18/03/2013

Premier vol d’un F-15SA modernisé de la RSAF !

130220-F-VC230-001.jpg


 

 

Wright-Patterson Air Force Base, Ohio  L'US Air Force et Boeing ont réalisé le premier vol d’un appareil de type F-15SA modernisé destiné à la Royal Saudi Air Force. Ce vol fait suite l’accord de juillet dernier entre le Pentagone, la Royal Saudi Air Force et Boeing  pour un contrat de modernisation concernant 68 avions de combat de type F-15S appartenant à la Royal Saudi Air Force (RSAF). Le coût total du programme de mise à niveau est de 4 milliards de dollars. Selon le calendrier du programme de mise à niveau, celui-ci devra être terminé au 31 décembre 2019.


 

Le premier exemplaire d’un F-15SA  modernisé a volé fin février depuis les installations de Boeing à St. Louis. Le vol s'est déroulé comme prévu et a atteint  tous ses objectifs de test permettant ainsi de respecter le calendrier développement.


 

APG-63V3-AESA-1S.jpg


 

Le F-15SA « Eagle» :

 

"Ce premier vol réussi d’un F-15SA est une étape extrêmement importante pour le programme et témoigne de la très bonne relation entre l'US Air Force, Boeing et ses partenaires de la RSAF», a déclaré le lieutenant-général DC Moore,  commandant de l'Armée de l'Air  pour la Gestion des  cycles de vie. "Le F-15SA ajoutera une capacité essentiels à la RSAF et renforcera la sécurité du Royaume d'Arabie Saoudite."

 

Le F-15SA apporte de meilleures performances, une meilleure sensibilisation de la situation et avec une augmentation de la capacité la survie. Par ailleurs, la flotte de F-15SA bénéficiera d’un coûts du cycle de vie diminué. Les F-15S de la RSAF recevront un nouveau radar de type Raytheon APG-63 (V) 3, doté d’une antenne à balayage électronique actif (AESA), un nouveau système d’alerte missile et de guerre électronique Warfare System/système commun d'alerte de missiles (DEWS/ CMWS ) développé par BAE Systems Electronic. Les pilotes seront dotés du viseur de casque de Boeing JHMCS. 

Les autres améliorations comprennent l'installation de nouveaux composants pour les  commandes de vol développées  par Goodrich. Les F-15S seront également doté du pod de reconnaissance et ciblage AN/AAQ-33 «Sniper» de Lockheed Martin.


 

f-15SA.png


 

Le F-15 au sein de la RSAF : 

 

L’Arabie Saoudite dispose d’une flotte de 68 F-15S (version adaptée du F-15E), deux appareils ont été perdus. La modernisation comprend le développement, la fabrication et les essais des kits de conversion, ainsi que la rénovation et l’installation des systèmes sur les appareils. En parallèle à cette modernisation, le gouvernement américain a donné son feu vert à la livraison des 84 Boeing F-15S commandé en date du 30.12.2011. Ce marché est estimé à une valeur de 29,4 milliards de dollars américains. Cette vente conforte par ailleurs, la position de sécurisation de la région de la part du Gouvernement américain au moment ou l’Iran menace de verrouiller le détroit d’Ormuz. 

 

Photos : 1 le premier F-15SA modernisé @ Boeing 2 Radar EASA Raytheon @ Raytheon 3 Fiche de modernisation @ Boeing 


22:30 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, f-15 eagle, f-15sa, rsaf |  Facebook | |

Lion Air commande 234 A320 !

A320neo.jpg

 

TOULOUSE, Airbus la compagnie indonésienne à bas coûts Lion Air confirme une commande concernant 234 appareils de la famille A320 pour un montant de 18,4 milliards d'euros. Cette nouvelle grosse commande pour l’avionneur européen lui permet de dépasser les 2'000 commande pour la gamme A320NEO. La commande se décline comme suit : 109 a320neo et 65 A321neo.

 

img817_ve-may-bay-lion-air-ve-may-bay-di-singapore-gia-re.jpg

Avec un montant total estimé à plus de 20 milliards de dollars, c'est un contrat historique qu'Airbus officialise ce lundi. Le contrat porterait sur plus de 200 A 320, dont un grand nombre de NEO, la future version de l'appareil équipée de moteurs moins gourmands en carburant. Pour Airbus, c'est un jackpot qui s'annonce : un A 320 valant 91,5 millions de dollars l'unité, et le NEO s'affichant à 100 millions pièce en catalogue, le montant pourrait en principe avoisiner les 20 milliards de dollars (15,5 milliards d'euros).

