12/03/2014

SpiceJet commande le B737MAX !

 

1025989623.jpg

 

Hyderabad, Inde, Boeing et SpiceJet ont annoncé aujourd'hui au salon India Aviation 2014 une commande pour 42 B737-800 « MAX ». La commande est évaluée à 4,4 milliards de dollars au prix catalogue. Les livraisons débuteront en 2018.

 

SpiceJet confirme donc avec cette nouvelle commande ses liens avec la famille « 737 ». La compagnie « low cost » met en œuvre une flotte de B737  « Next-Generation ». Pour le Directeur financier du Groupe pour le Groupe Sun, SL Narayanan, le 737MAX permettra de moderniser la flotte, améliorer l'expérience client et d’assurer l’exploitation d’une flotte efficiente à l'avenir.

 

Le B737 MAX :

 

Le B737 «MAX» sera 13 % plus économe en carburant que les plus performants des monocouloirs actuels avec un coût opérationnel par siège inférieur de 8 % par rapport à son futur concurrent. La configuration inclut les nouveaux moteurs LEAP-1B de CFM International qui sont optimisés pour la famille «MAX», un cône arrière redessiné et les nouvelles ailettes dites « Advanced Technology Winglet » conçues par Boeing pour réduire la consommation de carburant. Parmi les autres modifications intégrées figurent des améliorations apportées aux écrans du poste de pilotage, au système de prélèvement d’air et au système de commande de vol.

 Par ailleurs, le B737 MAX profitera des progrès accomplis dans le domaine de la connectivité. « Nous mettons tout en œuvre pour améliorer la connectivité du «737» et le B737 «MAX» offrira à ses clients la possibilité d’utiliser des données en temps réel pour prendre en cours de vol des décisions opérationnelles concernant la maintenance au sol », a précisé Keith Leverkuhn. « Les compagnies aériennes pourront ainsi gérer leurs flottes avec une efficacité accrue. Cette amélioration des connexions profitera également aux passagers, qui souhaitent un accès sans fil à l’information et aux divertissements en vol. »

La famille B737 "MAX" comprend le B737-700 «MAX», le B737-800 «MAX» et le B737-900 «MAX», trois appareils qui occuperont le marché des monocouloirs de 100 à plus de 200 sièges. Le B737 «MAX » se caractérisera par un rayon d’action supérieur à celui de la famille B737 NG, avec une autonomie de 6’482 km (3’500 milles nautiques), soit 741 à 1’000 km de plus que le B737 NG. La première livraison du B737-900 «MAX» est prévue en 2018, suivie par la première livraison du B737-700 «MAX » en 2019.

 

800px-SpiceJet_Boeing_737-900ER_Vyas-1.jpg

 

Photos :1 B737 MAX@ Boeing 2 B737-900ER Next Generation @ Nisarg Vyas

12:14 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, b737 max, spicejet |  Facebook | |

11/03/2014

Airbus/PZL dévoile l’Orlik 130 MPT !

yourfile.jpg


 

Varsovie, le groupe PZL qui appartient à Airbus (ex-EADS) a dévoilé la nouvelle version de l’avion école « Orlik». Cette nouvelle version le PZL-130 Orlik MPT (Multi Purpose Trainer)  doit pouvoir répondre aux besoins de formation de base d’une force aérienne moderne.

 

Le nouveau PZL-130 Orlik MPT :

 

La nouvelle version de l’Orlik est issue des versions du PZL-130 précédentes, soit : les TC-I et TC-II en service dans l'Armée de l'Air polonaise. L’Orlik MPT turbopropulseur d'Airbus Military/PZL Warszawa s'inscrit de manière plus adéquate dans le cadre de la formation de la base et jusqu’à la phases avancée de formation des élèves pilote en ayant une plus grande efficacité de formation et un coût réduit. Le MPT intègre une aile plus efficace dont le dessin a été, la nouvelle motorisation avec une turbine Pratt & Whitney turbopropulseur PT6A- 25C avec une hélice Hartzell à quatre pales avec système anti- givrage  à lame offre une puissance de 750hp (560kW). L’avion a reçu un nouveau siège éjectable de type Martin- Baker Mk11L.

Une nouvelle avionique numérique Garmin qui comprend deux écrans multifonctions et un affichage tête haute (HUD) dans le cockpit avant et deux écrans et un répéteur HUD dans le cockpit arrière. L’éclairage permettra dorénavant les opérations à l'aide de lunettes de vision de nocturne. 

Le PZL-130 Orlik MPT peut également emporter en option de l’armement sous les ailes 

jusqu'à 500 kg (£ 1,100).

Premier vol est prévu pour la fin mars.


