14/02/2012

Gripen E/F : conférence de presse du DDPS :

 


 

163235ef-df51-4386-ab1e-34b6f77ae551.Full.jpg

 

 

Je vous livre ici le résumé de la résumé de la conférence de presse du DDPS de cet après-midi, concernant la justification du choix du Gripen E/F pour la Suisse :

Le Gripen répond aux exigences formulées et aux besoins de la troupe. Il représente une solution supportable à long terme sur le plan financier. L’avion de combat suédois est donc le choix optimal pour l’Armée suisse. Ce résultat est le fruit d’une évaluation détaillée conduite sur plusieurs années.

Le 30 novembre 2011, le Conseil fédéral a décidé d'acquérir 22 avions de combat de type Gripen E/F pour remplacer les F-5 Tiger devenus vétustes. Un document de travail ainsi qu'un récapitulatif des notes et coûts des candidats a servi de base pour la décision prise par l'ensemble du Conseil fédéral. Ces documents de base sont le résultat d'une évaluation détaillée de trois types d'avions (le Rafale de l'entreprise française Dassault, l'Eurofighter du consortium européen EADS/Cassidian et le Gripen de l'entreprise suédoise Saab) qui a été effectuée durant plusieurs années. Cette évaluation a révélé que les trois modèles répondent aux exigences formulées et qu'ils étaient par conséquent tous éligibles pour devenir le nouvel avion de combat de la Suisse.

L'évaluation:


L'évaluation visait une analyse approfondie portant sur la valeur d'utilisation et le coût des trois candidats Eurofighter, Gripen et Rafale. Une équipe de projet intégrée placée sous la direction d'armasuisse a planifié, organisé et analysé l'évaluation. L'efficacité opérationnelle des avions a entre autres été évaluée en 2008 et 2009. Elle s'est déroulée sur la base des résultats de l'évaluation en vol et au sol ainsi que de l'analyse des différences entre les modèles testés et ceux présents dans l'offre qui correspondent au degré de développement au moment de la livraison. Le même barème et la même notation ont été utilisés durant tout le processus d'évaluation et de prise de décision.
Les offres mises à jour pour le programme d'armement 2012 ont été faites au mois d'octobre 2011. Elles intégraient des prix fixes définitifs qui ont servi de base pour la détermination des frais d'acquisition.

L'acquisition sous forme de paquet global:


L'acquisition ne prévoit pas uniquement 22 avions et leur équipement pour les missions, mais un paquet global comprenant notamment l'armement, le paquet logistique, les systèmes d'instruction pour les pilotes, l'intégration du TTE dans les systèmes de commandement et d'autres éléments.  L'estimation des frais d'exploitation durant 30 ans est également présentée à côté des frais d'acquisition.

Comme les trois candidats répondent aux exigences posées et aux besoins de la troupe et entrent en principe en ligne de compte pour le remplacement partiel du F-5 Tiger, ce sont les aspects financiers du paquet global qui sont déterminants. En effet, le DDPS doit tout mettre en œuvre pour que l'acquisition d'un nouvel avion de combat soit financièrement supportable pour l'armée, à moyen et à long terme, afin de pouvoir utiliser un maximum de ressources pour d'autres besoins urgents de l'armée.

C'est pour cette raison que le Conseil fédéral s'est prononcé, sur proposition du DDPS, en faveur du Gripen E/F de l'entreprise suédoise Saab. Cet avion qui répond aux exigences formulées constitue également un choix en adéquation avec les finances. Le Gripen est par conséquent la solution optimale pour l'armée dans son ensemble. (source DDPS)

Commentaires :

Cette conférence de presse confirme que se sont des informations plus récentes que les éléments du rapport de 2009 qui ont permis de prendre en compte le Gripen E/F. L’avion correspond aux besoins et au cahier des charges demandé par Armasuisse.

Cependant, le Gripen E/F reste plus modeste dans ses capacités que ses deux concurrents, et cela contribue à faire grincer les dents.

Communication insatisfaisante :

Les rumeurs sur le choix ne datant pas d’aujourd’hui, il aurait été plus avisé d’y répondre de manière plus réactive. Malheureusement,  les doutes seront longs à dissiper. L’image de notre pays est mise à mal, ainsi que l’ensemble des personnes honnêtes ayant participé aux évaluations.

