07/06/2013

La Navy modernise ses E-6B «Mercury»!

147896.jpg


 

 

L'US Navy va moderniser les systèmes de communication sur son avion de commandement aéroporté E-6B «Mercury». Cette amélioration permettra en autre la mise en réseau du système avec les autres plateformes aériennes et maritimes.

 

Boeing, le constructeur du E-6B (basé sur une cellule de B707) et Rockwell Collins seront les fournisseurs pour la mise à niveau IPBE (Internet Protocol and Bandwidth Expansion). Les modifications prévoient que l'E-6B dispose d’une architecture de système entièrement numérique et d’un nouveau système de communication. Le système en réseau élargi et sécurisé permettra un flux en direct «Line-Of-Sight» de données numériques à ultra-hautes fréquences.

 

Au total se sont 12 appareils de type E-6B «Mercury» qui sont concernés par ces améliorations. L’E-6B devrait rester en service jusqu’en 2038.

 

Le Boeing E-6B «Mercury» :

 

Le E-6A, nommé «Hermes» à l'origine, entra en service le 3 août 1989, au sein de la VQ-3 "Ironmen". Il équipa également la VQ-4 "Shadows" en janvier 1991, afin de remplacer les EC-130Q de la Navy. Il fut construit à 16 exemplaires. Plus de 20 équipages sont opérationnels sur cet appareil, basé à Tinker AFB. A l'automne 1991, l'US Navy suggéra de le renommer Mercury. Il dispose en particulier du système LTWA (Long Trailing Wire Aerial), consistant en 2 antennes, l'une longue de 1’525 m et l'autre de 8’500 m. L'appareil volant en cercle peut alors entrer en communication VLF (pour Very Low Frequency, soit entre 3Khz et 30Khz. Cette gamme de fréquence à onde longue est la plus à même de pénétrer l'eau) avec les sous-marins. Une grande attention a été portée à la résistance au brouillage électromagnétique.

Le E-6B, lui, vola pour la première fois en 1997, afin de remplacer les EC-135 de l'Air Force et entra en service en octobre 1998. Les modifications concernent principalement le cockpit, plus proche du Boeing B737, la capacité de servir de relais aux silos basés à terre et de poste de commande. La fonction dite "Looking Glass", ou mission ABNCP (Airborne National Command Post), permet à l'avion en vol de prendre le relais si jamais les postes de commandement nucléaires sont détruits, grâce au système ALCS (Airborne Launch Control System). 


 

e-6b-on-ramp.jpg


 

 

Photos : E-6B «Mercury» @ US Navy


21:36 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, us navy, e-6b mercury |  Facebook | |

Italie, le dernier escadron opérationnel sur Eurofighter !

NiccoliGioia5web.jpg

 

 

Base aérienne de Gioia Del Colle en Italie, le 36e Escadron de chasse de la Force aérienne italienne est déclaré opérationnel sur sa nouvelle monture l’Eurofighter Typhoon II. Une cérémonie spéciale a célébré l’état de préparation du 36e Escadron, en présence de représentants du consortium Eurofighter et des officiels de l’aviation militaire italienne.

 

 

L’Eurofighter remplace le F-16 :

 

C’est une nouvelle page de l’histoire de la Force aérienne italienne qui vient de se tourner, avec cette transition de l’Escadron 36 sur l’avion européen Eurofighter Typhoon II, l’ensemble des unités de la Force aérienne italienne (ITAF) ont remplacé les derniers Lockheed-Martin F-16A/B encore en service. L’avion de combat européen est le seul à assurer pleinement la défense de l’espace aérien italien. En service depuis 2004 et opérationnelle au sein de  quatre escadrons, le Typhoon (Gruppi) du nord au sud de l'Italie, deux escadrons sont basés sur la base aérienne de Grosseto et deux à Gioia Del Colle. En tant que remplaçant du F-16 A/B, l’Eurofighter apportera à l'armée de l'air une meilleure efficacité des prestations.

Pour l’aviation italienne, le fait de n’avoir plus que l’Eurofighter en service pour la défense aérienne simplifiera la maintenance et la logistique. Au total, 62 avions de combat Eurofighter Typhoon II ont été livrés à l'Armée de l'Air italienne à ce jour.

 

24_e6467f7847.jpg

 

Photos : 1 le 36e Escadron ITAF 2 En vol @ ITAF

 

12:06 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : eurofighter, itaf, aviation italienne |  Facebook | |

WestJet reçoit premier Q400 !

 

1104179356.jpg

Bombardier Aéronautique et WestJet ont annoncé la livraison du premier de 20 biturbopropulseurs de ligne Q400 NextGen commandés par WestJet. Les avions seront exploités par le nouveau transporteur aérien régional WestJet Encore et desserviront de multiples destinations, en commençant par l’Ouest canadien dans sa première année de service. WestJet détient également des options sur 25 autres avions Q400 NextGen.

