16/07/2013

92 heures de vol pour l’A350 !

800x600_1373880344_A350_XWB_MSN1_First_Flight.jpg

 

TOULOUSE, Airbus vient de boucler une première série de 92 heures de vol avec le prototype MSN1 de l’A350 XWB. Lors de ces vols, l’avion à réalisé les premiers essais des systèmes critiques : moteurs (Rolls-Royce Trent XWB), systèmes électriques, turbine de secours (RAT), trains d’atterrissage, freins, alimentation carburant et pressurisation cabine. Sans oublier un travail préliminaire sur le pilote automatique.

La qualification de l’A350 XWB se fera après 2.500 heures de vol avec cinq A350, avant la certification prévue l'été prochain. Les livraisons sont maintenues pour le second semestre 2014.

 

L’A350 MSN1 va faire une pause jusqu'en août, le temps de s'offrir un tour de maintenance et de préparer les équipements de test pour une nouvelle phase d'essais. Le premier exemplaire du nouveau biréacteur long-courrier d'Airbus sera bientôt rejoint par un deuxième exemplaire.

 

Photo : l’A350 XWB MSN1 en vol @ Airbus/P. Masclet

12:08 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : airbus, a350 xwb, a350 msn1 |  Facebook | |

15/07/2013

M-345 HET, un pari risqué !

Alenia_M-345_523692.jpg


 

Le constructeur italien Alenia Aermacchi vient de relancer le programme M-311 d’avion école-léger, mais dans un standard amélioré. Sous l’appellation M-345 HET (High Efficiency Trainer), le nouvel opus se veut complémentaire du M-346.

Une longue suite de développements : 

Le M-345 est une modernisation du M-311, qui n’est autre qu’une version améliorée du S-211. Le SIAI-Marchetti S-211 est un développement qui date de 1976, sa voilure est positionnée en position haute et affecte une très légère flèche.  Cette voilure rendait le S-211 très manoeuvrant. Le cockpit est allongé et abrite un pilote et un instructeur, ce dernier occupant un siège légèrement surélevé. Chacun des membres d'équipages dispose d'un siège éjectable Martin-Baker. La motorisation est assurée par un unique moteur, un turbofan à double flux Pratt & Whitney, moins gourmand en carburant que la plupart des moteurs de l'époque. Mais, la faible puissance délivrée par ce moteur, utilisé initialement par des jets d'affaires, ne rend pas le S-211 très performant, bien au contraire.

En 2005 Alenia Aermacchi tente une première fois de relancer le petit jet avec une nouvelle version, le M-311. Par rapport au S-211, les modifications aérodynamiques portent sur de nouveaux saumons de voilure, une modification des cloisons d’aile, l'apparition de quilles ventrales. La structure et le train d’atterrissage ont été renforcés pour autoriser des facteurs de charge de +7 G  à -3,5 G à 3100 kg en configuration lisse au décollage. Le réacteur  Pratt & Whitney JT15D-5C de 1450Kg  a une puissance supérieure de 30 %. L'avionique est entièrement revue : écrans multifonctions, affichage tête haute à l’avant avec reproduction au poste arrière, plate-forme GPS inertielle, deux ordinateurs de bord pour simuler les missions. L’accent a aussi été mis sur la maintenance, facilitée par une modification des trappes d’accès, l’installation d’un générateur autonome d’oxygène (OBOGS), afin d’améliorer la disponibilité de l’appareil.

 

Alenia_M-345_523691.jpg


Mais depuis plus rien, le projet M-311 a été mis en cocon, jusqu’au dernier Salon du Bourget, ou le constructeur italien a annoncé la relance du programme sous le nom de M-345.

Reprenant les mêmes arguments qu’en 2005, Alenia Aermacchi propose le M-345 en complément du biréacteur M-346 qui se place sur le haut de gamme de ce créneau. Le M-345 devant assurer la formation de base des pilotes. L’avion sera doté d'un nouveau réacteur plus économique et d'une avionique totalement rénovée qui nécessitera d'ailleurs d'allonger le fuselage de l'appareil. 


Si l'Italie sera probablement le client de lancement de ce M-345 HET, l'avionneur compte ensuite sur l'exportation pour assurer la rentabilité du programme. Si l’Italie finalise une première commande, le M-345 pourrait entrer en service d’ici 2020.

Un pari risqué :

Ce nouveau standard dérivé du M-311 est en soi un pari risqué pour l’avionneur italien. En effet, l’avion aura fort à faire avec les T-6 Texan II, Super Tucano, PC-7 MKII et le PC-21 qui est capable de mener l'élève directement sur avion de combat, ce qui n'est pas le cas du M-345. Certes, les coûts du M-345 ont été, selon le constructeur, abaissés au maximum, mais celui-ci ne permet pas une transition directement sur un avion de combat et oblige donc de disposer du M-346 ou d’un appareil concurrent comme le Hawk. Trouvera-t-on une Force aérienne disposée à opter pour deux jets, le M-345 et M-346 ? Toute la question est là !

