09/07/2015

L’ATR 72 « Clean Sky » s’est envolé !

atr72_green.jpg

 

 

Le prototype d’ATR 72 a effectué aujourd'hui son premier vol dans le cadre de la campagne d'essais « Initiative technologique conjointe Clean Sky » (CS JTI). Mesure adoptée par le Parlement européen, la CS JTI encourage les projets de recherche dans le cadre de partenariats public-privé (PPP). L'objectif est de développer conjointement un large éventail de technologies au service d'un système aérien écologique, innovant et compétitif. Clean Sky se propose de révolutionner les enjeux environnementaux ACARE d'ici 2020 par rapport aux niveaux relevés en 2000 : réduire les émissions de CO2 de 50 %, abaisser les émissions de NOx de 80 % et diminuer de moitié la pollution sonore. Ce projet est le fruit d'un investissement à parts égales par l'industrie aéronautique et l'Union européenne. 

 

Acteur phare du projet depuis sa création en 2008, ATR y est associé à travers son actionnaire italien Alenia Aermacchi, lui-même coordinateur du démonstrateur technologique intégré « Avions de transport régional vert » dans le cadre de l'initiative CS JTI. Le vol d'aujourd'hui marque le premier d'une longue série. D'ici la fin de l'année, une seconde campagne de vols d'essai permettra de valider les améliorations apportées aux systèmes de distribution électrique, de dispersion d'énergie et de climatisation. Fruits de développements et d'essais conjoints, ces innovations ATR serviront l'ensemble de l'aéronautique régionale de demain.

 

Carmine Orsi, Directeur Technique d’ATR, s'est montré ravi du premier vol organisé dans le cadre du projet Clean Sky. « Les ATR jouissent d'une réputation internationale unique en matière d'émissions de gaz. L'utilisation massive de matériaux composites sur les structures principales leur permet en effet de conjuguer consommation optimale et performance structurelle. Aujourd'hui, nous repoussons nos limites en expérimentant le fruit de plusieurs années de recherche conjointe afin de participer à un avenir toujours plus vert. » Et de conclure, « En tant que constructeurs aéronautiques, nous sommes tenus de mettre au point des technologies éco-responsables, d'autant que le nombre d'appareils en circulation ne cesse d'augmenter ». 

ATR_CleanSky2.jpg

 

Photos : ATR 72-600 Clean Sky @ ATR Aircraft

08/07/2015

Nos paras remportent le 20e concours Stadtallendorf!

13-DSC_9101.jpg

 

 

Cette année encore, l’Armée suisse a été invitée au concours international des parachutistes à Stadtallendorf (D). Treize équipes issues de sept pays étaient présentes. Parmi elles figuraient deux équipes suisses provenant de la compagnie d’éclaireurs parachutistes 17. L’une s’est hissée au premier rang de la compétition, l’autre au quatrième.

 

A Stadtallendorf, des équipes venues d’Algérie, du Brésil, du Royaume-Uni, d’Inde, de Pologne et de Suisse se sont affrontées dans le cadre du 20e concours international des parachutistes organisé par la division des forces rapides de la Bundeswehr allemande. Le premier jour déjà, les Suisses ont pris la tête de la compétition en se hissant à la première place dans les épreuves de nage habillée, de cross-country et de tir. Lors de l’épreuve de saut en parachute qui a suivi, il s’agissait pour les équipes de cinq d’atterrir dans un périmètre de 100 m sur 100 aussi simultanément que possible. A la fin, cela s’est joué à quelques centièmes de seconde : avec un écart de 0,37 seconde entre l’atterrissage du premier parachutiste et celui du dernier, la deuxième équipe de l’Armée suisse a établi un nouveau record et s’est finalement assuré la quatrième place du classement général. La première équipe du régiment de parachutistes 26 de Deux-Ponts (Rhénanie-Palatinat) a terminé à la deuxième place, suivie du régiment de parachutistes 31 de Seedorf (Basse-Saxe).