Plus tôt cette année, WestJet a annoncé ses plans de débuter les services d’Encore le 24 juin 2013, en ouvrant de nouvelles liaisons sur Fort St. John et sur Nanaimo, en Colombie-Britannique, de même que sur Brandon, au Manitoba le 3 septembre 2013. Des vols vers des destinations en Alberta et en Saskatchewan doivent s’ajouter plus tard cette année, ainsi que des vols supplémentaires vers des villes déjà desservies par WestJet.

Bombardier Aéronautique a été l’hôte d’une cérémonie de livraison spéciale à Toronto, aux côtés de plus de 100 représentants de WestJet, dont Gregg Saretsky, président et chef de la direction, WestJet et Ferio Pugliese, président, WestJet Encore et vice-président exécutif, WestJet. Étaient également sur place à Toronto, où sont construits les avions de ligne Q400 NextGen, Mike Arcamone, président Bombardier Avions commerciaux, Simon Roberts, vice-président et directeur général, programmes turbopropulseurs et site de Toronto; et des invités des gouvernements fédéral, provincial et municipal.

 

BA-WestJet_delivery-Q400-LR.jpg

Le Q400 NextGen :

L’avion de ligne turbopropulsé Q400 NextGen, construit à l’établissement de Bombardier à Toronto (Ontario), marque la plus récente étape du développement de l’avion Q400 et se présente en successeur évolué de la gamme d’avions Dash 8/Série Q de Bombardier. Optimisé pour les opérations court-courriers, l’avion confortable et plus écologique Q400 NextGen de 70 à 80 places est un grand biturbopropulseur rapide, silencieux et écoénergétique. Il offre un équilibre parfait entre le confort des passagers et les caractéristiques économiques d’exploitation, avec une empreinte environnementale réduite.

A propos de WestJet :

 WestJet, le transporteur aérien préféré au Canada, exploite des vols réguliers dans un réseau de 86 villes en Amérique du Nord, en Amérique centrale et dans les Caraïbes. S'appuyant sur une culture légendaire axée sur le service à la clientèle, WestJet est à l'avant-garde du transport à faibles coûts au Canada. Reconnue comme l'un des meilleurs employeurs à l'échelle nationale, WestJet compte maintenant plus de 9 000 WestJetters au Canada. Exploitant une flotte de plus de 100 appareils Boeing B737 de nouvelle génération et de biturbopropulseurs Q400 NextGen de Bombardier, WestJet aspire à être l'un des cinq meilleurs transporteurs aériens internationaux au monde.

 

BA-WestJet_delivery-Q400-3-LR.jpg

Photos : 1 Q400 WestJet 2 & 3 Cérémonie de livraison @ Bombardier

 

 

06/06/2013

Entrée en service du Falcon 900EX EAsy de la Confédération !

falcon900_parsys_62684_Image.jpg

 

 

 

Le nouvel appareil destiné au transport du Conseil Fédéral est officiellement entré en service, le Dassault Falcon EX EAsy II no : T785 qui était auparavant propriété de la Famille Princière de Monaco  immatriculé 3A-MGA (Monaco Grimaldi Albert) commence sa nouvelle carrière aux couleurs de la Confédération. L’avion a rejoint la flotte du STAC, (Service de Transport Aérien de la Confédération).

 

 

Rappel :


L'achat a été effectué sous la direction d'armasuisse selon le décret de juin 2012 du Conseil fédéral. Prévu  par le budget fédéral de 35 millions d'euros pour un l’achat d’un aéronef d’occasion moderne. L’ancien appareil, un Falcon 50 a été revendu et le produit de la vente à rejoint le trésor fédéral.

 

L’avion a subit quelques modifications en ce qui concerne les capacités de navigation de la machine et l'intégration dans l'infrastructure des basse militaires. Le 5 Juin 2013, le jet a été officiellement adopté par armasuisse et remis au Forces aériennes pour exploitation.

 

 

 

Le Dassault Falcon 900EX EAsy II :

 

2823221597.jpg

 

En 2003, Dassault Aviation étudie une nouvelle modification de l'avionique du Falcon 900 et développe un système complètement intégré EASy (Enhanced Avionics System) basé sur la suite Primus/Epic d’Honeywell. Cette nouvelle suite avionique est constituée de deux calculateurs modulaires (cartes processeurs génériques), quatre écrans LCD de 13 pouces avec désignation par Trackballs. Ce système intègre la gestion de tous les systèmes embarqués (carburant, hydraulique, conditionnement, radio, etc.)

