04/06/2013

L’Australie confirme le binôme Super Hornet & F-35 !


ea18g_vx31_29.jpg



CANBERRA, le gouvernement australien vient de confirmer la commande d’un nouveau lot d’avions de combat Boeing EA-18G  «Growler» et confirme également l’achat du Lockeed-Martin F-35.

 

Boeing EA-18G : 

 

On attendait cette commande depuis l’année dernière, cette fois elle se confirme, l’Australie va passer commande pour un lot de 12 Boeing EA-18G «Growler» de guerre électronique. Cette commande va se greffer à celle de l’US Navy qui prévoit de commander 9 appareils de ce type cette année. 

 

Pour Boeing, cela signifie qu’en ajoutant les commandes additionnelles de «Super Hornet»  pour la Navy est éventuellement, celles, de clients étrangers, la chaine de montage du F/A-18E/F & EA-18G devrait être maintenue jusqu’en 2020.

 

L’Australie avait initialement prévu de convertir la moitié de ses 24 existant F/A-18F «Super Hornet» en configuration «Growler», mais dans un communiqué, le Premier ministre Julia Gillard et le ministre de la Défense Stephen Smith ont déclaré que le gouvernement a décidé de conserver le «Super Hornet» et de le compléter avec 12 EA-18G. 

 

Le EA-18G «Growler» : 


 

800px-EA-18G_Growler_VX-9_from_below_2008.jpg


 

L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur le EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage  couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218 lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Les systèmes embarqués du «Growler» lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

-  Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contre partie le Growler dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS  qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

Capacités ECM :

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

Capacités de tirs :

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,) 

-          Elimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du Growler de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.

 

Confirmation pour le F-35 : 


 

F-35-Lightning-II.jpg


La seconde confirmation vient du programme concernant le Lockheed-Martin F-35, l’Australie prévoit de se doter de 72 appareils de ce type, soit : 3 Escadrons. Les F-35 devraient entrer en service en 2020.

Analyse :  

L'inconvénient de cette décision est que la Royal Australian Air Force (RAAF) devra    exploiter une flotte mixte de «Super Hornet» et F-35 à partir de 2020 jusqu’en 2030 au minimum. Ceci représente un excès de coûts pour la mise en oeuvre des deux types d’avions. Certes, cette solution est basée sur une diminution du nombre de F-35, soit 72 en lieu et place des 100 avions prévus au départ. Mais cette solution semble limitée du point de vue tactique et laisse le choix aux futurs gouvernements de ce pays d’engager où non, un complément d’acquisition selon l’évolution de la situation. On sent la frilosité du moment ...

 

Photos : 1 & 2 EA-18G «Growler» en vol  @ Boeing 3 F-35A en vol @ Lockheed-Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ATR 72-600 pour Aeromar !

ATR-AEROMAR-2.jpg

Aeromar, l’une des principales compagnies aériennes régionales du Mexique, a réceptionné aujourd’hui le premier des deux ATR 72-600 acquis dans le cadre d'un contrat de location à long terme, souscrit auprès d'Air Lease Corporation (ALC). C'est la première compagnie de la région à se doter d'appareils ATR de la série 600. Ces nouveaux avions seront aussi les premiers turbopropulseurs de 70 places à opérer au Mexique.

La compagnie Aeromar est un client de longue date d'ATR : sa flotte compte pas moins de 14 ATR, dont 10 ATR 42-500 et 4 ATR 42-320. Les nouveaux turbopropulseurs de 68 places viendront remplacer les ATR 42-320, de capacité moindre, ce qui permettra à la compagnie d'accroître sa capacité sur les liaisons déjà desservies, entre la capitale Mexico et des villes moins importantes comme Poza Rica, San Luis Potosi ou Ciudad Victoria.

La compagnie Aeromar estime que le marché mexicain est maintenant prêt pour accueillir des avions turbopropulseurs de plus grande capacité. Elle croit aussi que l'industrie du transport aérien de son pays a besoin du gain de productivité que laisse présager l'exploitation de ces nouveaux avions.

ATR est bien implanté en Amérique latine, avec plus de 160 appareils volant sous les couleurs de 30 compagnies, dont 14 actuellement exploités au Mexique.

 

ATR-AEROMAR-1.jpg

Photos : ATR 72-600 d’Aeromar @ ATR Aircraft

 

 

15:35 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : atr aircraft, atr 72-600, aeromar |  Facebook | |

Premier vol du King Air 350ER EMARSS !

