29/05/2013

Le Mitsubishi MRJ devrait voler cette année !

mitsubishimrj_905.jpg

 

 

Le premier avion de ligne japonais, le Mitsubishi Regional Jet (MRJ) devrait voler avant la fin de l’année selon son concepteur. Le MRJ fait face comme ses concurrents à plusieurs mois de retard (deux ans exactement), sur la mise au point de son programme, mais selon Hideo Egawa, président et chef de la direction de Mitsubishi Aircraft, l’avion est aujourd’hui en bonne voie pour son premier vol.

 

 

Le MRJ susceptible de bouleverser le marché ?

 

MRJ_Flight_Deck_Small.jpg

 

La question peut faire sourire, cependant, le Mitsubishi Regional Jet (MRJ) bien qu’encore au stade de l’assemblage de son premier prototype, engendre un nombre important de pré-commandes, soit 325. L’avionneur japonais ne compte pas venir bouleverser la dominance d’Airbus et Boeing, mais semble se positionner favorablement, face aux Sukhoi SuperJet 100, Comac ARJ21. Les commandes proviennent de sociétés américaines TransStates Holdings et Skywest Airlines et les autres ordres venant d’ANA au Japon.

 

De plus, le MRJ devrait pouvoir concurrencer en matière de coûts les actuels Bombardier CRJ900 et Embraer E175 avec une consommation en kérosène inférieure de l’ordre de 11% au premier et 13% au second. Toujours selon le constructeur, le MRJ doté des moteurs Pratt & Whitney PurePower PW1217G réduira l'empreinte de bruit au décollage de 40% par rapport à l’Embraer E190. Le MRJ pourra effectuer des vols sans escale au départ de Denver à New York ou à Miami par exemple.


Question confort, la cabine du MRJ permet l’installation de la nouvelle génération de «sièges minces», qui disposent d'un dossier de siège plus fin et qui prendront moins de place entre les rangées, en offrant un espace pour les genoux des passagers de 31 pouces. Ces sièges contribuent également à la réduction du poids de l’avion.

 

MRJ_cabin_Small.jpg

 

 


Mitsubishi Regional Jet (MRJ):

 

Mitsubishi Heavy Industrie décline sont MRJ en deux classes, soit : le MRJ 70 (72 à 76 places) et le MRJ 90 (92 à 96 places), les deux versions seront également proposées aux standards : ER (Extended Range) et LR (long Range.Le MRJ sera le «  Regional jet » qui comprendra le plus de matériaux composite, de plus afin de diminuer l’impact sur l’environnement des recherches ont été menées par l’Energy and Indusrial Development Organization en collaboration avec l’Agence spatiale japonaise JAXA.

 

mitsubishi-regional-jet1.jpg

 

Photos : 1 & 4  MRJ image de synthèse en vol 2 Le Cockpit 3 aménagement intérieur @ Mitsubishi



12:03 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mitsubishi, mrj, mitsubishi regional jet |  Facebook | |

28/05/2013

Le Canada partenaire obligé du F-35 ?

F35Acan.jpg


 

Je vous relatais le feuilleton canadien sur l’acquisition du F-35 de Lockheed-Martin avec ces dernières semaines le retour en arrière du gouvernement qui, sous la pression, a accepté de relancer la compétition. Cependant, une nouvelle question vient pimenté la question du choix du remplaçant du CF/A-18A/B canadiens, celle des engagements pris par ce pays avec le programme F-35 !

 

En effet, quoi que décide en fait le gouvernement canadien, celui-ci se retrouve coincé d’une manière ou d’une autre, avec l’avion américain. Le Canada est confronté à une série de dates butoir, qui pourraient le contraindre à maintenir sa participation au sein de ce programme controversé. 

 

Les investissements d’Ottawa avec le F-35 :


 

photo_1165725_resize.jpg


 

Le gouvernement fédéral a récemment fait un chèque de 36 millions de dollars pour maintenir la participation du Canada dans le processus de développement des chasseurs furtifs, faisant ainsi passer la contribution financière totale d'Ottawa à 332 millions de dollars.

Des documents internes montrent à quel point tous les pays impliqués dans ce programme, tout particulièrement le Canada, sont devenus essentiels au développement de l'appareil et au succès de l'entreprise. Il en effet, comprendre, que les bénéfices industriels vont aux entreprises des pays qui achètent ou ont l'intention d'acheter le F-35.

