06/05/2012

ATR a livré son 1’000e appareils !

 

ATR-72-600-1.jpg


 

ATR  a franchi une étape importante de son histoire avec la livraison de son millième avion, un ATR 72-600 qui volera aux couleurs de la compagnie espagnole Air Nostrum, qui possède un accord de franchise commerciale avec Iberia. Cette livraison symbolise le succès et la pérennité du programme ATR et de sa famille d’avions ATR 42 et ATR 72. ATR, qui avait livré son tout premier ATR 42 le 3 décembre 1985 à la compagnie Française Air Littoral, entre aujourd’hui dans le cercle très fermé des constructeurs aéronautiques ayant atteint mille avions livrés.

La livraison de cet appareil, configuré pour 72 passagers et motorisé par deux PW127M, a eu lieu à Toulouse en présence de nombreuses personnalités du monde aéronautique, telles que le Président Exécutif du groupe EADS, Louis Gallois, ou celui du groupe Finmeccanica, Giuseppe Orsi.

«Les ATR sont aujourd’hui présents sur plus de 90 pays et volent pour le compte de 180 opérateurs. Peu de programmes peuvent afficher une telle présence à travers le monde », a déclaré le Président Exécutif d’ATR, Filippo Bagnato. « Au long des années, les ATR se sont imposés comme la référence de l’aviation régionale sur tous les continents. Nous sommes très fiers de la résilience dont ATR a su faire preuve depuis le lancement du programme. La persévérance, l’attachement sans faille à nos avions turbopropulseurs et leurs nombreux atouts pour les compagnies régionales nous permettent de fêter aujourd’hui la millième livraison et de continuer à avoir des belles perspectives pour les années à venir ».

Depuis la reprise du marché du turboprop en 2005, ATR a enregistré presque la moitié du total de ses commandes et livré près d’un tiers de ses appareils. En 2011, année record pour l’avionneur franco-italien qui a enregistré 157 ventes fermes, les ATR ont representé plus de 80% des ventes mondiales d’avions régionaux de moins de 90 places.

Les ATR offrent la consommation de carburant et les coûts opérationnels les plus bas parmi tous les avions régionaux, jets et turboprops confondus. Les ATR de la nouvelle série -600, comme celui livré aujourd’hui, sont équipés des toutes dernières innovations en termes de confort passager, avec notamment la cabine Armonia, -primée récemment aux « Good Design Awards » de Chicago. Ils sont aussi équipés d’une nouvelle avionique tout écran intégrant les tout derniers outils en matière d’aide à la navigation.

Certifiés par l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne en 2011, les ATR « -600 » sont devenus la nouvelle référence régionale en matière de modernité, confort et économie, contribuant ainsi à conforter la tendance prédominante des ATR à travers le monde.

mail.jpeg


 

Photo : le 1’000e ATR destiné à Air Nostrum @ ATR Aircraft

 

21:49 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : atr aircraft, air nostrum, iberia, atr-42, atr-72 |  Facebook | |

05/05/2012

Gripen F : Pilotes suisses très satisfaits !

 

foto.parsys.48988.2.photo.Photogallery.gif.png


 

C’est dans un ciel bleu que les pilotes suisses d’armasuisse ainsi que des Forces aériennes en compagnie d’une équipe d’ingénieurs se sont rendu chez Saab à Linköping, en Suède, dans le but d'effectuer des vols d'essai avec le Gripen E/F (Demonstrator).

Les négociations sont toujours dans les délais et les vols d'essai en Suède font partie des préparatifs en cours.

Le programme de trois jours entre le 2 et 4 Mai inclus des vols en simulateurs d'entraînement et quatre vols d'essai. Les vols d'essai ont principalement ciblé la défense aérienne et la surveillance de l'air avec des armes diverses, comme les missiles IRIS-T et AMRAAM-120C7 et le METEOR (systèmes d’armes sélectionnés par la Suisse sur le Gripen E/F).

foto.parsys.48988.4.photo.Photogallery.gif.png

 

 

Les réactions des pilotes :

«Nous avons testé les performances de vol, nous avons simulé une mission de défense aérienne complète. Sur le vol, il y avait beaucoup de points de test. Nous avons été en mesure de terminer l’ensemble des vol avec succès! », dixit, le lieutenant-colonel Fabio Antognini  des Forces aériennes suisses.»

