12/07/2020

Les Apache et Chinook indiens au complet !

apache-chinook.jpg

Boeing a terminé la livraison de tous les nouveaux hélicoptères AH-64E « Apache » et CH-47F » Chinook » à l'Indian Air Force (IAF). Les cinq derniers des 22 hélicoptères d'attaque « Apache » ont été remis à l'IAF à Air Force Station, Hindan. En mars, Boeing a remis les cinq derniers des 15 hélicoptères de transport lourd CH-47F « Chinook » à l'IAF. 

Rappel : 

C’est le 28 mai 2015 que le Ministère indien de la Défense (MoD) a autorisé l'acquisition de 22 hélicoptères Boeing AH-64 E « Apache » et 15 hélicoptères Boeing CH-47F « Chinook » pour un montant de 2,5 milliards de dollars US.

La vente de 22 hélicoptères de combat AH-64E Apache comprend également une large panoplie d’armement tel que : 812 missiles AGM-114L-3 Hellfire Longbow, 542 missiles AGM-114R-3 Hellfire-II, 245 missiles Stinger Block I-92H. Des munitions de 30mm pour approvisionner les canons. Il faut également ajouter 12 radars de définition de cible AN/APG-78, 12 Interféromètres AN/APR-48A à fréquence radar. L’Inde prévoit également de se doter d’un important stock de moteurs de réserve avec 50 turbines General-El T700-GE-701D.

L’AH-64 E " Apache " :

One-of-the-Apache-helicopters-handed-over-to-the-IAF-by-Boeing..jpg

L’AH-64E « Apache » offre plusieurs améliorations, y compris une plus grande puissance en ce qui concerne la motorisation. Il est doté de nouvelles pales en composites. Il dispose d’une avionique et d’un système d’arme amélioré. L’appareil dispose d’une meilleure interopérabilité avec les systèmes aériens sans pilote (Drones) et ceci grâce à une mise en réseau du système (Net Centric Warfare). L’AH-64E comprend une nouvelle architecture de communication de type JTRS (Joint Tactical Radio System), de nouvelles commandes électriques, le nouveau radar de contrôle de tir Longbow Block III. L’appareil dispose également d’une capacité en réseau permettant une connectivité avec l’ensemble des moyens aériens et terrestres. Question maintenance, les systèmes permettent une diminution des charges notamment en engagement.

Le CH-47F " Chinook ":

chinook.jpg

Le CH-47F « Chinook » contient une cellule usinée moderne, un cockpit de système d'architecture avionique commun (CAAS) et un système de commande de vol automatique numérique (DAFCS). Ces innovations et technologies aideront l'Indian Air Force à répondre aux demandes évolutives des missions, à maximiser l'interopérabilité et à réduire les coûts du cycle de vie. Les nouveaux CH-47F disposent de caractéristiques améliorées en vue de la survie avec notamment un système directionnel de contre-mesures électronique à infrarouges, une meilleure protection balistique et un carénage résistant à l'écrasement. L’équipage disposent de sièges blindés. Le CH-47F possède une cellule et une avionique modernisée ainsi qu'un poste de pilotage automatique numérique.

Coopération USA-Inde :

La co-entreprise de Boeing à Hyderabad, Tata Boeing Aerospace Limited (TBAL), a produit des aérostructures pour l'hélicoptère AH-64 « Apache » pour l'armée américaine et des clients internationaux. TBAL marque une étape majeure vers le co-développement de systèmes intégrés dans l'aérospatiale et la défense en Inde. Les fournisseurs de Boeing en Inde fabriquent des systèmes et des composants essentiels pour les Chinook, y compris l’assemblage couronne et du cône arrière de Tata Advanced Systems et la rampe et le pylône arrière de Dynamatic Technologies. Boeing travaille aujourd'hui avec plus de 200 fournisseurs et partenaires dans le pays pour soutenir « Make in India » et « Skill India ». 

Photos : 1 Apache & Chinook 2 AH-64 E indien 3 CH-47F indiens @ IAF

11/07/2020

France, les KC-130J sont opérationnels !

fg_3242159-idr-6877.jpg

L'armée de l'air française vient de combler un vide avec la capacité de ravitaillement en vol de ses hélicoptères.

Avec la mise en service des deux avions Lockheed-Martin KC-130J « Super Hercules sont » l'armée de l'air française, a maintenant sa propre capacité de ravitaillement en vol pour ses hélicoptères Airbus H225 « Caracal » et fait partie du petit club de pays qui peuvent piloter des hélicoptères à longue portée en opérations.

Rappel :

La décision d'acquérir les C-130J et KC-130J était motivée par le fait que le C-160 « Transall », qui est le principal avion de transport tactique français depuis des décennies, était en cours de retrait (une douzaine seulement sont toujours en service), de plus, les retards de livraison des Airbus A400M et les problèmes de certification pour le ravitaillement des hélicoptères ont motivé ce choix.

