29/11/2011

Boeing livre le 100e B737-900ER !

 

K65503.jpg


 

SEATTLE,  Boeing vient de livrer le 100e B737-900ER (Extended Range), c’est la compagnie Air Somon basée au Tadjikistan qui à reçu l’exemplaire. 

À ce jour, Boeing à  enregistré 414 commandes émanant de 16 clients pour la version -900 ER «Next Generation».  La famille 737 «Next-Generation» (tous modèles) a remporté des commandes pour plus de 6.000 avions et Boeing a livré à ce jour 3.800 appareils.

Le B737-900ER est un biréacteur court-courrier mais qui offre une plus grande capacité de passagers. Le B737-900ER est le plus long et permet de transporter  180 passagers en général dans un aménagement à deux classes avec une limite de sortie certifiée jusqu'à 220 passagers dans une configuration à classe unique. D'autres changements incluent un sabot de queue à deux positions pour le décollage et une capacité accrue d'atterrissage; l'aile est renforcée pour permettre une augmentation de capacité de 6100 kg au décollage.

Le B737-900ER reprend les  mêmes performances des autres modèles de la famille 737 Next-Generation (737-600, 737-700 et 737-800): fiabilité, coûts de maintenance, les coûts d'exploitation inférieurs et en option un poste de pilotage de pointe avec par exemple :  un Head-Up Display (HUD) ainsi que  le système de positionnement global et d'atterrissage vertical affichage à affichage numérique.

Le B737-900ER offre des avantages économiques substantiels avec un coût du voyage de 7% à 5 % inférieur par siège-miles.

La nouvelle génération de B737 équipée de réacteurs CFM56-7B produits par CFM, une coentreprise de General Electric Co. aux États-Unis et Snecma en France. Les moteurs répondent aux dernières réglementations en matière de bruit et, à travers une configuration Tech Insertion introduit en 2007 et d'autres raffinements dès 2011, ont réduit la consommation de carburant. 

Déjà plus de 1.200 appareils de cette génération ont été produits.

900er-DIMENSIONS.jpg


 

Photos : 1 le 100e B737-900ER chez Somon Air 2 plan du B737-900 @ Boeing

 

L’USAF préfère le Super Tucano à l’AT-6 !

 

1135710542.jpg

 

C’est avec un grand étonnement que l’on apprend que l’US Air Force a montré sa préférence pour l’Embraer 314 «Super Tucano» au détriment du Hawker Beechraft AT-6 «Texan II» dans le cadre du programme d’avions légers de soutien (LAS).

 

L’US Air Force avait lancé un appel d’offre concernant 35 avions d’attaque et d’entraînement légers. Vingt de ces avions doivent  être transférés aux forces afghanes, tandis que les quinze restants resteraient entre les mains de l’US Air Force pour l’entraînement des pilotes. Le contrat est évalué à environ 1 milliard de dollars. Les premiers appareils devraient être livrés à partir de 2013.

 

Le contrat brésilien d’avions de combat en arrière plan ?

 

Le plus étonnant dans ce choix, reste la manière dont le constructeur Hawker Beechcraft a été écarté, en effet, l’avionneur américain a été exclu du processus d’appel d’offre sans explications ni aucune justification et ceci du jour au lendemain !

 

Les yeux se tournent naturellement vers le Brésil ou le F/A-18 E/F «Super Hornet» est toujours en compétition pour équiper l’armée de l’air face au Rafale et Gripen NG. Sur ce sujet, on assiste à une douce mais ferme pression américaine qui semble se traduire maintenant par un joli coup de pouce, au travers, d’un choix stratégique.

