15/09/2012

CSeries, la cellule d'essais au montage !

1217943154.jpg


Bombardier Aéronautique a annoncé hier que l’assemblage de la cellule d’essai de son avion CSeries va bon train aux installations d’essais de la Société, à St-Laurent (Québec). L’article d’essai sera utilisé pendant l’essai statique de cellule complète (CAST) visant à démontrer la robustesse statique de la cellule et la conformité aux exigences de certification.

 

De plus, des pièces du premier véhicule d’essais en vol (FTV1) sont à Mirabel (Québec), site de production du programme des avions CSeries. Des composants majeurs du véhicule d’essais en vols sont près d’être complétés et sont à temps pour leur arrivée à la fin septembre.

 

« Chaque jour apporte une nouvelle étape du développement, et c’est passionnant. Que ce soit le début d’un nouvel essai, les résultats d’un nouvel essai ou l’arrivée d’une nouvelle pièce de série, l’équipe est très enthousiaste à chaque étape franchie », a indiqué, Rob Dewar, vice-président et directeur général, CSeries, Bombardier Avions commerciaux. « L’assemblage de la cellule d’essai est une autre importante étape dans notre progression vers la phase intense d’essais au sol avant le programme d’essais en vol des avions CSeries. Le raccordement des sections de fuselage de la cellule d’essai est en cours et nous sommes impatients d’y ajouter les ailes et l’empennage et de commencer les essais de résistance. »

 

BA-CSeries_CAST1-HR.jpg

La cellule d’essai formée à la fois de structures métalliques et de structures composites est en cours d’ajustage et d’assemblage sur un banc d’essai consistant en une superstructure de tours et de poutres d’acier, ainsi que de structures et vérins qui seront utilisés pour appliquer des charges à la cellule d’essai. Pour démontrer la résistance statique, une série de scénarios de charge  représentant les manœuvres en vol, l’atterrissage, le décollage et d’autres situations en vol et au sol seront appliqués à la cellule d’essai libre, non encastrée et contrebalancée.  Pour certains scénarios de charge, une pression interne de cabine sera également appliquée à la simulation de conditions en vol.

 

Au cours des essais, des jauges de résistance seront utilisées pour mesurer et enregistrer jusqu’à 8 000 paramètres à des endroits précis de la cellule. Les données des jauges de résistance seront surveillées par les ingénieurs en résistance de Bombardier, ainsi que par les partenaires et fournisseurs engagés dans le développement de composants structurels des avions CSeries.

 

Bombardier Aéronautique a aussi annoncé récemment qu’elle effectue maintenant des vols virtuels avec « l’Avion 0 » le banc d’essai et de certification intégré des systèmes (ISTCR) au sol pour les avions CSeries. Le système avionique, le système électrique, les commandes de vol, les commandes de vol électriques, le système hydraulique, le train d’atterrissage et le câblage fonctionnent tous et l’intégration et la communication des systèmes ont été démontrées de façon concluante.

En plus de l’ISTCR, l’avion est soumis à d’autres bancs d’essai dans le cadre de la phase d’essais au sol : le simulateur de vol d’essai (ESIM) construit par CAE et en cours d’installation à l’établissement des essais intégrés au sol; le banc d’essai d’intégration des systèmes avioniques (SITS) et le laboratoire d’intégration des commandes de vol (FCIL), tous deux déjà mis en service dans les installations de Rockwell Collins et de Parker; le banc d’essai du système de conditionnement d’air (ECS) dont la construction en est à la phase finale à Mirabel.


BA-CSeries_CAST-HR.jpg

 

A propos des avions CSeries :


Conçue pour le marché en plein essor des avions de 100 à 149 places, la gamme d’avions CSeries entièrement nouvelle combine des matériaux évolués, une technologie de pointe et des méthodes éprouvées pour répondre aux exigences des sociétés aériennes commerciales en 2013 et au-delà. Propulsée par des moteurs PurePower PW1500G de Pratt & Whitney, la gamme d’avions CSeries offrira un avantage de 15% sur le plan des décaissements d’exploitation avec une réduction de 20% de la consommation de carburant. La conception entièrement nouvelle des avions CSeries permettra de réduire grandement leurs niveaux de bruit et d’émissions, tout en offrant une souplesse opérationnelle supérieure, des performances exceptionnelles sur piste et une autonomie de 2 950 NM (5 463 km). Les avions CSeries, qui seront jusqu’à 5 443 kg (12 000 lb) plus légers que d’autres avions de la même catégorie pour ce qui est du nombre de places, procureront aux passagers le meilleur environnement cabine de leur catégorie – digne d’un gros-porteur, dans un avion monocouloir.


