24/10/2018

Le KC-390 certifié par l'autorité aéronautique brésilienne !

619434586.jpg

L’avion mutirôle KC-390 d'Embraer a reçu sa certification de type de l'autorité aéronautique brésilienne Agência Nacional de Aviação Civil. Une cérémonie a eu lieu à la base aérienne de Brasilia pour délivrer le certificat de navigabilité civil à Embraer le 23 octobre. Le président brésilien Michel Temer, le ministre de la Défense nationale Joaquim Silva e Luna et le général de brigade Nivaldo Rossato, commandant de l’armée de l’air, ont participé à cette réunion.

"La certification du KC-390, l'avion le plus vaste et le plus complexe développé au cours de son histoire, témoigne du haut niveau technologique atteint par la société", a déclaré Paulo Cesar de Souza e Silva, président et chef de la direction d'Embraer.

L'aéronef devrait atteindre la capacité opérationnelle finale d'ici la fin de 2019,  lorsqu'il recevra sa certification militaire. Embraer a annoncé que le premier avion de série serait livré à l'armée de l'air brésilienne au premier semestre 2019. Actuellement l’avion compte 28 commandes fermes.

Le premier exemplaire de série du KC-390 a effectué son vol inaugural le 9 octobre. Cet avion a rejoint deux autres avions de test. Au début de novembre, ils avaient enregistré 1’900 heures de vol.

Le KC-390 est conçu pour effectuer des missions telles que le transport de fret et de troupes, le transport aérien de troupes et de fret, le ravitaillement en vol, la recherche et le sauvetage ainsi que la lutte contre les incendies de forêt. Embraer tente de propulser l'avion de transport de taille moyenne à deux turbines dans un marché du transport militaire dominé depuis des décennies par le Lockheed Martin C-130, en décrochant ce qu'il prétend être le coût de cycle de vie le plus bas du marché.

Embraer compte sur  38 lettres d'intention de clients internationaux, dont six lettres d'intention de l'Argentine, six du Chili, 12 de la Colombie, deux de la République tchèque et six du Portugal.

L’Embraer KC-390 :

Le KC-390 est doté d’une avionique avec double affichage tête haute, avec un système de mission complet. L’avion est également doté d’un système complet d'autoprotection. Les pilotes disposeront de commandes «fly-by-wire» avec système de contrôle de vol et des fonctions optimisées, qui assureront d’excellentes performances avec un équipage réduit. L’équipage disposera de quatre grands écrans reconfigurables et de deux manches latéraux, le KC-390 permettra des utilisations sécurisées à partir de pistes semi-préparées. 

L’avion aura une capacité de décollage d’environ 72 tonnes avec une charge maximale de 20 tonnes. D’une longueur de 33,4 mètres et d’une hauteur de 11,4 mètres l’avion dispose d’une envergure de 33,9 mètres. Doté d’une porte cargo à l’arrière, l’avion pourra être également aménagé rapidement pour le ravitaillement en vol, ainsi que pour des missions spécifiques, comme l’écoute électronique par exemple. Le KC-390 est motorisé par deux IAE V2500-A5.

embraer_kc-390_2017_03.jpg

Photos :1 KC-390  2En mode ravitailleur en vol @ Embraer

23/10/2018

Taïwan a commencé à recevoir ses F-16 « Viper » !

Taiwanese-Air-Force_F-16C-Fighting-Falcon_050312.jpg

Taiwan a commencé à recevoir les premiers avions de combat Lockheed-Martin F-16 modernisés au standard Block70/75 « Viper ». Les premiers des 142 avions F-16A/B dernière norme F-16V Block 70 ont été retournés à l'armée de l'air de la République de Chine (RoCAF) par le partenaire de Lockheed Martin, Aerospace Industrial Development Corp (AIDC). La nouvelle des premières livraisons à la RoCAF survient environ 22 mois après que les quatre premiers appareils ont été introduits dans le programme de modernisation des installations de l'AIDC à Taichung, dans le nord-ouest de Taiwan, en janvier 2017. Il est entendu qu'environ 24 appareils par an passeront par le processus, qui devrait durer jusqu’à la fin du mois de mai 2022.

