17/06/2013

Salon du Bourget, Bombardier annonce ses prévisions !

F_40ffa3732c35d76f398b2a6269d891464fcf78b357ce5_603_400.jpg

 

En marge de l’ouverture ce matin du Salon du Bourget, Bombardier Aéronautique publie ses chiffres concernant ses  prévisions annuelles sur 20 ans relatives aux marchés des avions d’affaires et commerciaux.

 

Alors que les marchés des avions d’affaires et commerciaux continuent de se remettre du ralentissement de l’industrie, des signes de relance commencent à émerger. Bien que la demande de commandes d’avions neufs continuera de provenir des marchés établis et développés, le potentiel de croissance de marchés émergents comme la Chine, l'Inde, la Russie et l'Amérique latine devrait jouer un rôle de plus en plus important sur le marché mondial de l’aviation. Tandis que les prix du carburant et les préoccupations environnementales continuent d’augmenter, les exploitants des deux secteurs restent attachés à l’optimisation de la flotte et à l’efficacité des avions.

 

2539.jpg

 

Chiffres des prévisions du marché des avions d’affaires :

 

Bombardier a confiance dans le solide potentiel à long terme du secteur des avions d’affaires et prévoit un total de 24 000 livraisons d’avions d’affaires de 2013 à 2032 sur tous les segments où Bombardier livre concurrence*, ce qui représente quelque 650 milliards $ US en revenus de l’industrie. Les prévisions de marché de Bombardier Avions d’affaires font état de 9 800 livraisons d’avions, estimées à 269 milliards $, de 2013 à 2022, et de 14 200 livraisons, estimées à 381 milliards $, de 2023 à 2032.

Le marché de l’aviation d’affaires poursuit sa reprise, bien que les indicateurs macroéconomiques soient mixtes, la tendance générale de l’économie mondiale est de stable à positive. On s’attend à ce que, à mesure que la confiance reviendra sur les marchés mondiaux, les commandes d’avions et les carnets de commandes augmenteront et les livraisons s’accroîtront. Tandis que les commandes et livraisons d’avions d’affaires pour 2013 devraient être comparables à celles de 2012, Bombardier prévoit qu’elles commenceront à s’améliorer en 2014 et que l’industrie dépassera dès 2016 son sommet de livraison précédent de 2008. Elle prévoit également qu’avec la transition de la demande d’avions d’affaires vers les marchés émergents, la flotte des catégories des avions intermédiaires et des avions à fuselage large croîtra, la catégorie des avions à fuselage large affichant la croissance la plus rapide.

Pendant la période prévisionnelle, Bombardier prévoit que l’Amérique du Nord recevra le plus grand nombre de livraisons d’avions d’affaires neufs entre 2013 et 2032, suivie par l’Europe qui, malgré ses difficultés économiques qui perdurent, demeure le deuxième marché en importance. La Chine devrait devenir la troisième région en importance sur le plan des livraisons au cours des 20 prochaines années, avec 1 000 livraisons de 2013 à 2022, et 1 420 livraisons de 2023 à 2032. Bombardier anticipe également que les marchés de croissance clés, dont le Brésil, l’Inde, la Russie et la Communauté des États indépendants (CÉI), le Mexique et la Turquie, recevront une part significative des livraisons d’avions d’affaires d’ici 20 ans.

 

Bombardier prévoit que, tout comme dans l’aviation commerciale, les défis futurs du secteur de l’aviation d’affaires comprennent la hausse des prix du carburant et l’augmentation de la sensibilisation aux questions environnementales. Par ses nouveaux programmes de développement d’avions, Bombardier continue de faire évoluer le secteur de l’aviation d’affaires par ses investissements dans des solutions de transport novatrices qui comprennent les biréacteurs Global 7000, Global 8000, Learjet 70, Learjet 75, Learjet 85 et Challenger 350.

 

Bombardier_BD-700-1A10_Global_6000.jpg

 

Chiffres des prévisions du marché des avions commerciaux :

 

Les prévisions sur 20 ans de Bombardier Aéronautique pour le marché des avions commerciaux de 20 à 149 places font état de 12 800 livraisons de 2013 à 2032, générant plus de 646 milliards $ en revenus de vente. Bien que la demande mondiale totale demeure la même que l’année précédente, la distribution régionale s’est réalignée en fonction d’une croissance attendue inférieure du PIB à la moyenne sur les marchés développés de l’Amérique du Nord et de l’Europe, et à une croissance plus robuste sur les marchés émergents.

