24/05/2013

Nouvelle livraison de SU-34 « Fullback » !

SukhoiSu341.jpg

 

 

MOSCOU, Sukhoi vient de livrer une seconde tranche de 5 bombardiers Sukhoi SU-34 « Fullback » pour l'armée de l'air russe. Cette nouvelle tranche marque également l’augmentation des livraisons de l’appareil, pour les forces russes.
 
Le travail à accomplir en 2013 est en plein essor à l'usine aéronautique de Novossibirsk.
La direction de l'usine confirme un haut niveau de préparation de la production, afin, de répondre au calendrier de livraison pour l’année.

 

Satisfaction des premières livraisons :

 

197326338.jpg

 

Les premiers Sukhoi SU-34 ont été livrés à fin 2012 et de l'avis des militaires montrent, des performances élevées. La société Sukhoi accorde une attention particulière à l'entretien de haut niveau de préparation au combat et de la maîtrise de l'utilisation de combat du SU-34. Le principal indicateur de la fiabilité de l'appareil (la période de temps entre deux pannes sur le terrain et dans les airs) s'est avéré correspondre aux caractéristiques énoncées par le constructeur.

 

A terme, Sukhoi doit fournir 92 chasseurs-bombardiers polyvalents SU-34 d’ici 2020. Ce marché est l'un des contrats d'achat d'avions de combat les plus importants depuis la chute du mur de Berlin, sa réalisation permettra de remplacer une bonne partie des SU-24 « Fencer » équipant actuellement les Forces de l'air russes.

 

197326351.jpg

 

Le Sukhoi SU-34 «Fullback» : 

 

Le SU-34 peut attaquer des cibles terrestres, maritimes et aériennes, de jour comme de nuit et par tous les temps en utilisant l’ensemble tous les types de munitions en service en Russie. En termes de capacités opérationnelles il s'agit d'un appareil de génération 4 +. Son système de sécurité active avec les nouveaux ordinateurs, fournit des capacités supplémentaires pour le pilote et le navigateur pour effectuer des bombardements précis et à manœuvrer sous le feu ennemi. L’excellente aérodynamique de l’avion,  les grands réservoirs de carburant de capacité interne, la nouvelle génération de moteurs plus économe en carburant doté d’une commande numérique font que le SU-34 de bombardement tactique se trouve très proche de la catégorie de bombardier stratégique de classe moyenne.

 

Le Su-34 dispose également d’un système de communication et le système d'échange d'information de type liaison 16 (Link16) lui permettant une interface avec des troupes terrestres et des navires de surface, ainsi, qu’avec d’autres aéronefs.

 

Question armement, le SU-34 met en oeuvre des missiles à longue portée air-surface et air-air ainsi que d'armes guidées multi-canal. Il est équipé d'un système de contre-mesures de dernière génération. Rappelons que le cockpit est blindé. L'avion peut effectuer des missions à basse altitude de type « by-pass et fly-by». 

 

800px-Sukhoi_Su-34_in_2012_(2).jpg

 

Photos : 1 Démonstrateur SU-34 2, 3, 4 SU-34 « Fullback » de série @ Sukhoi

 

23/05/2013

Premier vol du drone MQ-4C «Triton» !

pgM_BA-10002_006.jpg



Dévoilé dans un article du 12/6/12, le drone de Northrop-Grumman MQ-4C «Triton» vient de réussir son premier vol. L'US Naval Air Systems Command (Navair) et Northrop- Grumman viennent de réaliser le premier vol depuis les installations de Palmdale en Californie.

 

Ce drone dérivé maritime Global-Hawk a volé pendant 80 minutes dans l'espace aérien restreint et a atteint une altitude de 20.000 pieds. Les essais en vol du MQ-4C continueront depuis les installations de  Palmdale durant les prochains mois. Puis, l'équipe du programme se déplacera au sein des installations d'essais en vol à la base aéronavale Patuxent River Station, dans le Maryland, cet automne.

 

P-8A «Poseidon» & MQ-4C «Triton» : 

 

Le drone MQ-4C «Triton» est destiné à la marine américaine pour travailler en binôme avec les nouveaux avions de patrouille maritime Boeing P-8A  «Poseidon». Les deux appareils vont permettre de quadriller efficacement les zones maritimes en envoyant en temps réel des informations aux unités de la flotte afin de soutenir la guerre de surface, les missions de renseignement et de recherche et sauvetage. Le MQ-4C permet la collecte de données de reconnaissance (ISR) et complète, les opérations de patrouille maritime et de la Force de reconnaissance (MPRF).  Le Triton permettra également de relayer les signaux de communication.

 

Le MQ-4C «Triton» :

Ce drone de grande envergure (40 mètres) doit pouvoir venir épauler les nouveaux aéronefs de patrouille maritime que sont les Boeing P-8A «Poseidon». L’aéronef est un dérivé du drone Global-Hawk.  Avec un poids maximum au décollage de 14,6 tonnes, ce drone aura une endurance évaluée à près de 28 heures.