MWF13-00522N-0117_EMARSS_1st_flight.jpg

 

 

Fairfax, en Virginie l'armée américaine en collaboration avec Boeing équipe vient de clore le premier vol du Enhanced Reconnaissance (EMARSS) basé sur une cellule de Beechcraft King Air 350ER. L'avion a volé durant plus de quatre heures et a bouclé tous les objectifs d’essais de ce

premier vol.

 

Système EMARSS :

 

Le système EMARSS « Enhanced Medium Altitude Reconnaissance and Surveillance System » est un système de reconnaissance électronique qui doit permettre de détecter, localiser, classifier, identifier et les cibles de surface dans  toutes les conditions météorologiques, de jour comme de nuit, avec un haut degré de rapidité et de précision.

 

Les systèmes installés dans un appareil de type Beechcraft King Air 350ER comprennent : un système électro-optique à infrarouge, un système de géolocalisation à très haute précision, une liaison de données Link 16 ainsi qu’un poste de gestion pour la guerre-électronique.

 

 

L’armée américaine prévoit d’acquérir quatre appareils de ce type, dans un premier temps. Les livraisons doivent débuter l’année prochaine.

 

Photo : King Air 350ER EMARSS @ Boeing

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

11:33 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : beechcraft, king air 350er, emarss |  Facebook | |

03/06/2013

Présentation du C-295W !

C295_winglets_FF.jpg


 

 

SEVILLE, Airbus Military a présenté son C-295 doté de Winglets (C-295W), disponible en 2014, ce nouveau modèle présente des winglets et des moteurs modernisés de série.

Doté d’ailettes marginales (winglets) et de moteurs modernisés de série, le nouveau modèle fournira aux opérateurs des performances accrues dans toutes les phases de vol. Il est particulièrement adapté aux missions réalisées en altitude et par temps chaud, pour lesquelles il promet une augmentation de charge utile d’au moins 1 000 kg.

Une version AEW :

 

Pour les missions ISR (renseignement, surveillance et reconnaissance), telle la détection aéroportée (AEW airborne early warning), les modernisations permettront d’accroître l’autonomie de l’appareil de 30 à 60 minutes et un gain d’altitude d’opération de 2 000 pieds.

Ces nouvelles caractéristiques entraîneront par ailleurs une réduction d’environ 4 % de la consommation de carburant, en fonction de la configuration et des conditions.

Assemblé à Séville, en Espagne, le C295W est dès à présent proposé sur le marché. Il constituera la version standard de tous les appareils à partir du quatrième trimestre 2014. La certification est attendue au second trimestre de la même année.

Airbus Military s’est engagé dans la construction du C295W suite aux essais en vol réalisés avec son appareil de développement équipé de winglets, qui se sont soldés par des résultats positifs pour un surpoids d’environ 90 kg seulement.

L’appareil est équipé de turbopropulseurs Canada PW127 de Pratt & Whitney, qui motorisent toutes les versions du C295. De nouvelles procédures récemment certifiées au Canada et en Espagne permettent aux opérateurs d’augmenter la puissance lors des phases ascensionnelles et de croisière. Outre les performances en altitude et par temps chaud, ces procédures améliorent les opérations sur des reliefs très élevés, comme la Cordillère des Andes ou l’Himalaya, avec des répercussions minimes sur les coûts de maintenance.

Rafael Tentor, Directeur des programmes Légers & Moyens et Dérivés d’Airbus Military, a déclaré : « Le C295 a toujours dominé le marché dans tous les secteurs dans lesquels nous l’avons proposé. En investissant dans le développement continu de cet appareil, nous nous engageons à préserver sa position de leader grâce à l’introduction de bénéfices opérationnels substantiels. Nous nous réjouissons à la perspective de présenter le C295W à nos clients actuels et futurs ».