 

Bombardier prévoit les livraisons suivantes pour l’ensemble de l’industrie, par segment :

 

·         De 20 à 59 places : 250 livraisons d’avions

·         De 60 à 99 places : 5 650 livraisons d’avions

·         De 100 à 149 places : 6 900 livraisons d’avions

 

Sur le marché des avions de 60 à 99 places, Bombardier prévoit que le segment des biréacteurs régionaux enregistrera 2 950 livraisons, soit 52 pour cent du total du segment des avions de 60 à 99 places, estimées à 105 milliards $, et que le segment des avions turbopropulsés enregistrera 2 700 livraisons pendant la période prévisionnelle de 20 ans. Sur le segment des avions de 100 à 149 places, la demande sera stimulée par la disponibilité d’avions plus écoénergétiques et plus évolués sur le plan technologique. Les livraisons de 2013 à 2032 sur ce segment devraient atteindre 6 900 avions, ce qui représente plus de 460 milliards $.

 

Une solide demande de trafic projetée, une population de la classe moyenne en expansion sur les marchés de croissance et l’assouplissement soutenu des clauses sur la distance franchissable pendant la période prévisionnelle sont les principales forces sous-tendant les chiffres des prévisions de marché de Bombardier sur 20 ans pour les avions commerciaux. Tandis que la demande des marchés internationaux comme l’Inde, la Chine, l’Afrique et l’Amérique latine devrait s’accroître de façon significative, l’Amérique du Nord devrait rester le plus important marché du monde sur le plan des livraisons d’avions, recevant un total prévu de 3 710 avions neufs, suivie par la Chine et l’Europe avec 2 330 et 1 700 avions, respectivement.

 

D’après les prévisions de marché des avions commerciaux de Bombardier, l’obsolescence technique et la hausse des prix du pétrole constitueront les principaux facteurs qui influeront sur les décisions des sociétés aériennes relativement à leurs flottes pendant les 20 prochaines années et, avec la demande croissante d’avions plus rentables et plus écoénergétiques, 60 pour cent de la flotte commerciale actuelle sera retirée du service d’ici 2032, la plupart de ces retraits touchant le segment des plus petits avions de 20 à 59 places. Cependant, avec l’accroissement de l’intérêt mondial pour les technologies de dernière génération qui permettent des solutions de transport plus importantes et plus économiques et avec la croissance économique constante sur les marchés en développement, la demande d'avions neufs devrait rester forte.

 

4255138494.jpg

 

Photos : 1 Salon du Bourget @ GIFAS 2 le prototype du CSeries , le CS100 3 Global 6000 @ Bombardier 4 le nouveau Learjet 75 à EBACE @ Pascal Kümmerling

16/06/2013

L’Inde prépare son avion furtif !

710-amca-dsc_2808.jpg


 

L’Inde continue de nous étonner, car en dépit d'être impliqué dans l'avion de combat de cinquième génération de type PAK-FA, soit le Sukhoi T-50 en programme commun avec la Russie, L’Inde développe discrètement un chasseur de la prochaine génération multirôle avancé (AMCA).

 

L'Organisation de recherche et de développement du ministère indien de la Défense (DRDO) vient de révéler un modèle à grande échelle d’avion de combat de 5e génération. Lors des Salons aéronautiques qui se tiennent régulièrement en Inde à Bangalore, l’Inde ne s'est jamais cachée en ce qui concerne sa volonté de mettre en chantier un avion de nouvelle génération. Ce qui change aujourd’hui, concerne la maturité du projet.

 

En effet, pour le général Norman Anil Kumar Browne, le chef de l'armée de l'air indienne, les recherches doivent être poursuivies, en particulier dans le domaine de l'équipement de mission et moteurs de combat, car  pour lui : «personne ne va nous donner ces technologies." En conséquences, si l’Inde travail dans le domaine de l’électronique au sein du programme Sukhoi T-50 avec les Russes, ce pays doit impérativement se doter des compétences nécessaires en matières de motorisations, de logistiques et de matériaux, afin de devenir à l’avenir indépendant en matière d’avions de combat.

 

En parallèle, l’Inde développe depuis 20 ans son propre avion de combat, le HAL TEJAS qui sera opérationnel d’ici 2015. Sauf que, celui-ci ne devrait pas satisfaire pleinement les spécifications du programme jusqu'à l'avènement de TEJAS  Mk2 qui entrera en service en 2024. De fait l’Inde cherche son indépendance ailleurs, avec un nouveau programme, l’AMCA.

