22/07/2011

Moteurs russes pour le J-10 Dragon Veloce !

 

j10_6_large[1].jpg

La Russie a recu un contrat pour la livraison de moteur AL-31FN pour équiper le chasseur Chengdu J-10 "Dragon Veloce". Ce contrat d'une valeur de 500 milions de dollars prévoit la fourniture de 123 moteurs  à la Chine.

L'AL-31FN est basé sur le standard moteur initialement destiné au Su-27, il est reconfiguré pour répondre aux demandes de la version monomoteur du J-10 chinois .La Chine a signé un cinquième contrat avec Rosoboronexport Russie pour la fourniture du moteur Saturne AL-31FN turboréacteur de l'usine Saliout MMPP pour alimenter le Chengdu J-10 de combat multi-rôle. Les livraisons débuterons en 2013, mais les 13 moteurs seront livrés avant la fin de cette année. Au total la Chine aura acheté 399 moteur AL31FN, ce chiffre correspont au nombre total de J-10 en production.

Moteur chinois peu fiable ?


Cette nouvelle commande pour l'AL-31FN a inévitablement soulevé la spéculation concernant le moteur chinois initiallement devellopé pour equiper le J-10, le WS-10A. Le turborecteur WS-10A "Taihang" développé par l'Institut 606 vole deja sur les J-11B et J-15 qui sont tous bimoteurs, hors, se revirement chinois pour equiper le J-10 qui est monoreacteur laisse à penser que celui-ci souffre de nombreux problèmes de fiabilites qui s'additionnes à des soucis de capacités de production qui retardent considerablement le programme J-10. La production du J-10 est actuellement soutenue avec la mise en ligne prochaine de la nouvelle version J-10C "Super Veloce" qui doit venir completer le parc actuel des J-10A.

Rappel :

Initialement le projet du J-10 de la CAC (Chengdu Aircraft Industrial Co) devait permettre à la Chine d’obtenir un appareil équivalent aux Mig-29 et Sukhoi 27 Russe. Mais voyant le développement croissant d’avions de hautes technologies multirôles en Occident (F/A-18, Rafale, Grippen, Typhoon II), le programme évolua vers un avion pouvant soutenir la comparaison. Mais les ingénieurs chinois se heurtèrent rapidement à des problèmes techniques insurmontables et durent faire appel à des entreprises étrangères pour mener à bien un tel projet. Le Pakistan tout d’abord qui livra une cellule de F-16 A/B, puis le constructeur Israélien IAI qui venait d’abandonner son projet LAVI et qui accepta de vendre un peu de technologie à la Chine. Vente cependant très limitée ! Le tout complété par un peu d’espionnage industriel en Europe notamment.
Le premier prototype effectua son vol inaugural à la mi-1996, le second prototype dont on ne connaît pas exactement la date du premier vol fut perdu fin 1997, semble-t-il à cause d’une panne des commandes de vol électriques. C’est à partir de 1998 que la version dite officielle du J-10 commença ses essais en vol. Il faudra attendre le 29 décembre 2006 pour la Chine reconnaisse officiellement l’existence de cet avion.
La première escadrille de transformation sur le Jian-10 commença sa transition en 2003 au centre de formation et d'expérimentation de Guangzhou, mais de façon pénible car la dizaine de machines ne disposaient pas de radar et de nombreux problèmes de mise au point du réacteur WS-10A chinois pénalisèrent la formation des pilotes. A ce jour, les J-10 ont reçu un réacteur russe de type Liulka Saliout AL-31F (équivalent Sukhoi Su-37). Fait incroyable, le J-10 ne dispose pas d'aérofrein, mais utilise un bon vieux parachute de freinage lors de l'atterrissage.
A ce jour, environ 300 exemplaires du Jian-10 Dragon véloce ont été commandés dont 150 sont déjà en service.

e01c5b0c8b[1].jpg
Photos : 1 Chengdu J-10 @ Agence  Chine nouvelle 2 moteur Saturne AL31-FN @ Saturne

21/07/2011

Le CFM56-7BE sur B737 !

K65383-02[1].jpg

Seattle, Le premier Boeing B737 Next-Generation avec les moteurs certifiés avec amélioration des performances a été livré !

La compagnie China Southern Airlines a recu le premier Boeing B737-800 doté de la nouvelle configuration moteur du CFM56-7BE, qui est maintenant de série sur tous les B737 en livraison. Cette conception améliorée qui inclut une modification des turbines hautes et basses pression et couplée avec une réduction de la traînée de la l'avion. Ces modifications mises en place plus tôt que prévu par le constructeur américain vont permettre une nouvelle diminution de la consomation de carburant ainsi qu'une réduction des coûts de maintenance.