A propos du C295

Le C295 de nouvelle génération constitue l’avion de transport à usage civique et militaire idéal pour les missions d’aide humanitaire, de patrouille maritime et de surveillance environnementale, entre autres. Grâce à sa robustesse, à sa fiabilité et à la simplicité de ses systèmes, cet avion tactique de taille moyenne offre la polyvalence et la flexibilité requises pour le transport de personnel, de troupes et de charges volumineuses/palettisées, ainsi que pour l’évacuation de blessés, les tâches logistiques et de communication ou le largage aérien de chargement certifié. La plate-forme est en outre dotée d’une double technologie civile/militaire, garante du succès lors de missions tactiques, qui présente un potentiel de croissance pour les équipements futurs et une compatibilité avec les environnements aéronautiques et spatiaux civils les plus modernes. Le C295 fait partie de la famille d’avions de transport de petite et moyenne capacités d’Airbus Military, qui comprend également les plates-formes NC212i et CN235 plus petites.

 

Photo : le C-295AEW @ Airbus Military

 

31/05/2013

Entrée en service du PC-7MKII en Inde !

IAF PC-7 MkII 2.JPG


 

Air Force Academy de Dundigal en Inde, L’Indian Air Force vient officiellement de réceptionner ses 12 premiers avions d’entrainement Pilatus PC-7MkII, lors d’une cérémonie ce vendredi.

 

S'adressant aux médias, le chef de la Force aérienne, le maréchal de l'air Nak Browne a décrit cette introduction du nouvel appareil comme un événement important dans l'histoire de l'IAF. 

 

Ces 12 premiers Pilatus PC-7MKII ont été remis à l’IAF en respect avec le calendrier prévu. Le premier lot de 75 PC-7MKII sera entièrement livré d’ici 2015. Selon les premières informations, l’IAF pourrait commander une seconde tranche de 37 PC-7MKII d’ici le mois de novembre de cette année déjà.

 

L'avion école du constructeur Pilatus réunit toutes les fonctions de formation de base pour les pilotes ab initio, y compris voltige et permet de préparer celui-ci au vol tactique , l’instrumentation de nuit. De plus, le constructeur de Stans à adapté les PC-7 pour correspondre aux besoins spécifiques de l’IAF.


 

PILATUS_MK_II_1472709f.jpg


 

Rappel sur la commande indienne : 

 

 

En date du 15 mai 2012,  Pilatus Aircraft a décroché le plus gros contrat jamais réalisé avec la livraison d'un premier lot de 75 appareils d’entrainement pour l’Indian  Air Force (IAF), soit, un contrat estimé à près de 1 milliard de dollars ! Au total avec la seconde série d’avions de 106 appareils, c’est un total de 181 aéronefs qui seront livrés, un record !

Grande concurrence :

Equiper l’IAF en avions écoles de base, revêt un intérêt tout particulier de part le nombre d’appareils en besoin, et de fait, s’avère être un juteux contrat. Plusieurs constructeurs se sont alors présentés pour répondre à l’appel d’offre soit : Embraer avec le «Super Tucano», l’Aermacchi 311, l’EADS PZL Orlik Turbo 130, le Grob G-120TP, le Hawker Beechraft T-6C, le KAI KT-1B et le Pilatus PC-7 MKII.

Les essais en vol ont eu lieu durant cinq jours sur la base aérienne de Jamnagar, les pilotes d’essais indiens, ainsi que des instructeurs de l’école de l’IAF ont pu se familiariser avec les différents prétendants.

 

Les avantages du PC-7MKII :

Si la concurrence était très forte et certains avions assez proche techniquement, la firme suisse a su faire la différence sur plusieurs éléments, d’abord elle est en mesure de pouvoir livrer rapidement la Force aérienne indienne qui se retrouvait aujourd’hui sans appareils écoles de base. Le rapport qualité prix était également très important, le PC-7 MkII est un appareil mûr, qui évolue déjà dans de nombreuses Forces aériennes avec succès et fiabilité. Le dernier point concerne la possibilité de pouvoir équiper l’avionique de l’appareil avec un très grand choix de systèmes, selon les souhaits du futur opérateur et ceci en adéquation avec les appareils de combat en ligne et futurs comme le Rafale qui vient d’être choisit par l’Inde.

De fait, les PC-7 MkII prépareront les élèves pilotes indiens à transiter sur Bae " Hawk "ou sur le HAL "Kiran" avant de pouvoir passer sur un des nombreux appareils qui équipent l’IAF (SU-27, Mirage 2000, HAL Tejas et le futur Rafale).


 

1aero-india-2013-2_020613114833.jpg


 

Photos : 1 Arrivée du premier PC-7MKII en Inde 2 Cérémonie ce matin de réception 3 Les instructeurs indiens volent le PC-7MKII @ Pilatus Aircraft