03/05/2015

Modernisé le B-1B à trente ans !

b1_patrol_20090106.jpg

 

 

Abilene, Texas,le Boeing B-1B « Lancer » est à la veille de fêter ses 30 ans service avec l'US Air Force et l’avion est maintenant modernisé. La modernisation de la flotte de B-1B amène l’avion à l’ère du numérique.

 

La dernière mise à jour, connues sous le nom de la station de combat intégrée, permet au B-1B de répondre aux exigences des missions d’aujourd'hui et de ce maintenir en tant que vecteur de la force nucléaire de dissuasion. 

Les améliorations concerne la mise à jour du système de navigation et d’affichage, la communication, ainsi que le radar et les systèmes d’armes. L’arrivée d’un affichage sur écrans couleurs, d’un système de liaison de données permet de renforcer de façon significative l’emploi de ce type d’avion au sein de l’US Air Forces. Ce sont 66 machines qui sont concernées par ces améliorations.

 

Le B-1B a 30 ans : 

 

Le premier exemplaire a été livré le 29 juin 1985 à l'US Air Force. Le B-1B n’a cessé d'évoluer pour répondre aux exigences d'un champ de bataille en évolution rapide. Capable de remplir une mission nucléaire comme un bombardier classique, il est également capable d’effectuer mission d'appui au sol classique.

Développé par la firme Rockwell à partir de 1974, le B-1B Lancer est un bombardier à long rayon d’action et utilisant des ailes à géométrie variable. C’est l’Administration dirigée par le président Reagan, qui en 1981 le développement de cet avion. Le premier B-1B est sorti d’usine en septembre 1984 et le premier avion fût livré au 96e Bomb Wing à Dyess AFB au Texas. Commandé à 100 exemplaires à l’époque, le Lancer subit plusieurs améliorations pour  l’adapter aux multiplications des menaces.

 

B1_HGP_8036_forPR_HR - copie.jpg

 

 

Photos: le B-1B « Lancer » @USAF

La Slovaquie a choisi l’UH-60 Black-Hawk !

795509297.jpg

 

 

Le ministère slovaque de la Défense (MoD) a annoncé qu'il va acheter neuf hélicoptères  Sikorsky UH-60 « Black-Hawk » pour un montant de 261 millions de dollars US pour les forces armées du pays. 

 

Le ministère de la Défense va procurer les hélicoptères par le Département américain de ventes militaires étrangères (FMS) du programme de défense de. Selon le ministère de la Défense, le prix d'achat inclura le soutien du cycle de vie complet de l'avion ainsi que la formation pour les équipages et le personnel au sol.

 

Bataille acharnée :  

 

Il n’y avait plus que deux concurrents pour remplacer les Mil Mi-17 au sein des Forces aériennes slovaques. L’américain Sikorsky avec les l’UH-60 « Black-Hawk » et l’européen AgustaWestland avec son AW139M.

 

En fin d’année 2014, Sikorsky a offert neuf UH-60 Black-Hawk pour un prix de 300 millions d’euros (U347 millions millions de dollars US) et ceci avec les garanties du gouvernement américain sur le soutien pour l'acquisition. En début d’année, AgustaWestland offre également pour le même prix neuf AW139M y compris les pièces de rechange et la formation via le programme de vente militaire.

 

806BA91.JPG

 

Le Sikorsky UH-60 « Black-Hawk »

 

Le Black-Hawk est un hélicoptère utilitaire moyen développé pour l’armée américaine. Conçu par Sikorsky pour remplacer le célèbre UH-1, cet hélicoptère effectua son premier vol en 1974 et fut admis au service actif en 1979. Malgré son coût élevé, le Black- Hawk est un hélicoptère tactique très apprécié et qui possède d'excellentes qualités de vol et une bonne maniabilité. Le Black-Hawk se décline en près de 17 versions spécialisées.

Sikorsky UH-60M «Black-Hawk» dispose de la motorisation de type General-Electric T-700-701D,  montés au dessus de la cabine. Cette dernière est conçue pour amortir au mieux, les chocs en cas de crash, il dispose de deux larges portes coulissantes assez large pour accueillir jusqu’à 20 personnes. La survie est améliorée par une résistance accrue aux impacts de balles et de canons, grâce à différents blindages et une redondance des systèmes.

