02/09/2012

A400M livraison retardée !

10_RMM_7605_jpg.jpg


 

L'avionneur européen Airbus, filiale du groupe d'aéronautique et de défense EADS (EAD.FR), a annoncé vendredi que la livraison de son premier avion de transport militaire A400M Atlas à l'armée de l'air française serait retardée de quelques mois, en raison de problèmes de moteurs sur les appareils.

L'appareil, qui devait être initialement livré fin 2012-début 2013, est attendu désormais au deuxième trimestre 2013, a précisé Airbus, qui a toutefois maintenu son objectif de livraison de quatre appareils de ce type - trois à la France et un à la Turquie - dans le courant de l'année prochaine. Le programme de livraisons pour 2014 reste inchangé.

Les moteurs des A400M Atlas sont fabriqués par le consortium Europrop International, qui comprend Rolls-Royce (RR.LN), l'allemand MTU Aero Engines, ITP et Snecma, filiale de Safran (SAF.FR).

Rappel :

Conçu initialement pour répondre au besoin exprimé par les Forces aériennes européennes en faveur d’un nouvel avion-cargo militaire, l’A400M incorpore les tout derniers matériaux et technologies mis au point et continuellement optimisés au profit des flottes actuelles d’avions commerciaux. Les commandes de vol électriques, les structures composites en carbone et le système de pilotage automatisé sont autant de caractéristiques d’avant garde qui apporteront aux équipages militaires de nouveaux standards d’opérabilité et de sécurité.

 

Commandé à 180 exemplaires par sept clients de lancement européens en 2003, l’A400M représente le programme d’acquisition de défense le plus ambitieux jamais entrepris en Europe. Les sept pays partenaires initiaux, à savoir l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, le Luxembourg, le Portugal, le Royaume-Uni et la Turquie, ont été par la suite rejoints par la Malaisie et l’Afrique du Sud, qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins, portant le nombre d’engagements cumulés à ce jour à 192 exemplaires.

 

La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. Cet appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700 nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés dans le cahier des charges européen ESR (European Staff Requirement). En outre, l’A400M peut servir à la fois de moyen de transport aérien et de plate-forme de ravitaillement en vol aussi bien pour des avions de chasse rapide que pour des hélicoptères.

 

L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années. Offrant deux fois plus de performances et de capacités d’emport que les avions actuels qu’il remplacera.

 

Photo : 1 A400M en vol @ Airbus Military

01/09/2012

Transport aérien encore de fortes inégalités !

A380_Thai_roll_out_3[1].JPG


 

 L’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic aérien mondial pour le mois de juillet, qui indiquent une croissance plus lente des voyages aériens et du transport de fret, mais avec des différences considérables selon les régions et les marchés.

 

La demande dans le secteur passagers en juillet a augmenté globalement de 3,4 % par rapport à juillet 2011, alors que cette augmentation était de 6.3 % en juin et que la moyenne pour le premier semestre de l’année est de 6,5 %. Ce ralentissement de la croissance des voyages est largement attribuable à la récente baisse de la confiance des milieux d’affaires dans plusieurs marchés.

En juillet, la demande dans le secteur du fret était en baisse de 3,2 % par rapport au même mois de l’an dernier. Il s’agit d’un recul par rapport au taux de 0,1 % en glissement annuel enregistré en juin. Ce déclin est dû en bonne partie au fait que la comparaison se fait par rapport au mois de juillet 2011 qui a été relativement fort, mais la tendance générale du fret aérien est faible, ce qui concorde avec la faiblesse de la croissance du commerce mondial.

 

Les compagnies aériennes ont réagi à cet environnement de croissance au ralenti en réduisant la capacité ajoutée aux marchés, un geste qui a stabilisé les coefficients d’occupation à des niveaux relativement élevés et permis de soutenir la rentabilité face aux prix élevés du carburant. En juillet, la capacité passagers a augmenté de 3,6 %, conformément à l’augmentation du trafic, maintenant le coefficient d’occupation des sièges au niveau relativement élevé de 83,1 %.

