses Camelina sativa(49%) et Brassica carinata (1%). Ce premier  vol avec passagers aura lieu à la mi-avril. 

Vol préparatoire sans passager :

« Le vol préparatoire de deux heures a été impeccable et le carburant bio-dérivé a performé tel que prévu », a indiqué Mike Arcamone, président, Bombardier Avions commerciaux. « Durant le vol, l’avion Q400 a effectué avec succès plusieurs manœuvres, dont des montées sans moteur, des demandes brusques de puissance et le maintien d’un régime de croisière pour vérifier les performances de l’avion avec le carburant bio dérivé. »

Parmi les autres partenaires clés du programme de biocarburant, annoncé pour la première fois en 2010, on compte Targeted Growth Canada (TGC), de Saskatchewan, producteur des plantes Camelina sativa, et Pratt & Whitney Canada, constructeur des moteurs PW150A qui propulsent l’avion Q400.  Le financement du programme est fourni par les partenaires, ainsi que par le Groupement Aéronautique de Recherche et Développement en eNvironnement (GARDN).

A propos de l’avion Q400 :

L’avion de ligne turbopropulsé Q400, construit à l’établissement de Bombardier à Toronto (Ontario), est le successeur évolué de la gamme d’avions Dash 8/série Q de Bombardier. Optimisé pour les opérations court-courriers, l’avion confortable et plus écologique Q400 de 70 à 80 places est un grand biturbopropulseur rapide, silencieux et éco-énergétique. Il offre un équilibre parfait entre le confort des passagers et les caractéristiques économiques d’exploitation, avec une empreinte environnementale réduite.

Établissant de nouvelles normes environnementales, l’avion Q400 consomme de 30 à 40% de moins de carburant et génère de 30 à 40%  moins d’émissions sur les liaisons où il a remplacé des avions à réaction de capacité similaire plus anciens. Dans l’ensemble, l’avion Q400 NextGen émet 15 décibels de moins que prévu dans la réglementation (chapitre 4) de l’OACI sur le bruit, plaçant ainsi la barre très haut pour l’ensemble de l’industrie.

Plus de 380 avions Q400 sont en service auprès de quelque 40 exploitants dans 30 pays, sur six continents. Ces avions ont transporté plus de 177 millions de passagers.

A propos de Porter Airlines:

Fondée en 2006, Porter Airlines a révolutionné les vols de courte durée grâce à son accueil chaleureux et convivial, et elle a ramené la classe et le raffinement dans le voyage aérien. Reconnue comme étant une compagnie aérienne officielle 4 étoiles dans le Classement mondial des compagnies aériennes établi par Skytrax et classée au deuxième rang mondial dans la catégorie des petites compagnies aériennes dans le Choix des lecteurs de Condé Nast Traveler, Porter est déterminée à offrir une expérience de voyage supérieure. De nombreux services sont offerts gratuitement, dont les luxueux salons de passagers, le café Starbucks, les collations de qualité, ainsi que le vin ou la bière à bord.

Le transporteur dessert actuellement Toronto, Ottawa, Montréal, Québec, Moncton, Halifax, St. John’s, Thunder Bay, Sault-Sainte-Marie, Sudbury Timmins, Windsor, New York (Newark), Chicago (Midway), Boston (Logan) et Wahington, D.C. et offre également des vols saisonniers à destination de Mont-Tremblant, au Québec, de Myrtle Beach, en Caroline du Sud, et de Burlington.

Photo : Bombardier Q400 de Porter Airlines @ Bombardier

 

21:03 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bombardier, q400, porter airlines, biocarburant |  Facebook | |

25/03/2012

Airbus, Boeing et Embraer collaboreront sur les biocarburants !

 

433753858.jpg


 


Genève,  Airbus, Boeing et Embraer ont signé un protocole d’accord officialisant leur collaboration pour le développement de biocarburants ‘drop-in’ à un prix abordable. Cet accord a été signé lors du Sommet de l’Aviation et de l’Environnement de Genève, organisé par l’ATAG (Air Transport Action Group).

Le but poursuivit par les trois avionneurs est de rechercher des opportunités de collaboration en vue de s’adresser de façon unanime aux gouvernements, aux producteurs de biocarburants et aux autres parties prenantes majeures, afin de soutenir, promouvoir et accélérer la disponibilité de nouvelles sources de carburants aéronautiques durables.

Poursuivre l’évolution dans la bonne voie :

En finalité, cet accord doit permettre de poursuivre les avancées effectuées depuis près de 10 ans au sein de l’industrie aéronautique qui ont déjà permis de réduire l’empreinte en CO2. La production de biocarburants dit «Ethique» de manière durables doit permettre d’attendre les ambitieux objectifs de réduction des émissions de CO2. D’ici 2020 le biocarburant devra représenté 4%.