La nouvelle version du CFM56 fait partie d'une série d'améliorations testées en 2010 par Boeing dont l'objectif est de la réduction de la consomation en continu. En effet, Boeing a mis en place un systeme de réduction des coûts depuis la mise en service en 1998 du premier B737 Next-Generation qui a permis de réduire ceux-ci de 7%.

La combinaison Boeing 737NG / CFM56-7BE permettra aux opérateurs de bénéficier d’une amélioration de 2 % de la consommation de carburant, ce qui se traduira également par une réduction de 2 % des émissions de carbone. De plus, la version -7B améliorée permettra de réduire les coûts de maintenance jusqu’à 4 %, en fonction de la poussée du moteur.

Le programme de modernisation du CFM56-7BE, lancé au début de l'année 2010 par CFM, est terminée. CFM utilise des codes de calcul avancés et des techniques de conception tridimensionnelles pour optimiser le profil des turbines haute et basse pression afin d’améliorer les performances du moteur. Par ailleurs, CFM a améliore la durabilité du moteur et réduit le nombre de ses composants pour parvenir à des coûts de maintenance plus faibles.

CFM56-7BE_RED_560[1].jpg

Photos : 1 B737-800 China Southern Airlines avec le CFM56-7BE @ Boeing 2 CFM56-7BE @ CFM International.

 

 

 

21:39 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : b737 ng, china southern airlines, cfm56-7be |  Facebook | |

20/07/2011

Grosse commande d’American Airlines à Boeing & Airbus !

B738_N833NN_American_Airlines_delivery[1].jpg

CHICAGO, American Airlines a annnoncé hier  une commande record de 460 monocouloirs à Boeing, mais aussi à Airbus pour la première fois depuis la fin des années 1980. Le constructeur de Seattle a par ailleurs offert son B737 avec une nouvelle motorisation, ce qui laisse entrevoir, enfin, un semblant de position du constructeur sur une mise a jour de son B737 avant la mise en chantier d’un nouvel appareil.

La troisième compagnie américaine commande 260 appareils de la famille A320 d'Airbus, avec des options pour 365 autres, tandis qu'elle achète 200 B737, avec des options pour 100 supplémentaires, représentant un total près de 40 milliards de dollars, dont 23 milliards pour Airbus.La commande comporte 100 unités d'une nouvelle version du B737 de Boeing, avec un nouveau moteur, le LEAP-X construit par CFM International,

Remotorisation des B737 :

Boeing a offert d'installer un nouveau moteur sur la version actuelle de son B737. Visiblement, les succès realisés par Airbus avec la gamme NEO (New Engine Offer) on finit par décider Boeing a fin de pouvoir rivaliser a court terme sur le marché des monocouloirs. Mais Boeing garde toujours l’option de se lancer dans la realisation d’un nouvel appareil pour remplacer le B737 à l’aube de 2020 !

3eed341616.jpg

Photos : 1 B737 American Airlines @ AA 2 A320NEO @ Airbus

 

19/07/2011

Le poste de pilotage du CSeries !

1[1].jpg

Bombardier Aéronautique a présenté  l’avenir du transport aérien par une visite virtuelle du poste de pilotage des avions CSeries entièrement nouveaux.

Cette technologie de pointe fera ses débuts sur la gamme d’avions CSeries de Bombardier, conçue pour le marché en plein essor des avions de 100 à 149 places. Les avions CSeries combinent des matériaux évolués à des méthodes éprouvées afin de satisfaire aux exigences des sociétés aériennes commerciales en 2013 et au-delà. L’avion CS100 doit entrer en service commercial en 2013, suivi de l’avion CS300 en 2014.

« La solution avionique Pro Line Fusion fournit une architecture ouverte qui comprend une interface humain-machine graphique intuitive, des capacités étendues de conscience situationnelle et une intégration exhaustive des systèmes avion », a déclaré M. Mahoney. « Pour accroître l’efficacité opérationnelle, le système peut offrir des capacités de gestion d’information pour la gestion de base de données, de la maintenance aéronautique et de la planification des opérations aériennes. »

Écrans ACL :

Le poste de pilotage intégré comprend les plus grands écrans ACL à haute résolution à diagonale de 38 cm (15 po) de l’industrie, permettant une vision synthétique améliorée. L’affichage du système de gestion de vol est basé sur les phases de vol, accroissant l’accessibilité de l’information pour l’équipage tout en réduisant la charge de travail. La fonctionnalité de planification graphique de vol permet à l’équipage de cliquer sur la carte pour rechercher de l’information ou pour modifier le plan de vol.

