21/11/2012

Le X-47B manoeuvrable sur porte-avions !

16708.jpg


 

Les ingénieurs de  Northrop-Grumman viennent de démontrer  la capacité du drone X-47B à manoeuvrer sur une plateforme équivalente à un porte-avions. Ces récent essais sont très important dans le développement du programme de drone de l’US Navy et confirme également l’avancée du programme.

 

Au début de Novembre, l'équipe à achevé avec succès ses premiers essais à terre visant à tester le système Control Display Unit (CDU) qui permet de contrôler et de programmer 

les évolutions du futur drone X-47B d’un porte-avions. Celui-ci répond de manière correcte et permet de contrôler la poussée du moteur du X-47B pour rouler vers l'avant, freiner et s’arrêter, utiliser son orientation du train avant et des virages serrés avec précision sur une surface limitée. Le système permet de contrôler le drone de manière précise jusqu’à la zone de catapultage. 

 

Pour le concepteur Northrop Grumman, le système testé est fondamental pour l'intégration du drone X-47B de façon transparente dans les opérations sur porte-avions. Il permet de valider le contrôle du déplacement avec précision, une activité essentielle qui permettra dans un proche avenir de valider de manière réelle le lancement et la récupération du drone sur un bâtiment de la Navy.

 

En 2013, le programme prévoit de démontrer la capacité de catapultage d’un drone X-47B depuis le pont d’envol d’un porte-avions et ceci en toute sécurité. S’en suivra l’appontage automatique et la récupération de celui-ci.


 

16709.jpg


 

Les caractéristiques du X-47B :

 

 Le drone  présente une configuration en pointe de flèche, sans queue. L'angle du bord d'attaque est de 55° et celui du bord de fuite de 35°. Le train d'atterrissage est rétractable tricycle avec une roulette de nez. La configuration comporte 6 surfaces de contrôle : 2 ailerons et 4 inlaids (des petits volets à proximité des extrémités d'ailes).

Le moteur, un Pratt & Whitney JT15D est installé sur le dos de l'avion, l'entrée d'air avec une structure en serpentin destinée à réduire la signature radar. Par contre, pour des raisons de coût, la tuyère d'éjection est simple, sans réduction de signature radar ou infrarouge.

L'avion a été construit sur la base de Mojave en matériau composite par Burt Rutan Scaled Composites, la société aéronautique de Burt Rutan. Cette société dispose de l'expérience nécessaire pour construire un avion dans ces matériaux avec un coût maitrisé.


 

652807792.jpg


 

Photos : 1 & 2 le X-47B aux essais de précisions  3 Image de synthèse @ Northrop-Grumman 

 

  


Le 20e escadron sur Eurofighter !

1531275952.jpg

 

 

Le Gruppo 18 basé à Trapani Air Force Base (AFB) en Sicile, est devenu le 20e escadrons

à exploiter l’avion de combat Eurofighter Typhoon II. Trapani est une base aérienne italienne dotée de deux escadrons de défense aérienne.

 

L'escadron a récemment reçu en visite des Eurofighter du 4e  & 36e  Wings, dans le cadre des opérations d’alertes Quick Reaction Alert (QRA) venu des bases de Grosseto et Gioia del Colle.

Ces opérations ont démontrés l'importance stratégique de la Sicile et de la base de Trapani comme une plaque tournante en matière opérationnel et  logistique.

Dorénavant la base de Trapani disposera donc de son propre escadron de Typhoon II, en plus du

82e Escadron de CSAR doté d’hélicoptères HH-3F Sea–King.

 

 

Depuis son entrée service en 2004, plus de 340 avions ont été livrés aux six pays clients de que sont :  l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Autriche et l'Arabie saoudite. Au total, l'ensemble de la flotte Eurofighter a réalisé plus de 160.000 heures de vol.

 

Photo : Eurofighter Typhoon II italien @ Eurofighter

20/11/2012

Le Gripen E, finances, offsets, emplois !

Axalp3.jpg


 

Voici le second volet consacré au programme d’armement 2012 concernant l’acquisition de l’avion de combat Saab JAS-39E «Gripen». Dans le premier vous avez pu prendre connaissance des derniers éléments techniques de l’avion. Nous allons ici voir les dernières informations disponibles concernant le financement, les Offsets et les emplois. Ces informations ne sont pas définitives et vont encore évoluer, je compléterais le dossier en fonction de l’évolution du programme. 

 

Le volume de l’acquisition :

 

L’acquisition proposée se compose des éléments suivants :

22 avions monoplaces, entièrement équipés pour les engagements air-air avec missiles à guidage infrarouge et radar, munitions et réservoirs à carburant largables.