“Cette situation, où ces trois avionneurs leaders mettent de côté leurs différences concurrentielles et travaillent ensemble pour soutenir le développement de biocarburants, démontre la détermination de l’industrie et l’importance qu’elle attache aux solutions durables”, a déclaré pour sa part Paul Steele, Executive Director de l’ATAG. “Grâce à ce type d’accords de collaboration impliquant l’industrie dans son ensemble, l’aviation fait tout son possible pour obtenir des réductions mesurables des émissions de carbone, tout en continuant à assurer une forte valeur économique et sociale à l’échelle mondiale.”

Ces trois sociétés sont des membres affiliés du groupement des utilisateurs de carburant durable pour l’aviation (Sustainable Aviation Fuel Users Group), qui comprend 23 compagnies aériennes majeures consommant environ 25% du carburant utilisé annuellement par l’aviation.

Les chaînes de valeur réunissent les producteurs, les raffineries, les compagnies aériennes et les législateurs en vue d’accélérer la commercialisation des biocarburants durables. A ce jour, Airbus a établi des chaînes de valeur au Brésil, au Qatar, en Roumanie, en Espagne et en Australie, et prévoit la mise en place d’une chaîne de valeur sur chaque continent. Pour l’aviation, les alternatives aux biocarburants sont limitées.

EADS Innovation Works pilote la recherche en biocarburants du groupe EADS. Le protocole d’accord signé couvre également le développement de normes industrielles ouvertes, et de méthodologies permettant l’évaluation des cycles de vie du carbone et de l’énergie.

Airbus, Boeing et Embraer ont participé à un grand nombre de vols utilisant des biocarburants depuis que les organismes internationaux de normalisation ont donné leur accord pour leur utilisation commerciale en 2011.

 

459187849.jpg

 

 

De nombreux vols avec du biocarburants :

Les essais de vol avec un mélange de 20% de biocarburant mélangé à du kérosène normal sont devenu presque chose normale, avec de nombreuses compagnies en Europe, aux Etats-Unis et dernièrement en Chine. Au mois de juillet de l’année passée, la compagnie Lufthansa à même lancé quatre vols quotidiens aller-retour reliant Hambourg à Francfort sont  les premiers au monde à utiliser un mélange de biocarburants composé à 50% d'esters et d'acide gras hydrotraités.

Les militaires aussi :

Aux Etats-Unis, Boeing en collaboration avec l’US Air Force  et l’US Navy a testé les premiers vols supersoniques alimentés en biocarburant avec un A/10 Thunderbolt II Et un F/A-18 Super Hornet. Ces essais avec le motoriste General-Electric ont par ailleurs, confirmé en plus du CO2, que combiné à d’autres  efforts «verts» qui comprennent l’adjonction d’une tuyère à chevrons, où chaque lobe dentelé pénètre dans ou hors du flux primaire et génère un flux secondaire,  permet de réduire le bruit du moteur.

Sélectionner les bons biocarburants :

Le choix des biocarburants et le recul observé depuis près de 15 ans démontre ce qui est acceptable du point de vue de l’environnement et ce qui ne l’est pas ! Par exemple, l’utilisation de biocarburants favorisant la déforestation et /ou entrant en concurrence avec  les usages alimentaires, sans oublier l’épuisement des ressources en eau. Je n’ai pas oublié le GTL (carburant synthétique à base de gaz) qui s’avère certes alternatif, mais certainement pas bio, puisque la transformation de celui-ci en kérosène, produit énormément de CO2 !

Pour l’aviation commerciale, ce sont les SPK ( Synthetic paraffinic kerosene) fabriqué à partir d’huile végétales par exemple,  qui semblent être des plus prometteurs. Ces huiles, issue du « jatropha », de caméline ou même d’algue respectent les spécifications énumérées plus haut.

Ces SPK ont d’ailleurs eu l’occasion d’être testés en vol à plusieurs reprises, par les motoristes tels que : CFM International, General Electric, Pratt & Whitney et bien sûr Rolls-Royce. Plusieurs compagnies se sont associées à ces tests comme : Virgin Atlantic, Air New Zealand, Continental Airlines et Japan Airlines pour ne citer que celles-ci.

Utilisation prévue :

L’état des essais actuels permet de penser qu’une utilisation des biocarburants se fera vraisemblablement avec un mélange de l’ordre de 50% dans un premier temps, puis devrait augmenter progressivement jusqu’à atteindre les 80%. Ceci sans modification des moteurs ni des infrastructures aéroportuaires de distribution.

Les dernières révélations sur de tels mélanges montrent d’ailleurs une réduction de 60% à 80% des émissions de CO2, sans altération aucune des performances actuels avec le kérosène (Jet-A).

 

924148501.jpg

 

 

Photos : 1 Alaska Airlines a lancé des liaisons avec du biocarburant aux USA 2 A321 Lufthansa avec biocarburant 3 Le «Green» Hornet teste le vol supersonique

 

21:09 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biocarburants, airbus, boeing, embraer, atag |  Facebook | |