11/03/2013

Second F-35A pour les Pays-Bas!

AN2_Netherlands.jpg

 

FORT WORTH, Texas, deux bonnes nouvelles concernant l’épineux dossier de l’avion F-35 « Lightning II » en ce début de semaine avec tout d’abord l’annonce de la sortie du second F-35A destiné aux Pays-Bas et l’arrivée premier F-35B depuis la nouvelle chaine de production de Lockheed-martin.

 

 

Le second Lockheed- Martin F-35 Lightning II destiné aux Pays-Bas vient de sortir des installations de production.. Il s'agit de la dernière étape dans le processus de production  qui conduira ensuite l’avion vers ses essais en vol au sein de la base aérienne d’Eglin AFB, en Floride cet été. Les Pays-Bas envisagent de se doter d’une flotte de F-35A à décollage et à l'atterrissage conventionnel (CTOL).Ce second appareil d’essais connu sous le nom AN-2 servira pour  les tests de formation et d'exploitation pour les pilotes et la maintenance. L’AN-2 fera encore l'objet de contrôles du système de carburant avant de procéder aux essais au sol puis en vol plus tard cette année.


Nouvelle ligne de production :

 

BF_25.jpg

 

Le premier

Lockheed Martin F-35 Lightning II assemblé depuis la nouvelle ligne de production  « Assembly Center Wing (CWA) » de l'usine Lockheed Martin à Marietta, en Géorgie, a effectué son premier vol. L'appareil, connu sous le nom BF-25, est un F-35B à décollage court et atterrissage vertical destiné à être livré à l'US Marine Corps sur la base aérienne de Yuma, en Arizona.

 

Le CWA est

une composante structurelle importante qui traite environ un quart du fuselage de l'avion. Environ 350 personnes travaillent sur le programme F-35 à Marietta. En plus de renforcer les CWA, les techniciens  appliquent les revêtements furtifs spécialisés pour F-35.

 

.


Photos : 1 le second F-34A destiné aux Pays-Bas 2 le premier F-35 sortit de la nouvelle ligne d’assemblage.

11:59 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lockheed martin, f-35 lightning 2, f-35a, f-35b |  Facebook | |

Premier vol pour le Corvalis TTx !

cxhw_DL8_0417.jpg

 

INDÉPENDANCE,  Cessna Aircraft Company, société de Textron Inc a annoncé que le premier Cessna Corvalis  TTx de série a effectué son vol inaugural.

 

Le TTx offre des performances exceptionnelles», a déclaré Brian Steele, chef d'entreprise pour la gamme Corvalis TTx. «Au cours du vol, le pilote a volé l'avion jusqu’à 17.000 pieds, et atteint une vitesse de 213 kts.

 

 

L’origine du Corvalis TTX :

 

Le Corvalis tient son nom d’une petite ville de l’Oregon, à  l’origine il est sorti des planches à dessins  de Colombia Aircraft, petite société ayant fait faillite (hé, oui on se doutait que l’idée d’une aile basse ne venait peut-être pas totalement de Cessna) sous l’appellation de Columbia 400. A ses débuts d’ailleurs, Cessna le dénommait Corvalis 400. Le Corvalis TT (Twin Turbocharged) est arrivé sur le marché des avions de tourisme en 2004 après certaines  améliorations prodiguées par Cessna, l’avion est entièrement en matériaux composites qui lui confère une durabilité inégalée. Pour exemple, un Corvalis TTX a subi 171.000 cycles d’essai-fatigue soit l’équivalent de 120 années de vie et la cellule de celui-ci n’a quasiment pas vieillit. Doté d’un moteur Teledyne Continental turbocompressé TSiO-550-C (2600 tr / min.) couplé à une hélice McCauley qui lui permet d’atteindre une vitesse maximale de 235 nœuds avec un taux de montée de 1,400 pieds par minutes pour une distance franchissable de 1.250 miles nautiques. Ce qui en fait l’appareil le plus rapide de sa gamme.

Un design exceptionnel :

Performances et beauté, le Corvalis allie donc d’excellentes performances et ne laisse pas indifférent de part ses lignes aérodynamiques, une cabine luxueuse dotée d’une avionique dernière génération. Là aussi, plus rien à voir avec l’intérieur « basic » d’un C-172 le Corvalis offre une gamme de siège en cuir avec divers coloris, le pilote dispose d’un petit manche latéral et d’une avionique Garmin G2000 avec deux écrans EFIS de 36cm à haute définition, doublé d’une grille infra-rouge. Un pilote automatique  GFC-700 et un système d’évitement du trafic GTS-800, ainsi qu’un transpondeur GTX-33ES complète le tout ! 

