06/11/2011

La remotorisation d’avions s’avère payante !

 

Boeing.jpg


 

La décision de remotoriser une gamme d’avion commercial s’avère visiblement particulièrement payante ! Airbus qui s’est lancé en premier avec sa famille A320 pour proposer le NEO (New Engine Offer) en fin d’année dernière dispose d’un cahier de commande de plus de 1000 appareils à ce jour. Le constructeur américain Boeing qui a longtemps hésité, pour finalement se lancer dans la remotorisation du 737 et offrir en fin d’été le B737 «MAX» se voit en quelques mois engranger de nombreuses commandes.

Détail de la remotorisation :

SEATTLE,  Boeing  a annoncé  que le programme B737 «MAX» a déterminer  le diamètre du compresseur primaire à 1,68 m équipera la soufflante du nouveau moteur LEAP-1B du consortium CFM International. Ce choix doit permettre d’intégrer le nouveau moteur sous l’aile et permettre un taux de dilution qui devrait avoisiner les 8:1. La problématique pour Boeing provient du fait que la garde au sol sera sensiblement trop courte, et les ingénieurs ont opté pour un allongement du train d’atterrissage de l’ordre d’une vingtaine de centimètres.

En parallèle aux modifications dues à la remotorisation, le constructeur de Seattle prévoit d’affiner l’aérodynamique du cône de queue de l’avion et l’ajout de commandes de vol électriques.

Pour Boeing, le B737 «MAX» consommera de 10 à 12 % de moins de carburant que la version actuel, le B737 NG. Ces améliorations devraient permettre à une flotte de 100 appareils d’être plus économe de l’ordre de 227 000 tonnes de CO2 par an et d’économiser 175 millions de livres de carburant par an, qui se traduiront  par 85 millions de dollars en économies de coûts.

La configuration du B737 «MAX»devrait être gelée en 2013. Le premier vol est prévu en 2016 en vue d’une entrée en service début 2017.

Les commandes s’accélèrent :

Tout comme Airbus, Boeing voit son carnet de commande s’envoler depuis sa décision de proposer le B737 en version remotorisée. En moins de quatre mois, Boeing à vu ses commandes augmentées de manière exponentielles, avec à ce jour 600 appareils, de la gamme « 737 MAX» de la part de huit compagnies aériennes.

Airbus et Boeing dominent donc très nettement en matière de commandes et pas seulement sur les appareils bicouloirs mais sur les monocouloirs ne laissant ainsi que quelques miettes à la concurrences !

K65420-4.jpg

 

 

Photos : les futurs B737-700 et -800 «MAX» @ Boeing

 

05/11/2011

Et de trois pour le B747-800 «Freighter» !

 

 

K65473.jpg

 

 

EVERETT, Washington, le 4 novembre 2011  Boeing  a célébré la livraison du premier B747-800 «Freighter» pour Atlas Air Worldwide Holdings, Inc sit qui opère pour le compte  de la division cargo de la compagnie British Airways. Après, Cargolux et Cathay Pacific la semaine dernière il s’agit de la troisième compagnies qui débutent l’exploitation du nouveau «cargo» de la gamme 747 nouvelle génération !

La livraison du premier des neuf appareils, immatriculé G-GSSD, commandés par Atlas Air filiale qui en exploitera trois pour le compte de  British Airways pour le transport de fret s’est effectué dans le cadre du contrat de modernisation de la flotte de British Airways qui les utilisera sur les liaisons long-courriers vers les centres de fret en Asie, Afrique, Inde et les États-Unis.

La consommation de carburant et des émissions réduites du B747-800 «Freighter permettra de remplacer avantageusement l’ancien modèle soit le -400. de plus, le nouveau B747-800 «Freighter» est plus grand de 250 pieds, (76,3 m) que son prédécesseur, le cargo B747-400. Le tronçon ajouté offre un volume de fret de 16 % de plus, ce permet de charger trois palettes supplémentaires. Le B747-800 «Freighter» est  alimenté par quatre moteurs General Electric GEnx-2B.

Photo : le premier B747-800F Atlas Air Worldwide Holdings pour le compte de British. @ Boeing

 

03/11/2011

Avions de combat : constructeurs sous pression !

 

1551501454.jpg


 

La Suisse choisira avant la fin de l’année son nouvel avion de combat, je vous propose un ultime volet sur l’avancée du dossier. Les prix ont baissé et les intérêts politico-industriels refont surfaces ! Les responsables politiques se succèdent à Berne pour expliquer les avantages des avions qu’ils défendent, le suédois suivit du ministre de la défense française Gérard Longuet suivit mardi prochain de  l’allemand Thomas de Maizière.

La concurrence à joué son rôle :

La stratégie mise en place par le DDPS et Armasuisse à très bien fonctionné et la crise de la monnaie européenne apporte la cerise sur le gâteau ! Rappelez-vous, on parlait d’un achat à 5 milliards, hors, La semaine dernière c’est un Ueli Maurer (Chef du DDPS) pas peu fier d’annoncer que les mises à jour des offres ne dépasseront pas 4 milliards pour la plus élevée (fourchette de prix) ! La baisse de l’euro, combinée à la stratégie de concurrence ont obligés les trois constructeurs à revoir leurs prix.

