14/02/2013

Meilleure collaboration REGA & Forces Aériennes !

ec635.parsys.55546.1.photo.Photogallery.jpg


 

Durant une phase de test qui se déroulera en février et mars 2013, la Rega et les Forces aériennes suisses exploiteront un hélicoptère de sauvetage supplémentaire sur la place d’atterrissage de l’hôpital de Scuol/GR. L’EC635 des Forces aériennes suisses sera engagé le week-end et par beau temps dans la région de Scuol.

La coopération avec la Rega sur la base d’hiver temporaire de Scuol est limitée aux weekends des mois de février et mars 2013. Par beau temps et si l’on prévoit un nombre élevé d’interventions, l’hélicoptère des Forces aériennes assurera des transports de sauvetage et de personnes pendant la journée à partir de la place d’atterrissage de l’hôpital de Scuol en Basse-Engadine.

L’engagement de l’hélicoptère a pour objectif de maintenir la compétence-clé du Service de sauvetage aérien de l’armée (S sauv A) et répond aux conventions existantes entre la Rega et les Forces aériennes suisses. Ce type de collaboration a déjà eu lieu lors de l’engagement de l’armée pour la protection du WEF à Davos. Les membres de l’équipage de l’hélicoptère de l’armée ont aussi la possibilité de mettre en oeuvre et d’élargir leurs compétences opérationnelles dans le cadre des engagements ordinaires de la Rega. Cette collaboration permet en outre aux deux organisations d’acquérir de précieuses expériences. Jusqu’ici, la Rega et les Forces aériennes suisses ont entre autres coopéré au niveau du Service de recherche et de sauvetage (SAR) et dans le domaine de l’aide en cas de catastrophe lors d’engagements de grande envergure.


 

DSC_0116.JPG


 

La conduite des engagements qui se déroulent dans le cadre de cette collaboration incombe à la Rega, qui décide au cas par cas quels moyens de sauvetage aérien doivent être engagés. Les Forces aériennes assument la responsabilité médicale et opérationnelle des engagements de l’hélicoptère S sauv A. Le personnel des Forces aériennes comprend des pilotes et des loadmasters (assistants de vol) professionnels ainsi que des médecins de milice au bénéfice d’une expérience des engagements avec la Rega.

Cette collaboration dans le cadre du service de piquet hivernal, limitée dans le temps et probablement unique, se terminera le 31 mars 2013. Un débriefing sera alors organisé pour évaluer les expériences faites.

 

Photos :  1 EC635 des FA @ Swiss Air Force 2 Agusta 109 REGA @ Pascal Kümmerling

13/02/2013

Pleine production pour le Hawkeye E-2D !

e-2d_hawkeye_20070430.jpg


 

BETHPAGE, New York, le Hawkeye E-2D «Advanced», conçu et fabriqué par Northrop- Grumman Corporation a reçu l’approbation pour la fabrication en série. Cette décision fait suite à la réussite des 10 mois d'essais opérationnels et d'évaluation initiale (IOT & E), menée par l'US Navy.

 

L’US Navy prévoit d’acquérir un total de 75 Hawkeye E-2D « Advanced » sur 10 ans. A ce jour, Northrop-Grumman a livré neuf E-2D à l'US Navy et ceci en avance sur le calendrier. 11 aéronefs sont actuellement à différents stades de la fabrication.

 

Le Hawkeye E-2D « Advanced » :

Les systèmes du E-2D représentent un bond de plusieurs générations dans la technologie des systèmes embarqués d’alerte lointaine et doit permettre de s’adapter aux menaces d’aujourd’hui et de demain en s’intégrant totalement dans les  nouveaux systèmes mis en oeuvres par l’US Navy, que ce soit en matière de bâtiments de surface que de nouveaux appareils tels : les Super Hornet et le futur F-35.

 

1213200283.jpg


Le Hawkeye E-2D « Advanced » dispose d’un grand nombre de nouveautés avec un radar AESA  AN/APY-9 qui remplace l’ancienne antenne mécanique, le radar permet une couverture totale à 360° et permet un suivi complet air et mer. L’appareil dispose également d’une nouvelle motorisation, soit le Rolls-Royce T-56-A-427A. Un cockpit entièrement numérique, d’un nouveau système d’identification ami/ennemi, de nouveaux postes de travail tactique ainsi que d’une nouvelle architecture électronique et de communication couplée à une liaison de données. 

Le premier escadron de la Marine à recevoir l'E-2D « Advanced » est l’Airborne Early Warning Squadron ONE TWO ZERO (VAW-120), basé à Norfolk. 

 

e2d.jpg


Rappel :

Le Grumman E-2 Hawkeye est un appareil de surveillance aérienne et de commandement aéroporté (AWACS)  développé par le constructeur américain Grumman, embarqué à bord des porte-avions. Mis en service en 1964, il a depuis été exporté vers plusieurs pays dont la France, Israël, le Japon, le Mexique, Singapour, Taïwan et l’Egypte.