Le radar météo à balayage multiple MultiScanMC traite de façon autonome tout le bloc atmosphérique devant l’avion et recherche l’information météo la plus pertinente, sans intervention du pilote. L’équipage est ainsi alerté par un changement de couleur lorsque le radar prévoit du cisaillement par le vent, lui laissant amplement de temps pour intervenir.

Pilotage tête haute :

Le dispositif de syntonisation radio à écran antireflet est une exclusivité de l’avion CSeries qui illustre l’importance accordée par Bombardier au pilotage tête haute. Diverses tâches critiques, telles que le changement de fréquence, l’entrée de données dans le système de guidage tête haute, le contrôle de la navigation et les fonctions de soutien des affichages peuvent ainsi toutes être effectuées à partir de cet écran antireflet.

Les manches latéraux constituent l’interface du pilote avec le système de commandes de vol électriques, assurant un pilotage optimisé et une protection du domaine de vol.

Le système Pro Line Fusion présente des capacités évolutives étendues pour répondre à toutes les exigences aéronautiques anticipées, ainsi qu’une grande fiabilité pour satisfaire aux besoins des opérations des sociétés aériennes commerciales.
e[1].jpg
 
Rappel :
 

Les avions CSeries qui se déclinent en deux modèles CS100 et CS300 sont optimisés pour le marché des avions monocouloirs long-courriers de 100 à 149 places, offriront les plus faibles coûts d’exploitation de leur catégorie selon Bombardier, une souplesse opérationnelle exceptionnelle, le confort d’un avion à large fuselage et une fiche environnementale inégalée. Les ailes du CSeries seront en matériaux composites et doté du moteur PurePower ® PW1000G produit par Pratt & Whitney.

Les avions commerciaux de la gamme CSeries de Bombardier offrent de nombreux atouts, Bombardier annonce les chiffres suivants :

Une réduction de 15 % des coûts d’exploitation, une consommation réduite de 20%, des matériaux composites à 70% ce qui permettra une réduction des niveaux de bruit et d’émission soit 20% de Co2 et 50% de moins de NOx. Le tout avec une distance franchissable de 1.800 à 2.950 milles marins.

 

135278705[1].jpg

 

Photos : 1 Cockpit CSeries 2 mini-manche 3 Swiss  compagnie de lancement @ Bombardier

15/07/2011

Ouverture de première liaison commerciale avec du biocarburant !

 


110713_BIOFUEL_4137.jpg

 

 

L'avionneur européen Airbus et la compagnie aérienne allemande Lufthansa ont lancé jeudi dernier les  premiers vols passagers quotidiens au monde effectués avec des biocarburant.

Le passage à l’acte :

Les quatre vols quotidiens aller-retour reliant Hambourg à Francfort sont  les premiers au monde à utiliser un mélange de biocarburants composé à 50% d'esters et d'acide gras hydrotraités. Ces vols font suite à l'approbation de l'utilisation de ce type de carburant par l'ASTM, organisation développant les normes en matière de carburant dans le monde, le 1er juillet dernier. Les normes approuvées ont été publiées le 13 juillet dernier.

L’appareil un A321-200 équipé de moteurs IAE (International Aero Engines) V2500 immatriculé D-AIDG servira durant six mois à fin d'étudier l'impact à long terme des biocarburants durables sur les performances des avions.  De son côté, Airbus va fournir une assistance technique et  surveiller les propriétés du carburant.

Le biocarburant renouvelable destiné à l'aviation est fourni par la société Neste Oil, basée en Finlande.Les biocarburants renouvelables utilisés (NExBTL) doivent pouvoir se  conformer aux critères de l'UE en matière de durabilité stricts et sont entièrement traçables à leur source.

Pour Airbus cette  «feuille de route carburants alternatifs vise à rendre les biocarburants de l'aviation une réalité, en réunissant les parties prenantes dans une« chaîne de valeur »pour accélérer la commercialisation d'une manière socialement responsable. En fournissant une expertise technique et les données recueillies à partir d'une série de vols de carburants de remplacement, Airbus a été à la pointe aidant obtenir l'approbation d'aujourd'hui 50% de biocarburant.

110713_BIOFUEL_4144.jpg

 

 

Photos : 1 L’A321-200 D-AIDG 2 Gros plan sur le moteur droit @ Lufthansa Technic

 

22:58 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : airbus, biocarburant, lufthansa, eco-carburant |  Facebook | |