12/12/2013

Un vaudois au Swiss Hornet Display !

1454934_572599819478350_16209335_n.jpg

 

 

Le pilote de présentation 2014 du Swiss Hornet Display est connu, il s’agit d’un vaudois, le Capitaine Julien « Teddy » Meister de l’escadrille 17 basé à Payerne. Le canton de Vaud compte sur un second pilote de présentation, en effet, le premier pilote qualifié pour les présentations sur F/A-18C/D "Hornet" était le Maj Stéphane Rapaz de 1997 à 1998 originaire de Bex.

 

Présenter un avion de combat lors de démonstrations aériennes en public reste en soi un exercice de style complexe et particulièrement exigeant. La sélection d’un pilote de « Solo Display » est particulièrement rigoureuse et celui-ci, doit encore se qualifier pour être définitivement autorisé à la présentation d’un jet.

 

Tout comme la Patrouille de Suisse, le PC-7 Team et le Super Puma Display, le Swiss Hornet Display est une carte de visite pour nos Forces aériennes en Suisse comme à l’étranger.

 

 

 photo : Julien Meister @ Swiss Hornet Display

 

 

Surprise: Air Canada choisit Boeing !

 

1054527283.jpg

MONTREAL, la compagnie canadienne Air Canada vient de choisir le B737 « MAX » de Boeing au détriment de l’A320NEO. La commande concerne un total de 109 Boeing 737 « MAX » qui doivent remplacer l’actuelle flotte d’airbus A320 en service depuis le début des années 1990.

Cette entente est estimée à 6,5 milliards et comprend les commandes fermes pour 33 appareils B737-800 « MAX »8 et de 28 appareils B737-900 « MAX » accompagnées de droits de substitution entre ces deux appareils ainsi qu'avec le B737-700 « MAX ». Elle comporte également des options sur 18 appareils ainsi que des droits pour l'achat de 30 appareils additionnels. La gamme B737 « MAX » offre trois grandes configurations de 126 et 180 sièges. Les deux premiers avions B737 « MAX » devraient être livrés en 2017, suivis de 16 autres en 2018, de 18 en 2019, de 16 en 2020 et de 9 en 2021, sous réserve de modifications, a précisé Air Canada.

La décision :

Le PDG d'Air Canada, Colin Rovinescu, a justifié le choix du Boeing B737 « MAX » par le fait qu'il devrait permettre des économies "de plus de 20% pour ce qui est de la consommation de carburant et des coûts de maintenance", ce qui devrait se traduire par une réduction d'environ 10% des charges par siège au mille parcouru par rapport à la flotte existante.

Cette décision sonne comme un coup de massue pour Airbus, Air Canada avait été à la fin des années 80 un des premiers clients pour l’A320 en l’introduisant en 1990.

 

800px-Air_Canada_A320-200_C-FXCD_(7939864870)_(2).jpg

Prochaine étape l’Embraer 190 :

La prochaine étape de modernisation d’Air Canada concerne la vingtaine d'avions régionaux Embraer E190. Deux appareils sont actuellement encore en course le CSeries de Bombardier et le tout nouveau E-190-E2 d’Embraer.

Photos : 1 B737 MAX @ Boeing 2 A320 Air Canda @ Air Canada

 

10:54 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : air canada, boeing, b737 max, airbus, a320 |  Facebook | |

11/12/2013

L’Inde retire ses plus vieux MiG-21FL !

2245252.jpg


 

NEW DEHLI, L'armée de l'air indienne vient de retirer du service la version la plus ancienne de ses MiG-21, soit le standard «FL». Quatre appareils MiG-21FL appartenant à une unité basée sur les installations de Kalaikunda dans le Bengale occidental ont effectué un dernier passage en formation en signe de remerciement.

 

Le MiG-21FL:

 

Le MiG- 21FL est entré en service au sein de l’Indian Air Force de 1966 et 1974, ils sont en dépit de leur âge ont amassé une moyenne d'environ 9’000 heures de vol par an.

En 1966 suite à une acquisition qui remonte à 1962, les premiers  MiG-21FL de production indienne sortirent des chaînes de fabrication. Le MiG-21FL a permis à l’Indian Air Force d’entrer dans l’ère des avions de combat supersoniques. Les premiers exemplaires furent mis en service dès 1963, mais en nombre encore insuffisant pour jouer un rôle déterminant lors de la seconde guerre indo-pakistanaise, menée pour le contrôle du Cachemire. En revanche, en 1971, lors du troisième conflit entre les deux pays, lequel se termina par l’indépendance du Bangladesh, les MiG-21FL, qui venaient de remplacer les «Mystère»  et «Ouragan» de Dassault Aviation, remportèrent plusieurs succès face aux Forces aériennes pakistanaises. Le MiG-21FL équipent alors pas moins de dix escadrilles, soit plus d’une centaine d’appareils. 

Le MiG-21 en Inde : 

L’Inde fut un utilisateur très important du MiG-21 avec pas moins de 872 appareils dans différentes versions et standards. Avec 482 avions et 171 pilotes perdus dans des accidents, l’Inde détient malheureusement le record de pertes avec cet avion. Intronisé il y a un peu plus de 50 ans, cet appareil a été le premier avion de combat d'origine non  occidentale à voler avec l’Indienne Air Force et aussi, son premier type d’avion supersonique. 

 

Encore en service :

 

Avec les complications sur le dossiers des négociations du Rafale, une partie de la flotte des MiG-21 indien vont rester en service jusqu’en 2025, alors que ceux-ci, devaient terminer initialement leur carrière en 2016. Il s’agit de la version MiG-21 «Bison». Le MiG-21 «Bison»a été commandé à 125 exemplaires et représente la version la plus moderne de cet avion.  Le cœur du «Bison» comprend un radar multimode Kopyo, de Phazotron et permet à l’avion d’être à 100% polyvalent et capable d’agir de façon autonome.


