03/07/2018

Premier B737-8 MAX pour Ethiopian Airlines !

yourfile.jpg

Ethiopian Airlines a célébré la livraison de son premier des B737 MAX sur un total de 30 appareils en commande.

Le porte-drapeau de l'Ethiopie a longtemps fonctionné le Boeing B737. Avec le MAX, le transporteur sera en mesure de parvenir à une amélioration à deux chiffres de l'efficacité énergétique et offrir aux passagers une expérience plus confortable.

« Nous sommes heureux d'inclure le Boeing B737-8 MAX, dans notre jeune flotte de plus de 100 avions avec un âge moyen de moins de cinq ans », a déclaré le PDG du groupe Ethiopian Airlines M. Tewolde Gebremariam. Dans la configuration éthiopienne, le B737-8 MAX pourra accueillir 160 passagers.

« Ethiopian Airlines continue de voler à l'avant - garde de l'industrie de l'aviation commerciale de l'Afrique par l'exploitation des avions les plus avancés », a déclaré Marty Bentrott, Boeing vice - président des ventes pour le Moyen – Orient.

Le B737 MAX :

Le B737 «MAX» est 13 % plus économe en carburant que les plus performants des monocouloirs actuels, avec un coût opérationnel par siège inférieur de 8 % par rapport à son futur concurrent. La configuration inclut les nouveaux moteurs LEAP-1B de CFM International qui sont optimisés pour la famille «MAX», un cône arrière redessiné et les nouvelles ailettes dites « Advanced Technology Winglet » conçues par Boeing pour réduire la consommation de carburant. Parmi les autres modifications intégrées, figurent des améliorations apportées aux écrans du poste de pilotage, au système de prélèvement d’air et au système de commande de vol. Par ailleurs, le B737 MAX profite des progrès accompli dans le domaine de la connectivité. Le B737 «MAX» offrira à ses clients la possibilité d’utiliser des données en temps réel, pour prendre en cours de vol des décisions opérationnelles concernant la maintenance au sol. La famille B737 "MAX" comprend le B737-700 «MAX», le B737-800 «MAX» et le B737-900 «MAX», trois appareils qui occuperont le marché des monocouloirs de 100 à plus de 200 sièges. Le B737 «MAX » se caractérisera par un rayon d’action supérieur à celui de la famille B737 NG, avec une autonomie de 6’482 km (3’500 milles nautiques), soit 741 à 1’000 km de plus que le B737 NG. La première livraison du B737-900 «MAX» est prévue en 2018, suivie par la première livraison du B737-700 «MAX » en 2019.

Photo :L’avion au décollage de Seattle @ Boeing

 

 

02/07/2018

Singapour prépare le remplacement des F-16 !

RSAF_F-16 taxi.jpg

Singapour prépare activement le remplacement de sa flotte d’avions de combat Lockheed-Martin F-16 avec un nouveau type de chasseur. Le remplacement devrait commencer à partir de 2030, a déclaré le ministre de la Défense le Dr Ng.

S'adressant aux médias, le ministre de la Défense a déclaré que le remplacement des F-16 faisait partie d'un effort à long terme visant à équiper une nouvelle génération d’avions de combat les forces armées singapouriennes pour affûter sa force tout en faisant face à la contraintes financière.

Il est nécessaire de remplacer les avions de chasse, qui ont maintenant 30 ans, car ils devraient devenir obsolètes au-delà de 2030, a déclaré le Dr Ng.

Pour l’instant les différents concurrents ne sont pas encore annoncés, mais la bataille s’annonce rude au sein des avionneurs occidentaux.

 Photo : F-16 singapourien @ FAS

ATR Aircraft optimiste sur les prévisions des turbopropulseurs !

ATR-72-large_tcm85-3678.jpg

L’avionneur européen ATR publie a publié i ses nouvelles Prévisions de Marché (2018-2037). Celles-ci prévoient un marché pour 3 020 turbopropulseurs au cours des 20 prochaines années. Cette demande attendue pour les deux décennies à venir confirme la stabilité de la position des turbopropulseurs sur le marché des appareils régionaux de moins de 90 places. Depuis 2010, les turbopropulseurs représentent 50 % des ventes totales de ce segment, sur lequel ATR s’est affirmé comme premier choix des compagnies aériennes régionales.