"Nous avons pu testé les performances de vol dans un scénario de surveillance de l'air. Nous avons simulé une alarme spéciale (Quick Reaction Alert) et une utilisation de puissance de à haute altitude et à une vitesse supersonique. Nous avons testé le moteur et l’ensemble de l’enveloppe de vol, et nous sommes très satisfaits des résultats », Bernhard Berset, chef pilote d'essai chez Armasuisse.

Le Gripen-E/F se déroule selon le plan. Dans la phase des prochains essais, permettra de qualifier les nouvelles technologies de pointes. En outre, le système radar particulièrement performant de type  AESA permet d’envisager l’entrée des Forces aériennes suisses avec sérénité dans un avenir en performances inégalées jusqu’ici .

L’ensemble des améliorations du Gripen E/F notamment en ce qui concerne la nouvelle motorisations du GE F414G et une augmentation des charges en armement couplées  avec  l'introduction de nouveaux capteurs (IRST) et de l'avionique de nouvelles  génération font du Gripen E/F un appareil ayant un rapport coût/efficacité sans pareil.


Très bonne collaboration suédo-suisse:

La coopération entre les deux équipes était vraiment fantastique. Nous avons effectué quatre vols d'essai avec le Gripen-E/F. Les différents scénari imaginés ont démontré l’excellence des systèmes. Nous étions en mesure de démontrer les capacités croissantes de cet avion ainsi que les performances, la maniabilité et la durabilité », explique Richard Ljungberg, chef pilote d'essai chez Saab.

foto.parsys.29394.3.photo.Photogallery.gif.png

 

 

Photos : Gripen F @ Saab/Armasuisse

 

04/05/2012

Les pilotes suisses volent le Gripen F !

 

foto.parsys.61797.4.photo.Photogallery.gif.png


 

Une équipe de spécialistes des Forces aériennes et d’armasuisse a effectué, du 2 au 4 mai 2012, à Linköping en Suède, une série de vols d’essai avec le Gripen F Demonstrator. Les quatre vols effectués en biplace ont servi à vérifier les évaluations du Gripen E/F ainsi qu’à réduire les risques liés au développement de l’aéronef. L’ensemble de ces vols d’essai a pu être effectué comme prévu.

Linköping, Suède. Avec la décision du Conseil fédéral du 30 novembre 2011 concernant le choix du type d'appareil, une étape importante a été franchie dans l'acquisition des nouveaux avions de combat pour les Forces aériennes suisses. Suite à cette décision, le DDPS a été chargé par le Conseil fédéral de prendre en mains la préparation de l'acquisition du Gripen. Au sein du DDPS, cette tâche est effectuée par une équipe de projet intégrée (EPI) dirigée par armasuisse avec des représentants des Forces aériennes ainsi que d'autres services du DDPS.

dsc0024058.jpg



Parallèlement aux négociations en cours avec le gouvernement suédois concernant l'optimisation du processus d'achat, d'autres discussions techniques ont lieu de manière intensive entre les partenaires concernés en Suède et en Suisse. Il est prévu de régler les détails techniques de l'acquisition coordonnée du Gripen par la Suède et la Suisse d'ici à la fin du deuxième trimestre 2012.

Etat d'avancement des préparatifs d'acquisition :

 

L'EPI suit de très près l'évolution du projet auprès de l'industrie, comme cela est d'usage lors d'acquisitions complexes. Cet accompagnement des travaux permet non seulement de vérifier les évaluations du Gripen E/F mais aussi de réduire les risques liés au développement du Gripen C/D vers le modèle E/F.

Dans ce cadre, les premiers vols d'essai ont maintenant eu lieu avec le Gripen F Demonstrator du constructeur Saab en Suède. Une petite équipe composée de pilotes et d'ingénieurs d'essais en vol des Forces aériennes et d'armasuisse a effectué une série de vols de vérification, en étroite collaboration avec le fabricant.

foto.parsys.61797.1.photo.Photogallery.gif.png



Programme et vols d'essai :

 