 

« Les prévisions économiques incertaines ont des effets négatifs sur la demande de transport aérien », a déclaré M. Tony Tyler, directeur général et chef de la direction de l’IATA. « L’industrie du fret a régressé de 3,2 % depuis un an. Et les marchés passagers – à l’exception de l’Afrique, du marché intérieur chinois et du Moyen-Orient – ont connu une baisse de la demande de juin à juillet. La demande globale du secteur passagers demeure en hausse de 3,4 % par rapport à juillet 2011. Mais la tendance de croissance est nettement au ralenti. Si on ajoute à cela le prix croissant du carburant, on peut s’attendre à un deuxième semestre difficile. »

 

40971_1329408062.jpg

 

Marchés passagers internationaux :

 

La demande dans le secteur passagers en juillet était en hausse de 3,5 % par rapport à la même période l’an dernier, ce qui correspond exactement à l’augmentation de 3,5 % de la capacité. Le coefficient d’occupation des sièges était de 83,3 %. Le ralentissement devient évident si on compare au mois précédent (juin), alors que le taux de croissance en glissement annuel était de 7,5 %. Le ralentissement de la croissance des voyages aériens internationaux s’est surtout fait sentir au cours des derniers mois, suivant le déclin de la confiance des milieux d’affaires. La faiblesse de quelques marchés intérieurs importants a été visible depuis assez longtemps. Seuls les transporteurs d’Afrique et du Moyen-Orient ont connu une croissance d’un mois à l’autre. Dans toutes les autres régions, les transporteurs aériens ont signalé un déclin global de la demande internationale en juillet, par rapport à juin.

 

Les transporteurs d’Europe:

 

En Europe on  enregistre une croissance de 4,8 % des services internationaux par rapport à juillet 2011 (en baisse par rapport au taux de 7,3 % enregistré en juin), avec un coefficient d’occupation de 85,7 %. Il s’agit d’un léger ralentissement par rapport à la croissance moyenne de 6,5 % observée durant la première moitié de l’année. Malgré la récession qui frappe plusieurs marchés intérieurs européens, les transporteurs de la région ont pu maintenir la croissance sur les marchés long-courriers à destination de régions à plus forte croissance économique.


 

18884_1337895346-2.jpg


 

Les compagnies aériennes d’Amérique du Nord 

 

ont connu une baisse de 2,1 % du trafic international en juillet (après une hausse de 1,6 % en juin), attribuable en partie aux coupures de capacité, en particulier dans le marché de l’Atlantique Nord. Si on compare à juin (le mois précédent), la demande a diminué de 1,3 %. Le coefficient d’occupation des sièges était de 86,7 %, soit le plus élevé parmi toutes les régions.

 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont connu une croissance de la demande de seulement 0,9 %. Il s’agit d’un important ralentissement par rapport au taux de croissance de 5,8 % en glissement annuel enregistré en juin. De plus, si on compare au mois précédent (juin 2012), la demande a diminué de 1,3 %. Les transporteurs d’Europe profitent plus que ceux d’Asie-Pacifique du commerce accru de l’Ouest vers l’Est, tandis que les transporteurs du Moyen-Orient continuent d’opposer une forte concurrence dans les marchés long-courriers. La tendance à la baisse a commencé au second trimestre de 2012 et elle se maintient au troisième trimestre.

 

Les transporteurs d’Amérique latine, affichent une croissance de 5,7 %, la seconde plus importante parmi les régions. Le coefficient d’occupation a été de 82,0 %. Toutefois, les transporteurs de la région n’ont pas pu contrer la tendance à la baisse, après avoir connu une croissance moyenne de 10.1 % dans la première partie de l’année. Récemment, les économies clés de la région, comme le Brésil, ont constaté une interruption de la croissance économique, ce qui a affecté l’industrie des voyages et du fret aériens.

 

Les transporteurs du Moyen-Orient ont connu la plus haute croissance de trafic, soit 11,2 % en glissement annuel, bien que cette croissance ait été surpassée par l’augmentation de capacité de 12,4 %. Si on compare à juin, le trafic a augmenté de seulement 0,1 %. La tendance de croissance de la région a été influencée par la période du Ramadan, qui cette année a commencé en juillet.

