12/12/2016

Mauvaise journée pour le F-35 !

1497184576585219910.jpg

Après la mise en garde faite à Boeing en cas de surcoûts pour le futur avion présidentiel, Donald Trump vient de s’en prendre une nouvelle fois à Lockheed-Martin et à son F-35. Cette attaque n’est pas la première, durant la campagne présidentiel, le candidat républicain avait à de nombreuses reprises critiqué le nouvel avion américain.

«Le programme F-35 et le coût sont hors de contrôle», a twitté Donald Trump ce matin.

Forte réaction à Wall Street :

Cette nouvelle déclaration du futur président américain, a fait chuté le tire de Lockheed-Martin de 4% dans les premiers échanges. Ebranlé, le groupe de défense a dû défendre en urgence son appareil furtif, estimant que les F-35 étaient des avions de «grande valeur», dotés d'une «technologie incroyable». 

Lockheed-Martin en difficulté :

Et comme si la déclaration de Donald Trump ne suffisait pas, l'arrivée en Israël des deux premiers F-35 furtif a dû être retardée en raison de mauvaises conditions météorologiques à leur base de départ en Italie. L'imprévu a contraint l'entreprise à assurer publiquement que l'avion, qui a subi plusieurs revers par le passé, n'était pas en cause, mais que ce retard était lié à un manque de visibilité sur la base aérienne italienne. Les deux avions devaient être reçus lors d’une importante cérémonie ce lundi vers 14H00 (12H00 GMT) sur la base aérienne israélienne de Nevatim (sud), en présence des plus hauts dirigeants israéliens et des représentants des grands médias internationaux.

Et comme rien ne va en ce moment pour le programme F-35, des officiers de l’Armée de l’air israélienne ont énoncé de nouvelles critiques. Pour eux, la capacité à pouvoir pénétrer les défenses aériennes iraniennes et les systèmes de missiles sol-air S-300 d'origines russes, est en soi un fait aujourd’hui, avec des avions non furtifs. De leurs engagements passés, les pilotes de guerre israéliens ont retenu qu'il vaut mieux disposer de nombreux appareils éprouvés, que d'une poignée d'appareils ultra-modernes dont la maintenance péjore les coûts.

 

CygaChBWEAAwXLp.jpg-large.jpeg

Photos : 1 Dessin de presse 2F-35 @ Lockheed-Martin 

 

 

 

Iran Air commande 80 Boeing !

4356.jpg

Seattle, Boeing a reçu une commande de la compagnie iranienne Iran Air accord pour un total de 80 avions qui comprend 50 B737-800MAX MAX, 15 B777-300ER et 15 B777-900, Ce contrat est évalué à 16,6 milliards de dollars au prix catalogue de l’avionneur.

Cet accord est basé un protocole d'entente (PE) avec Iran Air a annoncé en juin dernier, le contrat a été conclu dans les termes de la licence du gouvernement américain délivré à Boeing en septembre.

Boeing a travaillé étroitement avec le gouvernement des États-Unis tout au long du processus menant à cette vente. Cet accord soutiendra des dizaines de milliers d'emplois américains au sein de la chaîne de fabrication au Etats-Unis. Les premiers avions seront livrés en 2018.

Rappel :

En septembre, Boeing et Airbus avaient obtenu le feu vert des Etats-Unis pour vendre des avions neufs à l'Iran. Airbus et Boeing ont pu entamer des négociations commerciales avec l'Iran après l'accord sur le nucléaire de juillet 2015 avec les grandes puissances occidentales qui ont allégé l'embargo économique contre l'Iran.

 

Photo : B747-200 Iran Air, la compagnie va pouvoir moderniser sa flotte vieillissante

11/12/2016

L’Allemagne cherche un remplaçant pour ses Sea Lynx !

Super_Sea_Lynx_Mk_88A_AgustaWestland_Germany-German_air_force_640_001.jpg

L'Allemagne prépare un concours en vue du remplacement de sa flotte de 21 hélicoptères Westland « Sea Lynx » de guerre anti-sous-marine (ASW) et vise à faire une sélection d'ici la fin de 2017. L’objectif et de disposer du nouvel hélicoptère d’ici 2023.

Le processus d'acquisition du nouvel hélicoptère est en préparation à Berlin, et de devra répondre à à l’ensemble des besoins de la marine allemande. Cependant, la marge de manœuvre en terme de choix sera limitée par un budget particulièrement serré prévient Berlin.