Le prix catalogue d'un A320 classique est de 91,5 millions de dollars l'unité. Celui de l'A320 NEO dépasse les 100 millions, selon la dernière grille tarifaire d'Airbus datant de janvier 2013.Le contrat Lion Air apporte à Airbus un nouveau client.

La compagnie s'est jusqu'ici quasi exclusivement équipée auprès du rival américain Boeing, à qui elle a permis d'engranger en 2011 le plus gros contrat civil de son histoire avec une commande de 230 B737 chiffrée par Boeing à 21,7 milliards de dollars.Lion Air, créée en 1999, s'est déjà hissée au rang de première compagnie privée d'Indonésie. Elle dessert surtout son pays d'origine mais assure aussi des liaisons vers Singapour, la Malaisie, le Vietnam ou encore l'Arabie Saoudite. Et elle compte s'attaquer au géant régional du secteur, AirAsia, sur ses propres terres, en lançant une filiale à bas coûts en Malaisie.

Une flotte mixte :

La compagnie indonésienne Lion Air, avec cette nouvelle commande a décidé de disposer d’une flotte mixte de monocouloirs Airbus, Boeing, en effet, Lion Air à déjà commandé en 2011 230 Boeing 737 pour un montant total de 21,7 milliards de dollars. La commande se décline comme suit : 201 B737 MAX (remotorisé avec le CFM LEAP-1B) et 29 B737-900 ER (Extended Range) «Next Generation».

12:05 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : lion air, airbus, a320neo, b737max |  Facebook | |

17/03/2013

Les secrets de l’hélicoptère WZ-10 !

PLAAF_Changhe_WZ-10_-_Jordan.jpg


 

En 2011, je vous avais présenté le dernier né des hélicoptère chinois, le ZHi-10 (WZ-10)développé par Changhe Aircraft Industries Group (CAIG) et la division chinoise de recherche en matière  d'hélicoptères. Plusieurs éléments avaient frappés l’arrivée de cet aéronef avec notamment sa forte ressemblance avec des appareils occidentaux comme le Tigre d’Eurocopter ou le Rooivalk Sud-Africain. Lors d’une conférence de presse la semaine dernière au salon Heli-Expo de Las Vegas, certains petits secrets ont été divulgués.

 

Aide de la Russie :

 

C’est en effet, lors d’une conférence de presse que le Directeur du bureau de conception du constructeur Kamov, Sergei Mikheyev a fait tomber le rideau sur le développement de l’hélicoptère de combat chinois Z-10. En effet, c’est bien le constructeur russe Kamov qui est à l’origine du concept initial pour le Z-10. Toujours selon Monsieur Mikheyev, la Chine a  demandé en 1995 à Kamov d’entreprendre la conception de base d’un hélicoptère d'attaque, qui a été connu en interne sous le nom de projet 941. Le prototype issus du projet 941 a été testé en soufflerie et se révèle similaire à celui Z-10 d’aujourd’hui. Kamov est allé si loin, dans cette forme de sous-traitance, que le programme s’est trouvé prêts pour le développement de la part de la Chine.

 

On sait également, que le Z-10 a été conçu avec un compartiment moteur universel et les cinq premiers prototypes ont été alimentés par deux Pratt & Whitney Canada PT6C-76C. à ce sujet, la société United Technologies et sa filiale Hamilton Sundstrand ont été condamnées à une amende de 75 millions de dollars en juin 2012 pour avoir enfreint les contrôles américains à l'exportation pour 10 PT6C en Chine. Le Z-10 a également été alimenté par un moteur russe le VK2500 de  Klimov. Ce dernier semble être installé sur les Z-10 de production qui ont commencé à équiper au moins une unité de combat chinoise.


 

PFpEa.jpg


 

 

Une autre information a été confirmée, concernant l’aide de la société sud-africaine Denel concernant des questions de stabilité de l’appareil, de plus, on apprend aujourd’hui que la Chine a essayé d'acheter un hélicoptère complet de type Rooivalk auprès de Denel.

 

Le CAIG WZ-10 : 

 

Dans le Z-10, le pilote et l'opérateur d’armes sont assis en tandem dans un cockpit renforcé. L'hélicoptère dispose d’un rotor principal à cinq pales. Il dispose d’un cockpit en verre moderne avec affichage à écrans multifonctions (MFD). L'équipage de l'hélicoptère peut également être équipé d'un viseur de casque (HMS) pour l'affichage tête haute de l'information et de contrôle des armes.

L'hélicoptère est équipé d'un canon de 23mm, monté sous le nez en tourelle. Une série de capteurs sont situés dans le nez de l'avion dont, probablement, une caméra optique et infrarouge (FLIR) et un télémètre laser. Il doit aussi probablement emporter un système de contre-mesures électroniques.