 

Cela veut clairement dire, que si un pays décide de ne pas acheter le F-35, que les contrats en cours seront complétés, mais qu'ils ne seront pas renouvelés. L’argent sera donc investit dans le programme, mais il n’y aura pas de retour sur investissement. Les entreprises canadiennes pourraient donc, en cas de rejet, avoir tout simplement perdu leurs mises. On parle ici dans le cas du Canada, de plus de 70 entreprises qui ont décroché des contrats pour le programme de F-35, ce qui représente environ 450 millions de dollars.

Et puis,  il y a un autre problème, le Canada vient de prendre la relève à la barre du conseil multinational du bureau de projet du «Joint Strike Fighter», au Pentagone ! Difficile à présent de se défiler sur ce programme. 

Diminution des coûts du F-35 : 


 

f35assemblage.jpg


Comme si tout cela ne suffisait pas, un nouvel argument vient conforté le programme F-35 au Canada, celui de l’annonce de la baisse des coûts, une fois n’est pas coutume : 

Dans un rapport annuel déposé au Congrès, le Pentagone précise que le programme de développement et de construction du F-35 va (enfin) connaître une baisse de 1% de ses coûts. Le programme est désormais estimé à 391,2 milliards $ contre 395,7 milliards $ comme l’indiquait le précédent rapport de l’an dernier. Certes, se n’est pas la panacée, mais cela montre que les efforts demandés commence porter leurs fruits même de modeste manière. Dans le détail, le rapport précise que la baisse n’a lieu que dans le sous-programme de l’avion en lui-même et non le sous-programme des moteurs.

Ainsi, les coûts du sous-programme de l’avion sont passés de 331,9 milliards $ en 2011 à 326,9 milliards l’an dernier (-1,5%), et les coûts du sous-programme des moteurs sont passés de 63,9 à 64,3 milliards $. La raison principale de la réduction est une baisse des taux de main-d’œuvre pour Lockheed et leurs sous-traitants, ainsi que le fuselage qui a été revu et les estimations de sous-traitance.

Le rapport dit également que le coût moyen du modèle F-35A, hors coûts de R&D, a chuté à 76,8 millions $ par avion, comparativement à 78,7 millions $ un an plus tôt. C’est ce modèle là que le gouvernement du Canada souhaite acquérir.

La question que l’on peut se poser aujourd’hui est de savoir, si cette compétition à encore une raison d’être ? 


 

lockheed-nn-milewski-040713_lead_media_image_1.jpg


Photos : 1 Maquette de F-35A aux couleurs du Canada @ Alain Rioux 2 F-35 de face 3 chaine d’assemblage Lockheed-Martin

 

 

21:11 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : lockheed-martin, f-35a, f-35 canada |  Facebook | |

Trois A330-300 pour Oman Air !

 

800x600_1369202296_A330-300_Oman_Air.jpg

Oman Air, la compagnie nationale du Sultanat d’Oman, a passé commande de trois A330-300, portant ainsi sa flotte d'A330 à dix appareils Airbus au total. Ces appareils, qui peuvent accueillir près de 300 passagers, seront exploités sur des lignes long-courriers.

Grâce à la communité opérationnelle et à la communité de poste de pilotage de ces appareils, uniques à Airbus, les compagnies aériennes peuvent affecter les mêmes équipages, personnels navigants commerciaux et techniciens de maintenance aux appareils Airbus de leur flotte. Ces avantages donnent aux utilisateurs une grande souplesse opérationnelle et se traduisent par des réductions de coûts substantielles. Airbus, principal avionneur mondial, offre la gamme de produits la plus moderne et la plus complète sur le marché des avions civils de 100 à plus de 500 sièges.

Rappel :

La famille A330, dont les appareils peuvent accueillir 250 à 300 passagers et qui comporte des versions cargo et VIP, ainsi que des avions de ravitaillement/transport militaire, a enregistré à ce jour plus de 1 200 commandes, dont environ 900 appareils sont d’ores et déjà exploités par plus de 100 utilisateurs dans le monde. Depuis la mise en service de la toute première version de l’A330-300, l’un des principaux atouts de ce type d’appareil a toujours été son coût d’exploitation très bas. Grâce à l’introduction d’un grand nombre d’optimisations, cet appareil reste le plus rentable et performant de sa catégorie, et enregistre un taux moyen de régularité technique de plus de 99%.

