24/02/2014

Entrée en service du Falcon 2000S au Brésil !

1st_Brazilian_Falcon_2000S-MR1.jpg

 

Dassault Falcon vient de livré le premier Falcon 2000S au Brésil après la certification par l'ANAC, l'aviation autorité de régulation du Brésil, l'année dernière.

 

 "Le Falcon 2000S est une option formidable pour les clients au Brésil et ailleurs en Amérique du Sud", a déclaré Jean Rosanvallon, Président-directeur général de Dassault Falcon Jet. "Il peut atteindre deux villes non-stop partout en Amérique du Sud et peut facilement s’adapter aux pistes éloignées dans conditions chaudes et d’altitude du continent".

 

Le Brésil est un créneau porteur pour les fabricants d’avions d’affaires comme Dassault. L’avionneur français détient d’ailleurs près de 60 % de parts de marché et fait de lui le numéro Un du marché dans ce pays.

 

 

Le Falcon 2000S :

 

Le Falcon 2000S offre la plus importante charge utile du marché avec une capacité de 2,245 kg/4,950 livres. A la masse maximum au décollage (MTOW) de 18,688 kg/ 41,000 livres, l'avion décolle d'une piste de 1,360 m/4,450 pieds soit 500 pieds de moins que les avions concurrents. A Mach 0.8, le Falcon 2000S offre un rayon d'action de 6 200 km/3,350 nm (avion standard avec 6 passagers et les réserves NBAA IFR). L'avion monte à 41,000 pieds en 19 minutes, avant d'atteindre une altitude de 45,000 pieds à mi-croisière et jusqu'à 47,000 pieds. Il est capable d'atterrir à une masse équivalente à 95% de sa masse maximum au décollage soit 17,826 kg/39,300 livres. Sa vitesse d'approche de 200 km/h/ 108 nœuds et son système de freinage automatique et sa capacité forte pente lui permettent de se poser sur des aéroports réputés difficiles d'accès comme c'est le cas pour l'aéroport de London City.

 

1st_Brazilian_Falcon_2000S-MR2.jpg

 

Photos : Le premier Falcon 2000S livré à un client au Brésil@ Dassault Aviation

 

L’Australie commandera des P-8A !

3948780167_a02b18b6f4_o.jpg


 

Canberra, ce vendredi, l’Australia a confirmé qu'elle fera l'acquisition de huit avions de patrouille maritime de type Boeing P-8A «Poseidon». L’objectif étant d’obtenir les premiers exemplaires en 2017 et rendre la flotte opérationnelle pour 2021. Le contrat d’acquisition devrait se monter à près de 4 milliards de dollars. L’Australie deviendra ainsi le troisième client, pour le Poseidon après l’US Navy et la Marine indienne.

 

Le Boeing P-8A «Poseidon» : 

 

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et anti-surface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec la quarantaine des drones.

 

 

3380827390.jpg

Photos : 1 Boeing P-8A «Poseidon» de l’US Navy 2 Cockpit @ Boeing/US Navy 

22/02/2014

L’Armée de l’air russe aux commandes du T-50!

856491.pg.jpg


 

Moscou, l'Armée de l'air russe a reçu son premier chasseur de 5e génération Sukhoi T-50 pour réaliser des essais d'homologation, a annoncé vendredi l'avionneur russe Sukhoi.

 

Le premier exemplaire no: T-50-2 du chasseur de 5e génération (PAK-FA, T-50) est arrivé vendredi à l'aérodrome du 929e Centre des essais en vols Tchkalov d'Akhtoubinsk (région d'Astrakhan, Volga) où il passera des essais d'homologation, a indiqué Sukhoi dans un communiqué.

 

Actuellement, quatre autres avions Sukhoi T-50 participent aux essais en vol à l'aérodrome militaire de Joukovski, dans la région de Moscou. Par ailleurs, l’avionneur mène des essais terrestres avec deux autres appareils de ce type. Le groupe a déjà testé les caractéristiques aérodynamiques du T-50 et ses équipements de bord.

 

"Nous avons obtenu des résultats positifs. Nous avons effectué un ravitaillement en vol et testons actuellement la manœuvrabilité de l'avion", a ajouté le service de presse.

Le commandant de l'Armée de l'air russe Victor Bondarev a annoncé en décembre dernier que les chasseurs T-50 fabriqués en série seraient livrés à l'armée à partir de 2016.

 

Le T-50 (PAK-FA) :

 

Le projet PAK-FA trouve son origine dans les années 1990, lorsque la Russie décide de lancer deux programmes, afin, de remplacer les MiG-29 et les Su-27. L’un concernait un biréacteur lourd, l’autre un monoréacteur léger. Le premier projet donnera naissance au Sukhoi S-37 «Berkut» et l’autre au MiG 1.44.

