19/03/2018

Les S-70B brésiliens mieux armés !

p1704084.jpg

La marine brésilienne a élargi les capacités de combat de ses six hélicoptères multirôles Sikorsky S-70B « Seahawk ». Connu par sa désignation locale de SH-16, les six hélicoptères sont exploités par l'escadron HS-1 de la base aérienne navale de São Pedro (BAeNSPA).

Les S-70B brésilien sont optimisés pour emporter le missile  anti-navire AGA-119 «Penguin» MK3 conçu par Kongsberg Defence & Aerospace en Norvège. Le MK3 lors de son lancement à haute altitude peut d'abord agir en tant que « glidebomb ».  Puis utilisant son moteur-fusée pour étendre la portée, ou, idéalement, atteindre une vitesse maximale avant de frapper la cible pour une meilleure pénétration.

Il fallait à la marine brésilienne renforcer la défense à courte portée. Pour cela les hélicoptères ont reçu 6 supports d'armes amovibles munis de mitrailleuses FN Herstal MAG58M de 7,62×51 mm à la fin de 2017 pour accroître la capacité des SH-16 à contrer les menaces asymétriques.

 

Photo : S-70B de la marine brésilienne@ MAB

18/03/2018

Premier PC-21 aux couleurs des « Roulettes » de la RAAF !

unnamed-1.jpg

Stans, le premier Pilatus PC-21 aux couleurs de la Patrouille de démonstration aériennes « Roulettes » de la Royal Australian Air Force a effectuer ses essais de roulage chez l’avionneur Suisse. Ce PC-21 n°252, A54-019, HB-HWS rejoindra ce printemps les autres appareils déjà en service au sein de la RAAF. Au total 7 appareils seront peint aux couleurs des « Roulettes ».

Rappel :

2109333082.jpg

C’est en 2015 que l’Australie ont signé le contrat pour la fourniture de 49 avions écoles Pilatus PC-21 à la Royal Australian Air Force (RAAF). Le contrat de services d'une valeur de 1,2 milliard de dollars voit Lockheed-Martin Australie livrer en partenariat avec l’avionneur suisse Pilatus 49 avions écoles de nouvelle génération PC-21. La Force de défense australienne avait lancé un appel d’offre pour remplacer ses actuels Pilatus PC-9M avec un nouveau système de formation dénommé "Air Project 5428" à partir duquel le PC-21 est sorti vainqueur après les négociations et l'évaluation approfondie. Ce paquet va harmoniser la formation avec le PC-21 assurant un système moderne de formation rentable pour la formation de base et avancé des pilotes de la RAAF. 

La génération PC-21:

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde  d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes tels que les F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter, F-35 pour ne citer que ceux-là. Il est également possible d’opter pour une combinaison en binôme avec un jet école, dans ce cas la formation sur jet peut être réduite en nombre d’heure. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

La patrouille des « Roulettes » :

897.jpg

La patrouille des  « Roulettes »  de la RAAF volait jusqu’ici sur le Pilatus PC-9. Cette patrouilel de domonstration fait de l'École centrale de vol de la et est basée à la Base aérienne East Sale dans la région de Victoria. L'École a formé sa première équipe de voltige en 1962, les Red Sales qui volait à l’époque sur De Havilland Vampire, puis sur Aermacchi MB-326. En 1970, les « Roulettes » ont été formée pour célébrer le 50e anniversaire de RAAF et est devenue une équipe permanente depuis lors.Pour les 21 instructeurs seniors de l'école, le commandant de l'école et le chef de la patrouille offrent aux pilotes sélectionnés une possibilité de faire partie des « Roulettes ». L'équipe est organisée en saisons, qui durent six mois, la plupart des membres servant dans l'équipe pendant trois saisons avant de passer à d'autres fonctions.

Photos 1 PC-21 aux couleurs des Roulettes @ Stephan Widmer 2 le programme PC-21 de la RAAF 3 Les Roulettes sur PC-9 @ RAA

 

 

Vol inaugural pour le B737-7 MAX !

 

 

IMG_0787.JPG

Seattle, la boucle est bouclée avec le vol inaugural du troisième « opus » de la famille « MAX », le B737-7 MAX qui effectué avec succès son premier vol. L'avion débute ainsi son programme d'essais en vol qui le mènera à la certification et à la livraison en 2019. 

« Tout ce que nous avons vu pendant le vol montre que le MAX-7 effectue exactement comme prévu ce qu’on lui demande», a déclaré Keith Leverkuhn, vice président et directeur général du programme 737 MAX, de Boeing Commercial Airplanes.

L'avion est le troisième membre et le plus récent de la famille « 737 MAX » de Boeing, avec une capacité maximale de 172 passagers. Le MAX-7 a un rayon d’action de 3.850 miles nautiques, soit le plus long de tout avion de la famille « MAX ». Il est conçu pour des performances exceptionnelles pour les clients des compagnies aériennes volant en provenance des aéroports à haute altitude et les climats chauds.

Le MAX-7 offre également des performances supérieures à la concurrence, transportant 12 passagers de plus sur 400 miles nautiques plus loin que l'A319neo, tout en offrant 7% de réduction sur les coûts de carburant.

La famille « 737 MAX » intègre les derniers moteurs CFM International LEAP-1B, l’Advanced Technology winglets, le Boeing Sky Interior, les grands écrans du poste de pilotage et d'autres fonctionnalités pour offrir la plus grande efficacité, la fiabilité et le confort passagers sur le marché des monocouloirs.

La famille « 737 MAX » la plus rapidement vendue dans l'histoire de Boeing, accumulant plus de 4.300 commandes de la part de 93 clients dans le monde entier.