Equipements d’engagement supplémentaires : équipement de reconnaissance pour équiper dans un premier temps quatre avions,équipement pour des engagements air-sol pour  équiper toujours dans un premier temps huit avions.

Paquet logistique pour les Forces aériennes. Paquet logistique pour l’industrie suisse.

2 simulateurs de vol.

Diverses prestations, par exemple l’intégration du Gripen dans les systèmes de conduite, prestations de RUAG et de tiers, ainsi que vols d’essai pour la vérification du fonctionnement et des prestations du système d’arme.

 

Coûts de l’évaluation et de l’acquisition :

 

Pour le DDPS, les coûts directs de l’évaluation, d’environ 5 millions de francs, ont grevé le crédit Etudes de projets, essais et préparatifs d’achat (EEP 2008), tandis que les frais de déplacement se sont élevés à environ un million de francs.

L’équipe de projet du DDPS a fourni approximativement 100’000 heures de travail pour l’évaluation, ce qui équivaut à 15 à 20 millions de francs.

Les coûts de l’acquisition, y compris le risque et le renchérissement estimé jusqu’à la livraison du paquet, s’élèvent à 3,126 milliards de francs.

 

Calcul des crédits et fixation des prix :

 

La Suisse passe la commande des Gripen E au gouvernement suédois. Ce dernier commande ensuite à Saab la totalité des appareils destinés à la Suède et à la Suisse. Il est ainsi possible d’exploiter les synergies et d’obtenir des prix plus avantageux grâce à ce regroupement (Pour les F/A-18 la Suisse avait passé commande auprès de l’US Navy qui a regroupé sa commande de 180 appareils à la notre auprès de Boeing).

 

Pour les livraisons de Saab, il existe une offre contraignante à prix fixe en francs suisses du gouvernement suédois. La Suède garantit que ce prix ne sera pas dépassé. Pour les missiles à guidage infrarouge: l’IRIS-T de la société Diehl BGT Defence GmbH & Co KG, à Überlingen ( Allemagne ), a également présenté une offre contraignante à prix fixe en francs suisses. Ces deux offres à prix fixe représentent conjointement approximativement 85 % du volume de l’acquisition.

 

Pour le solde de l’acquisition (soit environ 15% du budget de l’acquisition), la meilleure estimation possible des coûts a été faite. Cette estimation inclut l’acquisition de missiles à guidage radar Meteor de MBDA, pour lesquels une offre en livres sterling remise à des fins de budgétisation a été utilisée.

 

 

Le gouvernement suédois a présenté une offre à prix fixe en francs suisses et assume, ainsi, les risques liés au cours du change pour la plus grande partie du budget d’acquisition. De plus, le constructeur s’engage à livrer les avions dans les délais, si toutefois un retard devait être constaté, un dédommagement serait alors offert à notre pays.

 

Conformément à la loi du 7 octobre 2005 sur les finances (LFC)9, les crédits d’engagement demandés dans le cadre d’un programme d’armement représentent un montant maximal qu’il est interdit de dépasser sans l’autorisation du Parlement. 

 

 

Les Offsets : 


 

Sans titre.jpg


 

Le constructeur s’est engagé à compenser la totalité du coût d’achat de l’avion soit : 3,126 milliards de francs.

Les affaires de participation directe et indirecte ne bénéficient d’aucune subvention de la Confédération. Les offres des entreprises suisses doivent être compétitives pour que les affaires se réalisent. La détermination des possibilités de participation est dirigé par armasuisse et le bureau des affaires compensatoires, à Berne, et il est exécuté par l’équipe industrielle du Gripen, composée en particulier de représentants des entreprises Saab, General Electric, Selex et Honeywell Collins, conjointement avec les associations de l’industrie Swissmem et GRPM.

 

Dès la remise de l’offre, la société Saab s’est engagée à compenser économiquement, par un programme industriel suisse, les flux financiers la concernant. En l’état actuel, le volume total est estimé à quelque 2,5 milliards de francs. Le programme industriel suisse porte sur toutes les parts de fournisseurs étrangers. Il s’agit des fabricants de missiles, en plus du fabricant des avions. Les parts de fournisseurs suisses et d’organes gouvernementaux ainsi que les acquisitions de moindre importance auprès de tiers ne sont pas prises en considération. Le crédit d’engagement demandé inclut toutes les taxes et redevances, aux taux actuellement connus. Pour les projets proposés, le renchérissement a été estimé jusqu’à la livraison complète du matériel et figure dans les demandes de crédit. Le renchérissement est fixé sur la base de l’indice des prix à la consommation et de l’évolution des prix des matières premières.