 

orlik1.jpg


 

En Pologne, cette nouvelle version viendra progressivement remplacer les actuels PZL-130 pour la formation des élèves pilotes polonais qui transiteront ensuite, sur l’Alenia Aermacchi M-346.

 

Pour l’avionneur Airbus Military/PZL Warszawa cette nouvelle version de l’Orlik peut venir concurrencer les Embraer EMB-314 «Super Tucano» et Beechraft T-6C avec notamment un prix sensiblement inférieur inférieur. Ce sera par contre une autre histoire avec le Pilatus PC-7MKII, qui est le leader sur le marché.


 

orlik-1.jpg


 

Photos : PZL-130 Orlik MPT @ Bartosz Glowacki


20:38 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : airbus military, pzl, pzl-130 orlik mpt |  Facebook | |

Dassault primé pour le nEUROn !

APe_02-46r-600x400.jpg

 

Saint-Cloud, lors d’une cérémonie organisée à Washington DC par Aviation Week, le célèbre magazine aéronautique et spatial, Dassault Aviation et la Direction générale de l’armement (DGA) ont été déclarés vainqueurs des « Laureate Awards » pour le programme européen de drone de combat nEUROn.

Ce prix, qui honore les valeurs et l’esprit pionnier de l’industrie aérospatiale et de défense en général, récompense les défis technologiques relevés et les solutions industrielles d’avant-garde imaginées pour développer la première grande plate-forme aérienne furtive en Europe : le démonstrateur technologique nEUROn.

Lancé par le gouvernement français en 2003 au travers de la DGA, ce programme, dont la maîtrise d’œuvre a été confiée à Dassault Aviation, vise à démontrer la maturité et l’efficacité des solutions techniques qui préfigureront l’avenir de l’industrie de l’aviation de combat au cours des vingt prochaines années.

La nécessité de mettre au point des technologies stratégiques, de conserver des compétences de pointe dans des domaines où l’industrie française a acquis un savoir-faire d’excellence, et de fournir une charge de travail aux bureaux d’études, a fait du nEUROn l’un des programmes phares du secteur de la défense.

Notifié à Dassault Aviation par la DGA en 2006 ainsi que les contrats de partenariats industriels pour un coût de 400 millions d'euros, le programme Neuron associe la France, l'Italie, la Suède, l'Espagne, la Grèce et la Suisse. Sous la maîtrise d'oeuvre de Dassault

Le nEUROn :

Lancé en 2005 par la DGA, maître d’ouvrage, le programme nEUROn sous la maîtrise d'œuvre de Dassault Aviation, le programme a été construit pour fédérer les compétences et les savoir-faire d’ Alenia Aermacchi (Italie), Saab (Suède), EADS-CASA (Espagne), HAI (Grèce), RUAG (Suisse) et Thales (France).
D’une longueur de 10 mètres, pour une envergure de 12,5 mètres et un poids à vide de 5 tonnes, l’avion est propulsé par un moteur Rolls-Royce Turbomeca «Adour».

Sa signature radar est équivalente à celle d’un moineau, grâce notamment à la forme de l'appareil, son revêtement de surface et l'intégration des antennes dans le fuselage. Le démonstrateur doit être en mesure d’efffectuer de façon autonome, une mission de détection de localisation et de reconnaissance de cibles, en échappant aux radars et larguer une bombe depuis une soute intégrée au fuselage.

 

Une  Coopération  européenne efficace :

 

En fonction des objectifs ainsi fixés par la DGA, Dassault Aviation, a confié environ 50 % de la valeur des travaux à des partenaires européens, choisis à l’issue d’une sélection sévère, basée sur les critères suivants :

 

  • l'excellence et les compétences :

 

L'objectif de ce projet n'est pas de créer de nouvelles capacités technologiques en Europe, mais de tirer le meilleur bénéfice des niches existantes.

 

  • la compétitivité :

 

Ce projet à l'ambition de trouver de nouveaux moyens de réduction des coûts. Chaque partenaire, en complément de son excellence technologique, est invité à contribuer au projet en apportant le meilleur rapport coût - efficacité.

 

- l'engagement budgétaire de chaque gouvernement :

 

L’une des conditions fixées par la DGA française implique que chaque pays participant au programme nEUROn devra contribuer à son financement. Pour plus de souplesse, il n'est pas prévu d'appliquer dans ce programme un principe de « retour sur investissement géographique». Ce point a été négocié au niveau des gouvernements des pays partenaires.