Sukhoï sera en définitive choisi sur la base de son démonstrateur le 26 avril 2002, évinçant MiG. C’est le lancement du programme PAK-FA. L’Inde est devenue un partenaire financier à 50% et apporte son expérience dans le domaine de l’informatique et des matériaux composites. L’avion disposera également d’un OSF et d’une fusion des données. Le moteur choisit est le NPO Saturn 117S de 14,5 tonnes de poussée.


 

945348763.jpg


Photos : Sukhoi T-50 @ Sukhoi 

AWACS E-3F modernisé !


Awacs-109-sidebar-tall.jpg



Paris, Boeing et Air France Industries KLM Engineering & Maintenance (AFI KLM E&M) annoncent ce jour qu’ils ont achevé avec succès le chantier de modification du premier des quatre avions-radar AWACS E-3F français. La Direction Générale de l’Armement (DGA) a commandé en 2010 à Boeing et AFI KLM E&M la modernisation à mi-vie de ces quatre avions opérés par l’armée de l’air.

En juin 2013, AFI KLM E&M, sous-traitant de Boeing, a entamé la modernisation des systèmes électriques, mécaniques et structurels, ainsi que du matériel de mission de cet avion. La modernisation à mi-vie, la plus importante entreprise à ce jour sur les AWACS français, permettra à ces avions de disposer d’une vision plus complète de l’espace de combat, ainsi que d’informations davantage exploitables, tout en réduisant la charge de travail imposée à l’équipage.

L’achèvement du chantier ne marque pas complètement la fin de la modernisation. L’avion doit encore être soumis à une campagne d’essais au sol et en vol sur la base aérienne d’Avord dans le département du Cher, avant d’être livré à l’armée de l’air dans le courant de l’année après le prononcé de sa qualification par la DGA.

Si le premier avion AWACS a été pris en charge par les installations d’AFI KLM E&M situées à l’aéroport du Bourget (Seine-Saint-Denis), les trois autres appareils seront modernisés dans un site entièrement neuf dont dispose Air France Industries à l’aéroport de Paris-Charles De Gaulle. Une équipe dédiée de Boeing continuera d’assurer sur place les prestations de direction du programme, d’ingénierie, d’assistance technique et d’assurance de la qualité, ainsi que la fourniture des équipements matériels et logiciels, tout en collaborant avec l’équipe chargée des modifications chez AFI KLM E&M..

Photo : AWACS E-3F @ Boeing

12:37 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : boeing, e-3f, awacs, armée de l'air |  Facebook | |

21/02/2014

SunExpress commande 40 B737 !

SXD-MAX8_K66073[1].jpg

ANTALYA, Boeing et la compagnie turque SunExpress annoncent la finalisation d’une commande de 15 Boeing B737-800 « MAX » et 25 Boeing B737-800 NG. D’une valeur de plus de 3,8 milliards de dollars au prix catalogue, cette commande est assortie d’une option portant sur dix Boeing B737-800 « MAX » supplémentaires.

Cette commande, la plus importante passée par la compagnie turque depuis près de 25 ans, porte le nombre total de Boeing B737 « MAX » commandés à ce jour à près de 1’800 appareils.

Le B737 « MAX » s’appuie sur le succès du B737 « NG » dont les performances, les faibles coûts d’exploitations, la fiabilité et le confort passagers ont imposé cette famille d’avions au rang de leader du marché. Équipé des nouveaux moteurs LEAP-1B de CFM International (co-entreprise SNECMA-General Electric) ainsi que d’améliorations technologiques et aérodynamiques telles que les nouvelles ailettes marginales (« Advanced Technology Winglets »), le B737  « MAX » permettra des économies de carburant 14 % supérieures aux plus performants des monocouloirs actuellement sur le marché. Sur des vols plus longs, ces économies seront encore plus importantes, faisant du B737 « MAX » un avion idéal pour accompagner la croissance future de SunExpress.

A propos de SunExpress :
Basée à Antalya sur la Riviera turque, la compagnie SunExpress a été fondée en octobre 1989 en tant que filiale de Turkish Airlines et Lufthansa. Aujourd’hui, SunExpress transporte plus de sept millions de passagers par an, et est l’une des premières compagnies par le nombre de passagers transportés entre l’Allemagne et la Turquie. La compagnie exploite une flotte entièrement composée d’avions Boeing, à savoir plus de 60 Boeing 737-700 NG et 737-800 NG, et dessert plus de 90 destinations en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Photo : B737 MAX aux couleurs de Sun Express @ Boeing