Le solde des affaires de participation directe et indirecte de l’industrie suisse devra être négocié après la signature du contrat, comme cela est usuel. Les affaires s’étendront sur une période d’environ 10 ans.


 

offsets2.jpg


 

Emplois : 

 

En ce qui concerne l’armée : quelque 150 postes exprimés à plein temps sont prévus au total pour l’exploitation du Gripen : 41 pilotes militaires professionnels, 6 officiers de carrière pour les capacités de base reconnaissance aérienne et combat au sol, 3 sous-officiers de carrière pour l’instruction et environ 100 postes pour le personnel professionnel civil. 

 

offsets.jpg

 

En ce qui concerne l’industrie civil, bien que les détails sont encore confidentiels et ne seront divulgués que courant 2013, les transferts de technologie, développements de brevets et les contrats avec la Suède vont générer plusieurs milliers de places de travail au sein de l’économie de notre pays. Il en résultera un accroissement du savoir-faire et une valeur ajoutée pour les entreprises industrielles de haut niveau technologique. Le volume attendu des affaires compensatoires correspond habituellement à l'activité économique de quelque 10 000 années-hommes.


 

offsets3.jpg


 

Conséquences pour l’économie publique : 


 

offsets4.jpg


 

L’acquisition du Gripen est avantageuse pour l’économie publique suisse pour les raisons suivantes : les dépenses liées à l’acquisition sont compensées par des affaires précisément dites compensatoires dans la mesure où des contrats sont conclus avec l’industrie étrangère. Il s’ensuit une acquisition de savoir-faire et de la valeur ajoutée dans des branches industrielles de haut niveau technologique. De plus, l’exploitation et la maintenance du Gripen préserveront et créeront même parfois des emplois à long terme.

Les affaires compensatoires à réaliser par l’industrie suédoise auprès de l’industrie suisse portent notamment sur les domaines suivants : Le transfert de technologies dans le secteur aéronautique en vue du soutien à long terme aux Forces aériennes pour l’exploitation, la maintenance et le développement des nouveaux avions.

Le transfert de technologies dans le domaine de la technique de défense et de sécurité en général, pour un soutien accru de l’armée par l’industrie suisse également dans des domaines autres que le secteur aéronautique.

La mise en place de relations d’affaires durables à long terme pour l’industrie suisse, perdurant après l’achèvement des affaires compensatoires.


 

Gripen_armasuisse_stor.jpg


 

Lien sur le premier volet : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/11/14/programme-...

 

 

 

Photos : 1 & 2 Gripen NG lors de sa démonstration en octobre dernier @ DDPS

 

19/11/2012

Nouvelle avionique pour les C-130T !

C-130-Hercules-248.jpg


 

Owego, New-York,  L'US Naval Air Systems Command a octroyé à Lockheed Martin  un contrat de 30 millions de dollars pour intégrer la modernisation de l’avionique destinée aux avions de transport et soutien logistique Lockheed-Martin C-130T.

 

En vertu du contrat, Lockheed Martin intégrera les modifications de mise à jour des  cockpits permettant à la Marine l’utilisation à l’avenir de ses C-130T de manière encore plus flexible. Cette modernisation comprend l’installation d’un nouvel écrans EFIS, un nouveau calculateur de navigation, une centrale de gestion du trafic ainsi qu’un nouveau système de communication.

Ces modifications qui concernent 20 aéronefs, doivent permettre à la flotte de C-130T de pouvoir voler durant 20 années encore. Les travaux seront réalisés à Owego, État de New York, et devrait être achevée au cours du premier trimestre de 2016.


 

C-130T-cockpit.png


 

Le Lockheed-Martin C130T : 

 

Les 20 Lockheed-Martin C-130T de l’US Navy servent au soutien logistique destiné aux forces navales, mais il peut également être utilisé comme moyen de transport tactique, ou facilement convertis pour l’évacuation sanitaire avec 74 civières (MEDEVAC) ou les missions de livraison aérienne. L'avion peut atterrir et décoller sur des pistes courtes, et peut être utilisé sur des pistes d'atterrissage peu aménagées.

En transport tactique le C-130T peut transporter 92 soldats ou 64 parachutistes au sol et des équipements.

 

Les C-130T sont exploités par un équipage de cinq personnes, dont deux officiers et trois membres d'équipage composé d'un pilote, copilote, opérateur radio-arrimeur, mécanicien de bord, et des agents de bord. Le Loadmaster est responsable du maintien d'un centre de sécurité de gravité de l'avion avec le chargement et le déchargement de l'avion avec une cargaison ou des passagers. 