Cette perspective positive s’appuie principalement sur la croissance du trafic régional, tant sur les marchés traditionnels, où les villes les moins connectées se voient desservies par de nouvelles routes régionales directes, que sur les marchés émergeants, où les liaisons aériennes assurées par des turbopropulseurs s’imposent comme la solution la plus viable pour transporter aussi bien des passagers que des marchandises.

Selon les prévisions de marché pour la période 2018-2037, près de 80 % (2 390 avions) de la demande totale émaneront de la catégorie des 61 à 80 places, un segment de marché dominé depuis des années par l’ATR 72. Les 20 % restants (630 avions) proviendront du marché des avions de 40 à 60 places, un segment où l’ATR 42, seul avion de 50 places encore en production, permet à la fois d’apporter une capacité de sièges supplémentaires par rapport aux appareils de 30 places, et de remplacer des avions régionaux de 50 places.

Sur les 20 prochaines années, la plus forte demande de turbopropulseurs devrait venir d’Asie (43 %), devant l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient (31 %) et le continent américain (26 %).

Outre le transport de passagers, ATR estime que l’augmentation du trafic du fret aérien générera, au cours des deux prochaines décennies, un potentiel de livraison de 460 turbopropulseurs cargos. Ce potentiel inclut à la fois les conversions d’appareils et l’ATR 72-600F, récemment lancé, unique avion régional à sortir de la chaîne d’assemblage en configuration cargo.

Plusieurs facteurs permettent d’expliquer la forte demande attendue pour les turbopropulseurs :

L’aviation régionale s’est remarquablement développée, puisque 58 % des réseaux régionaux actuels dans le monde ont été créés ces 15 dernières années. Le développement des routes aériennes régionales a été particulièrement intense entre 2012 et 2017, ATR en étant l’un des principaux acteurs, avec une moyenne de plus de 100 nouvelles routes par an et un record de 155 nouvelles routes en 2017. À ce jour, la moitié des vols de moins de 330 NM dans le monde est opérée par des turbopropulseurs, de sorte que leur utilisation représente la solution la plus économique en matière de consommation de carburant pour les trajets courts. Les ATR sont particulièrement reconnus pour leur efficacité écologique, leur consommation de carburant pouvant être jusqu’à 45 % inférieure à celle des jets régionaux, et 30 % inférieure à celle des turbopropulseurs concurrents.

Fort des succès rencontrés actuellement et récemment par les turbopropulseurs dans l’ouverture de nouvelles routes au moindre risque, ATR estime que ceux-ci offrent un potentiel de création de 2 770 nouvelles routes dans les 20 années à venir. Au cours de cette période, le trafic régional devrait augmenter de 4,5 % par an et en 2037, 30 % du trafic devrait être généré par des routes encore inexistantes.

La connectivité aérienne joue un rôle essentiel dans le développement des économies locales. Ainsi, une augmentation de 10 % des vols permet à son tour de générer une augmentation de 5 % du tourisme, de 6 % du PIB régional et de 8% des investissements étrangers directs. Référence mondiale sur le marché des avions régionaux, ATR jouera ainsi un rôle majeur en soutenant le développement social. Les turbopropulseurs sont primordiaux pour relier les communautés à travers le monde : 36 % des aéroports commerciaux s’appuient en effet exclusivement sur les turbopropulseurs, et 50 % exclusivement sur les avions régionaux.

 

Photo : ATR 72-600 @ ATR Aircraft

 

01/07/2018

Le Portugal sur le point de signer pour le KC-390 !

1361423495.jpg

Embraer est sur le point de conclure un accord avec le Portugal confirmant le pays comme premier client à l'exportation pour l’avion de transport et de ravitaillement KC-390. 

"Nous discutons avec le gouvernement du contrat final", a déclaré le directeur général de l'avionneur brésilien, Paulo Cesar Silva, lors d'une conférence de presse organisée à Lisbonne le 26 juin dernier.

Les négociations entre l’avionneur brésilien Embraer et le Portugal ont débuté, il y a un an sur un total à l’époque de cinq KC-390, avec une option pour un sixième, avec des livraisons à partir de 2021.

Au-delà des États-Unis, Embraer a sa plus grande présence industrielle à l'étranger au Portugal, avec plusieurs partie du KC-390 construites dans sa filiale Ogma,  un fabricant de pièces d'avion et un spécialiste militaire de maintenance, de réparation et de révision à Lisbonne. Embraer a également établi une usine d'aérostructures, principalement pour ses jets d'affaires, à Evora.