 

C-0754.jpg


 

Photos : MiG-21FL Indian Air Force @IAF


21:46 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : iaf, indian air force, mig-21fl |  Facebook | |

La navy australienne reçoit ses MH-60R !

 

IMG_6431RCS[1].jpg

 

 

 

OWEGO, la Royal Australian Navy a a réceptionné ses deux premiers hélicoptères Sikorsky MH-60R « SeaHawk » lors d’une cérémonie qui a eu lieu au sein des installations de l’équipementier Lockheed-Martin. La Royal Australian Navy a commandé en juin 2011 24 hélicoptères de ce type pour remplacer ses S-70.

 

 

Ce sont les services de la Defence Materiel Organisation (DMO) qui ont officiellement pris livraison des deux premiers des 24 MH- 60R « Seahawk» nom de code « Romeo » pour la navy australienne. S'exprimant lors de la cérémonie d'acceptation qui s'est tenue à l'usine de production de Lockheed Martin à Owego près de New York, le contre-amiral Tony Dalton chef de division systèmes de DMO, a déclaré « aujourd'hui une nouvelle ère commence pour la Royal Australian Navy avec ce nouvel aéronef qui ouvre de nouvelles perspectives ».

 

Le MH-60R SeaHawk « Roméo » !

 

Le MH-60R est surnommé  “Roméo” en Australie, l’appareil construit par Sikorsky  en collaboration avec Lockheed-Martin et Raytheon pour ce qui est des systèmes connexes de combat,  dispose des éléments suivants : un radar basse fréquence de surface AQS-22, d’un sonar tracté et des torpilles MK54 et des missiles AGM-114 Hellfire.

 

Issus d'une grande expérience :

 

La version MH-60R et le dernier développement du SH-60-SeaHawk destiné à la lutte anti-sous-marine et de bâtiments de surface. Il remplace et reprend l’ensemble des missions actuellement dévolues aux actuels SH-60B et SH-60F. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le MH-60R représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements durant les nombreuses opérations de ces dernières années.

 

Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes. Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, le MH-60R est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications.

 

IMG_6419RCS[1].jpg

 

Photos : Sikorsky MH-60R « SeaHawk alias Romeo destiné la Royal Australian Navy@ Sikorsky

12:09 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : australian navy, sikorsky, mh-60r seahawk |  Facebook | |

10/12/2013

Tir de missile sur cible pour le Tejas !

ob_7c8822a8fdef88e00d5abe92af31f749_tejas-source-livefist.jpg


 

GOA, en Inde, l’avionneur indien Hindustan Aeronautics vient de réussir le premier tir d’un missile, depuis un Tejas MKII. L’avion de fabrication indienne a tiré pour la première fois un missile à guidage infrarouge sur cible avec succès. 

 

Une réussite très attendue:


Le premier tir d’un missile à guidage infrarouge sur cible, en l’occurrence un R-73 «Vympel» d’origine russe, marque une avancée cruciale pour le programme d’avion de combat indigène indien Tejas. En 2007 un premier tir de validation en matière de séparation avion/missile avait été effectué. Mais depuis cette date, restait à valider un tir de vérification, avec destruction de cible.


 

Missile.jpg


 

Le missile à guidage infrarouge R-73 (code OTAN AA-11 Archer) à courte portée a été tiré sur un drone de type Lakshya, lancé depuis un navire de guerre indien. Cette réalisation marque un aboutissement très attendu dans le très long développement du programme Tejas. 

 

La prochaine étape : 

 

Le ministre indien de la Défense AK Antony a confirmé que la prochaine étape de validation, concernera le missile air-air de moyenne portée à radar actif «Derby» du missilier israélien Raphael. Le Tejas disposera, alors de ses deux armes principales pour le combat aérien. La validation permettra de passer au standard MkII, qui entrera alors effectivement en service au sein de l’Indian Air Force (IAF).

 

L’avion de combat Tejas : 


 

799076014.jpg


 

Le programme d’avion de combat léger (LCA) nommé Tejas («Glorieux» en langue sanskrit) est un programme national indien lancé en 1982, dont la mise au point aura duré 30 ans ! Les premiers appareils destinés à la Force aérienne indienne ont débuté leurs mises en service cette année avec le standard MkI, mais restent encore, au stade de préparation en vue de l’arrivée du standard MKII. Il s’agit du plus petit avion de combat polyvalent au monde. Ce programme est sous la responsabilité du constructeur indien HAL (Hindustan Aeronautic Ltd).

Les appareils de série sont dotés d’un réacteur de conception nationale, le Kaveri. En attendant, les tests ont été effectués avec un General-Electric F-404.

Le HAL Tejas est doté d’un radar multimodes à effet doppler disposant des modes : air-air, air-sol et air-mer et dispose d’une nacelle FLIR et d’un désignateur laser. Il pourrait également recevoir une liaison de données.

Une seconde version du Tejas, destinée à la Navy a vu le jour et formera l’épine dorsale de la défense navale aux côtés des MiG-29K/KUB (version navalisée du MiG-29). Au total, l’Inde prévoit de s’équiper d’un total de 260 Tejas pour l’Air Force et la Marine.


 

lca.jpg


 

Photos : 1 & 4 HAL Tejas en vol 2 Tir du R-73 3 Cockpit @ HAL/IAF

21:22 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : hal tejas, tejas lcr, iaf, indian air force |  Facebook | |