 

Les C-130T de la Navy ont commencé à être livré en juillet 1991, le dernier appareils a été  réceptionné en décembre 1996.


 

800px-C-130T_Hercules_Blue_Angels.jpg


 

Photos : 1 C-130T 2 Le nouvel équipement de l’avionique  3 Le C-130T destiné à la logistique de la Patrouille de la Navy les «blue  Angels» @ Lockheed-Martin

18/11/2012

L’Inde confirme le choix de l’A330MRTT !



Indian mrtt.jpg


 

NEW DEHLI, La sélection du ravitailleur européen est tombée il y a quelques temps déjà, mais l’Inde confirme cette fois de manière définitive son choix en matière d’avion ravitailleur. L’Airbus A330 a remporté l’appel d’offres lancé par l’Armée de l’air indienne, en devançant le modèle russe Il-78. Il s’agit là d’une nouvelle défaite russe en Inde après le choix d’hélicoptère CH-47 «Chinook» et AH-64E «Apache». L’Inde se propose d’acheter six ravitailleurs A330 MRTT pour un milliard de dollars. 

 

L’appel d’offres avait été ouvert en 2010. Antonov (Ukraine) avait été écarté du dossier, quant à Boeing et Lockheed (USA) ils n’avaient pas participé, laissant EADS et Iliouchine en compétition.

 

La situation indienne : 

 

L’Indian Air Force (IAF) fait actuellement voler 6 ravitailleurs Il-78 achetés à l’Ouzbekistan en 2003. Elle prévoit d’acheter 12 ravitailleurs supplémentaires dont les 6 A330 MRTT commandés à Airbus. Le ministère de la défense n’a pas précisé si un nouvel appel d’offres serait ouvert pour acheter les 6 autres ravitailleurs à Iliouchine ou si une nouvelle commande serait adressée à Airbus, cependant, ce récent choix laisse le consortium européen en situation très favorable.

 

L’Indian Air Force envisage de déployer ses ravitailleurs sur la base aérienne de Panagahr dans la province du Bengale occidental pour augmenter la portée de ses avions de combat Su-30MKI, leur permettant de pénétrer ainsi plus profondément en territoire chinois. Il s’agit-là clairement d’un positionnement stratégique à moyen long terme susceptible de renforcer les positions politiques indienne face à la montée en puissance du grand voisin chinois.

 

Du côté d’Airbus :

 

Il y a eu un effort pour modérer les prix d'Airbus et les dirigeants du consortium Airbus ont joué la carte de la durée de vie et du coût opérationnel de celui-ci. La qualité du système A330MRTT à joué un rôle significatif dans le choix indien sans oublier les possibilités d’emplois multiples. Pourtant, au départ l’avion européen partait avait une faiblesse , le coûts d’achat nettement plus élevés vis-à-vis de son concurrent IL-78. La modernité et le côté multirôle ont clairement joué en la faveur de l’A330MRTT.

 

L’A330MRTT :

 

Ayant reçu le certificat de type de l’autorité de certification civile européenne EASA en mars 2010, puis le certificat militaire de l’autorité espagnole INTA en octobre, l’A330 MRTT d’Airbus Military est le seul avion stratégique de ravitaillement et de transport de nouvelle génération actuellement disponible et opérationnel au monde. L’importante capacité d’emport carburant de base (111 tonnes) de l’avion de ligne A330-200, dont il est dérivé, permet à l’A330 MRTT d’exceller dans les missions de ravitaillement en vol, sans l’adjonction de réservoir supplémentaire. L’A330 MRTT est proposé avec un choix de systèmes de ravitaillement incluant la perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System) d’Airbus Military et/ou une paire de nacelles tuyau/panier sous voilure et/ou un système ventral tuyau/panier FRU (Fuselage Refuelling Unit).

Grâce à son large fuselage, l’A330 MRTT peut également servir d’avion de transport capable de transporter 300 soldats ou 45 tonnes de charge utile. Il peut également être décliné en version d’évacuation sanitaire (EVASAN) et recevoir jusqu’à 130 civières. L’A330 MRTT totalise à ce jour 28 commandes émanant de quatre clients (Australie, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis et Royaume-Uni), et a déjà reçu un renouvellement de commande de la part du Royaume d’Arabie Saoudite.

 

800px-Royal_Air_Force_Airbus_A330MRTT_Bidini.jpg


Photos : 1 Image de synthèse  2 A330MRTT aux couleurs indiennes avec de SU30MK1 2 A330MRTT de la RAF @ Airbus Military