Offres ouvertes :

Les discussions avec les suédois de Saab vont continuer, ceux-ci continueront d’en avoir la primeur. Mais, rien n’est clos en ce qui concerne l’Eurofighter et le Rafale. Certes, le DDPS va pouvoir faire pression pour négocier le meilleur «deal», mais une offre d’un des concurrents peut éventuellement faire basculer la décision. Imaginons un seul instant que Dassault Aviation améliore encore le prix du Rafale et les choses pourraient changer ! La clef du dossier reste le coût global, la politique n’ayant plus grand chose à voir.

On le sent, des questions restent ouvertes, et tant que rien n’est signé, rien n’est figé !

Ce dossier va encore faire couler de l’encre, le travail des commissions et des sous-commissions va être déterminant et nous ne sommes pas à l’abris de quelques rebondissement !

sion_021.jpg

 

Photos : 1 Saab NG @ Saab 2 Rafale solo display à Sion, l'avion n'a pas encore complétemenr tourné le dos! @ Paul Marais-Hayer

 

13/02/2012

Bell hélicopter présente le 525 «Relentless» !

 

hai2012_bb_00173.jpg


 

FORT WORTH, TEXAS Bell Helicopter Textron Inc à présenté lors du salon Heli-Expo son nouvel hélicoptère de la gamme  «super-moyen» le Bell 525 «Relentless». Très attendu et entouré de mystère, ce nouvel opus du constructeur américain vise à compenser son retard vis-à-vis de la concurrence notamment européenne.

Bell 525 «Relentless» :

Le Bell 525 «Relentless» ou «implacable» est un appareil de la classe 8 tonnes bimoteurs. Il est le point culminant du «Projet-X»  et des programmes  "Magellan" de recherche développé par le constructeur. le Bell 525 sera un hélicoptère susceptible d’offrir un excellent confort de cabine alliant et d’excellentes qualités de vol et de faible consommation de carburant.  Il sera alimenté par une paire de General-Electric  GE CT7-2F1 de 1800 shp. La cabine est utilise des matériaux composites et aluminium anticorrosion facilitant l’entretien.  Le BEll 525  intégrera un triple système de contrôle de vo «fly-by-wire» avec un ordinateur de vol BAE qui emprunte les leçons apprises sur les aéronefs à rotors basculants de type  Bell/Boeing V-22 et AW609 (anciennement Bell / Agusta 609). L’avionique sera dotée du système Garmin G5000H à écran tactile avec fusion des données. Les pilotes disposent de  quatre écrans principaux et le système  «Telligence» soit une commande vocale. Le poste de pilotage ergonomique offre des sièges de type «J-piste», pouvant se repousser et pivoter vers  l'extérieur pour facilité l'évacuation en cas de crash.

 

Bell_525_Relentless_cockpit.jpg

 

 

Bien que bourré de nouvelles technologies, le Bell 525 ne sera pas si compliqué qu’il peu paraitre, il est optimisé pour simplifier le travail des pilotes. Bell a inclut un système tactile de diagnostic des système permettant de connaitre en permanence l’état des systèmes conçu par Starship Enterprise.

Avec un rayon d’action estimé à plus de 400 nm, une vitesse près de 150 noeuds et un plafond de 20.000 pieds. Le Bell 525 vise le marché du pétrole et du gaz. Capable de transporter jusqu'à 16 passagers, le Bell 525 «Relentless» est conçu pour faire du transport dans des configurations diverses y compris la recherche et le sauvetage, les services médicaux d'urgence en hélicoptère et VIP/corporate de transport.

Selon le calendrier de Bell, le 525 devrait voler pour la première fois dans le courant 2013/2014 et vise la certification pour 2015. Le Bell 525 va s’attaquer au marché occupé actuellement par les EC175 d’Eurocopter  et  AW189 d'AgustaWestland.

Bell_525_Relentless.jpg

 

 

Photos : 1 Présentation à Heli-Expo 2012 2 Cockpit 3 vue d’ensemble @ Bell Textron

 

21:45 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bell textron, bell 525 |  Facebook | |

12/02/2012

Le second Predator C Avenger à volé !

 

2-2012-2-predator-c.jpg


 

SAN DIEGO -  General Atomics Aeronautical Systems, Inc vient d’annoncer que le second drone à réaction de type Predator C Avenger à effectué son premier vol.  Le premier vol d’un Predator C Avenger  a eu lieu en Avril 2009. Le drone effectue  actuellement un programme d'essais en vol élargi.

