20/12/2012

L’Inde réceptionne son premier P-8I «Poseidon»!

P65801_P-8I.jpg


 

SEATTLE,  Boeing vient de livrer officiellement le premier exemplaire sur site du nouvel avion de patrouille maritime P-8I « Poseidon » à la marine indienne et ceci en conformité avec le contrat. L’Inde recevra cet avion et deux autres en 2013, sur un total de huit appareils commandés. 

 

 

Le P-8I «Poseidon» :

Le P-8I est la version indienne du P-8A destiné à l’US Navy, soit un appareil de reconnaissance maritime à long rayon d’action et de lutte anti-sous marine construit par Boeing est destiné à l'Inde dans le cadre d'un contrat attribué en Janvier 2009. Le standard du P-8I dispose des mêmes équipements que la version destinée à la marine américaine, mais avec en plus un détecteur d’anomalie magnétique. 

Le principe du P-8  A & I :

Les P-8A & I « Poseidon»  sont conçu pour remplacer le P-3C « Orion » comme appareil longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et anti-surface (LAN), de renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). La famille P-8 est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Les P-8 « Poseidon »  sont conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Ils offre une plus grande capacité de combat et demanderont moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans les marines utilisatrices.

Spécifications :


Fonction principale: anti-sous-marine (LASM) et anti-surface anti-navires (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR)
Entrepreneur: Boeing Integrated Defense Systems (IDS)
Propulsion: 2 réacteurs CFM 56-7B avec £ 27,300 de poussée chacun
Longueur: 129,5 pieds (39,47 mètres)
Hauteur: 42,1 pieds (12,83 mètres)
Envergure: 123,6 pieds (37,64 mètres)
Maximale au décollage brut: £ 189 200 (85820 kg)
Vitesse: 490 noeuds (564 mph) Vitesse air vraie
Plafond: 41000 pieds (12496 mètres)
Portée: rayon de 1200 miles nautiques avec quatre heures sur la station
Equipage: Neuf
Armement: torpilles, missiles de croisière, des bombes, des mines.


 

1218268194.jpg


Photos : 1 Livraison du premier P-8I à l’Inde 2 P-8I au décollage @ Boeing

airBaltic commande le CSeries !

 

 

BA-CS300_airBaltic.jpg

Bombardier Aéronautique a annoncé aujourd’hui qu’airBaltic a signé une entente d’achat ferme de 10 avions de ligne CS300 entièrement nouveaux de Bombardier. La société aérienne de Riga, en Lettonie, a également acheté des droits sur 10 autres avions CS300. Cette entente correspond à la conversion en commandes fermes de la lettre d’intention d’achat d’avions annoncée au salon aéronautique de Farnborough, le 10 juillet 2012. La lettre d’intention prévoyait également les droits d’achat sur les 10 autres avions CS300. Au prix courant de l’avion CS300, la commande ferme est estimée à quelque 764 millions $ US et pourrait passer à 1,57 milliard $ US si toutes les 10 options d’achat étaient converties en commandes fermes.

Avions CSeries :


Conçue pour le marché en plein essor des avions de 100 à 149 places, la gamme d’avions CSeries entièrement nouvelle combine des matériaux évolués, une technologie de pointe et des méthodes éprouvées pour répondre aux exigences des sociétés aériennes commerciales en 2013 et au-delà. Propulsée par des moteurs PurePower PW1500G de Pratt & Whitney, la gamme d’avions CSeries offrira un avantage de 15% sur le plan des décaissements d’exploitation avec une réduction de 20%  de la consommation de carburant. La conception entièrement nouvelle des avions CSeries permettra de réduire grandement leurs niveaux de bruit et d’émissions, tout en offrant une souplesse opérationnelle supérieure, des performances exceptionnelles sur piste et une autonomie de 2 950 milles marins (5 463 km). Les avions CSeries, qui seront jusqu’à 5 443 kg (12 000 lb) plus légers que d’autres avions de la même catégorie pour ce qui est du nombre de places, procureront aux passagers le meilleur environnement cabine de leur catégorie, digne d’un gros-porteur, dans un avion monocouloir.

En date du 30 septembre 2012, Bombardier avait enregistré des commandes et engagements touchant 352 avions de ligne CSeries, dont des commandes fermes de 138 appareils.

A propos d’airBaltic :

 
airBaltic dessert 60 destinations par vols directs de sa base d’attache à Riga, en Lettonie, et offre des correspondances commodes via Riga sur son réseau qui s’étend en Europe, en Scandinavie, en Russie, dans la CÉI et au Moyen-Orient.