 

Les transporteurs d’Afrique ont enregistré une hausse de 5,2 % du trafic, en glissement annuel, soit moins que l’augmentation de capacité de 6,3 %. Le coefficient d’occupation était de 73,1 %, de loin le plus faible parmi toutes les régions. Les compagnies aériennes du continent ont connu une forte hausse moyenne de 10,8 % durant la première moitié de l’année. Il s’agissait en partie d’un redressement après le printemps arabe, mais cela reflétait également le succès relatif de plusieurs économies africaines.

 

Marchés passagers intérieurs:

 

Les marchés intérieurs ont aussi connu une croissance ralentie, selon la tendance amorcée plus tôt cette année. Au total, le trafic a augmenté de 3,1 % en glissement annuel, en baisse par rapport au taux de 4,2 % enregistré en juin. Toutefois, le ralentissement n’était pas généralisé, la Chine et le Brésil enregistrant de fortes hausses qui ont été contrebalancées par la faiblesse de l’Inde et du Japon.

Le marché intérieur de la Chine a connu un fort redressement après le ralentissement survenu plus tôt cette année. La croissance de la demande en juillet a été de 9 %, contre 7,8 % en juin. Avec un accroissement de capacité de 12,1 %, le coefficient d’occupation a glissé à 84,1 %, alors qu’il était de 86,5 % l’année précédente.

 

Au Japon, le marché intérieur a connu une hausse de tout juste 4,2 % en glissement annuel, et une diminution de 1 % par rapport à juin. La capacité a augmenté de 7,9 % et le coefficient d’occupation était le plus faible parmi tous les marchés, soit 58,7 %. Dans l’ensemble, le marché s’est contracté de 4 % cette année et il est à 10 % sous le niveau d’avant le séisme.

 

Aux États-Unis, le trafic a diminué de 0,4 % en juillet, tandis que la capacité augmentait de 0,2 %. Le coefficient d’occupation a baissé à 86,8 %, contre 87,4 % l’année précédente, mais il demeure le plus élevé parmi tous les marchés intérieurs.

 

C’est le Brésil qui a connu la plus forte hausse après la Chine, avec une augmentation de 8,5 % et une hausse de capacité de 3,0 %. Le coefficient d’occupation est passé de 73,8 % à 77,7 %. Toutefois, la croissance a ralenti par rapport à juin, déclinant de 2,3 %.

 

Le marché intérieur de l’Inde a chuté de 1,1 % par rapport à l’année précédente, ce qui constitue le pire résultat parmi tous les marchés intérieurs. Cela reflète, entre autres facteurs, la faiblesse de l’économie. Après une expansion de 20 % et plus durant 2010 et le début de 2011, le marché indien a vu sa croissance s’interrompre à la fin de 2011. La capacité a augmenté de 2,1 % en juillet, ce qui a fait baisser le coefficient d’occupation de 71,8 % à 69,6 %.

 

Fret aérien (intérieur et international) :

 

La demande dans le secteur du fret a diminué de 3,2 % par rapport à juillet 2011, mais il n’y a aucun changement par rapport à juin. Les transporteurs du Moyen-Orient ont enregistré une augmentation de la demande de 16 % par rapport à l’année précédente, mais tous les autres marchés ont subi des baisses et la modeste reprise observée depuis la fin de 2011 a stagné.

 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont enregistré une baisse de la demande de 7,6 % en juillet, par rapport à l’année précédente. Il s’agit du plus important déclin parmi toutes les régions, alors que la capacité a été réduite de seulement 4,3 %. Les transporteurs d’Asie-Pacifique n’ont connu pratiquement aucune croissance du trafic de fret depuis le quatrième trimestre de 2011. 

Les transporteurs d’Europe ont vu leur trafic décliner de 3,6 %, tandis que la capacité augmentait de 0,9 %. Depuis le quatrième trimestre de 2011, la demande n’a augmenté que de 1 % chez les transporteurs d’Europe. 

Les transporteurs d’Amérique du Nord ont enregistré une baisse de la demande de 3.6% avec exactement la même réduction de la capacité. Le coefficient de charge était le plus faible parmi tous les marchés, soit 32.3%. Les transporteurs du Moyen-Orient ont connu une hausse de trafic de 16 %, avec une augmentation de capacité de 11 %, ce qui a fait augmenter les coefficients de charge de 2 %, à 45,3 %.

Les transporteurs d’Amérique latine ont subi une chute de la demande de 5,6 %,

alors que la capacité a augmenté de 13,9 %. Le coefficient de charge a été de 35,2 %.