 

IMG_0788.JPG

Photos : Le premier vol du B737-7 MAX@ Boeing

16/03/2018

Le remotorisation des B-52 se précise !

30.jpg

L'armée de l'air américaine devrait lancer une demande de propositions pour son programme de remplacement de moteurs de bombardiers Boeing B-52H « Stratofortress » au premier trimestre de 2019, selon un document de l’USAF publié le 13 mars dernier.

Le contrat pour le remotorisation des 76 bombardiers Boeing B-52H de l'USAF pourra être accordé quatre à six mois après la soumission des propositions finales, selon le document. Le ministère cherche à acquérir au moins 608 nouveaux moteurs à double flux disponibles dans le commerce pour remplacer les huit TF33 de Pratt & Whitney que chaque bombardier transporte.

L'USAF a décidé en juin dernier que la TF33, un moteur à réaction produit il y a 60 ans, n'est pas viable au-delà de 2030, en raison de l'âge, de l'obsolescence des pièces et de la réduction des fournisseurs. Pratt & Whitney, Rolls-Royce et GE Aviation sont des enchérisseurs potentiels pour le programme de remplacement du moteur.

L'effort de mettre de nouveaux moteurs sur le bombardier B-52H, et ainsi prolonger sa durée de vie, est le résultat du plan de l'USAF de s'appuyer sur le bombardier pour les décennies à venir.

 

Photo : B-52H @ Richard Parkhouse

15/03/2018

Accélération en vue pour le futur avion d’attaque légère !

21.jpg

La secrétaire de la Force aérienne américaine, Heather Wilson, va demander au Congrès de réaffecter des fonds au programme d'avions d'attaque légère, ce qui accélérerait l'achat d'un an par le ministère soit en 2019. Le financement de l'acquisition de l'avion d'attaque léger est actuellement prévu pour l'année fiscale 2020 et il y a environ 2,5 milliards de dollars prévus au cours des cinq prochaines années pour le programme, selon la Force aérienne.

Palier les faiblesses du F-35 :

L'armée de l'air est intéressée par l'achat d'avions à hélice pour les missions de surveillance et d'attaque légères comme alternative moins coûteuse à l'utilisation d'aéronefs tels que Lockheed Martin F-35, qui ne répond que partiellement aux besoins. De plus cette solution permettra d’économiser un peu l’usage des Fairchild A-10

Une fois relevés de leurs tâches d'attaque légère, les avions plus avancés, qui sont également plus coûteux à exploiter, seraient redéployés pour contrer les menaces d'adversaires plus compétents, par exemple, comme la Russie et la Chine. En d’autres termes, les avions légers seront principalement utilisés pour combattre des unités dites « terroristes » comme les Talibans ou Daesch ou Al Nosra.

Les A-10 garderont la pointe de l’attaque au sol et l’appuis direct aux soldats dans un conflit de grande intensité. Le F-35 ne pourra être utilisé que de manière limitée. D’une part, du fait de sa faible maniabilité à basse altitude et d’un emport d’armement limité.

Deux concurrents :

Deux avions sont finalistes pour le programme d'avions légers d'attaque OA-X,le Beechcraft AT-6 "Wolverine" de Textron Aviation et A-29 "Super Tucano" d'Embraer.

L’AT-6 « Wolverine » :

2928239945.jpg

Basé sur la cellule de son avion d’entraînement militaire AT-6, Beechcraft a développé une version d’attaque au sol & surveillance pour répondre aux besoins d’appui au sol des unités antiguérillas et de lutte contre les narcotrafiquants. Cette solution devrait convenir selon son constructeur d’évoluer à proximité directe des Forces au sol et ceci de manière plus proches que les actuels A-10.  La réalisation de l’AT-6 Light Attack est la conclusion de nombreux essais effectués entre le constructeur et  l’Air National Guard Reserve Command Test de l’Arizona. L’appareil intègre un système de gestion NetCentric  de combat dérivé de l’A-10, permettant l’utilisation d’un viseur de casque, une tourelle FLIR couplée à un armement complet. La cellule est renforcée et permet de résister aux impacts d’armes légères. L’AT-6 dispose également d’une turbine plus puissante que sont petit frère, une Pratt&Whitney PT6A-68D de 1600 chevaux.

L’appareil doit donc pouvoir évoluer et surveiller les frontières, ainsi que les secteurs proches d’unités au sol. Permettre de détecter tout mouvement adverse et d’apporter si besoin une réponse armée.

Embraer A-29 « Super Tucano » :

2583994300.jpg

Le « Super Tucano » A-29 est doté d’un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68C deux fois plus puissant que celui du Tucano de base et dispose d’une hélice Hartzell à cinq pales. Son fuselage est également plus long et deux mitrailleuses de 12,7mm Herstal M3P sont incorporées dans des ailes, dotées d’un nouveau profil. Effectuant fréquemment des missions à basse altitude et donc exposé à des tirs terrestres, l’habitacle du « Super Tucano » est protégé par un blindage en Kevlar. Un train d’atterrissage renforcé permet d’utiliser des pistes sommairement aménagées. L’appareil possède 5 points d’accrochage, dont un sous le fuselage, permettant d’emporter jusqu’à 1’500 kg d’armement selon diverses combinaisons. Ainsi, un canon de 20 mm peut être installé sous le fuselage, auquel s’ajoute, soit des bombes en chute libre ou guidées, des roquettes ou des missiles de types : AIM-9 Sidewinder, des MAA-1 Piranha ou des Python 3/4. Des réservoirs extérieurs de carburant peuvent également être utilisés pour augmenter l’autonomie de l’appareil. 

 

Photos : 1 A-29 & AT-6 2 AT-6 Wolverine @ Beechcraft 3 A-29 Super Tucano@ Embraer