 

Air Canada rouge se présente à l'embarquement !

air-canada-rouge-a319-100-12fltair-canadalrw.jpg

 

Paris, Air Canada a dévoilé hier l’identité de son nouveau transporteur loisirs, marquant ainsi une nouvelle étape de la transformation du marché du voyage loisirs au Canada.

Outre l’annonce des destinations initiales desservies dès le lancement de la compagnie en Juillet 2013, Air Canada a révélé le nom du nouveau transporteur, Air Canada rouge,déterminé à la suite d'un concours qui a rassemblé clients, employés et professionnels sur Facebook.

Des tarifs spéciaux de lancement sont ouverts à la vente à compter d'aujourd'hui sur le site aircanada.com et chez les agents de voyages.

 

Comme l’explique Ben Smith, Vice-Président Général et Chef des Affaires commerciales d'Air Canada : « Avec le lancement d'Air Canada rouge, Air Canada fait son entrée sur le marché en pleine croissance des voyages d'agrément. En partenariat avec Vacances Air Canada, qui fait maintenant partie de notre nouveau groupe loisirs, Air Canada rougetirera profit des atouts du vaste réseau d'Air Canada, de son expertise opérationnelle et de son programme de fidélisation, afin d'offrir aux clients des options de vacances très avantageuses. »

 

Pour Michael Friisdahl, Président et Chef de la Direction du nouveau Groupe Loisirs d'Air Canada : « Air Canada rouge combinera tarifs abordables, excellent service et destinations loisirs de choix avec les avantages d'Air Canada et de Vacances Air Canada. »

 

Pour sa première saison en 2013, Air Canada rouge lancera deux nouvelles destinations qui ne sont actuellement pas exploitées par Air Canada : Venise et Édimbourg. De plus, le transporteur loisirs assurera les liaisons saisonnières du groupe Air Canada reliant Toronto et Montréal à Athènes. De la même façon, les vols d'Air Canada exploités en collaboration avec Vacances Air Canada sur Cuba, la République Dominicaine, la Jamaïque et le Costa Rica seront assurés par Air Canada rouge à compter de Juillet 2013.

 

7718694.jpg

 

Pour sa première saison à l'été 2013, les vols d'Air Canada rouge seront opérés au départ du hub principal d'Air Canada, l'aéroport international de Toronto-Pearson, ce qui permettra des correspondances facilitées avec des vols d'Air Canada, d'Air Canada Express et des compagnies partenaires de la Star Alliance. Air Canada rouge exploitera également des vols sans escale entre l'aéroport de Montréal-Trudeau et Athènes, en plus des vols Toronto–Athènes.

Les clients d'Air Canada rouge vont ainsi profiter de tarifs attractifs au départ de n'importe quel point du vaste réseau d'Air Canada, avec un même billet, de l'enregistrement des bagages jusqu'à la destination finale et des avantages du programme de fidélisation Aéroplan.

 

La flotte d'Air Canada rouge sera initialement composée de deux B767-300ER qui assureront les vols transatlantiques. Configurés en bi-classe, ils proposeront des sièges rouge Plus™ offrant plus d'espace pour les jambes, ainsi que des sièges Premium rouge™ offrant plus de confort et un service supérieur de repas et boissons. À ces appareils s'ajouteront deux A319 destinés à l'exploitation de vols nord-américains tout économique, avec quelques sièges rouge Plus offrant plus d'espace pour les jambes. Ces 4 appareils ont été mis à disposition d'Air Canada rouge par Air Canada.

Air Canada rouge desservira d'autres destinations vacances prisées lorsqu'Air Canada commencera à prendre livraison de ses nouveaux B787 Dreamliner en 2014 ; ce qui libérera des appareils qui pourront rejoindre la flotte du transporteur loisirs. En fonction de la demande du marché, Air Canada rouge pourrait exploiter jusqu'à 20 B767-300ER et 30 A319, soit un total de 50 appareils, se positionnant sur des marchés rendus profitables par sa faible structure de coûts d'exploitation. L'exploitation des vols d'Air Canada rouge est soumise à l'obtention des nécessaires autorisations réglementaires.

 

Conformément à l’annonce faite en Septembre dernier, Air Canada rouge créera 200 postes de PNT et PNC, qui s'ajoutent aux 900 employés qu'Air Canada va embaucher dans le cadre de son programme de recrutement 2012-2013.

La Turquie reçoit son dernier F-16 !

 

large_dsc-6807-2.jpg

ANKARA, Turkish Aerospace Industries, Inc (TAI) et Lockheed-Martin ont célébré la livraison du dernier F-16 Block 50 fabriqué en Turquie ( un biplace D) au sein des installations de TAI sur un total de 30 appareils commandés en 2009. Une cérémonie a marqué cet évènement.

