01/11/2012

La ROKAF reçoit son dernier E-737AEW&C !

Peace+Eye+4+K65750.jpg


 

ROKAF Base Gimhae, Corée du Sud, Boeing à livré le quatrième et dernier E-737 AEW&C d’alerte lointaine et de contrôle (AEW & C). Le premier exemplaire avait été livré en août 2011 à la ROKAF.

Le E-737, surnommé «Eye Peace», va considérablement améliorer les capacités de surveillance des militaires sur la Corée du Nord en volant près de la zone démilitarisée. La pièce maîtresse de l'équipement de l'avion AWACS est son radar  multi-rôle à balayage électronique de surveillance en réseau. Celui-ci permet une surveillance à 360° dénommé MESA. Le radar dispose d’antenne logées dans une structure dorsale monté sur le dessus du fuselage. Il est capable de transmettre dans n'importe quelle direction et à n'importe quelle distance, contrairement au radar du type à disque mécanique monté au sommet des AWACS classique qui tourne sur son axe mécanique une fois toutes les 12 secondes.


 

1508508779.gif


Le radar MESA peut détecter jusqu’à 1.000 objets volants dans le même temps. Lorsque le degré de surveillance est en mode 360°, il peut détecter les avions ennemis dans un rayon de 370 km, et lorsqu’il concentre le faisceau dans une direction, il peut détecter des cibles à des distances allant jusqu'à 500 km. En d'autres termes, si l'avion vole près de la frontière , il est capable de détecter des objets dans la plupart de l'espace aérien au-dessus de la Corée du Nord. Avec les différents modes, le radar peut même détecter des cibles en mer. L'équipage de la mission peut diriger les forces offensives et défensives tout en maintenant une surveillance continue de la zone opérationnelle.

Les renseignements obtenus par le radar seront  transmis à des postes de commandement militaire, ainsi qu’aux appareils de la chasse tels les Boeing F-15K et Lockheed-Martin & KAI KF-16 ainsi que les bâtiments de surface dotés du système Aegis.

Les sociétés coréennes étrangères qui ont apportés des contributions cruciales au programme AEW & C comprennent : Korean Air Aerospace Division: services techniques, pièces de rechange et pièces connexes de traitement des services

Thales Samsung : la formation des équipages de la mission.

Boeing Training Services Korea : la formation des équipages

Technologies Huneed : liaisons de données système de communication.

 

Les utilisateurs du E-737 :

La Royal Australian Air Force avec 4 appareils plus deux en commande.

La Turquie avec 1 appareil et trois en commande.

La Corée du Sud avec 4 appareils.


 

Boeing 737 AEW&C airborne early warning and control aircraft. Project Peace Eye Republic of Korea Air Force (ROK Air Force, ROKAF F-15K Slam Eagle F-15E Strike Eagle United States Air Force (USAF) Korea Aerospace Industries ( (4).jpg


Photos : 1 le quatrième est dernier E-737 AEW&C de la ROKAF 2 En vol un E-737AEW&C accompagné de F-15K @Boeing/ROKAF


Air New Zealand reçoit son ATR 72-600!

4875141-7272725.jpg

 

Air New Zealand a réceptionné hier son premier ATR 72-600, peint en noir en témoignage du soutien de la compagnie aérienne pour l'équipe de rugby nationale de Nouvelle-Zélande, les « All Blacks ». La compagnie aérienne avait annoncé en octobre 2011 un contrat avec ATR portant sur l’achat de sept appareils ATR 72-600 de 68 places, avec la possibilité d’étendre cet achat à cinq appareils supplémentaires, pour une valeur de plus de 270 millions de dollars.

 

 

Le premier ATR 72-600 à 68 sièges devrait être mis en service au début du mois de novembre avec un premier vol entre les villes de Christchurch et de Wellington. L’appareil arbore la toute nouvelle cabine Armonia, caractérisée par des sièges plus confortables et par des compartiments de rangement plus spacieux.

 

Air New Zealand dispose actuellement, avec sa filiale Mount Cook, d’une flotte composée de onze ATR 72-500 en service. L’arrivée des nouveaux appareils ATR 72-600 élargira la flotte ATR de Mount Cook et permettra à la compagnie aérienne d’étendre ses services nationaux en couvrant de nouvelles destinations et en augmentant la fréquence de ses vols. La compagnie optimisera également sa capacité d'accueil sur certains marchés en remplaçant ses avions plus petits sur son réseau régional.

 

Air New Zealand exploite des appareils ATR depuis près de 20 ans. Elle avait introduit son premier ATR, un ATR  72-200, en 1994.

 

 

 

31/10/2012

Dassault finalise le 500e Falcon 900 !

500th Falcon 900 - Bordeaux Merignac France.jpg


 

 

Orlando, Floride, Salon de la NBAA,  Dassault Falcon achève l’assemblage du 500e Falcon 900LX sur la chaîne de Bordeaux-Mérignac. Ce Falcon 900LX qui servira d'abord comme avion de démonstration, sera  ensuite remis au début de l'été 2013 à son client. 

 

Le Falcon 900LX :


Le Falcon 900LX présente une grande flexibilité d'emploi. Il peut notamment enchaîner au cours de la même mission, des étapes courtes avec un vol long courrier sans escale technique. L'avion présente des performances opérationnelles exemplaires et peut se poser sur un grand nombre de pistes de longueurs réduites ou réputées difficiles d'accès (type London City). Son niveau de consommation carburant est sensiblement plus faible que celui de ses concurrents. Le Falcon 900LX offre tout le confort de la spacieuse cabine qui fait depuis longtemps la réputation de la série 900. Il peut relier Londres à Miami, New York à Sao Paulo ou encore Hong Kong à Moscou.