Trois appareils participeront à l’évaluation :

Les appareils susceptibles de venir remplacer les Westland « Sea Lynx » sont l’Airbus NH90 « Sea Lion », l’AgustaWestland (Leonardo) AW159 « Wildcat » et le Sikorsky S-70B « Sea Hawk ».

L’Airbus NH90 « Sea Lion » :

marine allemande,sea lynx,aw159 wildcat,nh90 sea lion,s-70b sea hawk,sikorsky,lutte anti-sous-marines,blog défense

 

La version spéciale commandée par la marine allemande du NH90, le « Sea Lion » vient d’effectuer son premier (voir article du 9.12.16 ). Selon Airbus, il serait très facile de convertir les modèles déjà commandés par l’Allemagne en vue d’assurer la lutte anti-sous-marine ASW et ceci pour un coût moindre. La seule difficulté vient du fait que le « Sea Lion » de part sa taille ne peut pas être engagé depuis les anciennes frégates de la marine encore en service et celle-ci devrait les remplacer au plus vite.

Lancé lors du Salon international ILA Airshow de Berlin en mai 2014, le « Sea Lion » est largement similaire à la version de base du NH90 NFH de l'OTAN, mais présente des équipements de communication et de navigation spécifiques à l'Allemagne, dont un système de communications par satellite. L’avionique comprend en plus un système d'identification automatique (AIS) pour localiser, identifier et suivre les navires. L’appareil sera également de mitrailleuses latérales M3M de 12,7 mm de chaque côté, de missiles Marte MKII, de torpilles Torpille MU90. Par ailleurs le « Sea Lion » peut emporter des réservoirs de carburant internes et externes supplémentaires ainsi qu'une deuxième console de mission.

Lorsqu'il sera pleinement opérationnel, le NH90 « Sea Lion » est destiné à fournir des services de surveillance continue, de surveillance maritime, de recherche et de sauvetage (SAR), de transport pour les nouvelles régates F124 et F125 Baden-Wurttemberg, ainsi que des navires de soutien au combat de classe Berlin (Type 702) de la Marine allemande.

Leonardo AW159 Wildcat :

351475183.jpg

L’AW159 Lynx « Wildcat » est prévu pour remplacer les Lynx de première génération, ce nouvel hélicoptère multi-rôle de six tonnes, est commandé à 62 exemplaires par le ministère britannique de la Défense. Le premier a été livré à la fin de 2011.

Doté de deux turbines Rolls-Royce Honeywell CTS800 de nouvelles générations capables d’offrir 12 % de puissance supplémentaire, face aux anciens modèles. Le poste de pilotage comprend un système entièrement intégré d’affichage, utilisant quatre écrans 10x8 pouces. Les capteurs disposés dans le nez comportent une imagerie TV/IR couplé avec un désignateur laser. La version maritime dispose d’un radar Selex-ES Galileo 7400E actif sur 360 degrés. L'AW159 intègre un système d'alerte de missiles, des détecteurs d'alerte radar et un système de distribution des contre-mesures. En outre, il dispose d’une palette complète en matière d’armement soit : des mitrailleuses, torpilles, grenades sous-marines et pourra également tirer la future arme de surface a guidage autonome (FASGW).

Sikorsky S-70B « Sea Hawk » :

4222165606.jpg

La version S-70B est est la version export du MH60R, soit le dernier développement du SH60 «SeaHawk» destiné à la lutte anti-sous-marine et de bâtiments de surface. Il remplace et reprend l’ensemble des missions actuellement dévolues aux actuels SH60B et SH60F. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le MH-60R représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, le MH60R est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications. Lockheed Martin qui est responsable de l'intégration numérique de poste de pilotage de l'hélicoptère, du radar multi-mode, du sonar acoustique à longue portée et l’adjonction d’une caméra infrarouge. Le MH60R dispose également d’une architecture électronique permettant de protéger l’aéronef contre les menaces missiles. 