Le programme, qui s'est déroulé sur trois jours, comprenait les éléments « entraînement en simulateur » de même que « vols d'essai ». Durant la première journée, les deux pilotes ont rafraîchi leurs connaissances du Gripen dans le simulateur et se sont plus particulièrement familiarisés avec les nouvelles capacités du Gripen F Demonstrator. Les deux jours suivants ont permis d'effectuer les vols qui ont servi à vérifier les évaluations du Gripen E/F dont il a déjà été fait mention ainsi qu'à réduire les risques liés à l'achat prévu. Afin que les essais soient aussi réalistes que possible, ils ont été exécutés sur la base de divers scénarios d'engagement, tels qu'on pourrait les imaginer en Suisse. Ils comptaient chacun deux avions avec le profil d'engagement de défense aérienne et de police aérienne. Les engagements ont eu lieu avec des configurations d'armes différentes et l'appui d'avions-cibles.

Le point de départ pour les vols d'essai était l'aéroport de Linköping en Suède. Les différents vols d'essai ont eu lieu principalement au-dessus de la mer Baltique, à une altitude variant entre le niveau de la mer et 12 000 mètres.

Tous les vols d'essai ont pu être effectués avec succès.

foto.parsys.29394.2.photo.Photogallery.gif.png



Gripen F Demonstrator :

Le Gripen F Demonstrator, testé par les pilotes suisses en Suède, est un modèle intermédiaire entre le Gripen C/D et le Gripen E/F. Ce biplace dérivé du Gripen D a pris son premier envol le 27 mai 2008 et a, depuis, plus de 200 heures de vol à son actif. Ce démonstrateur sert de plateforme pour tester les systèmes partiels du Gripen E/F.


Le Gripen F Demonstrator est motorisé par le réacteur General Electric F414G. Il est équipé d'un réservoir de kérosène interne plus grand, de pièces de la nouvelle avionique (cockpit) et de deux postes d'arme supplémentaires sous le fuselage. En outre, son train d'atterrissage a été repositionné.

Les différences entre le Gripen C/D et le Gripen E/F :


Les principales différences entre le Gripen E/F que la Suisse a choisi d'acquérir et le Gripen D testé en 2008 sont les suivantes :

Réacteur plus puissant avec mode SuperCruise;

Capacité de stockage du kérosène plus importante;

Nouveau radar à la pointe de la technologie (Active Electronically Scanned Array /AESA);

Capteur infrarouge de détection et de poursuite de cible (passif) (IRST, Skyword-G);

Nouvelle avionique, cockpit nouvelle génération inclus, viseur de casque Cobra;

Nouveau système de guerre électronique (analyse électronique et mode infrarouge) couplage avec fusion des données, liaisons Link16;

Deux postes d'arme supplémentaires (au total 10 points d'attaches);

Nouveau train d'atterrissage.

Nouvelle génétation d'armement comme le missile européen hyper-véloce METEOR.

foto.parsys.48988.3.photo.Photogallery.gif.png

 

 

Photos : vols depuis Linköping avec le Gripen F, pilotes suisses d'armasuisse en tenue orange et des FA en gris  @ Saab Gripen/Armasuisse

 

03/05/2012

Le Tejas naval débute ses essais en vol !

 

LCA+%2528Navy%2529+Prototype+NP-1+Tejas+maiden+flight+aircraft+carrier+landing+talkoff.jpg


 

La variante navale de l'aéronef indien de combat léger Tejas a effectué un vol 20min depuis les installations de Bengaluru. Le HAL Tejas navalisé no : NP-1 est le dérivé de la version du Tejas déjà en service limité au sein la  Force aérienne indienne.

La première sortie a été réalisée par le  Centre National d'essais en vol avec au commande le chef pilote d'essai Maolankar TA. Selon les premières déclarations de celui-ci, le prototype NP-1 s'est comporté exactement comme prévu.

Les modifications du Tejas naval :

Le Tejas naval dispose d'une structure de cellule renforcée ainsi que le train d'atterrissage. Il est également doté  d'un crochet d'arrêt pour permettre son fonctionnement à partir de porte-avions.

Une surface de contrôle de type  vortex   été montée à l'avant de l'aile et permet une vitesse d'atterrissage réduite, tandis que les performances du moteur et de  la visibilité ont été améliorés pour les opérations embarquées.

Un programme sérieusement retardé :

Le programme d’avion de combat léger indien  (LCA) nouvelle fois fait l'objet de critiques en raison des retards continuels. Car si la version de l’armée de l’air consédait déjà de nombreux retards, la version navale semble suivre le même chemin. En janvier dernier, ce même prototype  naval (NP-1) avait échoué dans sa tentative de premier vol.