 

L'AMCA est susceptible d'être alimenté par le moteur Kaveri, également développé dans le pays. Ce moteur a été conçu initialement pour les TEJAS, mais continue d’évoluer. Le fait même que l'Inde progresse avec le  programme AMCA est une indication que New Delhi a quelques inquiétudes en ce qui concerne le TEJAS, amis aussi le Sukhoi T-50. Pires, les indiens ont aujourd’hui des doutes en ce qui concerne la maturité de la technologie russe dans certains domaines. On pense notamment au fait que le T-50 serait doté en majorité de matériaux de type «métal», alors même que les avancées technologiques voudraient que l’on préfère les matériaux de type «composite».

 

Pour l’Inde, le programme AMCA doit permettre de livrer un appareil en composite parfaitement intégré en matière de fusion de données, d’aides à la décision qui nécessite l'IEEE-1394B-STD plutôt que la norme de bus de données MIL-STD-1553B, d’une avionique modulaire intégrée. L’avion doit pouvoir transporter des armes en soute et être doté d’un radar AESA avec un IRST frontal. En matière de motorisation, l’Inde souhaite une poussée vectorielle. 

 

Rien n’est donc gagné pour atteindre un tel niveau de technologie, mais l’Inde semble irrémédiablement se concentrer sur des programmes locaux. On est donc à peine surpris d’apprendre que la signature du contrat MMRCA concernant le Rafale est encore reportée, cette-ci à la fin de l’année. En définitive, le contrat sur le Rafale pourrait devenir une alternative au cas ou l’AMCA devait être repoussé, on espère le contraire.


 

AMCA%20Scale%20Model%20Aero%20India%202013.jpg


 

Photos : Programme AMCA @ HAL


23:43 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : hal, avion furtif inde, programme amca |  Facebook | |

15/06/2013

RAF : Nouveau sim pour le Hawk!

775096361-1.jpg



La Royal Air Force vient de terminer la modernisation de ses systèmes de formation avec l’arrivée des BAe Hawk T2 (AJT) et du simulateur. Les premiers élèves-pilotes ont débuter la formation avec le nouveau simulateur et se préparent pour pour les vols avec le Hawk T2.

 

Le cendre de formation militaire britannique vol (AASM) de Valley au nord du Pays de Galles disposent du nouveau simulateur de Hawk T2. La formation d'une durée d'environ 11 mois, comprend environ 120 heures de vol direct et un nombre similaire délivré en utilisant les simulateurs. L'instruction des élèves a culminé avec une sortie simulant la livraison d'une bombe à guidage de précision dans un scénario impliquant des menaces de missiles sol-air et des combats air-air.


 

GetAsset.jpg


 

Hawk T2 (MK128) :

Le BAe Hawk T2 (ou MK128) fait partie de la nouvelle génération de jet (AJT) destiné au départ pour la Royal Air Force et la Royal Navy.  Le T2 comprend un affichage moderne de type LCD à la place de l'instrumentation classique, et permet la préparation pour le vol des avions de combat modernes, en particulier le tout "en verre"  comme le Typhoon. Il utilise un moteur  Rolls-Royce Adour 951

  

Photos : 1 Hawk T2 de la RAF 2 le simulateur du T2 @RAF

Gulf Air commande dix avions CSeries !

BA-CS100_Gulf_Air-HR.jpg


 

Toronto, Bombardier Aéronautique et Gulf Air ont confirmé aujourd’hui qu’une commande ferme antérieure de 10 avions CS100 avec des options sur six autres, avait été passée par Gulf Air, transporteur national du Royaume de Bahreïn. La commande ferme avait été annoncée par Bombardier le 20 juin 2011.

 

L’avion CSeries a été sélectionné après une évaluation détaillée et approfondie, comprenant également d’autres avions concurrents, menée par Gulf Air conformément aux règles de la commission des appels d’offres du Bahreïn.Bombardier Aéronautique et Gulf Air ont confirmé qu’ils travaillaient ensemble en vue d’assurer que l’avion CSeries réponde aux objectifs de restructuration en cours de la compagnie aérienne en lien avec son mandat d’atteindre une rentabilité à long terme.