 

Photos : 1 Sea Lynx de la marine allemande@ Marine allemande 2 NH90 « Sea Lion »@Airbus 3 AW159 Wildcat@ Leonardo 4 S-70B « Sea Hawk » @ Sikorsky

 

 

Philippine Airlines commande des Q400 !

original.jpeg

Bombardier Avions commerciaux a annoncé avoir a finalisé une entente d’achat ferme avec Philippine Airlines, Inc., transporteur aérien porte-drapeau des Philippines, conformément à la lettre d’intention annoncée le 14 octobre 2016. L’entente d’achat prévoit une commande ferme de cinq avions Q400 et des droits d’achat sur sept autres avions Q400. Au prix courant de l’avion Q400, la commande ferme est estimée à quelque 165 millions dollars ce qui pourrait augmenter à 401 millions de dolalrs si Philippine Airlines exerçait tous ses droits d’achat. Les cinq avions Q400 en commande ferme devraient être livrés tout au long de l’année 2017.

Le réseau de soutien de la clientèle de Bombardier dans la région de l’Asie-Pacifique comprend des bureaux de soutien régionaux à Singapour, Narita (Tokyo), à Sydney, à Beijing, à Shanghai et à Mumbai, ainsi que des dépôts de pièces à Sydney, à Beijing et à Singapour.  Basée au bureau régional de l’avionneur situé à Singapour, l’équipe des ventes et du marketing de Bombardier Avions commerciaux est bien positionnée pour fournir des solutions de premier ordre au sein de l’industrie à ses clients existants et potentiels.

Le Q400 :

Conçu comme un biturbopropulseur moderne du 21e siècle, l’avion Q400 est le dernier-né de la gamme d’avions QSeries. Très performant, il offre une souplesse opérationnelle et de confort pour les passagers égale aux gros avions. Outre sa configuration standard à classe unique, l’avion Q400 est disponible en plusieurs options : intérieur biclasse offrant un confort accru aux passagers, configuration à capacité assise supplémentaire offrant jusqu’à 90 sièges pour les marchés à haute densité et configuration combi fret-passagers. En offrant une consommation de carburant de 30 % moindre que celle des avions à réaction, le Q400 réduit radicalement les émissions de carbone et accroît la rentabilité. Ses grandes hélices tournent à un plus faible rapport de tours/minute, générant plus de puissance avec moins de bruit, ce qui en fait une option conviviale pour les centres-villes.

La gamme d’avions Q400 comprend plus d’une soixantaine de clients et exploitants dans près d’une quarantaine de pays. La flotte mondiale a enregistré plus de 6,9 millions d’heures et transporté plus de 429 millions de passagers. Reconnu de longue date comme un précieux actif par les exploitants, l’avion Q400 suscite également l’intérêt croissant du secteur du crédit-bail. À ce jour, Bombardier a enregistré des commandes fermes totalisant 565 avions Q400.

Photo : Q400 aux couleurs de Philippine Airlines@ Bombardier

 

10/12/2016

Des Sea Hawk pour la marine espagnole !

3425.jpg

Le gouvernement espagnol a donné son feu vert à la marine pour l'acquisition de deux hélicoptères Sikorsky SH-60F « Sea Hawk » de transport tactique. Cet achat initial dune valeur de 42,7 millions de dollars) a été approuvé par le cabinet le 2 décembre dernier. Il s’agit d’une première étape en vue de l’acquisition d’un total de six nouveaux hélicoptères.

Ces deux premiers SH-60F viendront remplacer les vieillissants Sikorsky SH-3 « Sea King » qui ont été exploités par la marine espagnole (Armada Española) pendant un demi-siècle. La décision d'acheter le SH-60F « Sea Hawk » a été prise après plusieurs années de discussions entre la marine et Airbus sur la possibilité de commander le NH90 NFH. Malheureusement les négociations sur le prix n’ont jamais abouties.

Le Sikorsky SH-60F « Sea Hawk » :

Le SH-60F vola pour la première fois en 1987 et entra en service en 1989. Le SH-60F est assez proche du SH-60B. Ses missions sont pour l'essentiel les mêmes. Le SH-60F est conçu pour protéger avec d'autres hélicoptères une flotte entière à partir d'un bâtiment de surface. Il doit le protéger des menaces de surface dans un périmètre de 50 miles et jusqu'à 150 miles pour les menaces sous-marines. Il peut lancer et écouter les bouées acoustiques grâce à un quatrième homme d'équipage. Il traque les sous-marins grâce à son sonar actif AQS-13F (au lieu d'un MAD) et bénéficie d'un pilote automatique pour les phases de vol stationnaire. Il assure les missions de transport entre navires de la flotte.

Photo : Sikorsky SH-60F « Sea Hawk » de la marine américaine@ USN