20/08/2013

Premier vol pour le C-130J destiné à la ROKAF !

2013_news_ROKAF_C130J_1269967624_7023.jpg

 

 

Marietta, Lockheed-Martin a fait voler le premier du C-130J « Super Hercules » destiné à la Corée du Sud (ROKAF). Ce C-130J no : 5730 est prévu pour être livré en 2014. Au total se sont quatre C-130J qui rejoindront l’Armée de l’air sud coréenne.

 

Le C-130J « Super Hercules » :

 

 Le C-130J «Super Hercules» est la version la plus avancée du célèbre  C-130 cargo,  il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courtes. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE 2100D3 dotés d’hélices à six pales. 

Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre Hercules, cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Il a une capacité de 26.000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11.000kg de carburant.

 

 

lockheed-martin,c-130j super hercules,rokaf

 

Photos : C-130J aux couleurs de la ROKAF @ Lockheed-Martin

19/08/2013

Gripen : l’industrie suisse satisfaite !

gripen-f-IRST.jpg


L'industrie suisse est contente de la tournure que prennent les affaires compensatoires liées à l'achat du Gripen E. "Du point de vue de l'économie, plus rien ne s'oppose au Gripen E", a déclaré Hans Hess, président de l'organisation Swissmem.

"Les choses vont dans la bonne direction", a confirmé Hans Hess. Le but était d'obtenir 300 millions de francs d'affaires compensatoires et, cela, avant la décision définitive concernant l'achat du Gripen E par la Suisse. "L'objectif a été atteint", a indiqué M. Hess. D'importants progrès ont été réalisés cette année. Saab a en outre fait des efforts pour tenir compte d'entreprises romandes, a précisé Hans Hess. C'était l'une des trois conditions que Swissmem avait posées.

L'organisation avait aussi demandé que les entreprises suisses n'obtiennent pas que des travaux de routine et que des PME reçoivent également des contrats. Selon M. Hess, des PME se trouvent parmi les 160 entreprises retenues et des grandes firmes ont accepté de leur sous-traiter des contrats.

Hans Hess estime qu'il y a encore à faire dans le domaine de l'entretien. Car ces contrats sont intéressants, vu qu'ils couvrent toute la durée de vie des avions, soit environ 30 ans. "Nous voulons aussi ramener quelques beaux morceaux en Suisse", ajoute Hans Hess. Les négociations sont encore en cours, mais Saab montre beaucoup de "bonne volonté".

Le développement et la production des enveloppes des réacteurs et de la partie arrière du Gripen E devraient se faire en Suisse, a assuré Hans Hess. Et cela, pas seulement pour la vingtaine de Gripen que la Suisse à l'intention de commander, mais aussi pour les 60 avions prévus pour l'armée suédoise.

 

390772609.png


Rappel : 

Conformément aux exigences de l’appel d’offres d’armasuisse, Saab a mis en place un programme de participation industrielle suisse (Swiss Industrial Participation – SIP(DIP)) correspondant à 100% de la valeur du contrat Gripen. Le programme SIP (DIP) de Saab assurera la répartition régionale des affaires de participation industrielle sur des bases commerciales solides.

Le programme SIP se déroulera sur une période de dix ans à partir de la date de signature du contrat Gripen. Il débouchera sur des liens économiques, industriels et culturels plus étroits entre deux pays indépendants non-alignés, la Suisse et la Suède.


 

2667191906.jpg


Saab entend créer des activités en Suisse en s’appuyant sur les piliers suivants:

  • Implication de l’industrie suisse dans le programme Gripen E.
  • Intégration plus forte de l’industrie suisse dans la base des fournisseurs de Saab et de ses partenaires.
  • Promotion des exportations suisses à travers le réseau industriel de Saab.
  • Accroissement des capacités de l’industrie suisse grâce à des transferts de savoir-faire et de technologie.

 

Si la Suisse acquiert le Gripen E, Saab s'est engagé à conclure des contrats avec des firmes suisses pour plus de 2,5 milliards de francs. Le contrat d'achat des Gripen E se monte à 3,1 milliards de francs.

Photos : Gripen F de développement avec le radar AESA de série et l’IRST en vol @ Saab Gripen

Le Breitling Jet Team vol sur la Grande Muraille !

bjt-great-wall_3.jpg


 

Le Breitling Asian Tour s’achève par un dernier vol spectaculaire au-dessus de la Grande Muraille de Chine.

Volant à moins de 3 mètres les uns des autres à des vitesses allant jusqu’à 750 km/h, les sept jets, ici dans leur fameuse formation Avenger, ont survolé à basse altitude les paysages montagneux de la région de Karamay au nord-ouest de la Chine.

Les derniers développements du T-50 !

_SPN8702.jpg


 

 

MOSCOU, nous venons de recevoir les dernières informations officiels sur le programme de développement du chasseur russo-indien de cinquième génération le Sukhoi T-50 (PAK).

 

Concernant la motorisation :

 

Le développement de la 2ème étape du moteur sera achevée à la mi-2015. Actuellement les prototype volent avec une version limitée du réacteur  NPO Saturn 117S de 14,5 tonnes de poussée. La seconde étape prévoit d'améliorer les performances du moteur et de dépasser les paramètres spécifiés dans la spécification de performance.

