07/11/2012

L’Arabie Saoudite modernise ses F-15S !

2062919.jpg


 

Le gouvernement américain a accordé à Boeing un contrat de modernisation concernant 68 avions de combat de type F-15S appartenant à la Royal Saudi Air Force (RSAF). Le coût total du programme de mise à niveau est de 4 milliards de dollars. Selon la calendrier du programme de mise à niveau, celui-ci devra être terminé au 31 décembre 2019.

 

Modernisation des F-15 de la RSAF :

 

L’Arabie Saoudite dispose d’une flotte de 68 F-15S (version adaptée du F-15E), deux appareils ont été perdus. La modernisation comprend le développement, la fabrication et les essais des kits de conversion, ainsi que la rénovation et l’installation des systèmes sur les appareils.

 

Les F-15S de la RSAF recevront un nouveau radar de type Raytheon APG-63 (V) 3 doté d’une antenne à balayage électronique actif (AESA), un nouveau système d’alerte missile  et de guerre électronique Warfare System/système commun d'alerte de missiles (DEWS/ CMWS ) développé par BAE Systems Electronic. Les pilotes seront doté du viseur de casque de Boeing JHMCS. 

Les autres améliorations comprennent l'installation de nouveaux composants pour les  commandes de vol développées  par Goodrich. Les F-15S seront également doté du pod de reconnaissance et ciblage AN/AAQ-33 «Sniper» de Lockheed Martin.

 

Validation de la commande de 84 F-15S supplémentaires :

 

En parallèle à cette modernisation, le gouvernement américain à donné son feu vert à la livraison des 84 Boeing F-15S commandé en date du 30.12.2011. Ce marché est estimé à une valeur de 29,4 milliards de dollars américains. Cette vente conforte par ailleurs, la position de sécurisation de la région de la part du Gouvernement américain au moment ou l’Iran menace de verrouiller le détroit d’Ormuz.



1788939783.jpg

 

lien sur l’article concernant la commande de 84 F-15S par la RSAF :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2011/12/30/l-arabie-s...

 

 

 

Photos : 1 F-15S RSAF @ Cris Heaton 2 En ravitaillement @ RSAF

21:15 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, f-15s, f-15 rsaf, f-15 avia news |  Facebook | |

Aeromexico commande 60 B737 "MAX" !

aeromexico-boeing-737-max.jpg

 

SEATTLE, Boeing et Aeromexico ont finalisé une commande de 60 B737-800 et -900 « MAX », avec des options pour 30 B737 « MAX » supplémentaires. Il s’agit là de la plus grande commande ferme de la part de la principale compagnie aérienne du Mexique. Cette commande est évaluée à plus  de 6 milliards d'euros au prix catalogue du constructeur.

Avec cette nouvelle commande, Boeing dispose aujourd'hui d’un portefeuille de commandes fermes de 938 appareils de la famille 737 « MAX ».

Rappel :

 

Le Boeing B737 est un avion de ligne construit par la société Boeing depuis 1965. Le Boeing B737 est un avion court à moyen-courrier. Il s'agit d'un biréacteur (deux moteurs, un sous chaque aile). Il effectua son premier vol le 9 avril 1967.

Il existe 9 modèles du B737 répartis en quatre générations. Les modèles originaux sont les B737-100 et 200. Les classiques sont le B737-300, le B737-400 et le B737-500. Enfin la Nouvelle Génération (NG) comporte le B737-600, le B737-700, le B737-800 et le B737-900. La génération de demain porte la dénomination «MAX» avec notamment une remotorisation et se décline comme suit : B737-700, -800, -900 «MAX».

 

Photo : B737-800 « MAX » Aeromexico @ Boeing

 

06/11/2012

La NAVY reçoit son 5e P-8A «Poseidon» !

P-8A1.jpg


 

SEATTLE, Boeing a livré le cinquième avions de patrouille maritime de nouvelle génération de type P-8A «Poseidon» à  l'US Navy. Cet appareil fait partie des 24 premiers aéronefs à taux faible de production (CRTR) construit dans le cadre du marché en 2011.

 

La Navy prévoit d'acheter 117 Boeing P-8A  «Poseidon» avions de patrouille maritime

anti-sous-marine, anti-surface, renseignement, surveillance et reconnaissance pour remplacer sa flotte actuelle de Lockheed P-3 «Orion».

 

L'US Navy a commencé à rechercher un remplaçant au Lockheed P-3 «Orion» à la fin des années 1990. Les études exploratoire de concept commencèrent en 2000 avec le financement par la Navy d'études de Boeing et de Lockheed Martin. Après la diffusion du projet initial, la Navy a publié un cahier des charges définitif en septembre 2003, portant sur l'acquisition de 251 appareils, ce chiffre a depuis été revu à la baisse et porte maintenant sur 117 avions.

La compétition pour le programme MMA a vu s'affronter le Lockheed Martin Orion 21 (un dérivé plus moderne du P-3C) et la version modifiée du Boeing 737. En juin 2004, l'US Navy a annoncé avoir sélectionné le projet de Boeing. Le 14 juin 2004, celle-ci attribua à Boeing un contrat estimé à 3,89 milliards de dollars pour la phase de développement du système et le démonstrateur (SDD). La phase SDD aboutira à la fabrication de sept cellules d'essai en deux étapes.