Le KC-130J « Super Hercules » Tanker :

Le KC-130J « Super Hercules » en version Tanker est directement dérivé du nouveau C-130J. L’avion incorpore simplement les systèmes perches de ravitaillement, des réservoirs supplémentaires et un poste pour l’opérateur ravitailleur. Le système de ravitaillement existe déjà sur les modèles plus anciens du C-130.

Le C-130J incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courte. 

Photo : KC-130J ravitaillant un H225 « Caracal » @ Armée de l’air.

 

10/07/2020

Tokyo veut renforcer sa flotte d’avions de combat !

the-us-ends-search-for-japans-f-35-that-disappeared-in-the-pacific-2019-5.jpg

Pour Tokyo, les menaces chinoises et russes dans la région doivent être contrées efficacement. Pour cela, le gouvernement japonais veut pouvoir assurer une dissuasion forte. Pour ce faire, le pays prépare la commande de 105 avions de combat F-35 et met les bouchées double pour l’assemblage de son futur avion furtif Mitsubishi X-2. Pour mémoire le Japon à également modernisé sa flotte de 200 avions Boeing F-15 "Eagle". 

Une commande de 105 F-35 :

Le Département d'État américain a approuvé la vente potentielle de 23,11 milliards de dollars au Japon de 105 Lockheed-Martin F-35 « Lightning II » Joint Strike Fighter ainsi que de l'équipement et des services connexes.

Tokyo, qui a déjà commandé 42 F-35A de décollage et d'atterrissage conventionnels (CTOL), a demandé l'achat de 63 unités supplémentaires de cette variante, ainsi que 42 unités de F-35B à décollage et atterrissage verticaux (STOVL).

L'offre proposée, qui doit encore être approuvée par le Congrès américain, comprend également 110 turbopropulseurs Pratt & Whitney F135, dont cinq pièces de rechange, systèmes de guerre électronique. Les systèmes C4I, y compris la navigation et l'identification, le Système mondial de soutien logistique autonome (ALGS) et le Système d'information logistique autonome (ALIS), un entraîneur de mission de vol, la capacité d’emploi des armes et d’autres sous-systèmes. On notera un nouvel élément, l'accès partiel au Codes sources. Ce point était déterminant en ce qui concerne la décision sur une nouvelle commande. 

3747120412.jpeg

Renaissance de l’aéronavale japonaise : 

Pour accueillir les F-35B, le gouvernement japonais a l'intention de réorganiser le porte-hélicoptère JS Izumo de la Force d'autodéfense maritime pour qu'il puisse accueillir le nouvel aéronef (modification du pont, mise en place d’une rampe). Avec l’arrivée du F-35B sur un bâtiment de surface, le Japon voit ainsi son aéronavale reconstituée, depuis la fin de la Seconde Guerre-Mondiale. De plus, le pays pourra compter sur une force de frappe avancée qui de fait, permettra au Japon de disposer d’une véritable nouvelle force de combat.

Le ministère japonais de la Défense a sélectionné le F-35A en tant que futur combattant de la défense aérienne de la prochaine génération. Au total se sont 42 F-35A qui viendront équiper les Forces d’autodéfenses japonaises dans un premier temps. Les 4 premiers F-35A ont déjà été livrés à partir des installations de production de Fort Worth, au Texas. Les livraisons des 38 appareils s’effectuent dorénavant, depuis les installations de Mitsubishi au Japon.

Le Mitsubishi X-2

En parallèle, le Japon s’attelle activement la préparation à la construction du prototype de son futur avion furtif Mitsubishi X-2 qui devrait effectuer son vol inaugural en 2024. Selon le ministère de la Défense Japonais, les rapports indiquent que la production de masse du nouveau chasseur commencera en 2031. Le nouveau chasseur sera déployé en 2035, date à laquelle le chasseur Mitsubishi F-2 doit prendre sa retraite. L’avion va emprunter les expériences réalisées avec le démonstrateur X-2.

200709211153-japan-announces-plans-for-new-stealth-fighter-exlarge-169.jpg

L'Agence japonaise d'acquisition de technologies et de logistique a récemment déclaré qu'elle envisageait toujours de travailler avec le Royaume-Uni et les États-Unis sur le programme, avec une décision sur le cadre de base de la coopération internationale prête pour le projet de budget pour l’exercice 2021 du Japon. Selon Mitsubishi Heavy le X-2 aura un nouveau design, par rapport au F-22 et F-35 actuels.

Photos : 1 F-35A japonais devant le Mont Fuji 2 F-35A @ JDAF 3 Le futur X-2 @ Mitsubishi

 

Le Challenger 350 continue de bien se vendre !

Bombardier-Challenger-350.jpeg

Bombardier célèbre la 350ème e livraison de son avion d’affaires Challenger 350, qui continue d’évoluer et d’affirmer son statut de premier ordre sur le marché.

Le Challenger 350 est une force dans l’industrie des avions d’affaires, renforçant sa position chaque année par des améliorations et des mises à jour à sa combinaison gagnante de performances et d’expérience en cabine. Parmi les qualités qui permettent à cet avion de se démarquer de ses concurrents figurent son rayon d’action intercontinental qui se maintient avec le plein de carburant et huit passagers et sa cabine maintes fois primée conçue pour un confort sans égal. Chez les pilotes, l’avion Challenger 350 est réputé pour être agile, fiable et agréable à piloter.