 

1850563766.jpg
 
lien sur le Brésil va remplacer ses F-5 :
 
 
 

Photos : 1 Embraer 314 Super Tucano @ Embraer  2 Hawker Beechcraft AT-6 Texan II @ Hawker Beechcraft

 

 

 

 

28/11/2011

«JETMAN» VOLE AVEC LE BREITLING JET TEAM

 

images.jpg


 

Nouvel exploit au sommet dans l’histoire de l’aéronautique. Après avoir traversé la Manche, volé en patrouille avec deux biplans Boeing Stearman des Breitling Wingwalkers, réalisé un looping autour d’une montgolfière et fendu les airs au-dessus du Grand Canyon, Yves «Jetman» Rossy est monté en régime en effectuant un vol en formation avec deux jets de la patrouille Breitling Jet Team. Le premier «homme volant à réaction» du monde s’est élancé d’un hélicoptère avec son aile rigide à quatre réacteurs fixée sur le dos. Réglant sa trajectoire et l’altitude grâce aux seuls mouvements de son corps, il a ensuite tracé des figures au-dessus des Alpes suisses en compagnie de deux L-39C Albatros du Breitling Jet Team, la plus grande patrouille professionnelle civile volant sur jets. Un spectacle époustouflant – et un nouvel exploit soutenu par Breitling, le partenaire privilégié de l’aéronautique.

 

18:36 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : jetman, yves rossy, breitling |  Facebook | |

27/11/2011

Les Mirage 2000D feront la «RECO» !

 

IMG_8182_pascal_luxeuil2011.jpg


 

Les Mirages F1CR vont être retirés du service en 2014, pour compenser le départ à la retraite de ceux-ci, les Mirage 2000D seront modifié pour pouvoir assumer la reconnaissance tactique.

Adaptation de l’ASTAC :

Les Mirage F1CR sont doté de la nacelle ASTAC pour faire du renseignement électromagnétique, avec le départ à la retraite il a fallut trouver une solution, soit l’adaptation du système sur les Mirage 2000D. Thales Systèmes Aéroportés va être mandaté pour équiper 55 Mirages 2000D du système ASTAC (Analyseur de Signaux Tactiques) et la société Alkan se chargera du système d’attache PU 9010.

L’ASTAC :

L’ASTAC (Analyseur de Signaux Tactiques) est un système tactique aéroporté de reconnaissance électronique constitué d'un ensemble de capteurs internes ou montés en nacelle et une station de traitement au sol. Il est destiné à effectuer une détection, l'identification et la localisation de tout type de radar dans un environnement très dense. Une liaison de données entre l'application pod et la station au sol permet une rapide observation du champs bataille.

Le principales caractéristiques du système sont une couverture de fréquence très large,en bande passante instantanée, une  haute sensibilité ainsi qu’une haute précision de mesure en direction de l'interféromètre. Le système est entièrement automatique mais peut être  entièrement reprogrammable et possède une capacité de traitement à très haute vitesse allant jusqu'à 20 radars. L’ASTAC utilise deux récepteurs à large bande pour la compression des ondes acoustiques de surface.  Le système mesure les réseaux d'antennes afin de déterminer l'azimut dans les bandes de fréquences qui sont couvertes (0,5 à 18 GHz avec 18 à 40 GHz ou 0,1 à 0,5 GHz en option).

L’ASTAC une fois monté sur un appareil comme le Mirage 2000D biplaces offrira  de nouvelles options, le navigateur de combat pourra transmettre directement à la station au sol grâce au lien UHF les données concernants les menaces au sol.

Rappel sur le Mirage 2000D :

Mirage 2000D est une version biplace air-sol d'assaut conventionnel tout temps spécifique à la France. Cette version est dérivée du Mirage 2000N (feu Nucléaire) et destinée à l'assaut conventionnel. Elle est demandée à la fin des années 1980 et initialement désignée Mirage 2000N' (à lire Mirage 2000N prime). Ce chasseur-bombardier est doté de capacités de pénétration tout temps et d'une grande précision de navigation qui en font le fer de lance des avions d'attaque au sol. Il est capable de mettre en œuvre toute la panoplie des armements air-sol en service dans l'armée de l'air, de la bombe classique au missile de croisière en passant par tout l'éventail des armements à guidage laser grâce à sa nacelle de désignation (PDLCTS).

Depuis 1999, il participe à la plupart des engagements français sur les théâtres d'opérations, dont les opérations de sécurisation de l'Afghanistan au profit des forces déployées sur le terrain.