312542439.jpg


 

Photos : 1 Image de Synthèse de la compagnie de lancement Swiss 2 & 3 la cellule @ Bombardier Aerospace

13/09/2012

Gripen E, une avionique Hi-Tech !

163235ef-df51-4386-ab1e-34b6f77ae551.Full.jpg


 

 

 

De nouvelles informations sont maintenant disponibles concernant l’avionique et le cockpit du Gripen E. Je vous parlais dans un billet antérieur d’une série de nouveautés qui allaient équiper le Gripen «Next Generation», je vous propose ici de découvrir notamment le nouveau cockpit destiné à équiper la version «E» et de faire le point sur l’avancée des travaux.

 

Un nouveau cockpit : 

 

Les avions de combat d’aujourd’hui intègrent pour la plupart d’entre eux un cockpit doté de trois écrans couleurs. Le Gripen E sera doté d’un unique écran couleurs 3D géant, tout comme le Lockheed-Martin F-35 Lignthing II. 


 

cockpit2ng.png


 

Pourquoi ce changement ?

 

Si vous interrogez un pilote de F/A-18 Hornet, il vous expliquera que les divers censeurs qui équipent l’avion, lui amènent un flux constant d’information relative à la situation aérienne ainsi que de l’état des systèmes de l’avion, à tel point d’ailleurs, que pour ne pas se trouver à saturation, il lui faut à un moment dire «stop». 

 

La nouvelle génération d’avions de combat, dont fait partie le Gripen au standard E, sera encore plus rapide et plus précis en matière de flux d’information. A tel point d’ailleurs, que les ingénieurs de Saab se sont aperçus que l’architecture actuel des trois écrans du standard C/D, ne permettait plus une efficience adaptée aux nouvelles possibilités offertes par la nouvelle avionique. 

 

Il fallait que le pilote dispose d’un cockpit permettant de facilité son travail, tout en lui permettant de pouvoir suivre l’ensemble des flux d’information dans leur globalité. 


 

gripen e,gripen suisse,gripen aesa,saab gripen,cockpit gripen,gripen avionique,swiss gripen,gripen schweiz,ddps gripen


 

CONOPS & WISCOM :

 

Pour simplifier, l’humain et la machine doivent travailler en même temps. Le système WISCOM du Gripen E gère l’ensemble des opérations machines de l’avion pendant que le CONOPS génère les systèmes employés par le pilote. Il est donc primordial que les deux interfaces soit transmises dans les deux sens, tant pour la machine que pour le pilote.

 

Le nouvel écran géant WIDESCREEN opère donc non plus comme un simple affichage des données, mais permet une véritable fusion des données visuelles. Adaptable en permanence,  le nouveau cockpit avec écran tactile permet également une  personnalisation de celui-ci en fonction de la mission et des évolutions de celle-ci (un pilote vous dira qu’une mission réserve souvent des surprises) et une adaptation personnalisée pour le pilote. Il est par exemple possible d’adapter la taille de l’écran radar ou de la vision FLIR par exemple. L’écran s’adapte immédiatement aux besoins du pilote selon l’évolution de la mission (défense aérienne, reconnaissance, attaque au sol). 

 

 

Concernant l’avionique :

avionique1.png

 

L'un des avantages les plus importants de la nouvelle avionique est de diviser (compartimenté) la fonctionnalité de vol critique et mission critique. Cela permet de raccourcir considérablement le temps de vérification et les  coûts.

 

Le concept est basé sur une nouvelle architecture d’ordinateurs de base très puissants et très rapide en particulier là où l'ordinateur de gestion de vol (FMC) et l'ordinateur de mission tactique (TMC) traite les informations provenant des différents sous-systèmes. Il fournit au pilote la combinaison optimale des données de connaissance de la situation, des décisions tactiques et des armes appropriées et leurs disponibilités. Les ordinateurs de base gèrent également la fonction du système de surveillance. 

 

Un autre facteur important dans la conception du système de l’avionique du Gripen E a été la nécessité de faciliter l'expansion de sécurité ainsi que le développement du système après la remise initiale. Par conséquent, il sera facile d'ajouter et d'intégrer de nouvelles fonctionnalités, des logiciels, des processus, de nouvelles armes et des capteurs etc. 