Saab Gripen, Dassault Aviation et Cassidian (EADS) doivent impérativement vendre et se devaient d’amener sur la table un projet dont le budget correspond aux finances de la Suisse,  sous peine d’être purement et simplement écarté.

L’avion le moins cher reste le Gripen avec une offre à environ 3 milliards, alors que  l’Eurofighter  ferme la marche à environ 4 milliards. Le Rafale est quant à lui entre les deux.

La situation des trois concurrents :

avions_rafale_la_clau.jpg


 

Le Rafale de Dassault Aviation :

L’avion français reste sans nul doute le favori avec un prix qui se situe, donc, parfaitement dans la ligne de crédits imposé. Ayant réussi le mieux les tests avec 95% de réussite, le Rafale est également proposé avec un partenariat industriel complet qui touche l’avion lui-même mais également la gamme de jets d’affaires «Falcon», le motoriste SNECMA/CFM International et l’ensemble des équipementiers connexes.

Mais le meilleur avion a-t-il été rattrapé par ces concurrents ? La réponse est non, le Rafale est le seuil proposé immédiatement avec un radar à antenne à balayage électronique (AESA) et plusieurs éléments testés à l’époque seront de la seconde génération comme l’optique frontale (OSF) et l’architecture électronique.

Le point faible ? L’avion français n’a pas trouvé à ce jour preneur à l’étranger et certain y voie là, un risque pour notre pays de devenir entièrement dépendant des futurs choix français. Oui, sauf que le Rafale se vendra certainement au EAU et reste bien placé en Inde et leader au Brésil, cette situation va donc évoluer.

Thumbnail.jpg

 

 

Le Gripen de Saab :

L’avion suédois reste donc le moins cher et peut donc jouer sur l’effet du prix. Mais l’argumentation des suédois va jouer également sur le fait que le Gripen à évolué grâce au démonstrateur NG (Gripen Nouvelle Génération). La version proposée à la Suisse sera remotorisée (General-Electric F414) et donc plus puissante, l’architecture électronique sera plus récente et dès 2016 il sera possible d’installer le radar Ericsson RAVEN ES-05 à antenne à balayage électronique (AESA). Mais attention l’avion est le plus petit, l’expérience nous montre qu’il est toujours plus complexe de modernisé un appareil n’ayant que peu de place libre.

Saab propose un travail de collaboration pour la mise à jour de l’ensemble de la flotte  des Gripen en services dans le monde et ceci en pleine collaboration avec l’aviation suédoise. L’offre est donc intéressante à la condition, que l’ensemble des clients du Gripen, désirent une telle modernisation. Il existe cependant une inconnue, la viabilité du constructeur SAAB sur le long terme !

AIR_Eurofighters_Italian_Break_lg.jpg

 

L’Eurofighter de Cassidian (ex EADS) :

L’avion le plus cher mais qui rentre malgré tout dans les chiffres. Le consortium européen offre un Eurofighter amélioré avec un radar plus puissant  la version CAPTOR-M. Cette version du radar fait partie de la tranche 3A qui prépare l’arrivée en 2016 du CAPTOR-E à antenne à balayage électronique qui pourra être montée en rattrapage. Cassidian offre un partenariat industriel fort avec ses sociétés comme Airbus, Eurocopter, CASA ainsi que les équipementiers du groupe.

Pourtant un risque existe en matière de collaboration du fait de la complexité du consortium Cassidian dont les procédures sont ralenties du fait de l’externalisation des chaines de montage aux quatre pays producteurs.

 

Le choix du partenariat :

Comme je l’écrivais dans mon dernier article sur le sujet, le choix du nouvel avion de combat revêt une double importance, un partenariat militaire sur le développement de l’avion à long terme (30 ans) et sur l’activité du tissus industriel. L’enjeu n’est pas seulement sécuritaire, mais sera vital en matière de places de travail, alors que nous vivons une période difficile en matière d’emploi !

Liens :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2011/10/21/eurofighte...

Photos : 1 Les tests selon Nicolas PUG  2 Rafale @ Dassault Aviation 3 Gripen et Gripen NG @ Saab 4 Eurofighter @ Aeronautica Militare

 

02/11/2011

Singapore Airlines lance une nouvelle Low Cost : Flyscoot !

 

302647_234411386618397_195291693863700_637337_2143740480_n.jpg


 

La compagnie aérienne Singapore Airlines vient de présenter sa nouvelle filiale FlyScoot, une compagnie low cost qui commencera ses opérations aériennes en avril 2012. Scoot est une compagnie low cost particulière puisqu’elle ne proposera que des vols long courrier.