Actuellement, le MQ-4C (démonstrateur), est équipé de capteurs maritimes dont une tourelle offrant une vison à 360°couplée avec des capteurs Multi-Fonction active (SCFM) et un radar en bande X et une  antenne active à balayage électronique.

Le programme BAMS UAS est géré par l'Office des programmes de la Marine  et le Maritime Bureau Unmanned Aircraft Systeme PMA-262, sur la base  Navale de Patuxent River, dans le Maryland.

Selon les premières estimations disponibles, le MQ-4C «Triton» pourrait entrer en service d’ici 2015-2016. L’US Navy envisagerait d’en acquérir 68 pour équiper notamment ses portes-avions.

Caractéristiques :

 

Envergure: 130,9 pi (39,9 m)

Longueur: 47,6 pi (47,6 m)

Hauteur: 15,4 pi (4,6 m)

Brut au décollage: £ 32,250 (14.628 kg)

Max. Charge interne: 3,200 lbs (1452 kg)

Max Payload externe: £ 2,400 (1,089)

Auto Deploy: 8,200 nm (15186 km)

Max. Altitude: 56.500 m (17.22 km)

Max. Vitesse: 331 noeuds Vitesse air vraie (TAS)

Max. Endurance: 28 heures.


 

tritonfirstflight.jpg


 

Photos : 1 MQ-4C «Triton»  2 lors du premier vol @ Northrop-Grumman

Premier vol du C-182 Skylane Turbo diesel !

cxzy_DT3_1689.jpg

 

Wichita, au Kansas Cessna Aircraft Company a annoncé le premier vol de son Turbo Skylane 182 avec du carburant JT-A. L'avion a la distinction, d'être le premier avion monomoteur moderne propulsé par un moteur à piston spécialement conçu pour fonctionner avec du JT-A. L’avion expérimental a volé durant 2h30 et atteint le niveau de vol de 8000 pieds (2’400m), une vitesse vraie de 158 kts (292 km) a été atteinte.

 

Le Turbo C-182 Skylane JT-A :

 

Dérivé du célèbre C-182 Skylane II, cette nouvelle variante expérimentale utilise du carburant JT-A en lieu et place de l’AVGAZ 100LL. Le JT-A est plus répandu, mais aussi moins cher. De fait, le Turbo C-182 Skylane vole avec un moteur diesel.

 

En effet, on constate dans la plupart des régions du monde que l’Avgas généralement utilisé pour alimenter les avions équipés de moteurs plus simple, mais le carburant est de plus en plus rares, cher, et même pas disponibles dans de nombreuses parties du monde. Avec l'avènement d'un seul engin moteur conçu pour fonctionner sur le plus commun des carburants avions le JT-A, les opérateurs peuvent désormais accéder à de nombreux autres endroits du monde sans se soucier de la disponibilité imprévisible et le prix de l'essence aviation de plus en plus rares.

 

DieselAir_-_sma-230E-450.jpg

 

Le moteur SMA Safran qui équipe le Turbo Skylane JT-A est conçu spécifiquement pour l'aviation. Il utilise seulement 11 gallons à l'heure à la vitesse de croisière maximale estimée de 156 nœuds. Le moteur de 227 chevaux offrira aux clients une plus grande amplitude sans sacrifier les performances. Le vol à la vitesse de croisière maximale démontre une plus grande efficacité énergétique, et il est prévu de brûler environ 30% à 40% de carburant de moins que les moteurs Avgas comparables.

 

Le JT-A :

 

Le JT A-1 (JeT-A) est un carburant de type kérosèneconvenant à la plupart des aéronefs à réacteurs. Il satisfait à des exigences internationales rigoureuses, notamment à celles de la dernière version de la norme britannique DEF STAN 91-91, de la norme ASTM D1655, et de la spécification F-35 de l'OTAN. Il a un point d'éclair supérieur à 38 ºC (100 ºF) et un point de congélation maximal de -47 ºC. Le JT A-1 est le carburant habituel pour turbines. Il est également utilisé en aviation générale pour les avions à moteur diesel.

 

cxzy_DT3_1586.jpg

 

 

 

Photos : 1 Décollage du Turbo C-182 Skylane 2 moteur Safran diesel 3 Avant vol @ Cessna Aircraft

 

 

22/05/2013

L’AV-8B en service jusqu’en 2030 ?

DSC_125.jpg


 

 

L’armée américaine, je vous en parlais, se trouve dans une situation compliquée suite aux décisions de réduction de budgets. Les problèmes de coûts et les retards dans le programme F-35 «Lightning II» n’arrangent évidemment rien à cette situation. L'US Marine Corps vient de décider d’étudier les améliorations possibles, afin de prolonger le temps de service de ses Boeing/BAe AV-8B «Harrier II».

 

Initialement, l’USMC avait planifié le retrait de la flotte d’AV-8B pour 2015. Mais, l’incapacité à Lockheed-Martin à fournir dans les temps le F-35B (STVOL) pousse aujourd’hui le Corps des Marines a planifié une solution de rechange.