Les ailettes doivent posséder un ou deux points d'emport chacune où les missiles antichars probablement du type HJ-9 et peuvent être accrochés par groupe de quatre. On a évoqué également la possibilité qu'il utilise les nouveaux missiles HJ-10. Ceci améliorerait de manière significative les possibilités antichar du WZ-10, le HJ-10 étant censé être de type «tire et oublie»!


 

adp_z-10-pic.jpg


Photos : 1 & 2 WZ-10  3 En groupe @ Xi Weizhou

16/03/2013

La future gamme B777X !

12971_538373632850460_2057109631_n.jpg


 

SEATTLE, Boeing poursuit l’étude de développement de la futur gamme du B777. Les futurs B777X comprendront deux versions les 8X et 9X. Ces appareils vont contribuer à valoriser encore plus la famille «777» et permettront à Boeing d’étoffer son offre avec le B787 face à la nouvelle gamme de biréacteur A350 d’Airbus. La gamme B777X devrait entrer en service pour 2019.

 

Le B777-8X, une version allongée du B777-200ER (69,5m), il sera un concurrent direct de l’A350-900, avec 353 sièges. La seconde version de la gamme, le B777-9X (407 sièges), sera quant à elle une version allongée du B777-300ER (76,4m), les deux possédant un rayon d’action approchant les 15 ‘000 km. Leur particularité provient des ailes qui seront en matériaux composite, plus légers et engendrant une moindre consommation de carburant. Boeing exploite ainsi ce qu’il fait déjà avec le «Dreamliner».

Boeing réfléchit également à une version à très long rayon d’action, le B777-8LX, d’une portée de 9480 miles nautiques, soit 85 de plus que le B7777-200LR actuel, ce qui permettrait, par exemple, de relier Londres à Sydney sans arrêt dans le sud-est asiatique. 

Alliance Boeing & General-Electric :

Pour motoriser cette nouvelle gamme B777X, Boeing vient de confirmer vendredi dernier qu’il fera appel au motoriste General-Electric. General-Electric travaille à la mise au point du GE-9X qui sera le successeur du bestseller GE90. Pour équiper le B777-8X, GE prépare une version du G9X d’une poussée de 88 000 livres. Le B777-9X disposera lui de deux GE 9X de 99 500 livres.

La gestion du développement : 

Pour le constructeur de Seattle, ce nouveau projet doit permettre de maintenir son avance avec la gamme des gros bimoteurs, mais il faudra être très attentifs à la marge de manoeuvre en ce qui concerne le développement. En effet, Boeing se retrouve avec plusieurs nouveaux appareils (B787 et les problèmes de batteries, le B737MAX et le B787-10X). Il faudra donc à Boeing trouver le bon dosage de risque technique et de gestion des ressources, car le B777X va être plus compliqué à développer, il va prendre beaucoup de ressources, coûter plus d’argent et avoir les plus gros risques associés et ceci notamment avec le développement d’une nouvelle aile en composites et d’un nouveau moteur, c’est un changement majeur. La jonction d’une aile en composites sur un fuselage en aluminium, reste un élément compliqué à gérer en terme d’industrialisation.

Intérêt d’Emirates :

Le Boeing 777X semble grandement intéresser la compagnie Emirates Airlines qui s’est dite prête à en acquérir une centaine d’exemplaires ou même plus pour remplacer ses B777-300ER.

 

B777X_graphic.jpg


Photos : 1 gamme B777-8X,-9X 2 Projet B777X @ Boeing


18:00 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : boeing, b777, general electric, b777x, b7778x, b777-9x, ge-9x |  Facebook | |

15/03/2013

Dyess AFB réceptionne son 26e C-130J !

130312-F-JA142-002.jpg



Marietta,  Lockheed-Martin vient de livrer le 26e (no: 5715) C-130J «Super Hercules»   transporté destiné au groupe de transport aérien 317e à Dyess Air Force Base, au Texas. L'appareil fait partie d'un contrat initialement attribué en 2008.

 

Le 317e groupe de transport aérien de la base aérienne de Dyess deviendra prochainement le plus grand opérateur de Lockheed-Martin C-130J avec une flotte de 28 appareils.

 

A propos du C-130J «Super Hercules» :

 

Le C-130J «Super Hercules» est la version la plus avancée du célèbre C-130 cargo,  il incorpore une technologie de pointe, pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courtes. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE 2100D3 dotés d’hélices à six pales. 

Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre Hercules, cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Il a une capacité de 26.000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11.000kg de carburant.


 

Dyess5715Delivery-3-2013.jpg


 

Photos : 1 Arrivée du 26e C-130J no: 5715 2 Gros plan @ Lockheed-Martin

23:24 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lockheed martin, dyess afb, air force, usaf |  Facebook | |