12/11/2012

Premier vol 100% au biocarburant !

20121025-Falcon20_800.jpg

Le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) a franchi la semaine dernière  une étape historique pour l’industrie de l’aéronautique en réalisant le premier vol d’un avion à réaction civil entièrement alimenté avec du biocarburant pur. Ce vol historique constitue une étape importante non seulement pour l’industrie aérospatiale, mais aussi en vue du développement de sources durables d’énergie renouvelable.

« Je suis fier de faire partie de l’équipage du premier vol civil au monde avec uniquement du biocarburant », a déclaré Marc Alexander, ingénieur de vol au CNRC. « Nous avons travaillé fort avec nos partenaires depuis plusieurs mois et c’est une belle récompense de voir le résultat final. C’est vraiment inspirant de faire un pas de plus vers le respect de l’environnement.»

« Je félicite les spécialistes en aérospatiale du Conseil national de recherches du Canada qui ont contribué à la percée historique réalisée aujourd’hui dans le domaine de l’aviation, a affirmé le ministre d’État (Sciences et Technologie), Gary Goodyear. Il s’agit d’un exemple marquant de collaboration entre l’administration fédérale et l’industrie dans le but de faire passer les innovations à l’étape de la commercialisation. Le CNRC met à profit les investissements consentis par notre gouvernement pour appuyer l’économie canadienne en donnant à ses partenaires les moyens de mettre au point des solutions énergétiques durables et d’en faire la mise en marché. »

Le biocarburant a alimenté le moteur du Falcon 20, un des avions à réaction du CNRC spécifiquement équipé et parmi les mieux adaptés pour un tel exploit,  tandis qu’il survolait la capitale canadienne. Un deuxième avion, le T-33, suivait le premier, recueillant dans son sillage de précieuses informations sur les émissions du biocarburant. Des spécialistes du Conseil national de recherches du Canada analyseront ces données pour mieux comprendre l’incidence du biocarburant sur l’environnement. Les résultats préliminaires devraient être dévoilés dans les semaines qui viennent.

 

609550-falcon-20-appartenant-centre-national.jpg

11/11/2012

La Bulgarie cherche à remplacer ses Mig-29 !

800px-MiG-29A-Bulgaria-2007.jpg


 

Bulgarie cherchera à acquérir un nouvel avion de combat pour pouvoir à terme remplacer ses actuels Mig-29 «Fulcrum». Exercice rendu difficile pour ce pays, dont les finances sont particulièrement limitées. Le Ministre de la défense, M. Anyu Angelov espère trouver une solution pour une première commande en 2014.

 

Quel avion ?

 

 

F-16-Fighting-Falcon-24-EOJDFHVIWN-1024x768.jpg

Selon le ministère de la défense bulgare, le pays ne peut pour l’instant consacrer qu’une somme de 400 millions de dollars (309 millions d'euros) pour une acquisition qui concerne 8 avions d’occasions. L’objectif à terme est de pouvoir ensuite, compléter, petit à petit ce premier lot d’aéronefs avec une à deux séries supplémentaires. Cependant, ces séries secondaires pourraient être des aéronefs neufs. 

 

La Bulgarie cherche des avions d’occasions, mais désire également avoir la possibilité d’acquérir des séries du même avion neuf. Deux appareils répondent à ce jour à ce type de besoins, il s’agit du Lockheed-Martin F-16C/D «Fighting Falcon» et du Saab JAS-39C/D «Gripen».

 

Pour ce faire, le Ministère bulgare de la défense a entamé des discussions préliminaires sur la possibilité d'acquérir d'occasion des appareils de type F-16 auprès des utilisateurs actuelles que sont,  les Pays-Bas, le Portugal, les États-Unis, la Belgique, la Norvège. 

 

En parallèle des discussions sont engagées auprès de la Suède et du constructeur Saab qui propose notamment des JAS-39C/D Gripen entièrement neufs en plus d’avions d’occasions qui proviendraient des surplus de la Fligvapnet avec l’arrivée du Gripen E. 


 

6999528695_0aa17dd651_h.jpg


 

Précisons au passage que l’offre d’EADS concernant des Eurofighter tranche 1, appartenant à l’Allemagne a été refusée, pour des questions à la fois techniques et de coûts d’heure de vol par trop prohibitifs. 

