21/02/2018

Premiers ravitaillements des Su-30 de la marine russe !

Su-30SM_fighters_Russian_Navy_aerial_refueling.jpg

C’est une grande première pour l’histoire de l’aéronavale de la Russie, les pilotes de la marine ont pratiqué le ravitaillement en vol sur les avions Sukhoi Su-30SM. L’information a été confirmée par le Ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

La marine russe entraîne ses pilotes de combat dans les techniques de ravitaillement aérien pour la première fois de l'histoire, a révélé le ministère de la Défense (MoD).

Les pilotes de la Direction de l'aviation navale et des flottes de la mer Baltique et de la mer Noire qui pilotent les avions de combat Sukhoi Su-30SM 'Flanker' et Su-24 'Fencer' ont récemment effectué plus de 100 contacts avec les pétroliers Ilyushin Il-78 « Midas ».

Alors que les marines occidentales ont utilisé le ravitaillement en vol (RAA) pour leurs avions de combat depuis de nombreuses décennies pour étendre le rayon d'action de leurs plates-formes de combat et d'attaque basées sur des porte-avions. La marine russe a tendance à utiliser son seul porte-avions, l'amiral Kuznetsov, pour la défense de la flotte plutôt que comme plate-forme de frappe de porte-avions à voilure fixe. À ce titre, ses avions Su-33 «Flanker» et MiG-29K «Fulcrum» ne sont pas tenus de parcourir les mêmes distances pour attaquer des cibles à terre que les aéronefs occidentaux le sont généralement, d'où le fait qu'ils n'utilisent pas les systèmes de ravitaiellement.

La plupart des avions de l’aéronavale russe, y compris les Su-30SM et les Su-24 utilisés dans ces exercices d'entraînement, sont basés à terre et sont désormais renforcés avec l’arrivée d’avions ravitailleurs en vol.

Cette modification de l’engagement des Su-30SM et Su-24 et directement liée au renforcement des capacités militaires russes au sein de son enclave de Kaliningrad.

 

Il-78M-Midas-001-506x337.jpg

Photos : 1 Su-30SM de la marine en ravitaillment 2 II-78 « Midas » ravitaillant des Su-30 @ VVT

 

 

Les F-35 norvégiens auront des parachutes de freinage !

yourfile-1.jpg

La Norvège a achevé le premier essai sur le terrain d'un parachute de freinage sur un Lockheed- Martin F-35A, l'essai ayant a lieu sur la base aérienne d'Ørland.

«Notre avion de combat doit être capable d'atterrir dans des conditions hivernales extrêmes, et la Norvège, expérimentée dans ce domaine, aidera à développer et tester le parachute de freinage F-35», déclare le directeur du programme F-35, le général Morten Klever.

Les essais et les activités de certification pour la modification ont débuté en avril à Edwards AFB en Californie, en utilisant l'avion d'essai AF-2, en vérifiant initialement les caractéristiques de maniabilité et les performances de freinage sur les pistes mouillées et sèches.

Une deuxième phase est en cours à Eielson AFB, en Alaska, pour valider les performances sur les pistes glacées.

«Je suis très heureux que nous soyons sur la bonne voie avec la dernière partie des essais en Alaska, et nous avons maintenant vérifié que le système fonctionne comme il le devrait sur les avions qui sont venus à Ørland».

Selon les norvégiens le F-35A est plus stable pendant le déploiement du parachute de freinage que le F-16 qu'il remplace, en partie à cause de son empreinte plus large et de son poids plus lourd.

D'autres activités de test sont nécessaires avant que le système n'obtienne la certification finale. La Norvège est le principal client de la modification, les activités de développement étant également partiellement financées par les Pays-Bas.

yourfile.jpg

 

Photos : F-35 norvégien aux essais avec parachute @ FAN

20/02/2018

Saab confirme la livraison du Gripen E pour 2019 !

yourfile.jpg

L’avionneur suédois Saab confirme être sur la bonne voie pour livrer les premiers exemplaires de série du Gripen E au troisième trimestre de l'année prochaine.