Alenia%20M-345%20HET.jpg

Photos : 1 & 2 le M-311 3 La nouvelle appellation au Bourget M-345 @ Alenia Aermacchi

 

 

 




Début des formations sur PC-7 MKII pour l’IAF !

 

20379627.jpg

  

 

 

Hyderabad, base aérienne de Dundigal en Inde, l'armée de l'air indienne a débuté la formation de ses élèves-pilotes sur le Pilatus PC-7 Mk II, marquant ainsi la reprise de la formation de base des futurs pilotes de l'armée de l'air.

 

 

Iron-Fist-2013-Pilatus-PC-7-IAF-01-R[3].jpg

 

 

 

 

A ce jour, 14 Pilatus PC-7 Mk II ont été livrés à l’école de pilotage de l’armée de l’air indienne. D’ici la fin de l’année 80 cadets seront en formation sur l’avion suisse. Le constructeur Pilatus assure la maintenance et le soutien logistique complet.

 

 

 


"L'induction de PC-7 Mk II comme avion d'entraînement de base dans l'IAF est un point de repère très important dans la quête de notre nation pour moderniser les forces armées", a déclaré le ministre de la défense indienne Jitendra Singh.

 



" Le Pilatus se révèle déjà être une plate-forme idéale et extraordinaire qui permet de former les stagiaires ab initio sur les nuances de vol de base et la préparation à l'avionique moderne. L’avion fournit une base solide et facilitera une transition en douceur vers l’appareil école avancé de type  Hawk " a déclaré Air Chief Marshal NAK Browne.


 

 

 

La commande de l’Inde compte actuellement 75 avions Pilatus PC-7 MKII, les discussions sont déjà au programme pour une seconde tranche. Au total l’Inde a besoin de 175 appareils.

 

 

Jitendra-Singh.jpg

 

 

 

 

  
Photos : Pilatus PC-7 MK II à Dundigal @ IAF



 

 

 

 

 

14/07/2013

Forte hausse du trafic passagers !

DSC.195.jpg




L’Association du transport aérien international (IATA) a dévoilé ses statistiques sur le transport aérien mondial de passagers pour le mois de mai, qui indiquent que les voyages aériens continuent d’augmenter à un rythme soutenu. Les marchés en émergence ont eu la plus forte croissance. Si on compare à l’année précédente, la demande globale a augmenté de 5,6 % tandis que la croissance de la capacité a augmenté de 5,2% hissant de 0,3 point de pourcentage le coefficient d’occupation des sièges qui a atteint 78,1 %.

 

Marchés passagers internationaux :

 

La demande dans le secteur passagers internationaux en mai était en hausse de 5,7 % par rapport à l’année précédente, tandis que la capacité augmentait de 5,6 %. Le coefficient d’occupation était inchangé, à 77,0 %. La plus forte croissance a été observée dans les marchés émergents d’Afrique, d’Amérique latine et du Moyen-Orient.

 

Les transporteurs d’Europe ont enregistré une croissance de 5,6 % des services internationaux par rapport à mai 2012. La tendance sous-jacente de croissance s’est aussi accélérée, ce qui laisse supposer que l’amélioration de la confiance des consommateurs et des milieux d’affaires en Europe pourrait favoriser une plus forte croissance de la demande. La croissance de capacité de 4,4 % a fait augmenter de 0,9 point de pourcentage le coefficient d’occupation qui a atteint 79,1 %, le second plus élevé parmi les régions.


 

DSC-425.jpg


 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont enregistré une hausse de 3,7 % du trafic international en mai, par rapport à l’année précédente, ce qui a été plus que contrebalancé par une augmentation de capacité de 5,5 %. Le coefficient d’occupation a ainsi diminué de 1,3 point de pourcentage pour s’établir à 74,1 %. La faiblesse de la demande correspond à la baisse de confiance des milieux d’affaires dans les grandes économies asiatiques et au ralentissement de la croissance du commerce. En particulier, la croissance du PIB en Chine a été inférieure aux attentes au premier trimestre et la confiance des milieux d’affaires a baissé à des niveaux qui indiquent une contraction de l’activité manufacturière.

 

Les transporteurs d’Amérique du Nord ont enregistré une croissance de 3,0 % du trafic international en mai, par rapport à mai 2012. Il s’agit de la plus faible augmentation parmi toutes les régions, mais avec une augmentation de capacité de seulement 1,7 %, le coefficient d’occupation a augmenté de 1,1 point de pourcentage pour atteindre

83,4 %, le plus élevé parmi les régions. Le taux de croissance en mai représente près du double du taux de croissance depuis le début de l’année (1,6 %), mais le portrait économique sous-jacent est moins positif. L’activité manufacturière aux États-Unis a ralenti pour un troisième mois consécutif en mai. De plus, le volume des échanges commerciaux semble plus faible que la tendance mondiale.