 

055_Falcon900LX_2012DVD39.jpg


Le cockpit est doté du système EASy de nouvelle génération avec système Primus Epic d’Honeywell, automanette et affichage tête haute optionnel Collins, et système de vision améliorée EFVS (Enhanced Flight Vision System). en matière de motorisation, le 900LX dispose de trois turboréacteurs Honeywell TFE731-60 de 5000 lb (22,2 kN) de poussée chacun (SL ISA+17 °C).

 

Construit sur la plateforme de Falcon 900EX EASy, le Falcon 900LX dispose d'une paire d’ailettes marginales qui aident à réduire la traînée jusqu'à 5%. Les winglets aident à rendre le Falcon 900LX plus performant avec une consommation de carburant jusqu'à 40% inférieur à celui d'autres avions de sa catégorie. 

 

En Mars 2012, l'avion a reçu l'approbation de la FAA pour les approches à forte pente, ce qui lui permet de fonctionner avec des angles d'approche allant jusqu'à 6 degrés, au lieu des 3 degrés les plus couramment utilisés. Cette approbation fait du Falcon 900LX un appareil conforme  aux approches spécifiques  à forte pente de l'aéroport London City.


 

052_Falcon900LX_2012DVD39.jpg


 

Photos : 1 le 500e Falcon 900 2 Intérieur 3 Cockpit @ Dassault Aviation

Le Shenyang J-21/31 effectue son premier vol !

f21.31.JPG

 

 

Le second avion de combat furtif développé par Shenyang, le F-21/31 à effectué son vol inaugural ce matin en compagnie d’un Shenyang J-11. Ce premier vol d’une durée de 11 minutes confirme que la volonté de en chine de développer deux appareils furtifs, en concurrence ou non pour équiper l’aviation militaire chinoise.

 

 

La spécialiste aéronautique chinoise Xiu Li Xheng, déclarait à la suite de ce vol «  Je crois que cet appareil va avoir un régime d’essais beaucoup plus  rythmé que le J-20, et que cet avion va être une percée chinoise importante face aux F-22 américain et T-50 russe ».

 

 

Shenyang J-21/31 :

 

Si le Chengdu J-20 semble être plutôt une sorte de bombardier furtif voir un appareil, uniquement dédié à la supériorité aérienne longue distance de part sa taille, se second appareil développé par Shenyang Corporation (SAC) reprend l’ensemble des formes du Lockheed-Martin F-22 «Raptor» en ce qui concerne les formes générales et ressemble de face à si m’éprendre au F-35. Plus petit que le F-22 mais assez proche du F-35, ce J-21 semble donc être un chasseur de supériorité aérienne  multi-rôle susceptible de venir contrer ses équivalents américains.

 

Biréacteur, le J-21 ou J-31 (on ne sait pas encore exactement sa dénomination) reprend les entrées d’air du F-35 sans séparateur de couche, du moins en apparence. On notera que les tuyères sont classiques à la différence du F-22. 

 

Conçu par l'Institut 601 de Shenyang et fabriqué par l'Usine 112, toujours à Shenyang, cet avion ne serait pas  commandé par l'armée de l'air chinoise, du moins pour l’instant. Serait-il alors en concurrence avec le J-20 ? Rien n’est moins sûr pour l’instant. L’avion pourrait cependant intéresser  la Force aérienne et peut-être également la marine qui cherche également à compléter sa dotation actuelle avec le J-15 (copie du SU-27). 

 

556291630.jpg

Lien sur l'article du Chengdu J-20 :

http://psk.blog.24heures.ch/tag/chengdu+j-20

Photos : 1 le premier vol du J-21/31 2 Au sol il y a quelques mois @Chine.nouvelles

L’Inde choisit le CH-47 Chinook !

283562371.jpg

 

Nouvelle victoire de Boeing en Inde, après avoir remporté le contrat portant sur 22 AH-64 Apache Block III pour un montant de l’ordre de 1,4 milliards de dollars. L’Inde par l’intermédiaire de son ministère de la défense confirme le choix en matière d’hélicoptère lourd du CH-47F « Chinook ».

La russie est une nouvelle fois la grande perdante de ce marché, celle-ci comptait placer le Mil MI 26.

 

Rappel :

 

Le premier vol du prototype YCH-47A Chinook, eut lieu le 21 septembre 1961. Il était alors produit par Vertol Aircraft Corporation, devenue par la suite Boeing-Vertol puis Boeing Helicopters. L'appareil fut ensuite progressivement développé pour se muer en modèles C et D.

Il fut construit également sous licence par Kawasaki au Japon et Meridionali en Italie.

L'US Army transforma 479 CH-47A/B/C en modèles D à partir de 1982. Actuellement, ces appareils i sont en cours de transformation au standard CH-47F ICH (Improved Cargo Helicopter).

Au Etats-Unis le 160Th SOAR  est la seule unité d'opérations spéciales à utiliser le Chinook. En octobre 2011, plus de 1’180 exemplaires avaient été construits.

Un record de longévité pour cet hélicoptère constamment modernisé : engagé massivement lors des conflits du Vietnam, lors de la première Guerre du Golfe, puis la seconde et en Afghanistan.

Le Chinook est devenu l'épine dorsale du transport au sein de l'armée américaine depuis l'époque du Vietnam, il a  révolutionné la façon de déplacer des troupes et des fournitures de combat, et sauver de nombreuses vies.

Boeing a livré plus de 1’200 hélicoptères «Chinook» à 18 opérateurs à travers le monde depuis la livraison du premier appareil à  l'armée américaine le 16 août 1962. Plus de 800 sont en service aujourd'hui, pour des missions aussi diverses que la conduite du combat, le transport de fret et des missions de secours humanitaires.

 

Photo : CH-47F Chinnok de la RCAF @Boeing