 

ELEC_UH-60M_Cockpit_2008_lg.jpg

 

Photos : 1 UH-60 Black-Hawk 2 Mil Mi 17 slovaque @ Armée slovque 3 Cockpit UH-60 Black-Hawk @ Derrek Warton

 

02/05/2015

Trop cher, l’Autriche cherche un remplaçant à l’Eurofighter !

ob_2c5365_eft-austria-1.jpg

 

 

On le sait depuis longtemps, l’Eurofighter est un avion particulièrement couteux, notamment dans sa version T1 de base. L’Autriche en fait l’amer expérience avec ses quinze exemplaires. De fait nos voisins cherchent donc, une solution moins couteuse à l’avion européen.

 

L’Eurofighter en Autriche :

 

Airbus Group (ex EADS) a livré l’Eurofighter T1 « Typhoon  II » à l’Autriche. Cette livraison fait suite au contrat signé en 2003 pour la fourniture de 15 avions y compris l’armement les équipements connexes et le simulateur.Le nouvel avion de combat autrichien est en soi un feuilleton à rebondissement. La volonté de remplacer les bons vieux Saab J-35 « Draken » date du début des années nonante. Suite à une première évaluation, c’était le F/A-18 Hornet qui avait été choisi. Mais suite à des problèmes politiques et de financement, l’achat fût reporté. L’utilisation de l’espace aérien autrichien par l’aviation Serbe, lors de la guerre en ex-Yougoslavie relança le besoin de débloquer des crédits urgents pour l’achat d’un avion moderne. Une seconde évaluation donna le JAS-39C/D Gripen gagnant, mais suite à la pression du chancelier allemand Schröder, les politiques autrichiens acceptèrent de reprendre 15 Eurofighter  T1 initialement destiné à l’Allemagne.

 

Une Force aérienne très limitée : 

 

La situation de la Force aérienne autrichienne n’est, de loin pas très enviable, avec seulement 15 avions de combat Eurofighter T1, soit le modèle le plus limité de la gamme du chasseur européen. En effet, sur ces 15 aéronefs, seul 6 à 8 sont réellement disponibles, les autres étant en maintenance et servant à la formation du personnel aérien et au sol. Le standard T1 des Eurofighter autrichien ne permet que l’interception à courte portée, ainsi que l’engagement avec des bombes en chute libre. 

 

Coûts exorbitants : 

 

Cher à l’achat, l’Eurofighter se révèle également cher à l’heure de vol, estimé à près de 18’000 dollars US à l’heure (estimation variable, selon les utilisateurs) l’Eurofighter s’avère nettement plus coûteux que le Rafale, F/A-18, Gripen et F-16. De plus, l’absence de coordination entre les pays clients, ainsi que sur le mode d’assemblage des appareils (ses éléments sont construits par chacune des parties) pose des problèmes notamment dans l’approvisionnement en pièces de rechanges.

 

Quel remplaçant ?

 

On ne connait pas pour l’instant le budget que l’Autriche veut alloué pour un remplaçant à ses Eurofighter T1, deux options sont pour l’instant évoquées au sein de la Force aérienne et reposent sur un aéronef monoréacteur :

 

  1. L’achat d’un avion neuf de nouvelle génération, dans ce cas le Gripen E suédois semble être l’unique solution et ceci d’autant plus que l’Autriche compte du même coup augmenté le nombre d’avion actuel, celui-ci n’est pas connu. Initialement l’Autriche désirait  30 à 40 avions.
  2. La seconde solution consisterait à doter l’Autriche d’une flotte d’avions d’occasions, du moins dans un premier temps. Saab proposerait alors le Gripen C/D avec une option pour le « E » plus tard. L’américain Lockheed-Martin est en ligne avec le F-16 et le standard C/D Block55/60. Et puis, une offre de Dassault avec des Mirage 2000 pourrait également être possible (ex EAU ou Armée de l’Air) mais rien n’est moins sûr pour l’instant.

 

 

Une situation compliquée pour l’Eurofighter :

 

Quoi qu’il en soit, la décision de l’Autriche, si elle se concrétise est une mauvaise nouvelle pour l’Eurofighter et Aibus Group. Non seulement L’Eurofighter est à la peine en matière de vente face au Rafale en ce moment et au Gripen sans oublier le F-35, mais en plus, si l’un des utilisateurs se décide pour échanger sa flotte contre un concurrent, l’image de l’Eurofighter serait encore un plus égratignée.