La petite bombe du ciel :

1230593668.jpg

Oui, le Corvalis offre un design et des performances exceptionnelles, pour les amateurs de Cessna (comme moi) on retrouvera des qualités de finesse de pilotage assez proche de ses grands frères à ailes hautes, mais avec un véritable confort en vol voyage. Dans le poste de pilotage, on retrouvera les trois manettes (gaz,  pas variable, mélange) typiques du constructeur encastrés dans le tableau de bord. L’avionique Garmin  G2000 introduit un nouveau niveau de sophistication grâce à l’interface tactile GTC 570 (console centrale horizontale), les menus sont moins profonds et plus intuitifs et la saisie des données simplifiée, la rendant plus rapide et plus facile à gérer les vastes capacités du système. Il est par ailleurs possible de configurer avant le vol les deux écrans, selon sa préférences et ensuite de les adapter en vol, en fonction des besoins.

Supérieur donc à la concurrence, le Cessna Corvalis TTX n’en reste pas moins un appareil plutôt cher  à l’achat soit  $644.500.--  est destiné  à des pilotes confirmés, mais voilà l’excellence et le côté racé ont un prix ! !

 

cxhw_DL8_0435.jpg

 

Photos : le premeir vol du Cessna TTx Corvalis de série @ Cessna

10/03/2013

Jetairfly réceptionne son premier E-190 !

Jetairfly_Embraer190STD_OO-JEM_Premier vol commercial (1).jpg


 

Cette semaine, le premier de ces deux E-Jets de Jetairfly Embraer E-190 a atterri à l'aéroport de Bruxelles. Mi-mars, le deuxième appareil le rejoindra. Cet avion commercial ultramoderne reliera Bruxelles à une série de destinations qui, auparavant, était aussi ou souvent combinées. Grâce à la capacité de l'E-Jet, Jetairfly pourra ouvrir de nouvelles lignes au départ de Bruxelles, amoindrissant le risque commercial.  Alicante, Malaga, Palma de Majorque, Almeria, Corfou, Zante, Naples, Catane, Ajaccio, Palerme, Tirana, Pristina.

 

Dans le segment des regional jets, le bimoteur E-Jet de l’avionneur brésilien Embraer fait partie du top mondial. Après Boeing et Airbus, Embraer est en effet le 3e constructeur du monde. L’E-Jet de Jetairfly est le premier avion belge de ce type. Pour Embraer, il s’agit d’une première mondiale, car Jetairfly sera la première compagnie aérienne de vols touristiques à utiliser ce type d’avion ultramoderne.

Cette expansion s’inscrit dans la politique de renouvellement contenu de la flotte de Jetairfly, qui accueillera encore 3 Boeing B737 neufs (février-avril). L'âge moyen de la flotte moyen-courriers de Jetairfly s’élève à seulement quatre ans et demi. Grâce à des avions de 112,148,189 et 257 sièges, Jetairfly dispose d’une flotte diversifiée qui lui permet de répondre au mieux à la demande du marché. En outre, elle optimise ainsi le taux d’occupation de ses avions, ce qui contribue à l’obtention de l'empreinte écologique la plus faible de notre pays.

 

Jetairfly est la deuxième compagnie aérienne belge. Cet été, elle survolera avec une flotte de 21 avions un réseau reliant 105 aéroports par 163 routes. En Belgique, elle dessert les aéroports de Bruxelles, Charleroi, Liège et Ostende. Par ailleurs, elle possède d’autres bases : Lille (France), Casablanca, Marrakech et Agadir (Maroc). 

 

 

L’E-Jet E190 : la technologie la plus moderne des regional jets :

 

L’E190 d’Embraer est l’avion le plus avancé de la catégorie des jets de passagers relativement petits avec une capacité d’environ 100 places.

Le constructeur d’avions brésilien est le leader du marché mondial pour les regional jets et le troisième constructeur d’avions de passagers au monde après Boeing et Airbus.

L’E190 utilise les techniques les plus modernes et est équipé de la technologie de sécurité la plus récente.  Technologie "fly-by-wire" : consommation réduite, meilleures prestations de vol, charge de travail réduite pour les pilotes, meilleure protection dans les conditions de vol difficiles. Le système de navigation ultramoderne permet une grande précision lors des phases de vol, d’atterrissage et de décollage. Grâce à cela, l’E-Jet est l’avion produisant le moins de nuisances sonores pour les riverains proches de Brussels Airport et des autres aéroports, avec une projection sonore et une empreinte écologique réduites.

Il peut atterrir et décoller dans des conditions difficiles (CAT 3 minima météorologiques).

 Adapté pour les vols depuis et vers les aéroports disposant d’une piste trop courte, par ex. pour le Boeing B737. En ce moment, 900 exemplaires d’E190 sont activement en service. 1000 exemplaires commandés au total (dont les 800 mentionnés).