Mise à jour des F-16 :

Cette mise à jour doit permettre une revalorisation des appareils de type F-16 A/B, afin de combler le retard technologique vis-à-vis de l’imposant et menaçant voisin chinois. Celui-ci, a en effet sérieusement renforcé sa position avec la mise en ligne des Shenyang J-10 « Dragon Véloce » et l’arrivée des Shenyang J-11 (Sukhoi 27 chinois).

La modernisation des F-16 taïwanais comprend l’adjonction d’un nouveau radar de type AESA soit le Northrop-Grumman APG-83, une avionique modernisée, un cockpit tout écrans compatible avec des lunettes de vision nocturne, une central de navigation GPS, un nouveau système de guerre électronique de type l’ALQ-176 couplé avec système de leurres ALQ-184 (V) 7.  En matière de communication les appareils recevront de nouvelles radios numériques, ainsi qu’une liaison de donnée (Link16) améliorée. Les pilotes recevront un viseur de casque permettant l’emploi du missile Raytheon AIM-9X «hyper véloce» en remplacement des AIM-9PM actuels.Question motorisation, les moteurs Pratt & Whitney F100-PW-220 seront portés à la norme -229E plus puissant et permettant de réduire le temps de maintenance.Taïwan prévoit l’acquisition d’une nacelle de ciblage, mais n’a pour l’heure pas précisé le modèle choisit entre le AN/AAQ-33 SNIPER ou AN/AAQ-28 LITENING plus ancien. Concernant l’armement, les F-16 seront dotés en plus de l’AIM-9X de missiles AIM-120C7 AMRAAM et d’une variété d’armes guidées d’attaque au sol comme les bombes GBU-10 Enhanced Paveway II ou GBU-56 JDAM Laser.

Centre de maintenance Asie-Pacifique :

Dans le même temps, Taiwan espère également que la création d’un centre autochtone pour les F-16 fera de l’île une base pour la maintenance des F-16 en Asie-Pacifique, les forces aériennes thaïlandaises, indonésiennes, sud-coréennes et singapouriennes disposant de flottes considérables de F-16.
Un responsable de la défense a révélé que Taiwan et Lockheed-Martin avaient convenu d'accorder la priorité à la mise en place d'un centre de maintenance et de réparation pour les F-16 au niveau des dépôts.L’objectif serait de répondre aux besoins de maintenance des F-16V, au lieu de les renvoyer aux États-Unis pour des réparations majeures.

Taïwan a entamé en mai la première évaluation de la construction d’un centre d’appui au maintien en puissance du F-16, pour un investissement total estimé à 500 millions de dollars.

Il est entendu que Lockheed Martin transférera les techniques de gestion logistique des avions à l’Institut Chungshan, qui relève du ministère de la Défense taïwanais, pour le centre de maintenance F-16.

 

8011-4.jpg-nggid042825-ngg0dyn-0x0x100-00f0w010c010r110f110r010t010.jpg

Photos : 1F-16 Taïwanais 2F-16 modernisé aux essais @ RoCAF

 

22/10/2018

F-35, le choix belge qui fait grincer les dents des Européens !

f35-clean-belgium-page.jpg

On le sait depuis hier soir, l’information a transpiré au sein de la presse belge,  le gouvernement belge souhaite acheter 34 avions de combat Lockheed-Martin F-35A « Lightning II » pour remplacer  la flotte de  F-16 vieillissante. Le montant du contrat serait estimé à 3,6 milliards d'euros.

Un choix vécu comme une trahison : 

Il ne va pas être simple pour le gouvernement belge de justifier le choix d’un avion américain au détriment d’un aéronef européen. Que dire de Bruxelles, ce cœur de l’Union Européenne qui tourne le dos à un élément de la défense européenne pour ouvrir ses bras aux Etats-Unis ! Pour autant, l’offre officielle d’Airbus DS avec  l’Eurofighter T3 était bonne avec notamment des compensations industrielles de l’ordre de 19,3 milliards d’euros et plus de 6'700 emplois garantis. Et si d’aventure les deux offres officielles ne convenaient pas, il y avait celle de Dassault qui était disponible en parallèle. Il semble donc bien difficile aux avionneurs européens de vendre leurs produits à leurs voisins et « alliés économiques membres de l’UE ».