 

Le P-8A «Poseidon» :

Le P-8A Poseidon est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et anti-surface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A Poseidon est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

 

AIR_P-8A_MMA_Cutaway_Slide_lg.jpg


Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une réduction des coûts importante, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin  de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaison 11, liaison 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec la quarantaine de drones RQ-4N choisi dans le cadre du programme Broad Area Maritime Surveillance devant assurer une surveillance surface de longue durée et une variante du drone de combat Boeing ScanEagle, le MagEagle Compressed Carriage. 

 

Boeing a dû faire plus de 50 modifications coûtant un milliard de dollars pour adapter simplement la cellule de base du B737 pour satisfaire aux exigences de certification plus exigeante de la marine américaine. Le coût du développement est estimé à 5,5 milliards de dollars américain, tandis que le coût total (développement + appareils) est lui estimé à 20 milliards de dollars.


 

4673216373_1b1fb6345e.jpg


 

Photos : 1 le 5e P-8A 2 P-8A Poseidon @ Boeing

 

 

Bombardier livre le 200e Challenger 605 !

 

800px-Bombardier_Challenger_605.jpg

Le programme Challenger de Bombardier a franchi une importante étape avec l’entrée en service de son 200e biréacteur d’affaires Challenger 605. L’avion a été remis à son nouveau propriétaire (qui souhaite garder l’anonymat) lors d’une cérémonie spéciale à l’usine Challenger de Dorval (Québec).

« Nous sommes enchantés de célébrer la livraison du 200e avion Challenger 605 », a déclaré Steve Ridolfi, président, Bombardier Avions d’affaires. « La série d’avions Challenger 600 a été une pionnière de l’aviation d’affaires et forme la plus importante flotte de sa catégorie dans le monde, avec plus de 850 avions en service. Le biréacteur Challenger 605 poursuit cette tradition, offrant la qualité, la fiabilité et le confort auxquels nos clients s’attendent. »

Le programme Challenger a pris son envol le 8 novembre 1978, lorsque le biréacteur Challenger 600 a décollé de l’usine de Canadair de Saint-Laurent (Québec). Des variantes de cet avion, les appareils Challenger 601 et Challenger 604, ont suivi et, au cours des 34 années suivantes, le développement et l’innovation continus ont permis au biréacteur d’affaires Challenger 605 de demeurer un meneur sur le marché et un favori des clients.

Biréacteur Challenger 605 :

Le biréacteur Challenger 605 bénéficie de l’héritage de qualité et de fiabilité de son prédécesseur, le Challenger 604, et arrive en tête de son segment de marché partout dans le monde. Le biréacteur Challenger 605 peut transporter rapidement douze passagers et trois membres d’équipage entre New York et Londres, sans escale*, offrant la plus large cabine où l’on peut se tenir debout dans la catégorie des biréacteurs d’affaires à large fuselage sur le marché aujourd’hui. Plus de 850 avions de la série Challenger 600 sont en service dans le monde, dont 200 biréacteurs Challenger 605, soit plus de 50% du marché mondial dans ce segment.

Le Bombardier Challenger 605 est doté de la cabine la plus large chez tous les gros biréacteurs d’affaires sur le marché  8 pieds et 2 pouces de largeur (2,49 m)  et permet de se tenir debout grâce à une confortable hauteur de 6 pieds et 1 pouce (1,85m). Sa cabine inégalée rendent le Challenger bien adapté pour des missions diversifiées, dont l’inspection de vol, la formation aux systèmes électroniques et la surveillance maritime. Il atteint une vitesse de croisière maximale de Mach 0,82 (470 nœuds; 541 mi/h; 870 km/h) et sa cabine digne d’un gros-porteur offre aux chefs d’entreprises et de gouvernements un espace tranquille et confortable pour travailler et se reposer.

Le poste de pilotage du Challenger 605 est équipé de la suite avionique Rockwell Collins Pro Line 21 qui supporte les affichages de graphiques météos satellites en temps réel et de tableaux électroniques pour améliorer la conscience situationnelle et réduire la charge de travail des pilotes. L’ensemble avionique intégré comprend quatre écrans à cristaux liquides de 10 pouces par 12 pouces (25,4 cm par 30,5 cm) à alignement vertical de dernière génération, accroissant la surface d’affichage de 55 % par rapport au poste de pilotage du Bombardier Challenger 604. Le poste de pilotage est également doté d’un écran tactile du côté du copilote, fournissant une seconde copie des tableaux électroniques et permettant un environnement de pilotage « sans papier ».

Outre le poste de pilotage modernisé, la cabine du Bombardier Challenger 605 offre un choix de configurations qui permet aux exploitants de sélectionner un intérieur qui répond à leurs exigences. Le Challenger 605 est doté d’un système électronique de cabine (CES) à la fine pointe de la technologie, dont est aussi équipé la gamme des Global 5000. Ce système numérique révolutionnaire propose des options de bureautique et de divertissement, dont des écrans de cabine de 18 pouces montés sur les cloisons, des blocs de contrôle passagers avec écran tactile à cristaux liquides, un lecteur double DVD/CD, une connexion Interne haute vitesse et un réseau local de bord qui supporte le partage de fichiers.