 

Jetairfly_Embraer190STD_OO-JEM_ Delivery flight(2).jpg


 

Photos : le premier E-190 de Jetairfly @ Rudi Boigelot (correspondant avia news en Belgique)

13:36 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jetairfly, tui, embraer, embarer e-jet, embraer e-190 |  Facebook | |

09/03/2013

Légère augmentation du trafic passagers !

DSC_1865.jpg


 

Genève, l’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques sur le trafic aérien mondial pour le mois de janvier, qui indiquent une poursuite de la légère croissance observée dans le secteur passagers depuis la fin de 2012. Dans l’ensemble, la demande était en hausse de 2,7 % par rapport à janvier 2012, soit un peu plus que la croissance de capacité de 2,2 %. Le coefficient d’occupation des sièges était de 77,1 %.

La forte demande générée par le Nouvel An chinois a biaisé la comparaison d’une année à l’autre. Le Nouvel An chinois a eu lieu en janvier 2012, mais en février cette année. 

 

 

Avec un mois de janvier 2012 aussi fort, les comparaisons font en sorte que le mois de janvier 2013 semble plus faible que ce que la tendance laisserait prévoir. Sur une base désaisonnalisée, l’IATA estime que la croissance réelle serait de 3,5 %. Cette croissance demeure inférieure à la croissance moyenne de 5,3 % observée en 2012. Toutefois, l’augmentation des voyages aériens a ralenti de façon marquée au cours de l’année et les résultats des derniers mois représentent une accélération de la croissance.


 

DSC_147.jpg


 

« Les voyages passagers augmentent au même rythme que le niveau de confiance des milieux d’affaires. Les récents mois nous ont apporté quelques signes économiques positifs concernant les États-Unis et la Chine, et la crise de la zone euro semble stabilisée. Bien sûr, des risques subsistent. L’impact des coupes budgétaires aux États-Unis ne s’est pas encore manifesté et les prix du carburant sont élevés. Mais malgré ces vents contraires, réels et potentiels, nous percevons un soutien sous-jacent à une croissance continue et peut-être même plus vigoureuse », a déclaré M. Tony Tyler, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

 

Voyages aériens internationaux :

 

Les marchés internationaux ont connu de meilleurs résultats que la moyenne de l’industrie en janvier, la croissance de la demande étant de 3,7 %, pour une augmentation de capacité de 2,7 %. Ces chiffres se traduisent par un coefficient d’occupation des sièges de 77,6 %.

 

 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont accaparé plus de la moitié de la croissance de la demande entre octobre et janvier. La croissance annuelle de 0,1 % de la demande enregistrée en janvier est biaisée par le Nouvel An chinois. Nous estimons que sur une base désaisonnalisée, le taux de croissance de la demande chez les transporteurs d’Asie-Pacifique en janvier s’élève à 3,0 % par rapport à l’année précédente. Le coefficient d’occupation des sièges pour ces transporteurs s’établit à 77,8 %.

 

Les transporteurs du Moyen-Orient affichent le plus fort taux de croissance en janvier, avec une augmentation de 14,3 % de la demande. L’augmentation de capacité était presque

1équivalente, soit 14,4 %, et le coefficient d’occupation 78,6 % de la région était supérieur à la moyenne mondiale. Les transporteurs de la région ont profité de la demande dans les marchés émergents grâce à la forte structure de leur réseau et à l’efficacité de leurs aéroports pivots.

 

Les transporteurs d’Afrique ont enregistré une croissance de 9,4 %, soit plus que l’augmentation de capacité de 5,8 %. Malgré cela, les transporteurs de la région ont enregistré le plus faible coefficient d’occupation, soit 67.9 %. Les taux de croissance économique dans plusieurs États africains sont élevés, en particulier dans les États d’Afrique occidentale riches en ressources. Cela entraîne une demande permettant une expansion soutenue du marché.

 

Les transporteurs d’Amérique latine sont en seconde place pour le taux de croissance le plus élevé, soit 12,2 %. Cette croissance est inférieure à l’augmentation de capacité de 13,7 %. Le coefficient d’occupation était de 79,0 %. Seuls les transporteurs d’Amérique du Nord ont fait mieux à cet égard. La croissance de la région est favorisée par des économies en expansion – en particulier en Bolivie, au Chili, en Colombie et au Pérou – où la baisse du chômage stimule la consommation.

 

Les transporteurs d’Amérique du Nord affichent une augmentation de 1,5 % de la demande, tandis que la capacité a été réduite de 0,8 % par rapport à l’année précédente. La demande est forte en raison de la meilleure performance économique des États-Unis. Et les compagnies aériennes gèrent rigoureusement leur capacité. Les transporteurs de la région ont obtenu le coefficient d’occupation le plus élevé, soit 79,4 %.