Selon de récents rapports, le Cmdt en chef de la Marine, l'amiral Verma,  a indiqué que la version navale embarquée du LCA Tejas a subi des retards étant donné que les concepteurs du programme, l'Agence de développement aéronautique (ADA),avait privilégié la version de l’armée de l’air. Mias, il semblerait que les deux versions étant cependant presque identique et que les différences sont mineures en ce qui concerne les systèmes, le LCA naval n'a pas été élaboré conformément aux attentes souhaitées de la marine.

En réalité la version navale du Tejas a du  subir des modifications dans ses systèmes ainsi que de ses  matériaux et sans doute même recevoir un  moteur plus puissant. A l’origine, les systèmes de contrôles ne permettait pas une optimisation d’utilisation à bord d’un porte-avions et on du subir une profonde refonte. C’est notamment grâce à des consultations auprès d’EADS qui ont permis aux ingénieurs indiens d’optimiser les systèmes et permettre ce premier essais en vol.

LCA_tejas_IAF _india_cockpit_1.jpg

 

Caractéristiques du Tejas naval :

Basé sur la version de l’Air Force, le TEJAS version Navy formera donc la composante de la défense aérienne navale aux côtés des MIG-29K qui eux agiront dans la profondeur du dispositif. Le premier prototype du TEJAS naval immatriculé NP-1  est donc prêt à subir la phase d’intégration des systèmes tests conduisant à des points fixes, des essais de taxi et de vol. Le premier vol du NP-1 devrait avoir lieu d’ici la fin de cette année. Cette version reprend la motorisation de la version Air Force, soit le F404-IN-20. Cependant, pour pouvoir effectuer des décollages sur porte-avions en catégorie STOBAR  le constructeur HAL doit encore choisir une motorisation plus puissante  soit le GE F414 (Super Hornet) ou Eurojet EJ200 (Eurofighter).

Un second prototype le NP-2 devrait rejoindre les essais d’ici 2011. Les TEJAS Navy devrait entrer en service d’ici 2015. Au total, l’Inde prévoit de s’équiper de 260 TEJAS pour l’Air Force et la Marine.

La version navale du LCA permet le décollage court, mais la récupération arrêtée (STOBAR)

Le programme TEJAS LCA :

Le programme d’avion de combat léger (LCA) nommé TEJAS («Glorieux» en langue sanskrit) est un programme national indien lancé en 1982 dont la mise au point aura duré 26 ans ! Les premiers appareils destiné à la Force aérienne indienne ont commencé à être livré. Il s’agit du plus petit avion de combat polyvalent au monde. Ce programme  est sous la responsabilité du constructeur indien HAL (Hindustan Aeronautic Ltd).

Les appareils de série seront dotés d’un réacteur de conception nationale, le Kaveri. En attendant, les tests sont effectués en utilisant un General Electric F-404.

Le HAL Tejas est doté d’un radar multimodes à effet Doppler disposant de modes air-air, air-sol et air-mer et  dispose d’une nacelle FLIR et d’un désignateur laser. Il pourrait également recevoir des liaisons de données.

Tout concourt donc à faire de lui un appareil moderne pour un coût relativement faible estimé en 2006 à 21 millions de dollars.Reste toutefois que l’avion n’a, en début 2006, été présenté qu’avec des munitions classiques (bombe lisses et paniers de roquettes) et des missiles air-air de courte portée.

Le 27 octobre 2007, le prototype PV1 a tiré avec succès son premier missile air-air courte portée R73 Archer . Il s’agit du début de la phase d’intégration des systèmes d’armes, qui devrait être suivie par les essais du missile moyenne portée russe Vympel R77. La prochaine étape portera sur l’intégration du radar multimode (multicibles, TWS et suivi de terrain) de fabrication nationale.

050212_Indian-Navy_HAL-TEJAS-LCA.jpg

 

Photos : 1 LCA Tejas navy 2 cockpit  3 Tejas Air Force @ HAL

 

21:24 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hal, tejas naval, iaf, tejas |  Facebook | |

02/05/2012

Eurocopter livre le 500e EC145 !