Les résultats des transporteurs d’Afrique n’étaient pas disponibles, mais ils le seront le mois prochain.

 

Le bilan:

 

« L’énorme succès des Jeux Olympiques de Londres nous a rappelé le rôle essentiel de l’aviation internationale lorsqu’il s’agit de réunir les gens du monde entier et de faciliter les méga-événements. Tous les regards se tournent maintenant vers le Brésil qui accueillera la Coupe du monde en 2014 et les Jeux Olympiques de 2016. Et l’aviation jouera encore un rôle clé », a déclaré M. Tyler.

« Il faudra un effort d’équipe pour que les infrastructures aériennes du Brésil puissent relever le défi », ajoute M. Tyler. L’aviation brésilienne soutient 940 000 emplois et un PIB de 1,3 %, et la connectivité que procure l’aviation soutient l’émergence du Brésil comme économie croissante du BRICS. Mais en dépit de l’importance économique de l’aviation pour le Brésil, le pays n’est qu’au 93e rang au chapitre des infrastructures de transport aérien, selon l’index de compétitivité en voyages et tourisme du World Economic Forum.

La semaine dernière, l’IATA, en partenariat avec l’Association du transport aérien d’Amérique latine et des Caraïbes et d’autres organisations liées à l’aviation, a tenu la première Journée de l’aviation au Brésil. « Avec les normes mondiales au centre de nos préoccupations, l’industrie et le gouvernement ont examiné les moyens de coopérer pour que l’aviation brésilienne demeure un moteur clé de croissance, avec des niveaux de sécurité, de sûreté, d’efficacité et de viabilité encore plus élevés », a déclaré M. Tyler. « Ce qui est vrai pour le Brésil est vrai pour le reste du monde. L’aviation soutient 56,6 millions d’emplois et elle a un impact économique de 2,2 billions $. Les gouvernements devrait traiter cette ressource de façon avisée, en faisant en sorte que le régime fiscal n’étouffe par la croissance, que la réglementation facilite la croissance et que des infrastructures de classe mondiale soutiennent efficacement la croissance. »

 

85848_1334273281.jpg

 

Photos : 1 A380 Thaïairways @ Airbus 2 A330-300 Air Transat 3 B737 Copa 4 A318 Mexica @ Fabricio Jimenez

30/08/2012

Airbus, annonce de nouvelles commandes !

A321_A330_PAL[1].jpg


 

 

Le constructeur européen faisait un peu grise mine ses derniers temps face aux records de commandes engendrées par son concurrent Boieng. La disette semble enfin terminée avec deux commandes importante.

 

Philippines Airlines :

 

Philippine Airlines (PAL) a passé une commande ferme auprès d'Airbus pour 34 A321CEO, 10 A321NEO et 10 A330-300. Ces appareils sont achetés en vertu d'un programme de modernisation  majeur de la flotte de la compagnie aérienne  avec des livraisons à partir de 2013.

 

Le monocouloir A321 sont achetés afin d'améliorer l'offre de produits de la compagnie aérienne sur les lignes intérieures et régionales, ainsi que pour soutenir des alliances avec ses compagnies aériennes partenaires. Les gros-porteurs A330 seront exploités sur les routes régionales et 

 à plus long terme au Moyen-Orient et en Australie. PAL annoncera la sélections des moteurs pour tous les avions à une date ultérieure.

 

Fin de l’embargo chinois :

 

L’autre bonne nouvelle concerne la Chine, qui reprend ses commandes auprès du constructeur européen, après l’embargo décrété par le gouvernement de Pékin, en représailles à la taxe CO2 mise en place en Europe.

 

ICBC Financial Leasing Co. Ltd (ICBC Leasing), a signé avec Airbus accord sur un total de 50 appareils de la famille A320, dont 30 A320NEO et 20 A320CEO.

Le contrat d'achat des avions a été signé au Grand Palais du Peuple à Pékin en présence de Li Xiaopeng, vice-président exécutif de l'ICBC et président d'ICBC Leasing, et Fabrice Brégier, Président Directeur Général d'Airbus. 