 

18045.jpg


Photos : 1 & 2  Hawkeye E-2D  «Advanced» au sol 3 Appontage sur porte-avions  lors d’essais @ US Navy

La Patrouille Suisse sur PC-7 ?

bildergalerie.parsys.51653.2.photo.Photogallery.gif.jpeg


 

Pour faire suite à la déclaration de ce jour concernant la fin de la Patrouille Suisse et de mon article sur le sujet « Patrouille Suisse chronique d’une mort annoncée», notre pays pourrait bien malgré tout continuer avec une Patrouille aérienne mais sensiblement différente.

 

Patrouille Suisse sur NCPC-7 :

 

A défaut d’avoir suffisamment de F/A-18 ou de Gripen E pour faire perdurer celle-ci, la seule solution qui pourrait logiquement s’imposer d’ici 2016 vient du PC-7 Team. Le Team PC-7 est déjà un ambassadeur des Forces aériennes suisses, le PC-7 TEAM symbolise le dynamisme, l’élégance et la précision de la voltige aérienne en patrouille de haut niveau. Le vol en formation avec des avions à hélice exige des pilotes militaires le maximum de leurs talents aéronautiques.

 

Le Team aujourd’hui sur la version modernisée NCPC-7 dispose également d’une peinture  attrayante pour les représentations aériennes.


 

patrouille suisse,l'avenir d ela patrouille suisse,pc7team,swiss air force


 

Avions turbopropulseurs :

 

La Patrouille Suisse sur NCPC-7 sera certes moins rapides que sur les F-5, cependant beaucoup de pays ont déjà des Patrouilles similaires comme le Brésil (Esquadrilha da Fumaça sur EMB-312), l’Afrique du Sud (Silver Falcon sur PC-7MKII) ou l’Australie (The Roulettes sur PC-9). Il serait très facile de doter les NCPC-7 de fumigènes pour accentuer le panache des démonstrations.


 

800px-Silver_Falcons-004.JPG


 

Nous verrons donc si j’ai vu juste aujourd’hui quant à l’avenir de la Patrouille Suisse !

 

Photos : 1 Team NCPC7 @ Swiss Air Force 2 Team PC7 à Sion @ Pascal Kümmerling 3  Silver Falcon de la SAAF @ SAAF

 

 

Patrouille Suisse chronique d’une mort annoncée !

patrouille_suisse.jpg

 

L’annonce de ce matin concernant la fin de la mythique Patrouille Suisse en 2016 ne laisse personne indifférent, pour ou contre, cette nouvelle déclenche une crise émotionnelle parmi les citoyennes et citoyens de notre pays ainsi qu’à l’étranger. Pourtant, cette issue était déjà mentionnée depuis 2008 avec le départ à la retraite des avions de combat Northrop F-5E/F « Tiger II ».

Plus assez d’avions :

Crée en 1964 avec au début 4 avions de type Hawker Hunter MK58A la Patrouille Suisse s’est rapidement fait une place parmi les meilleures équipes de présentation militaire, puis la transition en 1995 sur F-5 a fait perdurer cette image encore ré-haussée grâce aux magnifique peintures. Mais n’oublions pas que pour pouvoir gérer une telle carte de visite, nous avions à l’époque 158 Hawker Hunter et 110 F-5.

 

history_parsys_71300_Image.jpg

La situation à bien changer avec aujourd’hui 33 Boeing F/A-18C/D « Hornet » et que nous n’aurons en 2018 que 22 JAS39 Gripen E. Pas suffisamment d’avion pour assurer la continuité du symbole que représente la Patrouille Suisse.

N’oublions pas l’exception que représente nos Forces aériennes qui font partie des rares unités ayant eu la capacité de présenter durant toutes ces années une patrouille avec des avions de combat et non des appareils écoles. Beaucoup de nos voisins n’ont même pas une patrouille de ce type à disposition.

Les autres cartes de visites :

Nos Forces Aériennes continueront de se présenter lors de manifestations et meetings aériens en Suisse et à l’étranger avec le Team PC-7, le Swiss Hornet Solo Display et le Cougar Display. Très probablement qu’il y aura un Gripen Solo Display dans les années à venir.

Pas d’autre alternative :

Malheureusement, il n’existe pas d’alternative à l’heure d’aujourd’hui pour maintenir la patrouille Suisse à long terme. Tout au plus, il serait possible par contre de maintenir la dizaine de F-5E jusqu’en 2020, mais encore faudrait-il, que le Département de la Défense dispose de moyens financiers qui le permettent, on ne peut pas continuer à baisser les budgets éternellement et vouloir le beurre et l'argent de celui-ci. La balle est dans le camps des parlementaires à Berne.