"Nous allons nous en tenir au plan et livrer les deux premiers avions à l'armée de l'air brésilienne et à l'armée de l'air suédoise l'année prochaine", a déclaré Håkan Buskhe, directeur général de Saab. "Les choses se passent comme prévu", a-t-il déclaré en discutant des résultats financiers de la société le 16 février dernier.

Mieux que prévu :

Les tests et l'évaluation du premier avion Gripen E de pré-série n°39-8 se passent extrêmement bien. L’avionneur confirme que les données obtenues sont encore meilleures que les prévisions. Peu d’informations ont filtré en ce qui concerne ces résultats et semblent concerner l’ensemble des systèmes de l’avion. On apprend que l’antenne du radar AESA (Active Electronically Scanned Array)  ES05 «Raven» se montre particulièrement efficace, lorsqu’il faut suivre les cibles indépendamment des volumes de recherche et ceci grâce à des améliorations en ce qui concerne le contrôle du faisceau d’antenne.

Par ailleurs, les essais de préparation en vol ont permis de valider un temps de rotation entre les missions de seulement dix minutes.

L’appareil de pré-série sera rejoint par le second modèle (39-9) prochainement et le troisième (39-10) au début de 2019.

 

Un prix pour son inventeur :

Le Prix de l'innovation Saab 2017 est allé au Dr Henrik Holter pour son invention d'une nouvelle antenne en phase, qui est au cœur du système de guerre électronique de Gripen E.

"Mon invention est une ouverture d'antenne multidimensionnelle à large bande pour les systèmes AESA modernes", explique Henrik.

« L'ouverture de l'antenne a été spécialement développée pour les systèmes de guerre électronique à large bande ».

L’Inde, la Finlande et la Suisse dans le viseur :

Concernant les ventes potentielles à venir, l’avionneur suédois dit vouloir se concentrer avec le Gripen E en direction de l’Inde, le Finlande et de la Suisse. Pour les versions plus anciennes de type C/D le constructeur annonce pouvoir conclure prochainement de nouvelles ventes, sans en dire plus.

 

saab-gripen-e-1.jpg

Photos : Gripen E @ Saab S. Kalm

 

Airbus a livré le premier A350-1000 !

A350-1000-and-A350-900-Qatar-formation-flight-030.jpg

Airbus a livré le premier avion de ligne à large fuselage A350-1000 au monde à la compagnie de lancement Qatar Airways lors d'un événement de livraison à Toulouse. L'avion est le premier des 37 A350-1000 commandés par le transporteur et est le premier avion Airbus équipé des nouveaux sièges « Qsuite » révolutionnaires, offrant le premier lit double en classe affaires. Qatar Airways est le plus grand client de la famille A350 XWB au monde avec 76 avions en commande et le plus grand client de l’A350-1000.

«Qatar Airways exige toujours le meilleur pour ses clients, il est donc juste que nous soyons la première compagnie aérienne au monde à piloter l'Airbus A350-1000», a déclaré le Directeur Général du Groupe Qatar Airways, Son Excellence M. Akbar Al Baker. Cet avion à la pointe de la technologie deviendra une partie intégrante de la flotte de Qatar Airways et nous permettra de continuer à offrir à nos passagers des niveaux exceptionnels de confort et de service ».

aribus,a350-1000,a350 xwb,qatar airways,nouvaux avions de ligne,infos aivation,compagnies aérienne,les nouvelles de l'aviation

L'A350-1000 s'intègre parfaitement à la flotte croissante de Qatar Airways, dont 20 A350-900 sont en commande. Les deux aéronefs sont complémentaires et offrent une communité maximale avec des efficacités d'exploitation inégalées. Les voyageurs bénéficieront d'un bien-être absolu en cabine, avec plus d'espace personnel, une altitude cabine optimisée avec plus d'air frais, une température et une humidité contrôlées, une connectivité intégrée et la toute dernière génération de systèmes de divertissement en vol.