Le Challenger 350 détient le titre très convoité d’avion d’affaires superintermédiaire le plus vendu depuis six années consécutives, raflant une part de 43% du marché en 2019.

jet privé,bombardier aviation,les nouvelles de l'aviation,challenger 350,ebace,nbaa

Dans le contexte de ce succès, Bombardier a annoncé une série continue d’améliorations destinée au Challenger 350, dont un affichage tête haute compact et un système de vision améliorée, une technologie d’insonorisation en cabine qui le place en tête de sa catégorie et une esthétique raffinée du poste de pilotage. Une trousse d’amélioration des performances permet également à l’avion de voler jusqu’à 1 500 milles marins plus loin au départ de courtes pistes, ce qui s’ajoute à ses performances impressionnantes au décollage et à l’atterrissage, notamment la capacité d’approche à angle prononcé.

Le Challenger 350 :

Affichant un design élégant, une finition haut de gamme, et une ergonomie améliorée en cabine et dans le poste de pilotage, le Challenger 350 procure aux passagers un degré supérieur de confort et de tranquillité d’esprit en sachant que chaque décollage assurera un vol en douceur jusqu’à l’atterrissage.

Engagée fermement à fournir ce qu’il y a de mieux à ses clients du monde entier, Bombardier a récemment annoncé une série d’améliorations pour le Challenger 350, soulignant encore une fois sa position de chef de file dans le segment des superintermédiaires. Les nouvelles améliorations comprennent un affichage tête haute compact et un système de vision améliorée, la meilleure technologie d’insonorisation en cabine de sa catégorie et une esthétique raffinée du poste de pilotage. Une trousse d’amélioration de la performance permet également à l’avion de voler jusqu’à 1 500 milles marins plus loin au départ de courtes pistes, ce qui vient compléter ses certifications d’approche à angle prononcée octroyées par des organismes de réglementation du monde entier, comme l’EASA, la FAA et TC. Avec cette série d’améliorations, ce qui se fait de mieux continue de s’améliorer alors que l’avion Challenger 350 reste à l’avant-scène du segment des superintermédiaires.

jet privé,bombardier aviation,les nouvelles de l'aviation,challenger 350,ebace,nbaa

Photos : 1 Challenger 350 @ Lukasz Stawiarz 2 Cockpit 3 intérieur@ Bombaedier

09/07/2020

L’Espagne prévoit de remplacer ses Hornet par des Eurofighter !

2839094898.jpg

L'Espagne est en pleine négociations avec Airbus DS en vue de la commande d’une tranche de 20 Eurofighter. Le montant de la transaction est estimé à plus de 2 milliards d’euros. Les sociétés Hensoldt (GER)  et  Indra (E) seront en charge de diriger le consortium qui prendra en compte la construction des radars. Ceux-ci seront intégrés dans les avions des usines Airbus de Getafe et Manching.

Remplacement des F/A-18 « Hornet » :

Cet achat s’inscrit dans le but du remplacement des Boeing EF-18 A/B « Hornet » en service. Le remplacement des EF-18 est l’une des priorités de la Force aérienne pour les prochaines années.

En complément des allemands :

Cette future commande doit venir compléter celle passée le 28 juin dernier par les allemands. Les futurs Eurofighter espagnols seront du même type que ceux des allemands et doté du nouveau radar Captor-E MKI à balayage électronique le plus avancé au monde pour les avions de chasse. La conception de la cellule du fuselage avant permet à Eurofighter de fournir le plus grand réseau à balayage électronique pour des portées de détection et de poursuite accrues, des capacités Air-to-Surface avancées et des mesures de protection électronique améliorées. La grande surface de l’antenne permet également un champ d’observation plus large que toute autre plate-forme, ce qui stimule les performances de l’avion et garantit son rôle en tant qu’atout précieux dans l’environnement du Future Aircraft Combat Aircraft System.

Antenne dotée du SWASHPLATE : 

Tout comme le radar du Gripen e ES-05 RAVEN, le CAPTOR-E MKI est doté d’une antenne rotative « SWASHPLATE » offrant une plage de détection particulièrement large. Le pilote dispose de fait d’une meilleure connaissance de la situation et une sécurité accrue au combat par rapport aux radars AESA à plateau fixe, enfin en ce qui concerne les AESA non dotés de TRM d'arséniure de gallium (GaAs). 

L'Espagne un acteur clef au sein du consortium Eurofighter:

L'Espagne est l'un des quatre pays membre du consortium "Eurofighter" d'Airbus DS et participe au développement de l'avion, ainsi qu'à la fabrication de pièces importantes comme les ailes. Les appareils destinés à l'Espagne sont assemblés à Getafe, dans la banlieue de Madrid.

3227563770.jpg

Photos : 1 EF-18 espagnols 2 Eurofighter T2 espagnols @ FAE