Le Mirage 2000D est capable de tirer par tout temps tous les armements en service dans l'Armée de l’air ainsi que ceux à guidage laser et les nouveaux missiles Scalp-EG et apache. Depuis janvier 2011, il est équipé d’une Liaison 16. Tout comme le Mirage 2000N, il est équipé d'un radar Antilope V auquel s'ajoute système d'autoprotection perfectionné. Le prototype du 2000D fait son premier vol le 19 février 1991 et la version est mise en service en 1993.

IMG_6953_déja àMDM.jpg


 

Photos : 1 Mirage 2000D  2 Mirage F1 CR @ Laurent Casaert

 

26/11/2011

Le troisième prototypes du Sukhoi T-50 à volé !

 

1002101_02.jpg


 

Moscou, le troisième prototype de l’avion de cinquième génération développé par le constructeur Sukhoi à effectué son premier vol cette semaine sur le site de Komsomolsk. Au commande du T-50-3 (PAK FA), le pilote d’essais Sergey Bogdan.

Le T-50-3 (PAK FA) a volé durant un peu plus d’une heure. Le vol a été un succès, en pleine conformité avec le plan de vol. La stabilité est excellente et l’aéronef s'est avéré bon dans toutes les phases du programme de vol prévu. Le pilote a confirmé un fonctionnement fiable de tous les systèmes et composants.

_SPL8704.jpg

 

 

Tests des senseurs :

Ce troisième prototype va servir à tester l’ensemble des senseurs qui équiperont les appareils de série, avec en pointe le nouveau radar SH-121 développé par l’institut Tikhomirov NIIP. Ce radar à antenne active (AESA) dispose de 1.500 module T/R à l’arséniure de gallium fonctionnant en bande X. En plus de l’antenne dans le nez de l’avion, le système disposera de deux autres plus petites sur les côtés et deux autres plus grandes en bande L sur les bords d’attaques des ailes.

L’ambitieux système est complété par un IRST optique avec mode infrarouge dérivé du MCO-35M qui est actuellement monté sur le Sukhoi SU-35s. De son côté, le partenaire Indien du T-50, Hindustan Aeronautics Limited a fournit le système de navigation et l'ordinateur de mission de pré-série qui sera également testé.

L’avion de cinquième génération :

Par rapport aux précédentes générations d’avion,  le FA PAK possède plusieurs caractéristiques uniques, combinant les fonctions d'un avion d'attaque et d’intercepteur. L'avion est équipé d'une avionique de cinquième génération avec fonctions intégrées dites «pilote électronique". Cet équipement permet de réduire la charge de travail du pilote et l'aide à se concentrer sur des objectifs tactiques. L'équipement à bord du nouvel avion permet l'échange de données (Link16) en temps réel avec les systèmes de contrôle au sol et d'autres aéronefs. Le PAK-FA est fait de matériaux composites avec des technologies innovantes. Son design aérodynamique et les mesures visant à réduire la visibilité du moteur afin de  fournir une très faible signature radar. La capacité de «voir» combinée des trois radars et des optiques améliore  considérablement l'efficacité au combat sur des cibles aériennes et terrestres, à tout moment, dans des conditions météorologiques à la fois bonnes et défavorables.

Rappel :

En développement depuis les années 90, le PAK FA devrait entrer en service dans l'aviation russe à partir de 2015. Il doit remplacer les Mig-29 et Su-27.  L'Inde est également partenaire de ce  programme. Cet appareil devrait d’ailleurs à l’avenir former l’épine dorsale de l’Indian Air Force (IAF). Le coût du développement du T-50 partagé entre les deux pays, devrait  être de 6 à 7 milliards d’euros. Le coût d’un appareil devrait dépasser les 70 millions d’euros.

En comparaison des Sukhoi Su-30 actuels, la signature radar devrait se situer à 0,5 mètres carré par rapport aux 20 mètres carrés de celui-ci !

 

_SPN3372.jpg

 

 

Photos : 1 T-50-3 2 & 3 le T-50-2 Au salon de Moscou @ Sukhoi

 

11:50 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sukhoi, t-50-3, t-50, pak fa |  Facebook | |