 

Les transporteurs d’Europe sont parmi ceux qui ont obtenu les plus faibles résultats, avec une croissance de la demande de 2,1 % et une augmentation de capacité de 0,4 %. Le coefficient d’occupation était de 77,1 %, ce qui est inférieur à la moyenne mondiale. Bien que la demande soit en hausse en glissement annuel, il faut noter que les transporteurs de la région n’ont pas affiché de croissance sur les marchés internationaux depuis octobre. Et si on compare à décembre, le niveau de la demande est en baisse de 0,3 %. La crise de la zone euro pourrait être stabilisée, mais les économies de la région ne sont pas en croissance et ses compagnies aériennes demeurent affectées par des taxes élevées, des réglementations onéreuses et des contraintes liées aux infrastructures.


 

DSC_459.jpg


 

Photos : 1 320 Easyjet 2 B777-300ER Emirates 3 A330 Edelweiss Air @ P.Kümmerling

08/03/2013

Le Conseil Fédéral volera en Falcon 900EX Easy !

1359323M.jpg

Je vous en avais parlé en date du 27.06.2012, la Confédération cherchait à remplacer le bon vieux Falcon 50 par un avion de la gamme 900. Pour des raisons économiques, l’avion choisit devait être d’occasion, afin, de ne pas dépasser un plafond limité financièrement. Le choix retenu par armasuisse est un Falcon 900EX Easy.

Un avion Princier :

Le Dassault Falcon 900EX Easy sélectionné a appartenu à la famille princière de Monaco, l’appareil date de 2008 et porte le no de série 195, immatriculé jusqu’ici 3A-MGA (photo ci-dessus). Bien que d’occasion, l’avion reste très récent et particulièrement moderne.

Le Falcon 900EX Easy :

 

2a0a533982.jpg

En 2003, Dassault Aviation étudie une nouvelle modification de l'avionique du Falcon 900 et développe un système complètement intégré EASy (Enhanced Avionics System) basé sur la suite Primus/Epic d’Honeywell. Cette nouvelle suite avionique est constituée de deux calculateurs modulaires (cartes processeurs génériques), quatre écrans LCD de 13 pouces avec désignation par Trackballs. Ce système intègre la gestion de tous les systèmes embarqués (carburant, hydraulique, conditionnement, radio, etc.)

La suite avionique EASy est le système de pilotage civil le plus moderne au monde. Le pilote a sous les yeux l’ensemble des informations, instruments, systèmes, fonctions avioniques, cartes, prévisions météo, en un mot tout ce qui est nécessaire pour voler à plus de 800 km/h.
Le pilotage s'effectue « tête haute » de manière intuitive, grâce à des icônes et des menus sélectionnés, affichés et contrôlés par le biais d'une boule roulante, équivalent d'une souris d'ordinateur qui leur permet de pointer et cliquer. Pilotes et copilotes bénéficient en permanence d’une vision globale et instantanée de la situation actuelle et future. La charge de travail est allégée ; la coordination optimisée au profit d’une sécurité sans précédent.

La cabine est particulièrement confortable et est dotée d’un coin bureau complet qui permettra au membres du gouvernement de travailler en parfaite sérénité et ceci avec une bien meilleure insonorisation. L’avion dispose d’un coin toilette avec lavabo. Il peut transporter jusqu'à 14 personnes, contre 9 pour le jet actuel et a une autonomie de vol de 8000 km, contre 4500 km aujourd'hui. L’avion est totalement IFR. Question motorisation, l’avion est doté de trois turbines Honeywell TFE731-60.

9c0c8997c3.jpg

L’appareil devra subir quelques modification avant de rejoindre en juin la flotte du STAC ( Service de Transport aérien de la Confédération) et recevoir une immatriculation militaire T-785. L'exploitation du Falcon 900EX Easy  au service de la Confédération nécessite une adaptation du design, une formation appropriée des pilotes et du personnel au sol des Forces aériennes, sans oublier la mise sur pied de la logistique correspondante.    

En effet,  
le STAC effectue, sur la base de l’ordonnance concernant le service de transport aérien de la Confédération (O-STAC), des vols en faveur des départements fédéraux. Le STAC composé d e pilotes militaires effectue des engagements militaires, par exemple au profit des contingents PSO de swissint et des Forces aériennes dans les Balkans ; des vols de mesures topographiques pour swisstopo. A cet effet, le STAC dispose d' une flotte mixte constituée de jets commerciaux, d’avions à hélice et d’hélicoptères.

 

 

Photos : 1 Le Falcon 900EX EASY 3 A-MGA 2 le Cockpit 3 Aménagement  intérieur