 

austrian-ef-typhoon_b.jpg

 

Photos : Airbus Eurofighter T1 autrichiens @ Austrian Air Force

 

Air Tahiti Nui signe pour le B787-900 !

Airtahiti-hi.jpg

 

Papeete, Tahiti, Boeing et Air Tahiti Nui ont finalisé une commande pour deux B787-900 « Dreamliner », d'une valeur de 514 millions de dollars au prix catalogue actuels.

 

Le B787-900 complète et étend la famille « 787 », offrant aux compagnies aériennes la capacité de croître sur les routes ouvertes avec le B787-800. Avec un fuselage allongé de 20 pieds (6 mètres), le B787-900 peut voler avec 400 passagers plus sur 450 milles nautiques supplémentaires (830 km) avec la même performance environnementale.

 

A ce jour, 58 clients dans le monde ont commandé B787 qui atteint un carnet de commande de 1'071 appareils.

 

Photo: Image de synthèse B787-900 Air Tahiti Nui@ Boeing

 

 

01/05/2015

Inauguration de l’extension de Clin d’Ailes !

DSC_5826.jpg

 

Ce vendredi 1er mai a vu se dérouler l’inauguration de l’extension du musée « Clin d’ailes » situé à côté de la base aérienne de Payerne. De nombreux invités: politiques, membres de Forces aériennes, bénévoles du musée et sympathisants avaient fait le déplacement.

 

Un musée qui se développe :


DSC_5851_2.jpg


 

Le musée Clin d’Ailes du haut de ses sept années était devenu un peu à l’étroit, il fallait donc, lui offrir l’occasion de grandir. Car un musée se doit d’être vivant, et les membres du comité n’ont de cesse que de continuer l’aventure. L’extension du musée permet de non seulement de ne plus être à l’étroit, mais de présenter de manière encore plus ludique les différents aéronefs qui ont été en service dans les Forces aériennes. Un effort tout particulier a été apporté pour la présentation de pièces d’avions, comme les réacteurs, les tableaux de bord et autres pièces d’expositions. Des systèmes de vidéos expliquent l’histoire des avions et vous portent mêmes des anecdotes. Clin d’Ailes c’est aussi l’occasion unique, de de faire un vol dans un authentique simulateur de Mirage IIIS (SIMIR) en état de marche. Celui-là même utilisé par nos pilotes à l’époque.

 

DSC_5845.jpg

 

Ce que l’on peut admirer :

 

Aujourd’hui le musée vous propose de les avions suivant : DH-100 Mk6 Vampire (J-1156 et J-1157), DH-115 Mk 55 Vampire-Trainer, DH-112 Mk 1 Venom, Hunter Mk 58 (J-4078), Hunter-Trainer Mk 68 T (J-4203), Pilatus PC-7/CH Turbo-Trainer (A-908), Mirage IIIS (J-2301), Mirage IIIRS (R-2117) et Mirage IIIDS (J-2012) et les hélicoptères Sud-Aviation SE-3130 Alouette II (V-43) et Sud-Aviation SE-3160 Alouette III V-282 (état de la collection en 2012).Un espace interactif pour le public avec ordinateurs permettant des simulations de voldont le simulateur de vol du Mirage IIIS opérationnel, des bancs d'essais de l'avionique MirageIII, exposition du patrimoine des escadrilles et des troupes d'aviation, (photos, films, livres d’escadrille) une collection de livres et documents sur l’aviation militaire et une reconstitution du poste de commandement d'un aérodrome de guerre.

 

Le musée  « Clin d'Ailes » est aussi un lieu de rencontre, un lieu pour apprendre, un cadre attrayant pour réunions, conférences, forums, échange d'idées, un partage d'images et d'émotions. « Clin d'Ailes » n'est pas un musée au sens habituel du terme, mais un cadre qui vit, qui rayonne, qui inspire. Rattaché à la base aérienne la plus active de notre pays, il constitue un trait d'union entre nos Forces aériennes et le public, un lieu de transition entre le passé et le futur. Il est l'expression des valeurs auxquelles ses créateurs croient très fortement et qu'ils veulent partager avec vous.

 

8985.jpg

 

Plus de photos ? Venez donc découvrir par vous-même Clin d'Ailes !!



Photos: 1 Mirages IIIRS 2 Allocation du Président le spationaute et pilote Claude Nicollier 3 Corps des Alpes 4 Le musée avant l’extension @P.Kümmerling