 

Delta_Air_Lines_B767-432ER_N826MH.jpg


 

Les transporteurs du Moyen-Orient ont enregistré la plus forte croissance de trafic en glissement annuel, soit 11,7 %. Mais avec la capacité en hausse de 12,8 %, le coefficient d’occupation a fléchi de 0,7 point de pourcentage pour s’établir à 73,5 %. La demande de transport aérien au Moyen-Orient et en Afrique a été favorisée par l’expansion soutenue des volumes d’échanges commerciaux depuis la fin de 2011.

 

Les transporteurs d’Afrique affichent une hausse de 9,8 % du trafic en mai, la seconde plus importante parmi toutes les régions. En plus de réagir à l’augmentation du commerce, les transporteurs d’Afrique ont aussi profité de l’augmentation soutenue des échanges attribuable aux liens commerciaux qui se développement avec l’Asie et le Moyen-Orient, ainsi que de la forte croissance du PIB des économies locales, en particulier dans l’ouest de l’Afrique. La capacité a augmenté de 7,4 % en mai, et le coefficient d’occupation était en hausse de 1,4 point de pourcentage, à 66,2 %.

 

Les transporteurs d’Amérique latine affichent une augmentation de 7,9 % de la demande par rapport à mai 2012, tandis que la capacité était en hausse de 8,9 %, faisant baisser le coefficient d’occupation de 0,7 point de pourcentage, à 77,4 %. Les perspectives du secteur des voyages aériens dans la région semblent bonnes, les volumes commerciaux étant en forte expansion au second trimestre.


 

2256292.jpg


 

Photos : 1 A330 Air Edelweiss 2 A320 Lufthansa @ Pascal Kümmerling 3 B767 Delta @ Delta 4 A380 Thaïairways @ Y.L.Yim

Le Sukhoi SU-34 «Fullback» en service !

su34-100.jpg


 

 

Le premier lot du bombardier tactique Sukhoi SU-34 «Fullback» de première ligne en officiellement entré en service au sein de l'Armée de l'Air russe. La cérémonie de transfert des bombardiers de première ligne SU-34 de série pour l'armée de l'air russe a eu lieu au début de mois de juillet de manière discrète, au sein des installations du constructeur Sukhoi - VP Tchkalov à Novossibirsk.Trois avions supplémentaires ont décollé pour rejoindre le lieu de leur déploiement. 

 

 

Les premiers Sukhoi SU-34 ont été livrés à fin 2012 et de l'avis des militaires montrent, des performances élevées. La société Sukhoi accorde une attention particulière à l'entretien de haut niveau de préparation au combat et de la maîtrise de l'utilisation de combat du SU-34. Le principal indicateur de la fiabilité de l'appareil (la période de temps entre deux pannes sur le terrain et dans les airs) s'est avéré correspondre aux caractéristiques énoncées par le constructeur.

 

A terme, Sukhoi doit fournir 92 chasseurs-bombardiers polyvalents SU-34 d’ici 2020. Ce marché est l'un des contrats d'achat d'avions de combat les plus importants depuis la chute du mur de Berlin, sa réalisation permettra de remplacer une bonne partie des SU-24 « Fencer » équipant actuellement les Forces de l'air russes.

 

 

Le Sukhoi SU-34 «Fullback» : 

 

Le SU-34 peut attaquer des cibles terrestres, maritimes et aériennes, de jour comme de nuit et par tous les temps en utilisant l’ensemble tous les types de munitions en service en Russie. En termes de capacités opérationnelles il s'agit d'un appareil de génération 4 +. Son système de sécurité active avec les nouveaux ordinateurs, fournit des capacités supplémentaires pour le pilote et le navigateur pour effectuer des bombardements précis et à manœuvrer sous le feu ennemi. L’excellente aérodynamique de l’avion,  les grands réservoirs de carburant de capacité interne, la nouvelle génération de moteurs plus économe en carburant doté d’une commande numérique font que le SU-34 de bombardement tactique se trouve très proche de la catégorie de bombardier stratégique de classe moyenne.

 

Le Su-34 dispose également d’un système de communication et le système d'échange d'information de type liaison 16 (Link16) lui permettant une interface avec des troupes terrestres et des navires de surface, ainsi, qu’avec d’autres aéronefs.

 

Question armement, le SU-34 met en oeuvre des missiles à longue portée air-surface et air-air ainsi que d'armes guidées multi-canal. Il est équipé d'un système de contre-mesures de dernière génération. Rappelons que le cockpit est blindé. L'avion peut effectuer des missions à basse altitude de type « by-pass et fly-by». 


 

15.jpg


 

Photos : 1 SU-34 de série 2 Prototype du Fullback @ Sukhoi