10/06/2013

Le second A400M de série a volé !

MSN8FirstFlight%20hi_res.jpg

 

 

SEVILLE, le second A400M de séries, le MSN8 destiné à l’Armée de l’Air française vient d’effectuer  son premier vol. L’avion sera livré au troisième trimestre de cette année.

 

Le premier Airbus Military A400M de série no : MSN7 sera quant à lui livré à l’aviation française dans les prochaines semaines.

 

Airbus Military s'attend à terminer quatre A400M en 2013.

 

Photo : Le l’A400M MSN8 lors de son premier vol @ Airbus Military

Les ATR ‘-600’, certifiés ETOPS & EASA !

 

 

ATR-FormationFlight.jpg

 

Le constructeur européen d’avions turbopropulseurs ATR vient d’obtenir de l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne (EASA) la certification « ETOPS 120 minutes » pour les ATR de la nouvelle série ‘-600’. Cette certification ETOPS (Extended-range Twin-engine Performance Standards) permet désormais aux ATR 42-600 et ATR 72-600 de pouvoir parcourir, en monomoteur, des distances allant jusqu’à 120 minutes de vol de tout aéroport où ils peuvent se poser. « ETOPS 120 » permet ainsi à l’avion d’assurer des liaisons directes entre des aéroports placés à des distances maximales de l’équivalent de quatre heures de vol (deux heures de distance de vol maximale depuis l’aéroport de départ plus deux heures maximales jusqu'à l’aéroport le plus proche où se poser en sécurité).

Les ATR 42 et ATR 72 sont les seuls avions turbopropulseurs régionaux à avoir cette certification pour 120 minutes, qui a une importance majeure sur des réseaux aériens, comme en Polynésie Française ou en Sibérie, où les distances entre les deux aéroports les plus proches peuvent atteindre près de 2000 kilomètres. Cette certification « ETOPS » jusqu’à  120 minutes permet d’établir des plans de vols plus directs entre les points de départ et la destination finale, avec des gains considérables sur le temps de trajet, la consommation de carburant ou encore les émissions gazeuses.

De plus, ATR vient d’obtenir de l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne (EASA) la certification pour opérer ses nouveaux ATR 42-600 et ATR 72-600 à des températures, au décollage et l’atterrissage, allant jusqu’à -45°C. Cette certification ouvre la voie aux ATR de la série ‘-600’ à pouvoir opérer sur des environnements particulièrement froids, tel que dans le grand nord Européen, Canadien, ou encore en Sibérie, aux côtés des versions antérieures d’ATR déjà certifiées par le passé.

Dans le cadre de cette démarche de certification, l’EASA a validé les nouveaux équipements et systèmes des ATR ‘-600’, -installés notamment à bord de leur nouvelle suite avionique-, qui avaient été déjà conçus par les fournisseurs d’ATR en prenant en considération leur utilisation future dans des environnements à très basses températures.

Depuis leur lancement en fin 2007, les ATR de la nouvelle série -600 se sont positionnés comme les avions régionaux de moins de 90 sièges les plus vendus au monde. A ce jour, ATR a enregistré plus de 300 commandes pour cette nouvelle famille d’avions.

 

Photo : ATR 42-600 & 72-600 @ ATR Aircraft

09/06/2013

l’US Navy lance le programme CH-53K !

137801745.jpg


 

 

 

STRATFORD, Connecticut, Sikorsky a obtenu un contrat de l’US Navy pour un montant de 435 millions de dollars pour le lancement de quatre prototypes du nouvel hélicoptère de transport tactique lourd CH-53K. Le premiers appareil devrait voler à la fin de l’année prochaine.

 

Cette commande fait suite à la livraison des deux cellules d’essai au sol (GTV) par le constructeur Sikorsky.

 

Ces quatre hélicoptères CH-53K permettront une évaluation opérationnelle de la part de l’US Marines Corps d’ici à 2019.

La Navy prévoit de commander 196 hélicoptères CH-543K qui équiperont  huit escadrons opérationnels et un neuvième qui servira à la formation.

 

Le CH-53K :

 

Bien que conçu de la même taille que les CH-53E «Super Stallion», qu’il doit remplacer à partir de 2019,  le CH-53K permettra de tripler la capacité de transport de charge externe à plus de £ 27 000 sur une distance de plus de 110 miles nautiques. Doté d’une nouvelle motorisation General-Electric GE38-1B offrant un meilleur couple  surmonté de d’un rotor de quatrième génération en composite. La cellule est également nouvelle car entièrement en matériaux composite.Encore plus puissante (ses 3 turbines délivreront environ 6000 ch chacune), ravitaillable en vol, équipée de systèmes de communications de dernière génération, le CH-53K est optimisé pour le transport par temps chaud en opérant à partir de terrains peu préparés et deviendra la référence de sa catégorie. En matière de transport, le CH-53K pourra par exemple emporter en interne une Jeep «Humvee».