Histoire de la Patrouille Suisse :

Fondée le 22 août 1964, année de l’exposition nationale, la Patrouille Suisse (PS) était en gestation depuis 1959, date à laquelle jaillit l’idée de former une équipe de démonstration composée de pilotes professionnels. L’Escadre de Surveillance fut chargée de procéder à l’entraînement d’une double patrouille, soit quatre avions, en prévision de démonstrations de vol. Les formations volaient alors sur les avions de combat britanniques Dans la perspective de l’exposition nationale EXPO 64 à Lausanne et des festivités programmées pour les 50 ans de l’aviation militaire suisse, des directives furent données pour intensifier les entraînements de la double patrouille de Hunter. Les exhibitions orchestrées dans tout le pays à l’occasion de ce jubilé ont fortement impressionné des centaines de milliers de spectateurs ainsi que la presse helvétique. C’est à cette période que, inspirée par la Patrouille de France, notre formation d’acrobatie aérienne adopta spontanément le nom de Patrouille Suisse. Le Département militaire fédéral de l’époque (DMF), convaincu par le succès remporté auprès du public par la Patrouille Suisse, décida de la nommer ainsi au titre de formation officielle de vol acrobatique.En 1965, la Patrouille Suisse acheva pour la première fois une saison complète avec quatre démonstrations. Par la suite, elle s’efforcera de perfectionner constamment son programme et de peaufiner sa chorégraphie jusque dans les moindres détails.En 1970, la Patrouille Suisse s’est agrandie en passant à cinq machines, ce qui a permis de rendre le programme encore plus attractif. Seule ombre au tableau, le strict respect de la neutralité limitait l’activité de la formation à la Suisse. Mais tout change en 1978, lorsque la Patrouille Suisse est invitée au 25e anniversaire de la Patrouille de France à Salon-de-Provence. Ce fut l’occasion pour elle de s’illustrer enfin à l’étranger en évoluant dorénavant avec six appareils. Au cours des années suivantes, la Patrouille Suisse s’est produite souvent et avec succès en Suisse et à l’étranger, comme par exemple en France et en Italie.
En 1991, les Hunter participèrent aux célébrations du 700e anniversaire de la Confédération en tenue d’apparat, frappés d’une croix blanche sur fond rouge sous les ailes et du logo du 700e sur le fuselage, une nouveauté qui a beaucoup plu au public. Les pilotes de la Patrouille Suisse se produisirent une dernière fois sur Hunter en 1994. Après 30 ans de fidélité à cet appareil britannique, la formation entre dans une nouvelle dimension aéronautique avec un successeur plus rapide et plus maniable, le chasseur américain Northrop F-5 Les pilotes ont parfaitement su maîtriser la transition en 1995. Les avions, dorénavant intégralement revêtus d’une livrée rouge et blanche, continuent à soulever l’enthousiasme des foules en Suisse et à l’étranger. La première saison des F-5 s’est terminée en apothéose avec deux présentations à l’Axalp à l’occasion des démonstrations de tir. Ce faisant, la Patrouille Suisse a prouvé que les exhibitions aériennes sont également possibles en dehors des aérodromes. Equipés d’un dispositif fumigène depuis 1996.  De nombreux spectateurs sont également attendus en septembre 2004 à Payerne, à l’occasion du meeting aérien Air 04 qui marquera la célébration des 40 ans de la patrouille de vol acrobatique suisse.

aisps3.jpg

Photos : 1 & 3 Patrouille Suisse sur F-5 2 Sur Hunter

12/02/2013

Pilatus livre 5 PC-7MKII à la BDF !

BotswanaPC-7.jpg


 

Pilatus annonce que l’ensemble des appareils Pilatus PC-7 MkII ont été livrés à la Botswana Defence Force. Une Cérémonie de remise a marqué la fin des livraisons.

 

Son Excellence, le Président de la République du Botswana et le commandant en chef, le lieutenant général Seretse Khama Ian Khama, les membres du Conseil de la Défense et des membres de la Botswana Defence Force ont assisté à la manifestation organisée par le Commandant de la Force de défense du Botswana le Lt. genéral Galebotswe.

Cette étape importante marque la réussite de la livraison et la mise en service de cinq nouveaux appareils de type Pilatus PC-7 MkII.

En 2011, la BDF a choisi de remplacer ses PC-7, avec la version la plus moderne de l’appareil, le standard MKII. Le point culminant du programme de livraison a été l'accélération du calendrier à la demande de la BDF, les cinq nouveaux appareils ont été livrés quatre mois plus tôt que prévu initialement.

 

La Force aérienne de défense du Botswana :

La Force aérienne de défense du Botswana a été crée en 1977, l’architecture de celle-ci tourne essentiellement avec un noyau important d’avions de transport très variés tels que : 3 C-130B « Hercules » , des CASA C212 et CN-235, ainsi, que des Beech King Air. Cependant, le pays dispose d’une vingtaine de CF-5A/D « Freedom Fighter » (F-5 Tiger II) d’origine canadienne. La composition des CF-5 étant de 7 CF-5D biplaces et 13 CF-5A monoplace.


 

ba7f634ee937bfb33e016e5cf58d54de-_DSC5766[1].jpg


Photos : 1 Pilatus PC-7 MKII aux couleurs de la BDF en vol 2 Cérémonie de livraison @ Pilatus aircraft


20:11 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : pilatus aircraft, pc-7 mk2, bdf, botswana |  Facebook | |