Le Predator C Avenger :

Ce dernier fait partie d’une nouvelle génération de drones, motorisé par un réacteur Pratt & Whitney Canada PW545B (le même que celui des Cessna Citation XLS) contrairement aux anciens modèles équipés d’un turbopropulseur.

Du côté des caractéristiques, sa longueur est de 13,5 m pour une envergure de 22 m. Son empennage est en V positif contrairement aux autres qui possédaient un empennage en V négatif. Au niveau des performances, il atteint une vitesse maximale d’environ 400 nœuds (soit environ 720 km/h) avec une altitude maximale de 60 000 pieds (soit 20 000 m). La tuyère du réacteur a été déplacé sur le dessus du fuselage afin de cacher les gaz sortant du réacteur. Ainsi, malgré son réacteur, il reste néanmoins furtif. Sa capacité d’emport en armement est de 3 000 livres (soit environ 1.3 tonnes). Son autonomie est de 20 heures. Quant aux équipements à bord, il intègre une vision infra-rouge similaire à celle développée pour le F-35 Lightning II, ainsi que d’un radar de type AESA.

Une version navale :

La version navalisée de l’Avenger, reprend l’ensemble des équipements de base, du Predator C. Pour répondre au cahier des charges, émis par le Naval Air Systems (NAVAIR), General Atomics Aeronautical a effectué les ajustements suivants : les ailes  sont repliables pour facilité son rangement sur un bâtiment de surface. La structure de l'avion a également été renforcée pour les atterrissages sur pont et permettre l’utilisation  d’un crochet arrière pour l’appontage. Le Sea Avenger sera également optimisé pour les liaisons électroniques (Link16) en lien avec les F/A-18, ainsi que le futur F-35.

La soute modulaire doit permettre la mise en oeuvre des divers systèmes d’armes en services dans la Navy et pourra également transporter de l’équipement de reconnaissance et l’écoute électronique.

Le Sea Avenger, développé en parallèle avec le Predator C représente pour son concepteur un faible risque, car étant similaire, les options d’achat de haute technologie seront partagées entre les deux modèles et devrait permettre une exploitation d’une vingtaine d’année. Deux prototypes du Sea Avenger sont en cours d’évaluation, la Navy espère pouvoir se doter de ses premiers exemplaires d’ici fin 2012.

ec3dbc22-8657-4664-aeff-0110c266bf2b.Large.jpg


 

Photos : Predator C Avenger @ General Atomics Aeronautical Systems

 

22:17 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : drone, predator, predator c avenger, usaf, usnavy |  Facebook | |

Gripen/Rafale : l’ultime bataille !

 

Gripen-Demo-with-large-drop-tanks.jpg


 

Les prochains jours vont être cruciaux en ce qui concerne le choix de l’avion de combat, avec notamment la séance de la commission de la politique de sécurité qui se tiendra demain.

Les vraies questions  concernant la valeur combative du Gripen E/F, ainsi que du Rafale vont être abordées en ce qui concerne l’ensemble du processus. Dans mon précèdent article, je vous parlais de l’équipement et de l’évolution du Gripen E/F. Le but étant de connaître un peu mieux l’appareil en ce qui concerne ses systèmes, son évolution.  Par contre, il était impossible d’entrer en matière concernant ses réelles qualités combatives. Les déclarations obtenues jusqu’à lors, laissaient entendre que l’avion répondait aux besoins des Forces aériennes quant bien même celui-ci est plus modeste que ses concurrents.

Evaluation dans la durée :

Un processus d’évaluation est long et doit tenir compte de l’évolution des appareils dans le temps et ceci jusqu’à la commande définitive. Les différents rapports, enfin, disponibles semblent démontrer de sérieuses lacunes concernant l’évolution des équipements du Gripen E/F, du moins jusqu’en 2009. Qu’en est-il aujourd’hui ? Quelles sont les évolutions depuis ? Chez Saab, on nous assure que l’avion à continuer de progresser. Il est primordial que les rapports tiennent compte des dernières évolutions, car, c’est sur cette base qu’un repositionnement du choix pourrait avoir lieu !

Comment expliquer le choix ?