 

Rappel :

 

L'A321 est le plus grand membre de la famille best-seller «A320», qui offre les coûts d'exploitation les plus bas de toute la gamme de produits à ce jour. Ces coûts seront réduits encore davantage avec l'arrivée de la nouvelle option de moteur (NEO), offrant des économies de carburant supplémentaires de 15%. A ce jour, plus de 8.500 appareils de la famille A320 ont été commandés et plus de 5.200 livrés auprès de 365 clients utilisateurs dans le monde.

 

L'A330 est un des avions les plus couramment utilisées comme gros-porteurs en service aujourd'hui. Airbus a enregistré plus de 1.200 commandes pour les différentes versions de l'avion, avec quelque 900 vole maintenant auprès de  90 opérateurs dans le monde. 

 

Photo : A330 & A320 aux couleurs de PAL @ Airbus

20:35 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : airbus, a320, a321, a330, a320neo, pal, philippines airlines |  Facebook | |

Futur drone : les testes en vol vont commencer !

 

1878835776.jpg

 

 

Des vols d'évaluation auront lieu en septembre et octobre sur l'aérodrome militaire d'Emmen en vue de l'acquisition du nouveau système de drones d'exploration ( ADS 15 ). Sur les onze systèmes de neuf entreprises qui entraient initialement en question, ceux des sociétés Israel Aerospace Industries LTD et Elbit Systems restent encore en lice.

Les tests seront effectués en septembre  3.9 - 21.9 pour le Heron 1  et octobre 1.10 - 19.10  pour l’Hermes 900, par une équipe de projet composée de spécialistes des Forces aériennes suisses et d'armasuisse. Les vols de tests se dérouleront en Suisse centrale et au Jura.

Ces vols font partie de l'ensemble de l'évaluation des deux systèmes de drones entrant en question pour l'acquisition, à savoir le Hermes 900 ( Elbit ) et le Heron 1 ( IAI ). Le choix du type est prévu dans le courant du premier semestre de 2014, et l'acquisition avec le programme d'armement de 2015. Actuellement, les Forces aériennes suisses utilisent le drone d'exploration 95 ( ADS 95 ), qui atteindra le terme de sa durée d'utilisation ces années prochaines.

332239606.jpg

lien sur le futur drone MALE :

http://psk.blog.24heures.ch/tag/drone+male

Photos : 1 Hermes 900 @ Elbit Systems  2 Heron 1 @ IAI

12:58 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : drone, male, hermes 900, heron1 drone 15 |  Facebook | |

29/08/2012

Début des essais virtuels du CSeries !

ba-cseries_family_04-hr.jpg


 

Bombardier Aéronautique a annoncé que la Société effectue maintenant des vols virtuels avec «l'Avion 0», le banc d’essai et de certification intégré des systèmes (ISTCR) au sol pour les avions CSeries. Les systèmes avionique et électrique, les commandes de vol, les commandes de vol électriques, le train d’atterrissage et le câblage fonctionnent  tous et l’intégration et la communication des systèmes ont été démontrées de façon concluante. Le développement des avions CSeries entre maintenant dans l’intense phase des essais au sol qui mènera à la maturation nécessaire de tous les systèmes en vue du programme d’essais en vol.

 

« L’enthousiasme entourant le développement de nos avions de ligne CSeries s'accroît de semaine en semaine, alors que ces appareils deviennent de plus en plus réels », a déclaré Rob Dewar, vice-président et directeur général, CSeries, Bombardier Avions commerciaux. « La mise en service de tous les systèmes sur « l'Avion 0 » est une étape importante qui nous a permis d’entamer la phase des essais au sol intégrés et d’effectuer des vols virtuels. Cette approche, qui comprend l’essai d’un avion avec tous les systèmes et logiciels principaux complètement configurés  pour répondre aux normes de production, est nouvelle dans l’industrie. Cette phase nous permettra de soumettre à des essais approfondis la conception des systèmes afin d’atténuer le risque et de procurer la fiabilité nécessaire avant le vol inaugural. Les résultats jusqu’à maintenant ont été satisfaisants et certains ont même dépassé nos attentes. »

 