Au Brésil :

Embraer est sur le point de livrer le premier avion de série, soit le troisième KC-390 à être construit à la 11e escadre de l'armée de l'air brésilienne à Rio de Janeiro d'ici la fin de l'année. Le Brésil s'est engagé à mettre en place une flotte de 28 appareils.

Accident sans trop de conséquences :

Le 5 mai dernier un KC-390 a effectué une sortie de piste sur l’aéroport de Gavião Peixoto (situé à 300 km au Nord Ouest de São Paulo). L’avion de transport militaire brésilien était en train d’effectuer un essai au sol. L’avion d’essai ne s’est pas arrêté et a terminé sa course dans l’herbe à plus de 250m du bitume. Il n’y a aucun blessé à déplorer mais le KC-390 a subi d’importants dommages notamment au niveau de ses trains d’atterrissage et sur une partie du fuselage.  Les essais ont repris depuis et il ne devrait pas y avoir de grosse contrainte sur le programme. On attend cependant, les résultats finaux de l’enquête.

L’Embraer KC-390 :

Le KC-390 est doté d’une avionique avec double affichage tête haute, avec un système de mission complet. L’avion est également doté d’un système complet d'autoprotection. Les pilotes disposeront de commandes «fly-by-wire» avec système de contrôle de vol et des fonctions optimisées, qui assureront d’excellentes performances avec un équipage réduit. L’équipage disposera de quatre grands écrans reconfigurables et de deux manches latéraux, le KC-390 permettra des utilisations sécurisées à partir de pistes semi-préparées. 

L’avion aura une capacité de décollage d’environ 72 tonnes avec une charge maximale de 20 tonnes. D’une longueur de 33,4 mètres et d’une hauteur de 11,4 mètres l’avion dispose d’une envergure de 33,9 mètres. Doté d’une porte cargo à l’arrière, l’avion pourra être également aménagé rapidement pour le ravitaillement en vol, ainsi que pour des missions spécifiques, comme l’écoute électronique par exemple. Le KC-390 est motorisé par deux IAE V2500-A5.

3428484671.jpg

 

Photos : 1KC-390 @ Alain Chelsi  2Le cockpit @ Embraer

L’A400M qualifié pour le ravitaillement en vol !

p1726079_main.jpg

Les forces aériennes européennes ont travaillé de concert pour le qualification de l’A400m au ravitaillement en vol.

La Luftwaffe a rapporté le 25 juin qu'une A400M de la  Lufttransportgeschwader (escadrille de transport aérien) avait effectué un ravitaillement en vol d’un Boeing EF-18 « Hornet » des forces aériennes espagnoles, afin de démontrer les capacités de l'avion allemand à le faire.

L'A400M allemand a récemment volé de sa base de Wunstorf à Saragosse, d'où il a décollé le lendemain pour distribuer 14 tonnes de carburant à un total de 10 EF-18. Après une deuxième journée d'essais, la capacité de ravitaillement aérien de l'A400M allemande a été prouvée, selon la Luftwaffe.

Plus tôt en juin, la Direction Générale de l'Armement (DGA) a annoncé que son unité d'essais en vol avait mené une campagne démontrant la capacité de l'A400M de l'armée de l'air française à ravitailler les avions de combat Rafale. Cela incluait des tests simulant une défaillance du moteur et des commandes de vol de l'A400M, dans l'obscurité avec des lunettes de vision nocturne, et avec le Rafale dans diverses configurations.

L’A400M « Atlas» :

L’A400M est un avion de transport militaire polyvalent conçu par la division militaire d’Airbus (Airbus Military). Il est pour l'instant commandé à 174 exemplaires par huit pays différents, à savoir l’Allemagne (la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, le Portugal et l’Angleterre, qui ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie et l’Indonésie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés  dans le cahier des charges européen ESR (Europen Staff Requirement). Cependant, l’A400M ne peut servir pour l’instant que de plateforme de transport aérien, le ravitaillement en vol n’étant hormis celui des avions, pour l’instant pas validé pour les hélicoptères et pose plusieurs problèmes. L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années.

Photo :A400M au ravitaillment d’un Rafale @ Armée de l’air