 

Méthodes de travail collaboratif

Capitalisant sur l’expérience acquise au cours de projets récents, l'installation en plateau physique a été progressivement allégée au cours de l'année 2009 pour évoluer vers un travail en plateau virtuel avec tous les partenaires industriels (Alenia Aeronautica, SAAB, EADS CASA, HAI et RUAG). Cet outil offre à l'ensemble des équipes, la possibilité de travailler simultanément, en toute sécurité et en temps réel, à partir de la même base de données informatique et ce, quel que soit le lieu d’exécution des travaux.

Les buts communs : 

 

Le programme nEUROn est le premier démonstrateur de technologie d’avions de combat sans pilote européen. Le but étant de réunir le meilleur de chacun afin de pouvoir contrer l’industrie Américaine, et pouvoir développer à terme un Drone de combat furtif. En effet, ces quinze dernières années, le développement d’aéronefs sans pilote fut particulièrement fulgurant. 

Ce type d’engins est destiné à des missions de pénétration à grande vitesse afin de traiter, avec l’homme dans la boucle décisionnelle, un objectif dans la profondeur. 

En ce début de nouveau millénaire, l’industrie aéronautique militaire européenne doit faire face à quatre grands défis :

 

a)     Le développement des ses compétences stratégiques.
b)    Le maintien des ses pôles d’excellences.
c)     Le maintien du plan de charge de ces ateliers de production et d’études.
d)    Maintenir une indépendance industrielle militaire de qualité.

  

nEUROn est un démonstrateur technologique dont l’objectif n’est pas de répondre dans l’immédiat à un besoin militaire, mais de démontrer la maturité et l’efficacité de solutions technologiques et de capacités industrielles dont bénéficie l’Europe. Il s’agit entre autre de valider certaine technologies en faisant appel à un système d’avionique modulaire fiable, basé sur des calculateurs embarqués faisant eux même appel à des logiciels de haut niveau.

 

 

 

612289049.jpg

Photos : le démonstrateur du Drone nEUROn @ Dassault Aviation

12:02 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : drone, dassault aviation, neuron, drone neuron |  Facebook | |

10/03/2014

L’Algérie opte pour les Mi-28 & Mi-26!


3615693661.jpg

 

L'Algérie vient de passé une commande pour l'achat de 42 hélicoptères d'attaque Mil Mi-28 et six hélicoptères de transport Mi-26T2, destinés à sa force aérienne. Le contrat est évalué à 2,7 milliards de dollars. Le contrat comprend également prévu la mise à niveau de 39 hélicoptères Mil Mi-8 au standard «Terminator», ils seront équipés d'un blindage au niveau du cockpit, d'un pod de désignation laser et d'une large gamme d'armement.

 

Le Mil Mi-28NE:

 

Le MIL Mi-28 est un hélicoptère d’attaque blindé. Il ne dispose pas de fonction secondaire de transport comme le Mi-24 et est surtout destiné à un rôle anti-char et de soutien à l’infanterie.  

Le Mi-28NE possède des caractéristiques intéressantes qui en font un hélicoptère redoutable :

  • Équipement électronique (navigation, armement, etc.) intégré à l'appareil et géré par deux ordinateurs.
  • Protection passive du pilote et du copilote : Cockpit totalement blindé résistant au tir de munitions perforantes ou incendiaires de calibre 12,7 mm.
  • Deux turbines séparées ayant leurs éléments vitaux protégés par un blindage supplémentaire. Possibilité de voler sur une seule turbine.
  • Utilisation de nouveaux matériaux résistant mieux aux dommages.
  • Possibilité de vol de jour ou de nuit par des conditions météo mauvaises, et cela même à basse altitude (5-15m selon le fabricant).

Le Mi-28NE peut accueillir différentes armes, en tourelle et sur ses 4 points d'emports :

  • Armement fixes : canon automatique Shipuniv 2A42 de calibre 30x165mm, embarquant 250 projectiles. la cadence de tir est réglable à 200 ou 550 coups par minute. Il est monté sur la tourelle NPPU-28N. Sa portée pratique est de 2 500 m.
  • Armement amovible sur les 4 points d'emports :
    • Missiles guidés :
      • Jusqu'à 16 missiles guidés anti-chars 9M120 Ataka-B ou jusqu'à 8 missiles à détection infrarouge Igla-V.
    • Pods de roquettes amovibles :
      • Type S-8 (Calibre 80 mm) jusqu'à 80 pièces sur 4 pods ou Type S-13 (calibre 122 mm) jusqu'à 20 pièces sur 4 pods ou Type S-24 (Calibre 240 mm) jusqu'à 2 pièces.
    • Pods de mitrailleuses amovibles :
      • Jusqu'à 2 canons UPK-23-250 de 23 mm avec 250 projectiles chacune.
    • Mines :
      • Jusqu'à 4 lance-mines KMGU-2.