 

La cérémonie s'est déroulée en présence du sous-secrétaire adjoint de la Défense turc Serdar Demirel M. et des cadres de haut niveau de l’industries de défense (SSM) de  la Force aérienne turque (TurAF),et de  Lockheed Martin.

 

La Turquie disposait déjà de 246 F-16 auxquels viennent s’ajouter ces 30 appareils.


Le programme F-16 a fourni un important développement industriel et d’emploi en Turquie au cours des 25 dernières années. L'armée de l'air turque a reçu 30 nouveaux modèles de F-16C/D Bloc 50 entre mai 2011 et Décembre 2012.

Photo : le dernier F-16D monté en Turquie @ TAI

 

11:28 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : f-16 turque, tai, lockheed-martin f-16cd |  Facebook | |

18/12/2012

Le Pentagone pour un 5e lot de F-35 !

1422827.jpg


 

Après de longues négociations, Lockheed-Martin a conclu une entente de principe avec le Pentagone pour la livraison d’un cinquième lot à taux faible de production (CRTR-5) pour l’avion de combat de cinquième génération F-35 Lightning II. 

 

Le vice-amiral David Venlet, directeur du programme F-35, fait référence au « long voyage » vers le contrat CRTR-5, en effet, suite aux divers surcoûts de ces dernières années, la méfiance du Pentagone n’a pas facilité les choses pour le constructeur Lockheed-Martin. Celui-ci à du travailler d’arrache-pied pour faire baisser les coûts de production et réduire le temps de fabrication de l’avion. 

 

Ce cinquième lot concerne la production par Lockheed Martin de 22 F-35A  destiné à l’US Air Force, 3 F-35B pour le Corps des Marines et 7 F-35C pour la Marine. On constatera, par ailleurs,  que ce lot ne contient aucun appareil à destination de clients à l’exportation, comme c’était le cas dans les commandes précédentes. 

 

Concernant les quatre premiers lots, 63 F-35 ont été commandés à ce jour et 29 appareils ont été livrés dont le dernier appareil, un F-35B STOVL à rejoint l’escadron de formation opérationnelle tactique VMFA-121 basé à Yuma.

 

Les difficultés du programmes F-35 :


 

1323199412964.jpg


 

Ce cinquième lot qui vient d’obtenir un accord de principe à bien faillit ne pas voir le jour et on ne sait pas encore de ce qu’il adviendra des suivants. En effet, deux gros problèmes gangrène le projet. Le premier, le moins grave, mais peu rassurant, concerne le calendrier. Au départ, le F-35 devait être opérationnel en 2010 pour permettre un déploiement en 2012. Hors, selon le nouveau calendrier, la date du premier déploiement est estimée pour 2019.

 

Second problème de taille, les surcoûts : aux dernières nouvelles, le prix d’un F-35 avoisine les 289 millions de dollars par avion ce qui met la dépense totale (avions, développement, essais, logistique, formation) pour le Pentagone à près de 379,9 milliards de dollars soit une hausse de presque 75% par rapport au lancement du programme. 

 

Comment en est-on arrivé là ?

 

Le Lockheed-Martin F-35 s’annonce comme un appareil très facile à piloter et mieux conçu que le F-22. Cependant, les difficultés rencontrées avec cet appareil viennent de la complexité du cahier des charges. Au départ, le projet faisait mention d’un appareil susceptible de remplacer les Harrier avec une phase de décollage court et d’atterrir à la verticale avec une motorisation permettant le vol supersonique. L’idéal résidant dans un dessin offrant une cellule courte et large doté d’un seul moteur, mais très puissant. Cependant, les spécifications demandaient également un appareil multirôle, donc très maniable. 

La cellule devant donc évoluer, pour permettre également l’emport de lourdes charges. La difficulté résidant donc, dans le fait de dessiner un avion mono-réacteur ayant un surplus de puissance, suffisamment léger et maniable, mais pouvant servir de camion à bombes !

Ajoutons les contraintes liées au fait que l’avion doit être furtif, ce qui génère de nouvelles contraintes en matière d’aérodynamique et de matériaux. 

Bref, un véritable casse-têtes chinois pour les ingénieurs qui en sont pourtant arrivés à de belles prouesses techniques avec cet appareil mais à quel prix !

 

f35_edwards6_large.jpg

 

Photos : 1 F-35A au décollage 2 F-35B STOVL en essais sur porte-avions 3 F-35A @ Lockheed-Martin