 

81ee82d2-b855-4885-9f62-d41dc673ebe2.jpg


 

Photos : Images de synthèses du futurs CH-53H @ Sikorsky


07/06/2013

La Navy modernise ses E-6B «Mercury»!

147896.jpg


 

 

L'US Navy va moderniser les systèmes de communication sur son avion de commandement aéroporté E-6B «Mercury». Cette amélioration permettra en autre la mise en réseau du système avec les autres plateformes aériennes et maritimes.

 

Boeing, le constructeur du E-6B (basé sur une cellule de B707) et Rockwell Collins seront les fournisseurs pour la mise à niveau IPBE (Internet Protocol and Bandwidth Expansion). Les modifications prévoient que l'E-6B dispose d’une architecture de système entièrement numérique et d’un nouveau système de communication. Le système en réseau élargi et sécurisé permettra un flux en direct «Line-Of-Sight» de données numériques à ultra-hautes fréquences.

 

Au total se sont 12 appareils de type E-6B «Mercury» qui sont concernés par ces améliorations. L’E-6B devrait rester en service jusqu’en 2038.

 

Le Boeing E-6B «Mercury» :

 

Le E-6A, nommé «Hermes» à l'origine, entra en service le 3 août 1989, au sein de la VQ-3 "Ironmen". Il équipa également la VQ-4 "Shadows" en janvier 1991, afin de remplacer les EC-130Q de la Navy. Il fut construit à 16 exemplaires. Plus de 20 équipages sont opérationnels sur cet appareil, basé à Tinker AFB. A l'automne 1991, l'US Navy suggéra de le renommer Mercury. Il dispose en particulier du système LTWA (Long Trailing Wire Aerial), consistant en 2 antennes, l'une longue de 1’525 m et l'autre de 8’500 m. L'appareil volant en cercle peut alors entrer en communication VLF (pour Very Low Frequency, soit entre 3Khz et 30Khz. Cette gamme de fréquence à onde longue est la plus à même de pénétrer l'eau) avec les sous-marins. Une grande attention a été portée à la résistance au brouillage électromagnétique.

Le E-6B, lui, vola pour la première fois en 1997, afin de remplacer les EC-135 de l'Air Force et entra en service en octobre 1998. Les modifications concernent principalement le cockpit, plus proche du Boeing B737, la capacité de servir de relais aux silos basés à terre et de poste de commande. La fonction dite "Looking Glass", ou mission ABNCP (Airborne National Command Post), permet à l'avion en vol de prendre le relais si jamais les postes de commandement nucléaires sont détruits, grâce au système ALCS (Airborne Launch Control System). 


 

e-6b-on-ramp.jpg


 

 

Photos : E-6B «Mercury» @ US Navy


21:36 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, us navy, e-6b mercury |  Facebook | |

Italie, le dernier escadron opérationnel sur Eurofighter !

NiccoliGioia5web.jpg

 

 

Base aérienne de Gioia Del Colle en Italie, le 36e Escadron de chasse de la Force aérienne italienne est déclaré opérationnel sur sa nouvelle monture l’Eurofighter Typhoon II. Une cérémonie spéciale a célébré l’état de préparation du 36e Escadron, en présence de représentants du consortium Eurofighter et des officiels de l’aviation militaire italienne.

 

 

L’Eurofighter remplace le F-16 :

 

C’est une nouvelle page de l’histoire de la Force aérienne italienne qui vient de se tourner, avec cette transition de l’Escadron 36 sur l’avion européen Eurofighter Typhoon II, l’ensemble des unités de la Force aérienne italienne (ITAF) ont remplacé les derniers Lockheed-Martin F-16A/B encore en service. L’avion de combat européen est le seul à assurer pleinement la défense de l’espace aérien italien. En service depuis 2004 et opérationnelle au sein de  quatre escadrons, le Typhoon (Gruppi) du nord au sud de l'Italie, deux escadrons sont basés sur la base aérienne de Grosseto et deux à Gioia Del Colle. En tant que remplaçant du F-16 A/B, l’Eurofighter apportera à l'armée de l'air une meilleure efficacité des prestations.

Pour l’aviation italienne, le fait de n’avoir plus que l’Eurofighter en service pour la défense aérienne simplifiera la maintenance et la logistique. Au total, 62 avions de combat Eurofighter Typhoon II ont été livrés à l'Armée de l'Air italienne à ce jour.

 

24_e6467f7847.jpg

 

Photos : 1 le 36e Escadron ITAF 2 En vol @ ITAF

 

12:06 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : eurofighter, itaf, aviation italienne |  Facebook | |