Boeing B777-200ER :

La compagnie débutera donc ses activités avec 4 Boeing B777-200ER (Extended Range) qui voleront de l’aéroport Changi de Singapour à destination de la Chine et de l’Australie. Selon le directeur de Scoot, Campbell Wilson, ses Boeing B777-200ER pourront transporter jusqu’à 400 passagers contre seulement 323 pour ceux de Singapore Airlines, et ils disposeront d’une cabine Premium de 32 à 40 sièges, comme sur les Airbus A340 d’AirAsia, dont Scoot va s’attaquer au marché !

La guerre des Low Cost :

En effet, avec des billets d’avion 40% moins chers que ceux des compagnies régulières, Scoot sera très certainement un concurrent redoutable pour AirAsia qui s’est développé considérablement sur l’Asie du Sud-Est avec des tarifs également très bas. L’autre concurrent sérieux de Scoot dans la région Asie-Pacifique c’est Jetstar, la filiale Low Cost de Qantas.

D’autres concurrents sur le marché Low Cost s’installent dans la région puisque Thai Tiger (une autre filiale de Singapore Airlines), Peach (fliliale de All NIppon Airways) et Jetstar Japan sont déjà dans les opérationnels.

FlyScoot veut se démarquer :

Mais contrairement à AirAsia et aux autres low cost, FlyScoot prévoit d’offrir aux passagers le choix de leurs sièges, ils auront droit à des repas gratuits et des conditions tarifaires plus intéressantes pour les bagages.

De plus, le nom particulier de «scoot» doit donner une image nouvelle qui change des éternels «air» ou «fly» utilisés trop souvent pour identifier les transporteurs aériens, l’idée de Singapore Airlines est de créer la «scootitude» soit un style différent, jeune, spontané avec une touche d’exentricité.

Développement :

Si la Chine et l’Australie seront les deux premiers pays à bénéficier des tarifs low cost de FlyScoot, d’autres pays ne tarderont pas à voir atterrir les avions de la nouvelle compagnie puisque d’autres Boeing B777-200ER vont être achetés pour desservir les destinations suivantes, soit : l’Inde, la Moyen-Orient, l’Afrique et l’Europe.

 

1170928.jpg

 

 

Lien :

www.flyscoot.com

Photos : 1 Image des futurs couleurs de Flyscoot sur un B777-200ER @ Scoot 2 B777-200ER de Singapore Airlines @ K.L. Yim


 

01/11/2011

Cathay Pacific reçoit son B747-800F !

 

Boeing.jpg


 

Quelques semaines après la livraison du premier exemplaire du B747-800 F à Cargolux, Boeing a livré le 1 novembre le second exemplaire de l’avion cargo nouvelle génération à la division «Fret» de Cathay Pacific.

Cathay Pacific Airways a commencé à prendre livraison de sa nouvelle flotte de Boeing B747-800 «Freighters», avec le premier exemplaire  arrivée à Hong Kong aujourd'hui. La compagnie aérienne va recevoir un total de 10 avions de la nouvelle génération, soit, le plus grand cargo du monde.

Commentant l'arrivée de l’avion, le Directeur de Cathay Pacific Cargo Nick Rhodes a déclaré: «Le fret est une partie très importante de l'activité de Cathay Pacific, comptant pour environ un tiers de nos revenus dans une bonne année. Nous sommes ravis de recevoir le B747-800F dans notre flotte cargo, car il va nous donner une charge utile accrue sur une plus longue portée avec des caractéristiques économiques d'exploitation superbe, qui nous permettrons d'offrir un service encore meilleur à nos clients. Ces nouveaux avions vont jouer un rôle important dans nos efforts continus pour développer Hong Kong comme plaque tournante internationale de premier plan du fret aérien. "

Cathay Pacific est la première compagnie d’Asie-Pacifique à prendre livraison du Boeing B747-800F, qui est  doté de technologies innovantes.

L'avion va grandement améliorer l'efficacité et la charge utile de services de Cathay Pacific cargos pour les ultra-long-courriers, en particulier sur les routes nord-américaines, et dans le même temps réduire l'impact environnemental de ses opérations. Les innovations technologiques du nouvel avion cargo, y compris le moteur de pointe et l'utilisation de matériaux composites et d'alliages légers, mènera à la consommation de carburant nettement. L'avion a aussi une empreinte sonore d'environ 30% inférieur à ses prédécesseurs.

Avec l'arrivée du premier Boeing B747-800F, Cathay Pacific va opérer une flotte de 21 gros-porteurs cargos qui desserviront  plus de 40 destinations. 

Dans le cadre de son engagement à développer le rôle de Hong Kong, Cathay Pacific continue d'ajouter de nouvelles destinations à son réseau de fret, a récemment lancé des services à Bengalaru en Inde et Chongqing et Chengdu en Chine occidentale. La compagnie aérienne est également occupée à la construction d'un nouvel aérogare de fret à Hong Kong International Airport, qui ouvrira au début de 2013.

Photo : le premier B747-800F de Cathay Pacific Cargo @ Boeing

 

22:33 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : boeing, b747-800f, cathay pacific cargo, new 747 |  Facebook | |