 

Premier vol encore ce mois :

 

L'avionneur canadien Bombardier Aéronautique a également annoncé que le premier vol du  CSeries 100 était planifié pour la fin juin

Le patron de Bombardier Aviation, Mike Arcamone, a récemment confirmé à la presse un premier vol du monocouloir pour fin juin, et une entrée en service "d'ici à un an".

Le constructeur aéronautique canadien espère également dans le cadre du Salon aéronautique du Bourget dépasser  les 177 commandes fermes déjà enregistrées pour le jet de 100 à 130 places.

 

Au Bourget, Bombardier Aéronautique va présenter trois avions de son portefeuille. Sur l'exposition statique, on retrouvera le biréacteur d’affaires très long-courrier Global 6000, le biturbopropulseur Q400 NextGen et le biréacteur régional CRJ1000 NextGen.


 

DSC_1809.jpg


 

Photos : 1 CSeries aux couleurs de Gulf air @ Bombardier Aerospace 2 Global 6000 @ Pascal Kümmerling

 


00:00 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bombardier aerospace, cseries, global 6000 |  Facebook | |

14/06/2013

L’A350-900 a décollé !

7762332085_l-a350-decolle-depuis-toulouse.jpg

 

Toulouse-Blagnac, le premier prototype de l’A350 XWB vient de prendre les airs ouvrant ainsi le coup d’envoi d’une campagne d’essais visant une mise en service avant fin 2014 du premier A350-900, coeur d’une gamme d’appareils de 270 à 350 sièges assurant des vols jusqu’à 15.000 km sans escale.

Pour son premier vol, l’A350 XWB, immatriculé F-WXWB, a décollé avec une masse d’environ 221 tonnes. Au cours de ce vol, qui a conduit l’appareil dans le Sud-Ouest de la France, les membres d’équipage ont exploré le domaine de vol de l’avion. L’appareil, accompagné par un avion suiveur chargé d’observer et de filmer les différentes manœuvres, était également suivi en temps réel par des experts au sol grâce à une liaison télémétrique directe.

L’enjeu est majeur face aux Boeing B777 et B787, actuellement majoritaires sur le créneau long-courrier face à l’A330, même si ce dernier fait encore bonne figure vingt ans après sa mise en service et ne sera remplacé par l’A350 que progressivement.

L’A350 :

 

cockpit-airbus-a350.jpg

L'Airbus A350 XWB est un avion de ligne long-courrier et moyen porteur. Initialement baptisé A350, il s'agit d'un modèle dérivé de la famille des A330 et A340 ; toutefois, suite aux remarques des compagnies aériennes, il a été décidé à la mi-juillet 2006 d'en revoir le concept et de le munir d'un fuselage plus large, à la fois par rapport aux A330 et A340, et surtout par rapport à son principal concurrent, le Boeing 787.

Le projet a été ainsi rebaptisé « A350 XWB », pour eXtra Wide Body « fuselage extra-large ». Cette modification tardive, ainsi qu'une conception faisant davantage appel aux matériaux composites, ont fortement augmenté les coûts de conception de l'avionet ont reporté de 2011 à 2014 son entrée en service.

 

airbus,airbus a350-900,a350xwb,airbus a350

 

L’A350 XWB est un appareil très efficients qui présente les toutes dernières innovations en termes d’aérodynamique, de conception et de technologies avancées, pour atteindre une réduction de la consommation de carburant et des coûts d’exploitation allant jusqu’à 25 pour cent par rapport aux avions actuels de la même catégorie. Plus de 70% de l’A350 XWB est réalisé à partir de matériaux avancés combinant des composites (53%), du titane et des alliages d’aluminium de nouvelle génération. Le fuselage plus léger, entièrement nouveau et innovant en CFRP (matériaux composites à base de fibre de carbone) entraîne une consommation de carburant inférieure et facilite la maintenance. L’A350 XWB tire profit de la grande expertise d’Airbus en matière d’introduction de matériaux composites dans la structure de ses appareils.

La famille A350 XWB se compose de trois versions passagers qui affichent de véritables capacités de long-courriers et une autonomie de quelque 15 580 km/8 500 nm. Dans une configuration tri-classe standard, l’A350-800 offrira 270 sièges, l’A350-900 et l’A350-1000 pouvant accueillir 314 et 350 passagers respectivement.

 

 

airbus,airbus a350-900,a350xwb,airbus a350

 

11:06 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : airbus, airbus a350-900, a350xwb, airbus a350 |  Facebook | |