 

La suite avionique EASy II est le système de pilotage civil le plus moderne au monde. Le pilote a sous les yeux, l’ensemble des informations, instruments, systèmes, fonctions avioniques, cartes, prévisions météo, en un mot tout ce qui est nécessaire pour voler à plus de 800 km/h.
Le pilotage s'effectue « tête haute » de manière intuitive, grâce à des icônes et des menus sélectionnés, affichés et contrôlés par le biais d'une boule roulante, équivalent d'une souris d'ordinateur qui leur permet de pointer et cliquer. Pilotes et copilotes bénéficient en permanence d’une vision globale et instantanée de la situation actuelle et future. La charge de travail est allégée ; la coordination optimisée au profit d’une sécurité sans précédent.

La cabine est particulièrement confortable et est dotée d’un coin bureau complet qui permettra au membres du gouvernement de travailler en parfaite sérénité et ceci avec une bien meilleure insonorisation. L’avion dispose d’un coin toilette avec lavabo. Il peut transporter jusqu'à 14 personnes, contre 9 pour le jet actuel et a une autonomie de vol de 8000 km, contre 4500 km aujourd'hui. L’avion est totalement IFR. Question motorisation, l’avion est doté de trois turbines Honeywell TFE731-60.

 

falcon900_parsys_0002_Image.jpg

 

Photos : 1 & 3 Falcon 900EX EAsy II no : T785 aux couleurs de la Confédération avec un PC9 @ Swiss Air Force 2 Cockpit EAsy II @ Dassault Falcon

Les 200'000 heures de vol des AMX !

800px-Italian_Air_Force_AMX_fighter_takes_off_.jpg

 

 

 

 

L'Armée de l'Air italienne célèbre le passage des 200’000 heures de vol de la flotte d’avions de combat AMX, en service depuis 1984.

L'AMX, surnommé « Ghibli » dans l'armée de l'Air Italienne est un avion monomoteur léger d'attaque et de reconnaissance produit en Italie et au Brésil, conformément aux spécifications émises en 1981 par les forces aériennes italiennes et brésiliennes pour remplacer le FIAT G.91Y en Italie et à fournir à la FAB brésilienne un nouvel avion tactique pour compléter à l’époque le F-5 et les Mirage III opérant   comme intercepteurs au Brésil.

 

 L’AMX modernisé :

La modernisation des AMX italo-brésilien comprend une adaptation des systèmes similaires à ceux montés en rattrapages sur les F-5M et A29 Super Tucano. Afin d'offrir le plus grand bénéfice, les programmes de mise à niveau ont pour but une  avionique commune, contribuant à une meilleure standardisation de l'orientation et de  la formation des pilotes aux  instruments. Cette communauté offre un niveau de standardisation qui vient avec de nombreux avantages opérationnels, tels que l'amélioration de la doctrine d'emploi de la FAB et un meilleur rendement en termes d'heures de vol. Le cockpit de l’AMX A-M1 comprend un système numérique axé avec trois écrans multifonctions qui remplace les instruments conventionnels. Un central inertiel laser a été ajoutée ainsi qu’un HUD de nouvelle génération. Le câble permet l’usage d’une nouvelle génération d’armement guidé par laser.

 

 Rappel :

L'AMX italo-brésilien est le seul avion d'attaque léger en service qui ne soit pas dérivé d'un avion d'en trainement. Conçu pour succéder au Fiat G.91 et équiper l'Aeronautica Militare Italiana (AMI), l'AMX a été lancé en 1978 par Aeritalia (alias Alenia) et Aermacchi, rejoints en 1980 par Embraer qui produisait l'Aermacchi MB 326 alias AT-26 Xavante sous licence pour la Força Aérea Brasileira (FAB). L'AMX monoplace a volé le 15 mai 1984, mais le biplace AMX-T n'a pris l'air qu'en 1988. Les premiers AMX sont entrés en service fin 1989 dans l'AMI et la FAB. Propulsé par un turboréacteur Rolls-Royce Spey, l'actuel AMX est pourvu d'une avionique moderne comprenant un viseur tête-haute et d'un écran multifonction d'Alenia ainsi que d'une centrale inertielle Litton LN39. Il est équipé d'un télémètre-radar Elta EL/M-200 1 B (AMI) ou Tecnasa/SMA SCP01 (FAB). Les versions italiennes et brésiliennes se distinguent aussi par leur armement fixe: un canon de 20 mm GE Vulcan M61 pour l'AMI ou deux canons GIAT DEFA 554 de 30 mm pour la FAB.

 

 

 

 

 

 

amx-t.jpg

 

 

Photos :  AMX Italien @ Armée de l’Air Italienne

 

08:13 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amx, amrée italienne, fab, amx italo-brésilien |  Facebook | |