 

Photos : 1 Mig-29 bulgare @ Force aérienne bulgare 2 F-16 USAF @ Lockheed-Martin  3 JAS-39C Gripen suédois @ Saab Aerospace

 

 

 

 

 

Forces aériennes : trois nouveaux simulateurs !

pc21sim.parsys.91602.Image.jpeg

 

La semaine dernière les Forces aériennes ont inauguré le nouveau centre d’entraînement sur la base aérienne d’Emmen. Ce centre compte trois nouveaux simulateurs de vol ultramodernes. Lors d’une cérémonie d’inauguration sobre et digne, les Forces aériennes se sont officiellement vu remettre les trois simulateurs full-flight dernière génération de PC-21, EC635 et Super Puma/Cougar.

Simulateur du PC-21 :

 

Dans un bâtiment entièrement rénové dans lequel se  trouvait jusqu'en 2003 le simulateur du Hawk, se trouve désormais le simulateur de l’avion d’entrainement Pilatus PC-21. Les élèves pilotes disposent pour leur formation de ce qui se fait de plus moderne en la matière. 

Ce simulateur permet l’ensemble des procédures de vols comme la navigation aux instruments ainsi que toutes les procédures de sécurité comme le traitement des pannes moteurs par exemple. 

Le pilote peut se familiariser avec les vols en montagne, de nuit et en formation. Une telle formation diminue les risques d’accidents.


 

pc21sim.parsys.52063.Image.jpeg


 

Le simulateur du PC-21 est fabriqué par Pilatus et RUAG Aerospace, la cartographie comprend non seulement notre pays mais l’ensemble de l’Europe.



 

Les simulateurs de l’EC635 et TH06 Cougar :


 

ec635sim.parsys.39276.Image.jpeg


  

La modernisation des SuperPuma en vue de les adapter au standard Cougar obligeait également une adaptation du simulateur, de plus il fallait également se doter d’un simulateur pour le nouvel hélicoptère EC635. Les deux simulateurs sont aujourd’hui opérationnelles et permettent de nouvelles possibilités d’entrainement impossible jusqu’ici.

En effet, il est possible de coupler les exercices dans les deux simulateurs : dans le cockpit de l’EC635, le pilote peut voir et travailler avec le TH06 Cougar et vice versa.

La possibilité de s’entraîner pour des missions, par exemple dans des conditions difficiles, en exécutant des transports de charges, en réalisant des interventions de recherche et de sauvetage ou encore des opérations d’extinction de feu etc.

 

Un système de vision fondé sur la technologie du laser, qui permet d’exercer les vols de nuit avec ou sans lunettes de vision nocturne.

 

Les simulateurs de l’EC634 & AS532 (TH06) Cougar sont fournis pas THALES/Rheinmetal Defence, Suisse et Europe sont représentées.

 

as532.parsys.99083.Image.jpeg

Rappel : 

Les simulateurs jouent un rôle important dans les Forces aériennes suisses. Ils servent à former les pilotes pour toute situation normale ou d’urgence, dans n’importe quelles conditions météorologiques et à tout moment de la journée, que ce soit lors de la formation de base ou des cours de perfectionnement. Grâce aux simulateurs, les FA préservent un niveau de formation très élevé, ils sont donc inévitables pour la meilleure sécurité aérienne possible. Ils épargnent surtout maintes heures de vol sur de vrais hélicoptères, ce qui entraîne des répercussions très positives en matière de bruit, d’environnement, de finances et de coûts.

(sources DDPS)

Photos : 1 & 2 Sim PC-21 3 Sim EC635 4 Sim Cougar @ DDPS

10/11/2012

Precision Air reçoit son premier ATR 42-600 !

ATR-PAS-42-600.jpg



La compagnie aérienne tanzanienne Precision Air Service vient de réceptionner son tout premier ATR 42-600 en vue de sa mise en service. Cette livraison fait partie d’une série de 5 nouveaux appareils commandés en décembre 2011, comprenant 4 ATR 42-600 et 1 ATR 72-600. 