 

 

Radar AESA et IRST :

 

Comme vous le savez certainement, l’avion de développement Gripen NG vole depuis le début juin avec le nouveau radar ES-05 «RAVEN» doté d’une antenne à balayage électronique AESA (Active Electronically Scanned Array) monté sur un plateau cyclique nomme «Swashplate» permettant au capteur d’être repositionné et du même coup offrir une plage de détection de ± 100 º. 


 

Gripen with ES 05 Raven pic1.jpg


 

Cette évolution n’était pas sans risque mais l’intégration ainsi que les essais se poursuivent aujourd’hui sans problème particulier et dans les délais du calendrier. Le constructeur suédois confirme d’ailleurs que les pilotes suisses pourront comme prévu venir tester le radar avant la fin de l’année. 


 

bvr1.png


 

Signalons que l’optique frontale IRST (Infra-Red Search and Track) Skyward-G sera monté définitivement à la fin de l’année et que selon son constructeur SelexGalileo il est capable de suivre passivement jusqu’à 200 cibles. 

 

Synthèse :

 

Le Gripen E n’est pas le plus puissant des avions de combat, (nous le savions !) mais il offre néanmoins la panoplie complète des systèmes, dont, doivent être dotés les avions modernes, par ailleurs, il offre un cockpit et une avionique non pas d’aujourd’hui, mais celle de demain, avec en plus des possibilités inégalées en matière de plage de détection et une vitesse de calcul sans précèdent. 

 

Reste donc à continuer à suivre le développement l’avion, tout en suivant les prochaines et cruciales étapes politiques tant en Suède que chez nous !

 

532953364.jpg

 

 

Photos & Schémas :  Gripen Ng en vol, le radar AESA @ Saab Aeropace/SelexGalileo

 

 

12/09/2012

L’USAF reçoit un quatrième E-11A !

DSC00816.jpg


 

Bombardier Aéronautique a annoncé en début de semaine avoir livré le quatrième avion de type E-11A BACN (basé sur une cellule de Global 6000) à l’Armée de l’air des États-Unis et ceci, à l’occasion d’une cérémonie tenue au sein de  l’établissement de Bombardier dans le Connecticut. 

 

Cet appareil est le quatrième avion dérivé de la gamme de jet Global de Bombardier qui s’ajoute à la flotte existante de l’Armée de l’air américaine, avec la désignation militaire E-11A. Ce nouvel appareil devrait être équipé du nœud de communication aéroporté de combat Battlefield Airborne Communications Node (BACN), à temps pour son déploiement à l’été prochain. Ce système permettra le partage de données par des systèmes de communications de combat distincts.

 

« Bombardier a construit une solide relation avec l’Armée de l’air des États-Unis, qui exploite des avions Global depuis maintenant quatre ans. Nous sommes ravis que l’Armée de l’air ait une fois de plus sélectionné un avion de Bombardier pour sa mission BACN », a affirmé Derek Gilmour, vice-président, Ventes, marketing et administration, Avions spécialisés et avions amphibies, Bombardier Aéronautique. « Ce récent ajout réaffirme les références de la plateforme d’avions Global pour les applications de missions spéciales, et nous sommes très fiers que les avions de Bombardier servent au sein de l’Armée de l’air des États-Unis », a-t-il ajouté.

 

Le Système Battlefield Airborne Communications Node (BACN)

Le Battlefield Airborne Communications Node (BACN) est un relais aérien de communication et de relai de communication. Volant à une altitude très élevée, il  permet des échanges d'informations en temps réel entre les différents systèmes tactiques de liaison de données, et fournit aux décideurs des informations critiques.

Le BACN permet flux d'information entre systèmes disparates tactiques en réseau de données. En outre, il permet de relais de voix et de pont entre les systèmes vocaux tactiques aussi bien dans la ligne de visée et au-delà des situations de la ligne de vue.

Le BACN augmente la conscience situationnelle en corrélation des photos aériennes tactiques et stratégiques. Par exemple, une unité de l'armée sur le terrain voit actuellement une image différente d'un équipage sur zone, mais avec le BACN il est possible voir la même image.
En raison de son altitude opérationnelle ce système permet aux  troupes au sol de  surmonter les difficultés de communication causées par un terrain montagneux complexe.

Les E-11A BACN évoluent notamment en binôme avec les drones EQ-4B «Global Hawk» Block 20 au sein du 451e Tactical Airborne. En Afghanistan, les E-11A ont effectués depuis 2005 plus de 3000 heures de vol. 