Si le Gripen ne correspond pas en matière de valeur combative, alors, le DDPS va devoir s’expliquer sérieusement. Certes, le DDPS est tiraillé depuis près de 15 ans avec de nombreuses réformes et des diminutions de budgets à répétition. La projet Armée21 n’a jamais pu être mené à terme, les 4,2 milliards nécessaire annuellement ont été chaque année raboté de près de 500 millions. Le Parlement vient de lancer une énième réorganisation, 100’000 hommes avec 5 milliards. Mais il faut rattraper le temps perdu, plusieurs projet sont en attente. Choisir le Gripen parce qu’il coûte moins cher à l’achat comme à l’usage est en soin une bonne solution, pour autant que sa valeur combative soit bonne ! Là, le DDPS va devoir se justifier.

rafale-3.jpg

 

 

Reprendre le Leadership :

Les diverses commissions de sécurité et la sous-commissions vont pouvoir étudier sérieusement les données et vérifier sur quelle base le choix a-t-il été fait ! Suivant les résultats, il n’est pas impossible que des têtes puissent tomber.

Ceci étant, le DDPS dispose ici l’opportunité de reprendre le «Leadership» et ceci grâce aux nouvelles offres des Suédois mais aussi de Dassault Aviation. On s’étonne également de l’offre tardive de Dassault concernant 18 Rafale pour 2,7 milliards, mais peu importe la manière !

Il grand temps de voir ce projet être rondement mené, un choix doit être fait, et il faut y mettre les moyens, la situation doit être claire !

Ce printemps des pilotes suisses vont se rendre en Suède pour voler avec le Gripen E/F, il s’agit peut-être de la dernière chance pour qualifier l’avion, mais aussi pour le refuser !!

Photos : 1 Gripen NG @ Saab 2 Rafale marine @ Dassault

 

09/02/2012

China Express Airlines commande 11 CRJ900 NG !

 

 

BA-China_Express_CRJ900NG-HR.jpg

 

 

Bombardier Aéronautique a révélé hier  que China Express Airlines commande 6 appareils de la gamme CRJ900 NextGen avec en option cinq autres avions. Comme l’avait annoncé Bombardier précédemment, au prix courant, une commande ferme de six avions CRJ900 NextGen est estimée à 264 millions $US. Si les cinq options étaient converties en commandes fermes, la valeur du contrat augmenterait, passant à 491 millions $US.

Plus de 80 avions construits par Bombardier, dont des avions commerciaux de la série CRJ et de la série Q, ainsi que des biréacteurs d’affaires Learjet, Challenger et Global sont actuellement  exploités en Chine.

Bombardier prévoit que d’ici 20 ans, la flotte chinoise d’avions commerciaux croîtra. La Chine devenant le deuxième marché en importance dans le monde pour les livraisons d’avions neufs, après les États-Unis. Bombardier prévoit ainsi une demande de près de 2’400 avions commerciaux sur le segment des avions de 60 à 149 places en Chine et travaille en étroite collaboration avec les transporteurs, fournisseurs et parties prenantes locales pour les accompagner dans l’expansion de leur flotte et de leur infrastructure.

Biréacteur CRJ900 NextGen :

Comme les autres membres de la gamme d’avions de la série CRJ, le faible poids et l’aérodynamique évoluée du biréacteur régional CRJ900 NextGen se combinent pour assurer une efficacité améliorée et des coûts d’exploitation réduits par rapport aux autres avions de sa catégorie. La combinaison d’une ailette de bout d’aile plus grande et d’autres optimisations depuis le lancement de l’avion CRJ900 assure au biréacteur régional CRJ900 NextGen une faible consommation de carburant en vol et sur piste. Le nouvel aménagement intérieur des avions CRJ NextGen comprend de plus grands coffres de rangement supérieurs, de plus grands hublots et un éclairage amélioré, ainsi que des panneaux de plafond et des parois latérales redessinés.

Dans le monde entier, les avions de la série CRJ sont en service auprès de plus de 60 sociétés aériennes et ont enregistré plus de 31 millions d’heures de vol et 26 millions de cycles de décollage-atterrissage. Outre les activités des transporteurs aériens, plus de 30 clients exploitent des variantes d’entreprise des avions de la série CRJ.

Bombardier a enregistré 1’709 commandes fermes d’avions de la série CRJ (dont 266 avions CRJ900 et CRJ900 NextGen), et 1’661 avions de la série CRJ (dont 256 avions CRJ900 et CRJ900 NextGen) qui ont été livrés au 31 décembre 2011.

Photo : CRJ900 NG aux couleurs de china Express Airlines @ Bombardier