L’introduction de ces nouveaux avions de série porte à 14 le nombre d’appareils ATR exploités par Precision Air Service, qui devient ainsi le plus grand opérateur d’ATR en Afrique. La compagnie envisage de poursuivre le développement de son réseau régional en proposant de nouveaux itinéraires et en augmentant la fréquence des vols sur le marché national et régional. L'agrandissement de la flotte va permettre à la compagnie aérienne d’offrir à ses passagers les avantages et le confort de la nouvelle cabine Armonia des ATR de la série 600.

 

L’avion devrait effectuer son premier vol commercial dès son arrivée à Dar Es Salaam, en Tanzanie, où l’ATR 42-600 s’envolera pour le Kilimandjaro.

Le deuxième ATR 42-600 sera livré vers la fin de l’année, avec d’autres livraisons échelonnées prévues en 2013. Quant à l’ATR 72-600, sa livraison est attendue pour 2014.

ATR apporte également son soutien à Precision Air Service dans le domaine de la formation et, en 2006, les deux sociétés ont mis en place un partenariat pour permettre à des étudiants tanzaniens de suivre une formation certifiée en maintenance aéronautique. Chaque étudiant est formé pendant une année au lycée technique aéronautique St Exupéry de Blagnac, avant d’intégrer l’équipe de maintenance de Precision Air Service à Dar Es Salaam. Jusqu’à présent, 12 étudiants ont déjà obtenu un diplôme à l’issue de ces formations et ont rejoint la compagnie aérienne. 5 étudiants suivent actuellement une formation intensive et 24 autres étudiants devraient participer au programme dans les années à venir.

Aujourd’hui, 105 appareils ATR sont actuellement en service parmi les compagnies aériennes d’Afrique et du Moyen-Orient.

Photo : ATR 42 -600 Precision Air @ ATR Aircraft

12:22 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : atr aircraft, atr 42-600, atr avia news |  Facebook | |

09/11/2012

Le Pérou commande le KAI KT-1 !

16089_1307812966.jpg


 

 

L’aviation militaire péruvienne vient de choisir son nouvel avion d’entraînement de base, il s’agit  du Korea Aerospace Industries (KAI) KT-1. Au total, le Pérou compte se doter de 20 aéronefs pour un montant évalué à 200 millions de dollars.

 

Une bataille brésilo-coréenne :ce fut sans compter

 

 

La bataille pour le nouvel avion école de base du Pérou s’est déroulée entre deux concurrents, l’Embraer 312 «Tucano» brésilien et le KAI KT-1 sud-coréen. En 2005 déjà, le constructeur KAI avait tenté de vendre la version AC-1 au Pérou, mais sans réussite. Le constructeur brésilien partait avec un avantage géographique et politique, mais ce fut sans compter, sur les coûts très attractifs proposés par les coréens.

 

Ce choix est le fruit d’une intense transaction entre les dirigeants sud-coréens et péruviens. 

 

Par ce choix, le coréen compte bien s’implanter sur le marché latino-américain avec un programme complet d’exportation qui comprend de vaste possibilités de fabrication sous licence compléter d’offsets très intéressants pour les éventuels acheteurs. Notamment en Colombie. Pour le constructeur coréen, l’Amérique latine représente un marché potentiel de 200 appareils écoles d’ici 20 ans. 

 

Le programme de KAI : 

 

Korea Aerospace Industries va livrer les quatre premiers appareils, tandis que les 16 autres seront assemblés par la société péruvienne Seman MRO. Les livraisons commenceront en novembre 2014.

 

Le KAI KT-1 : 

 

Le  KT-1 est le premier appareil de conception coréenne. Doté d’une motorisation canadienne de type Pratt & Whitney PT6A-62. Son avionique CMC Électronique est également d’origine du pays à la feuille d’érable.   L’avion peut rester en l’air jusqu’à cinq heures en mode patrouille grâce notamment au système de transmission avec train épicycloïdal intégré au moteur qui permet de réduire le bruit de l’hélice quadripale Hartzell, tout en optimisant la vitesse. Il est équipé de sièges à éjection Martin-Baker.

 

La vente au Pérou est le troisième victoire à l'étranger pour le KT-1, qui a été acquis par l'Indonésie et la Turquie en plus de l’aviation sud-coréenne (ROKAF). 


 

getasset.jpg


 

Photos : 1 KAI KT-1 turque @Aldo Bildini 2 KAI KT-1 ROCAF @ KAI