 

Afin, de garantir la capacité opérationnelle de l’USMC jusqu’à l’aboutissement du programme F-35 et de manière à répondre aux diminutions de budget décidé par le gouvernement, l’USMC étudie les options permettant de prolonger la vie des AV-8B jusqu’en 2030. Pour ce faire, une liste d’améliorations urgentes est actuellement étudiée.

 

Les améliorations pour l’AV-8B : 

 

Le premier point retenu dans le cadre d’une mise à niveau concerne la communication des appareils et la mise en réseaux de ceux-ci avec l’adjonction d’une liaison 16 (Link16) associée à un nouveau système radio crypté et un nouvel IFF en mode 5. 

 

L’armement devrait également être élargit avec l’ajout du missile air-air Raytheon AIM-120C AMRAAM. Diverses solutions sont également étudiées pour ajouter divers systèmes d’attaques au sol pour augmenter le potentiel en matière de bombes guidées.

En matière de capteur, l’AV-8B pourrait être doté d’un nouveau radar, le Raytheon APG-73 de type AESA. Ce radar n’est pas de dernière génération, mais doit permettre à la flotte d’AV-8B d’augmenter sa capacité multirôle et renforcer sa capacité d’engager air-air à longue distance.

Au total, une centaine d’AV-8B «Harrier II» pourraient être concernés par une modernisation.


 

av8b.jpg


 

Historique de l’AV-8B :

 

L’ AV-8B Harrier II (désignation américaine) ou Harrier GR.5 (désignation anglaise) est la seconde génération du Hawker Siddeley Harrier. Son développement a été initié à la fin des années 1970 par les Etats-Unis rejoints rapidement par le Royaume-Uni qui avait conçu la version initiale.

Une version AV-8B(NA) destinée à l'attaque nocturne apparut en 1987, équipée d'une caméra infrarouge et d'un tableau de bord compatible avec les équipements de vision nocturne américains. Elle dispose également d'un réacteur 10 % plus puissant et de quelques autres modifications.

La version AV-8B+ (ou Harrier II Plus) apparut en 1992. En plus des modifications du AV-8B(NA), elle dispose d'une version adaptée du radar Hughes AN/APG-65 du F/A-18A/B. Deux rails supplémentaires d'emport pour missile AIM-9 ont également été installés. Le AV-8B+ a été vendu à l'Italie (18 avions) et à l'Espagne (9 avions plus 10 AV-8B modifiés), une partie de ces avions sont assemblés localement.

 

Photos : AV-18B «Harrier» @ Phil Thornton USMC


Amélioration du Challenger 605 !

DSC_3075.jpg


 

EBACE, Genève, Bombardier Aéronautique a annoncé aujourd’hui qu’elle a rehaussé encore davantage les capacités opérationnelles de son biréacteur Challenger 605 grâce à l’homologation de son système de vision amélioré Bombardier Enhanced Vision System de (BEVS) par l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA). Ce système déjà homologué par Transports Canada Aviation civile (TCAC) et la Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis est doté de la technologie de vision améliorée la plus évoluée, procurant une conscience situationnelle améliorée et une plus grande polyvalence opérationnelle.

 

Le système BEVS consiste en un système de guidage tête haute et en une caméra infrarouge à balayage frontal. Le système de guidage tête haute rehausse la conscience situationnelle de l’équipage en fournissant des paramètres de vol clés au pilote pendant qu’il regarde à travers le pare-brise. La caméra infrarouge fournit une image en surimpression de l’environnement extérieur, y compris le terrain, la piste, les autres avions et les animaux sur l’affichage tête haute, ainsi que sur l’affichage multifonction du copilote. Cette capacité accroît la sécurité pendant le roulage, le décollage et l’approche dans des conditions de faible visibilité.


 

feat-cockpit.jpg


 

Reconnu par les pilotes des avions Global dotés du poste de pilotage Bombardier Vision, le système BEVS est également reconnu par les principales autorités responsables de l’homologation (FAA, AESA et TCCA) pour les avantages opérationnels conférés par des basses hauteurs de décision ou des portées visuelles de pistes réduites au cours de l’approche. Il améliore donc la souplesse opérationnelle et réduit la probabilité de remise de gaz en raison d’un déroutement attribuables aux mauvaises conditions météo.

 

Le  Challenger 605 : 

 

Le  biréacteur Challenger 605 bénéficie de l’héritage de productivité, de qualité et de fiabilité de son prédécesseur, l’avion hors pair Challenger 604, et arrive en tête de son segment de marché partout dans le monde. Doté de l’une des plus larges cabines où l’on peut tenir debout de tous les avions d’affaires à large fuselage disponibles aujourd’hui, il peut transporter à toute vitesse six passagers sur 4 000 NM (7 408 km) et relier ainsi Genève à Montréal ou à Katmandou. 


 

DSC_3076.jpg


 

Photos : 1 & 3  Challenger 605 à EBACE 2013 2 Cockpit avec Enhanced Vision System de (BEVS) @ Pascal Kümmerling

17:42 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ebace 2013, bombardier, challenger 605, bevs |  Facebook | |