 

challenger-605-private-jet.jpg

Photos : 1 Challenger 605 2 Intérieur @Bombardier Aerospace

05/11/2012

Boeing livre le 7’370e B737 !


K65772-02.jpg


SEATTLE, le 5 novembre 2012 Boeing  a livré aujourd'hui le 7’370e exemplaire de son monocouloir  B737 ! L’avion à été livré à la compagnie Lion Air basée en Indonésie.

Notons au passage qu’il s’agit également du 75e B737 destiné à cette compagnie !

 

B737 : 10’100 commandes :

 

Le célèbre B737 de Boeing est l’avion le plus vendu de tous les temps, toutes versions confondues, avec un total à ce jour de 10’100 commandes depuis sa mise sur le marché commercial.

 

Rappel :

 

Le Boeing B737 est un avion de ligne construit par la société Boeing depuis 1965. Le Boeing B737 est un avion court à moyen-courrier. Il s'agit d'un biréacteur (deux moteurs, un sous chaque aile). Il effectua son premier vol le 9 avril 1967.

Il existe 9 modèles du B737 répartis en quatre générations. Les modèles originaux sont les B737-100 et 200. Les classiques sont le B737-300, le B737-400 et le B737-500. Enfin la Nouvelle Génération (NG) comporte le B737-600, le B737-700, le B737-800 et le B737-900. La génération de demain porte la dénomination «MAX» avec notamment une remotorisation et se décline comme suit : B737-700, -800, -900 «MAX».

 

ALAFCO commande 20 B737 «MAX» :

 

Comme une bonne nouvelle n’arrive que rarement seule, Boeing annonce également la commande de la part de la société de leasing ALAFCO basée au Koweit de 20 B737-800 «MAX» pour un montant évalué à à 2,0 milliards de dollars au prix catalogue actuel. Cet engagement fait suite à la lettre d’intention signée lors du dernier salon aéronautique de Farnborough.

 

"Il s'agit de la première commande pour le 737 «MAX» au Moyen-Orient, qui est l'une des régions de l'industrie aéronautique dont la croissance est la plus élevé», a déclaré Ray Conner, président et chef de la direction de Boeing Commercial Airplanes.

 

Cette commande porte le nombre total de commandes des B737 «MAX» à ce jour au nombre de 878.


 

110412-+Boeing+737+MAX+8+in+ALAFCO+livery.jpg


 

Le B737 «MAX» : 

 

Le 737 «MAX» :

 

Les nouveautés une nouvelle motorisation  avec le SNECMA CFM LEAP-1B  qui sera intégré plus haut dans la voilure, à l’image de la formule retenue pour le B787, avec une soufflante de 69,4 pouces (1,74M). 

Le train d’atterrissage sera rallongé de 20cm (8 inch) pour assurer la garde au sol du moteur. L’avion sera doté  d’un nouveau cône de queue, dont le dessin permettra de diminuer la trainée. 

Question avionique, la famille «MAX» sera dotée de commandes de vols électriques. Un circuit de prélèvement d’air moteur doit permettre optimiser la gestion de la pressurisation en cabine ainsi que  du dégivrage tout en réduisant la consommation carburant.

Boeing a également re-dessiné les ailettes de bout d’ailes. Ces nouvelle ailettes «Winglets» baptisées "Advanced Technology Winglet" permettront une diminution supplémentaire de 1,5 % de la consommation en carburant, en plus de la réduction de 10 à 12 % déjà annoncée pour l’avion. Ces Winglets  se composent en deux parties, l’une orientée vers le haut et l’autre vers le bas. Ces nouvelles ailettes auront les dimensions suivantes 2,9 m verticalement de bas en haut,  la longueur des ailettes supérieure et inférieure étant de respectivement 2,5 m et 1,4 m. La garde au sol sera évidemment réduite, avec une distance de 3,1 m en extrémité de la voilure.

Concernants le rayon d’action des trois variantes (-700,-800,-900) , on obtient : 3.800 nm, 3.620 nm et 3.595 nm, soit une augmentation de respectivement 400 nm (741 km), 540 nm (1000 km) et 540 nm par rapport aux appareils qu’ils remplaceront en l’occurrence les B737-700, -800 et -900ER actuels. 

Les masses maximales au décollage (MTOW) des B737 MAX- 700, 800 et  900 seraient désormais de 159.400 livres (70t), 181.200 livres (82,2t) et 194.700 livres (88,3t), soit une augmentation respective de 5.000 livres (2200kg), 7.000 livres (3175kg) et 7.000 livres en comparaison avec les appareils de la famille 737NG qu’ils remplacent.

Photos : 1 le 7’370e B737 aux couleurs de Lion Air (le 75e pour cette compagnie) 2 B737-800 «MAX» aux couleurs d’ALAFCO @ Boeing