La raison belge : 

Le cas belge n’est pas une exception et démontre qu’une fois de plus il n’y a pas de « culture militaire pro-européenne ». Les intérêts de chacuns en matière de défense prennent le pas sur les considérations d’une défense européenne.  Dans le cas de la Belgique, on connaissait depuis le début de la compétition que certains signes prédestinaient une décision en faveur du F-35. En effet, le choix belge est motivé, depuis le début par le choix d'emporter la  bombe nucléaire américaine B61. En choisissant le F-35, la Belgique garde ainsi ses prérogatives déjà obtenues avec le F-16. Certes, la B61 est sous contrôle de l’US Air Force et les belges se retrouvent sous les ordres de ceux-ci. Mais, il semble bien que Bruxelles y trouve son compte, notamment au sein de l’Alliance Atlantique.

On regrettera qu’Airbus DS n’aie pas réussi à obtenir l’installation de la B61 sur l’Eurofighter, car l'issue du concours aurait pu être tellement différentes.

Et puis, il y a une  raison complémentaire dans le choix belge, elle concerne la possibilité de travailler directement avec la force aérienne néerlandaise qui a également choisi le F-35. A terme, il se pourrait même qu’une alliance puisse se faire avec la Norvège et le Danemark pour mettre en œuvre l’avion américain. Peu importe les nombreux problèmes qui gangrènes le programme F-35, il y a des intérêts plus élevés qui "justifient" le choix d'un Etat et tant pis, si celui-ci est difficilement compréhensible.

 

Photo :F-35A @ Lockheed-Martin

 

SWISS propose un vol Genève-London City en A220 !

SPL-Livery_CS300_3_2579960.jpg

 

Le 28 octobre, SWISS débutera la desserte régulière de London City au départ de Genève par le A220-100 (Ex CS100). Cet avion moderne destiné aux vols court et moyen-courriers remplace l’actuel Embraer 90 de la compagnie Helvetic Airways qui opérait le vol Genève-London City depuis mars 2017.

 

Swiss International Air Lines (SWISS) est ravie de proposer les avantages d e la gamme C Series nommée Airbus A220 à ses passagers en partance ou en provenance de Londres, une destination très prisée par les voyageurs d’affaires. Grâce à l’utilisation des technologies les plus récentes, l’avion fait figure de référence en matière de confort, de rentabilité et d’impact environnemental. L’introduction de ce nouvel appareil vient compléter la base aérienne court-courrier de SWISS à Genève, désormais exclusivement constituée de C Series/Airbus A220. La flotte de SWISS à Genève compte à ce jour 5 A220/CS300 et 2 A220/CS100.

 

Offre étendue au départ de Genève pendant la saison d’hiver :

 

Pour l'horaire d'hiver 2018/2019, SWISS étoffe son réseau européen au départ de Genève en incluant Hurghada, avec des vols quotidien le samedi, du 13 octobre au 15 décembre, et le dimanche, du 23 décembre au 31 mars.

SWISS augmente également la fréquence de ses vols à destination de Madrid et propose deux nouveaux vols, matin et soir, du lundi au jeudi. Idéal pour les courtes escapades dans la capitale espagnole. 

Les voyageurs en partance de Genève pourront également s'envoler pour Palma de Majorque : ce lieu de villégiature, également très apprécié des sportifs en hiver, sera desservi tous les samedis de décembre à mars.

L'horaire des vols d'hiver entrera en vigueur le 28 octobre 2018.

 

Photo :un A220-300 de SWISS

21/10/2018

La Belgique aurait choisi le F-35!

F-35A_flight_(cropped).jpg

Belgique: Le choix du F-35 pour remplacer les F-16 serait effectif. Plusieurs sources gouvernementales affirment que Charles Michel cherche la bonne manière de communiquer sur le sujet. Il ne va en effet, pas être facile de justifier ce choix face aux voisins européens !

Rien n'est confirmé pour l'heure, il faut attendre le communiqué officiel du gouvernement belge. Ce choix n'est pourtant pas une surprise, dès le début du concours,  de nombreux soupçons concernant un cahier des charges spécifique pour l'avion américain avaient été mentionnés. Certains avionneurs avaient même quittés le compétition parce qu'elle-ci semblait biaisée. A suivre...