 

1246284125.jpg


Photos : 1 Bombardier E-11A BACN de l’USAF 2 La version E-11a de la RAF @ Bombardier Aeropace/USAF/RAF

20:11 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bombardier global 6000, usaf, e-11a, bacn, e-11a bacn |  Facebook | |

11/09/2012

Hornet en Espagne pour le Tactical Leadership Programme !

chapter2.parsys.52488.3.photo.Photogallery.jpg




Les Forces aériennes suisses participent du 13 au 28 septembre 2012 à l’exercice multinational de défense aérienne «Tactical Leadership Programme» (TLP) à Albacete (Espagne).

L'exercice permet au détachement suisse de compléter l'entraînement de défense aérienne qui est restreint en Suisse. Les Forces aériennes suisses sont les hôtes de leurs homologues espagnoles. Trente-cinq collaborateurs des Forces aériennes, dont six pilotes, participent à cet exercice avec quatre F/A-18 Hornet (plus un avion de réserve).

Sur le plan légal, cet exercice est fondé sur une convention de collaboration avec l'Espagne approuvée par le Conseil fédéral.

Tactical Leadership Programme (TLP)

La base d’Albacete abrite le centre européen d’entraînement au combat aérien, le Tactical Leadership Programme (TLP) dont nos pilotes vont bénéficier pour la troisième fois (première en 2010). L’objectif du TLP est d’accroître l’efficacité des Forces aériennes dans le cadre de développement des compétences en leadership tactique et capacités de vol, la planification des missions ainsi  que les initiatives conceptuelles et doctrinales.

Les Forces aériennes alliées en Europe centrale (AAFCE) avaient émises il y a plus de 30 ans la volonté de la création d’un tel site d’entraînement dans un but non seulement d’améliorer les procédures tactiques mais aussi à l’élaboration des techniques qui renforcent la coopération aérienne multinationale.

Les pilotes de Hornet suisses rencontreront les Forces aériennes suivantes lors de l’exercice de cette année : France : Rafale C & Mirage 2000-5, Espagne Mirage F1 & Alpha Jet E, Italie : Eurofighter & AMX,  Hollande : F-16AM, Allemagne Tornado IDS.  

Photos : F/A-18C/D  en vol @ Swiss Air Force

10/09/2012

Le premier «Hawkeye» chinois !

9-2012-1-china-aew-2.jpg


 

 

 

La Chine, vient de publier la première photo montant un appareil de type Xian Y-7 transformer en banc d’essais volant de type avion d’alerte lointaine et de surveillance (AEW). 

 

Un Hawkeye Chinois :

 

L’objectif des chinois est de produire à terme un appareil comparable au Northrop Grumman E-2 «Hawkeye» américain. Pour ce faire, deux appareils sont en concurrence, le premier dévoilé l’année dernière et le Shaanxi Y-8 mais semble plutôt destiné vu sa taille à un emplois côtier, est maintenant rejoint par le Xian Y-7.  

 

 Les dernières photos montrent l'émergence d'un appareil de type AEW désigné JZY-01, qui vole depuis les installation du Centre d'essais en vol chinois  de Xian-Yanliang.  Il est basé sur un fuselage d’avion de transport Y-7 mais est équipé de nouvelles ailes avec une plus grande portée. L’avion dispose en outre d’une motorisation plus puissante, soit  deux Zhuzhou WJ-6C doté d’hélices JL-4 à six pâles.

Le JZY-01 est doté d’un  rotodome sur le dos et dispose d'un nouveau fuselage arrière avec empennage à quatre ailettes. Un gouvernail est monté sur chacune des quatre ailettes, contrairement aux  «Hawkeye», qui ne comporte que trois ailettes équipées. 

Pour l’instant, il semble pas que les ailes puisse être repliées pour un gain de place sur porte-avions, mais cette solution pourrait venir plus tard.

 

Il est à noté qu’en parallèle avec l’arrivée de ces premiers essais, le premier  porte-avions chinois, le Liaoning, avec notamment les premiers avions de combat Shenyang J-15 à bord. Jusqu’à présent, les essais se déroulaient avec une maquette grandeur nature du J-15. 


 

Y-8-Rotodome-AEWC-3S.jpg


 

Photos : 1 le Xian Y-7 2 le Shaanxi Y-8 @ Agence Chine nouvelle