 

 

 

 

 

 

Le Mil MI-26T2 : 


 

800px-Rostvertol_Mil_Mi-26T2_Naumenko.jpg


 

La compagnie Rostvertol propose donc aux forces aériennes algériennes la version modernisée de son hélicoptère de transport lourd Mi-26T2.L'hélicoptère Mi-26T2 est doté d'une nouveau cockpit dont l’avionique est modernisée. Les équipements permettent l'emploi des lunettes de vision nocturne.

 

mi-26t10.jpg

 

 

Actuellement, les forces aériennes algériennes ne disposent pas d'hélicoptères de transport lourds du type Mi-26T. Elles exploitent au sein des escadrilles de transport des engins de fabrication soviétique et russe, notamment des Mi-6 (2 unités), Mi-4 (4), Mi-2 (28), Mi-8 (47), Mi-171 (42) et Ka-32. /L

 

Photos : 1 Mil Mi-28 @ Sergy 2 Mil Mi-26T2 3 Cockpit @ MilMi

 

20:57 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : algérie, mil mi-28, mil mi-26t2, mil mi-8 |  Facebook | |

A380 & B787 : maudites fissures !

Singapore_Airlines_Airbus_A380_woah!.jpg

L’arrivée à maturation d’un nouveau type d’appareil prend du temps, Airbus & Boeing en savent quelque chose. Problèmes de structures pour l’A380 et surchauffe des batteries pour le B787. Comme si cela ne suffisait pas, les deux grands avionneurs doivent faire face à la découverte de fissures sur les ailes.

Microfissures sur l’A380 :

 

Le problème n’est pas récent chez Airbus, la découverte de microfissures sur les ailes date de 2012 déjà. Un programme pour éliminer les risques est d’ailleurs validé par l'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) L'AESA avait annoncé le 15 avril dernier, son intention de certifier les nouvelles ailes de l'A380. Le projet de directive signifié par l'agence indique que les appareils ainsi modifiés ne seront plus soumis à des contrôles spéciaux. A compter du premier trimestre 2014, les A380 sortant d'usine incorporeront eux aussi le nouveau design des ailes.

Nouvelle découverte :

Airbus a ordonné des inspections accrues sur les ailes de son très gros porteur A380 après avoir découvert des niveaux inattendus de fatigue du métal durant des tests en usine.
L'avionneur a demandé aux compagnies aériennes d'inspecter les principales poutres internes des ailes durant les grandes visites de maintenance programmées après six ans de service, puis douze ans, et non plus à partir de la douzième année d'activité de l'avion, ont-elles ajouté. Cette fois, cependant, les signes de fatigue n'ont pas été découverts sur des appareils en activité. Une porte-parole de la filiale d'Airbus Group a confirmé la découverte des signes de fatigue durant des tests en usine, ajoutant que les inspections de maintenance de routine étudieraient ce point et que l'A380 était un appareil sûr.

 

aed3a0eaf7274ee9b5f40f2309b1df04b37cdc90.png

 

 

Autour du B787 :

Vendredi dernier, Boeing a annoncé que des "fêlures" avaient été découvertes sur les ailes de 40 exemplaires de son modèle B787 "Dreamliner" encore en production, ce qui pourrait retarder la livraison de certains d'entre eux sans pour autant remettre en cause son objectif de livraisons 2014. Boeing explique que le fabricant des ailes, Mitsubishi Heavy Industries, l'a informé de la découverte des fêlures après un changement du processus de fabrication. L'inspection et la réparation des fêlures prendra une à deux semaines, ajoute le groupe aéronautique américain. Le problème a été identifié le mois dernier et Boeing dit avoir immédiatement informé les clients concernés de l'éventualité de retards de livraison. Aucun des appareils susceptibles d'être concernés n'a pour l'instant été livré

Boeing prévoit de livrer 110 exemplaires du B787 cette année. Il en a livré neuf depuis le 1er janvier.

Commentaire :

Si ces microfissures ne mettent pas en danger la sécurité des vols dans l’immédiat, un correctif s’impose. Ce type de problème fait malheureusement partie des « maladies de jeunesses » que peut rencontrer un nouvel aéronef. Par contre, l’annonce d’une telle découverte provoque en général une chute de l’action en bourse de l’avionneur qui devra s’accompagner d’un surcoût afin de résoudre le problème.  

 

ANA_B787-8(JA801A)_(6302368225).jpg

Photos : 1 A380 Singapore Airlines @Rolf Wallner  2 B787 ANA « Dreamliner » @ Kenaro Lemoto

11:55 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : a380, airbus, boeing, b787, fissures, microfissures |  Facebook | |