L'A350-1000 est le dernier et le plus gros gros-porteur d'Airbus dans la catégorie des deux allées. Avec un fuselage plus long de 7 mètres, l'espace A350-1000 pour les produits de cabine haut de gamme est 40% plus grand que son petit frère l'A350-900. Dans la configuration de Qatar Airways, l'A350-1000 offre 44 sièges supplémentaires. C'est un avion véritablement à longue portée avec une portée de 8 000 milles marins (14 800 km) à l'entrée en service. L'A350-1000 est équipé d'un bord de fuite d'aile modifié, de nouveaux trains d'atterrissage principaux à six roues et de moteurs Rolls-Royce Trent XWB-97 plus puissants. Comme pour l'A350-900, l'A350-1000 réunit les toutes dernières technologies en matière d'aérodynamique, de conception et de pointe pour une variation de 25% des coûts d'exploitation par rapport aux avions concurrents de la génération précédente.

 

A350-1000-Qatar-Airways-first-delivery-press-conference-0013.jpg

Photos : Livraisons du premier A350-1000 à Qatar Airways@ Airbus

 

19/02/2018

Airbus relance l’idée d’un A320 MPA !

5a7abd4969d3b.jpg

L’avionneur européen semble se diriger en direction d’un programme militaire pour son A320neo. L’objectif étant de venir concurrencer par exemple le P-8A « Poseidon » de Boeing basé sur une cellule de B737.

Remplacer les Breguet Atlantique 2 & P-3 :

Si l’on se base sur les actuels avions Atlantique 2 (ATL2), ceux-ci vont rester en service jsuqu’en 2030 au plus tard. Par ailleurs, plusieurs marines utilisent encore les bons vieux P-3 « Orion » modernisés. Mais ceux-ci vont également devoir être remplacer d’ici 10 à 12 ans. Hors, si rien n’est fait en Europe, c’est Boeing et son P-8 qui risque de remporter la mise.

A-t-on perdu un temps précieux ?

Ce qui étonnera plus d’un, concerne le fait qu’Airbus avait déjà en son temps étudié une telle possibilité avec l'A319 MPA, soit est un aéronef de patrouille maritime à grande distance et ASW. L'avion devait être déployé dans des missions de lutte anti-sous-marine et anti-surface, de renseignement, de reconnaissance et de surveillance. A l’époque, l’étude démontrait que la capacité de recherche à basse altitude ou de recherche, le dépassement de la distance, l'endurance et la vitesse de transit rapide faisaient de l'A319 le meilleur avion de patrouille maritime de son aire de répartition.

Malheureusement cette solution novatrice à l’époque n’a pas trouvé preneur, laissant ainsi Boeing prendre l’ascendant avec son P-8A.

A320neo MPA :

En repartant de « zéro » avec l’A320neo en mode « MPA » Airbus pourrait bien cette fois venir contrer son concurrent américain. En effet, la France et l’Allemagne ont un calendrier similaire pour le remplacement de leur flotte d’avion de lutte anti-sous-marine et anti-surface. Les deux pays pourraient donc devenir les premiers clients de cette nouvelle version.

Le futur A320neo MPA reprendrait certaines caractéristiques développées à l’époque pour l’A319 MPA. L’installation d’un terminal d'information embarqué (OIT) transfèrera les informations de situation et des capteurs aux membres d'équipage. Il améliorera également la coordination de l'équipage et l'évaluation de la mission.

L'A320neo MPA devrait recevoir un système d'armes anti-sous-marins et anti-surface. L'avion pourra transporter une variété d'armes à l'intérieur et sur les ailes-pylônes. La soute à bombes interne pourra abriter huit postes d'armes pour des torpilles, des charges de profondeur, des mines et d'autres armes ASW. Avec quatre points sous les ailes pouvant contenir des missiles pour attaquer des cibles navales ou terrestres.

Le futur système de mission ouverte de intègrera un ensemble de capteurs multi-missions. Les capteurs couplés à des systèmes de communication modernes permettent à l'aéronef d'effectuer des opérations dans un environnement d'opérations réseau centré (NCO). La suite complète de capteurs ASW suit et identifiera des cibles sous et sur l’eau. Les systèmes de mission comprendront un radar de surveillance, un interrogateur IFF, une tourelle IR / EO, un système acoustique et un détecteur d'anomalies magnétiques (MAD). L'A3320neo MPA disposera d'un système tactique entièrement intégré (FITS),

MPA3191.jpg

 

Photos : images de synthèse du futur A320neo MPA @ Airbus DS