 

Nouvelle combinaison : 

 

Les pilotes russes du T-50 seront dotés d'un équipement de protection unique visant à compenser la pression sur le pilote en cas de surcharge prolongée. Cette innovation de l'entreprise Zvezda comprend deux combinaisons anti-charge et un système d'équilibrage de la pression au niveau des poumons, permettant d'effectuer des manœuvres à un facteur de charge de 9G pour une durée de 30 secondes. Les pilotes seront également en mesure de s'éjecter à une altitude de 23 kilomètres.  

Nikolaï Dergounov, constructeur en chef adjoint de Zvezda, a expliqué que la protection des pilotes comptera deux combinaisons : une anti-charge PPK-7 et une de compensation de l'altitude VKK-17. Le choix de l’une ou de l’autre dépendra de l'altitude : le PPK-7 est efficace jusqu'à 12 kilomètres, alors que le VKK-17 pourrait servir à des altitudes jusqu'à 23 kilomètres. 

Les deux combinaisons sont liées au système d'équilibrage AD-17 qui pompe l'air dans des cavités spéciales et apporte l'oxygène dans le respirateur du pilote en cas de facteur de charge important.

La combinaison de compensation de l'altitude VKK-17 est conçue d'un tissu plus dense et possède un garnissage spécial permettant au pilote de survivre à la dépressurisation ou de s’éjecter à 23 kilomètres d’altitude. Le VKK-17 est également muni d'un gilet de ventilation qui sert à refroidir le corps du pilote. Néanmoins, ce système n'est pas en mesure de compenser à 100% la chaleur et les pilotes préfèrent donc le PPK-7 quand il s'agit d’altitudes moins importantes.     

Les trois derniers prototypes de T-50 sont déjà munis de systèmes de pompes à air et d'équilibrage de pression. Les combinaisons sont actuellement à l'essai, mais seront bientôt transmises aux pilotes. 


 

ob_a9e2a4_combinaison-de-vol-sur-t-50.jpg


 

Système OBOG : 

 

Enfin, les ingénieurs russes se mettent à L’OBOG, le chasseur russe de cinquième génération T-50 sera doté d'un système d'oxygène illimité pour la respiration du pilote, comme ses concurrents occidentaux F-22, F-35 , Gripen E, Rafale et Eurofighter. Ce dispositif est nécessaire pour les vols à des altitudes supérieures à 4 kilomètres : à cette hauteur le pilote "s'endort" et perd connaissance à cause du manque d'oxygène. Tous les avions russes actuellement en service possèdent des ballons d'oxygène, mais ils ont une durée d’utilisation limitée. Le T-50, par contre, sera muni d'un système OBOG qui produit l'oxygène à partir de l'air environnant.

 

Ce système fournit un volume d'oxygène illimité, mais permet aussi d'économiser la charge utile de l'appareil : il ne pèse que 30 kg alors que le poids des ballons d'oxygène nécessaires pour deux heures de vol s'élève aujourd’hui à 90 kg.

Aucun avion moderne ne peut se passer d'oxygène : les pilotes sont tout physiquement incapables de respirer à des altitudes de plus de 4 kilomètres. Et si un avion de ligne ou de transport peut embarquer sans problème de gros ballons d'oxygène, cette diminution de 60 kg est plus que considérable pour un chasseur qui compte chaque centimètre d'espace et chaque gramme de charge.


 

179261837.jpg


 

Photos : 1 & 3  T-50  2 Nouvelle tenue des pilotes russes @ Sukhoi

00:12 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sukhoi, t-50, pak-fa, aviation russe, obog |  Facebook | |

18/08/2013

F-35 : Atterrissage de nuit vertical sur un navire !

yourfile-1.jpg


 

 

Un pilote d’essai de US Marine Corps a effectué le premier atterrissage de nuit vertical en mer à bord du USS Wasp avec  un Lockheed Martin F-35B «Joint Strike Fighter» (JSF).

 

Le F-35B est embarqué à bord du navire d'assaut amphibie pour la deuxième série d’essais d'atterrissage décollage vertical en mer.

 

«Tout s'est très bien passé», explique le lieutenant-colonel Cr. Clift, pilote d'essai au sein de  l’USMC qui a effectué la manœuvre. "Huit atterrissages réussis en une seule nuit, confirmes que nous suivons la courbe d'apprentissage."

 

Les essais en mer sont prévus pour une durée de 18 jours.  Il s'agit de la deuxième des trois séries d'essais planifiée visant à élargir l'enveloppe de fonctionnement à bord du F-35B pour l'USMC. La première série d'essais en mer ont été achevée en octobre 2011.

La réalisation de ce second tour doit fournir des données suffisantes pour l'US Navy et le Corps des Marines pour certifier le F-35B pour les opérations à bord en vue de son premier déploiement actif en 2015.


 

jpg.jpeg


 

Photos : 1 Atterrissage de nuit vertical 2 Essais sur porte-avions @ USMC/USN