L’ISTCR est l’un des multiples bancs d’essai effectués au centre d’essai intégré des circuits avions (Complete Integrated Aircraft Systems Test Area ou CIASTA) que la Société détient à Mirabel, au Québec, à 40 km au nord de Montréal. L’implantation concluante de tous les systèmes sur «l'Avion 0» a bénéficié du soutien de plusieurs partenaires et fournisseurs clés du programme d’avions CSeries, dont CAE, Goodrich Actuation Systems, Hamilton Sundstrand, Honeywell, Liebherr-Aerospace, Parker Hannifin, Pratt & Whitney, Rockwell Collins et Fokker Elmo, ainsi que d’autres fournisseurs de structures et de systèmes qui ont livré tous les composants nécessaires. Des représentants de ces entreprises sont également installés à Mirabel pour travailler avec Bombardier sur les processus d’essais et d’intégration des systèmes.


 

4_1_0812-cseries-2.jpg


 

En plus de l’ISTCR, l’avion est soumis à d’autres bancs d’essai utilisés dans le cadre de la phase d’essais au sol, dont le simulateur de vol d’essai (ESIM) à un stade avancé de construction par CAE, ainsi que le banc d’essai d’intégration des systèmes avioniques (SITS) et le laboratoire d’intégration des commandes de vol (FCIL), tous deux déjà mis en service dans les installations respectives de Rockwell Collins et de Parker Hannifin, et le banc d’essai du système de régulation climatique (ECS) dont la construction est également en train d’être complétée à Mirabel.

 

« L’Avion 0 est exploité dans des conditions qui s’approchent grandement de la réalité puisqu’il intègre les systèmes et les composants structurels de l’avion de la phase de production, un système de charge aérodynamique et un modèle de vol haute fidélité. Nos fournisseurs collaborent avec nous tout au long du projet et nous poursuivons notre travail pour mettre les avions CSeries en service en 2013 », a ajouté M. Dewar.

 

A propos des CSeries :


Conçue pour le marché en plein essor des avions de 100 à 149 places, la gamme d’avions CSeries entièrement nouvelle combine des matériaux évolués, une technologie de pointe et des méthodes éprouvées pour répondre aux exigences des sociétés aériennes commerciales en 2013 et au-delà. Propulsée par des moteurs PurePower PW1500G de Pratt & Whitney, la gamme d’avions CSeries offrira un avantage de 15%  sur le plan des décaissements d’exploitation avec une réduction de 20% de la consommation de carburant. La conception entièrement nouvelle des avions CSeries permettra de réduire grandement leurs niveaux de bruit et d’émissions, tout en offrant une souplesse opérationnelle supérieure, des performances exceptionnelles sur piste et une autonomie de 2 950 milles marins (5 463 km). Les avions CSeries, qui seront jusqu’à 5 443 kg (12 000 lb) plus légers que d’autres avions de la même catégorie cabine de leur catégorie, digne d’un gros-porteur, dans un avion monocouloir.

 

Bombardier a enregistré des commandes et engagements relatifs à 352 avions CSeries. La Société a également enregistré des commandes fermes d’un total de 138 avions de ligne CSeries : Braathens Aviation (cinq avions CS100 et cinq avions CS300), Deutsche Lufthansa AG destiné à SWISS (30 avions CS100), Korean Air (10 avions CS300), Lease Corporation International Group (17 avions CS300 et trois avions CS100), PrivatAir (cinq avions CS100), Republic Airways (40 avions CS300), un transporteur à grand réseau anonyme (10 avions CS100), un client européen anonyme (10 avions CS100) et une société aérienne anonyme bien établie (trois avions CS100). Le programme d’avions CSeries a également enregistré des options sur 124 avions et des droits d’achat pour 10 autres avions de la part de ces clients. De plus, le programme d’avions CSeries a enregistré une commande conditionnelle d’un client anonyme de cinq avions CS100 et de 10 avions CS300, ainsi que trois lettres d’entente pouvant aller jusqu’à 30 avions CSeries d’Ilyushin Finance Co, jusqu’à 15 avions CS300 d’Atlasjet et jusqu’à 20 avions CS300 d’airBaltic.


 

BA_CSeries-ISTCR.jpg


 

Photos : 1 Image de synthèse d’un CS100 2 Chaine de montage 3 mise en service du banc d’essai @ Bombardier Aerospace

23:16 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cseries, cs100, cs200, cs300, bombardier, vol virtuel |  Facebook | |