Photo : Image de synthèse A330-300 Oman Air @ Airbus

12:05 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : airbus., a330-300er, airbus a330, oman air |  Facebook | |

27/05/2013

Boeing débute la construction du KC-46A !

Boeing.jpg


 

 

EVERETT, Boeing vient de débuter la construction du premier ravitailleur KC-46A «New Generation Tanker». Le Pentagone a choisi en février 2011 l’avion de Boeing face l’A330 MRTT d’Airbus pour remplacer la flotte d’avion ravitailleur  KC-135, vieux de 50 ans, de l’US Air Force. Le contrat est de 30 milliards de dollars pour la livraison de 179 appareils.

 

Les éléments importants commence à être livré à Boeing, qui va débuter ces prochains jours l’assemblage de la voilure. Puis, se sera l’assemblage des citernes du KC-46A. Le premier vol du KC-46A pourrait avoir lieu au premier trimestre de 2015, selon Boeing.

 

Toujours selon Boeing, le premier exemplaire du KC-46A devrait être livré en 2016. Signalons au passage que le «timing» est assez serré pour le constructeur américain, car le contrat avec l’US Air Force précise que 18 appareils de type KC-46A doivent être opérationnels en 2017 (dont trois appareils de pré-série). A ce stade, le taux de production doit atteindre 15 appareils par an.

 

Boeing espère par ailleurs, vendre son «New Generation Tanker» à l’exportation. Selon les besoins se sont 25 à 50 appareils qui pourraient être concernés.

 

Un nouveau poste de pilotage :

 

 

KC-46_cockpit.jpg

Le KC-46A est issus du B767-200ER, mais sera doté de plusieurs améliorations. Le cockpit est fournit par Rockwell Collins. L’avionique comprendra quatre écrans cristaux liquides de 15,1 pouces calqués sur ceux du Boeing B787 «Dreamliner». Doté d’un système RCDD  (système en réseau d’acheminement des données entre composants) full-duplex avec communité Ethernet (AFDX). Le système va combiné l’ensemble des informations nécessaires aux pilotes pour permettre une de prise de conscience de la situation tactique (TSAS) via une liaison de donnée Link16 et des communications satellite. De plus, le 

 TSAS sera en mesure de présenter l'information des menaces pour les pilotes basés sur la liaison16 transmise par les aéronefs de combat.

 

Concernant la perche le ravitaillement, Rockwell Collins fournit également un système de vision à distance basé sur des capteurs optiques configurés pour fournir des vues panoramiques 3D. Assis à la station de mission, le perchman va être capable de guider le «boom» de l'aéronef depuis un affichage en relief en 3D grâce à des lunettes spéciales.

 

Le KC46A «New Generation Tanker» : 

 

Boeing a déterminé les besoins de la mission pour optimiser la taille de la cellule qui apportera le meilleur coût d’exploitation possible. Le B767 «New Gen Tanker» est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Certes, il existe déjà une version du B767 Tanker, mais cette nouvelle version répond complètement au cahier des charges de l’US Air Force.

 

Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matières d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 « Dreamliner ». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. L’avion répond aux 372 exigences demandées par l’USAF, de plus selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le NewGen Tanker se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le NewGen Tanker met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «Dreamliner». Le NewGen Tanker dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 NewGen modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électriques (Fly by Wire).

 

GetAsset.jpg




 

Photos : 1 image de synthèse KC-46A avec un F-35 2 Le cockpit 3 Image de synthèse KC-46A avec des F-15E @ Boeing


Le second A400M français aux essais !

 

A400MMSN84EnginesRun-1438.jpg

 

SEVILLE, le second avion de transport militaire A400M destiné à l’Armée de l’Air française se trouve actuellement aux essais moteurs.

 

L’appareil MSN8 subit ses essais moteurs et de roulage en prévision de son premier vol qui aura lieu ces prochains jours.

 

Airbus Military s'attend à terminer quatre A400M en 2013 et livrera le MSN8 de l'Armée de l'Air française au troisième trimestre de l'année.

 

 

 

Photo : le MSN8 aux essais à Séville @ Airbus Military

12:00 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : a400m, armée de l'air, airbus military |  Facebook | |