 

 

500th_EC145_Group_IMG_1922_high_490_318.jpg

 

 

Donauwörth, en Allemagne, le 500e hélicoptère EC145 a été livré par Eurocopter la semaine dernière,  marquant une nouvelle étape pour ce fleuron du constructeur européen. C’est la société Transportes Aereos Pegaso, qui est le plus grand opérateur mexicain qui a reçu d’Eurocopter son 14e exemplaire d’un EC-145.

La livraison du 500e EC145 depuis la chaîne d’assemblage de Donauwörth, où l'hélicoptère est construit,  survient 10 ans après la livraison du premier exemplaire en Avril 2002.

"Cette livraison met en évidence le succès mondial de l'EC145, qui résulte des capacités et la fiabilité conçus dans les hélicoptères d'Eurocopter", a déclaré Wolfgang Schoder, Eurocopter Executive Vice-président des programmes.

Lors de cette cérémonie, Dominique Maudet, Directeur exécutif commercial, des services et du développement international d’Eurocopter, a tenu quant à lui à souligner une relation historique avec Pegaso : « La présence de nos équipes techniques et commerciales à vos côtés pendant ces 30 dernières années a permis de mieux analyser vos besoins et d’accompagner votre développement en vous aidant à optimiser l’exploitation de votre flotte. Eurocopter continuera à s’engager pour vous fournir les services et les solutions les plus adaptés à la poursuite de votre croissance grâce à des hélicoptères plus performants, dotés d’un niveau de disponibilité accru.»

 

800px-Zepper-BK_117-C2-(EC145)-SchweizerischeRettungsflugwacht.jpg

 

 

Eurocopter a livré des EC145 à une centaine de clients dans 38 pays, ce qui fait de cet hélicoptère un appareil incontournable dans la catégorie des biturbines de moyen tonnage. Sa flexibilité et sa polyvalence ont séduit des opérateurs du monde entier qui l’utilisent dans des missions de transport terrestre et offshore pour l’industrie Oil & Gas, mais également d’évacuation médicale d’urgence, de police et de service public, ainsi que de transport d’affaires et de personnalités. Enfin, l’EC145 est de plus en plus employé pour la maintenance des fermes éoliennes.

Un des plus grands opérateurs EC145 est l'armée américaine, qui a reçu plus de 200 appareils en version militaire dénommé UH-72A «Lakota». Au total se sont pas moins de 346 «Lakota» qui ont été commandé pour l’Armée américaine et la National Guard.

 

874559121.jpg

 

 

L’EC-145 :

Les principaux atouts de l'EC145 sont sa polyvalence en mission, sa sécurité de mise en oeuvre et  les performances. L’EC-145 offre par ailleurs, une large flexibilité de charge utile est dispose d’une grande cabine avec plancher plat. L’accès fournit par le biais de grande portes latérales de portes arrière facilite son emploi pour le chargement notamment facilité lors de transports médicalisés.

Propulsé par deux moteurs Arriel 1E2 de Turbomeca, l'EC145 dispose d'une vitesse de croisière élevée de 135 noeuds et une autonomie pouvant aller jusqu'à 3,5 heures.

 

Motorisation connue pour le X4 :

 

x4.jpg

 

 

Une bonne nouvelle ne venant généralement pas toute seule, Eurocopter vient d’annoncer que le motoriste canadien Pratt & Whitney a été retenu par Eurocopter pour son futur hélicoptère X4. Le X4 sera donc motorisé par le PW210 et sera le successeur du Dauphin d’ici 2017. D’après Pratt & Whitney, ce nouveau moteur d’une puissance sur l’arbre de 1000 chevaux offre "la plus faible consommation de carburant dans ce segment de marché". L’aspect environnemental a aussi été pris en compte dans la conception du compresseur et dans les choix des matériaux, qui permettront d’améliorer la durabilité et la gestion du cycle de vie du propulseur. Le PW210 sera contrôlé numériquement par un Fadec (full authority digital engine controls) à deux canaux.

Photos : 1 Cérémonie du 500e EC-145 @Eurocopter 2 EC-145 de la REGA @ REGA  3 UH-72A «Lakota @EADS North America 4 Prototype du X4 @ Eurocopter

 

21:24 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eurocopter, ec-145, eads, lakota, uh-72a, x4, dauphin |  Facebook | |