 

02-_CSI0076.jpg

 

La compagnie d’éclaireurs parachutistes 17 se réjouit de cette victoire. Le premier-lieutenant Simon Dysli, chef de la délégation de la compagnie, est très satisfait de cette expérience : « La division des forces rapides nous a très bien accueillis. Parallèlement au concours, nous avons apprécié de discuter avec des parachutistes venant d’autres pays. Tout était parfait, à commencer par le temps : un ciel entièrement dégagé et des températures avoisinant les 30 degrés. »

droppedImage_26.jpg

 

Photos : 1 & 2 concours à Stadtallendorf 3 Unité Sniper des Grenadiers parachutistes 17@ DDPS

 

Challenger 300 & 350 certifiés en Colombie !

DSC_453.jpg

 

 

Bombardier a annoncé qu’elle avait reçu la certification de type de ses avions Challenger 300 et Challenger 350 de l’Unidad Administrativa Especial de Aviación Civil (UAEAC) de Colombie, l’autorité de l’aviation civile de ce pays.

 

« Notre portefeuille d’avions Challenger connaît un solide élan en Amérique latine », a déclaré Stéphane Leroy, vice-président régional des Ventes en Amérique latine de Bombardier Avions d’affaires. « La Colombie étant un marché en plein essor dans la région, nous sommes tout naturellement fiers de cette étape de certification marquante qui permettra aux exploitants de toute la région de vivre l’expérience de notre avion Challenger et nous permettre de générer un intérêt accru pour ces biréacteurs d’affaires novateurs et éprouvés. »

 

Cette nouvelle certification vient renforcer la position de chef de file des avions Challenger 300 et Challenger 350 dans la flotte grandissante des avions d’affaires de catégorie intermédiaire qui opèrent dans la région. Avec des performances accrues, une fiabilité optimale et une valeur inégalée, les avions Challenger 300 et Challenger 350 ont un brillant avenir. L’Amérique latine demeure un facteur clé de la croissance future sur le marché des avions d’affaires; en effet, dans ses prévisions de marché, Bombardier estime que 850 avions devraient être livrés dans la région d’ici 2024. Avec plus de 1 900 appareils dans la région, Bombardier est actuellement le chef de file en termes de parts de marché.  

 

Le Challenger 300 : 

 

challenger-300_123456789.jpg

 

Le biréacteur Challenger 300 offre une véritable autonomie transcontinentale et une vitesse de croisière optimale supérieure, avec de huit à dix passagers à bord. Grâce à une autonomie de 3 065 milles marins (5 646 km), il peut relier Toronto à Bogotá sans escale et ses performances supérieures sur piste lui permettent d’atterrir et de décoller facilement de pistes à 5 000 pi (1 524 m) d’altitude. Le biréacteur Challenger 300 dépasse les attentes des clients depuis son entrée en service en 2004.

 

Le  Challenger 350 

 

Bénéficiant de l’héritage légendaire du biréacteur Challenger 300, produit phare de son segment, le très fiable Challenger 350 est doté de systèmes avioniques de dernière génération. De plus, il présente la cabine la plus évoluée de son segment de marché, qui maximise l’éclairage naturel et redéfinit l’interface entre l’être humain et la machine, tout en maintenant des caractéristiques de performance devenues synonymes de la gamme d’avions Challenger. Ce biréacteur offre des performances emblématiques de sa catégorie, ainsi qu’une autonomie à pleine charge (passagers et carburant) de 3 200 milles marins (5 926 km), permettant de relier Bogotá à Montevideo sans escale.

DSC_5910.jpg

 

Photos : 1 & 3 Challenger 350 P.Kummerling 2 Challenger 300@ Kelly Whegston

 

Relance du programme Mi-14 ?

8a0c83877952f732.jpg

 

 

 

 

Moscou, la marine russe envisagerait de relancer l’assemblage de l'hélicoptère amphibie Mil Mi-14 « Haze ». Précisons d’emblée que celui-ci, n’est plus produit depuis les années 1980. L’objectif serait de renforcer la capacité de la marine russe en matière de lutte anti-sous-marine avec un aéronef éprouvé et simple d’emploi.

 

Une nouvelle version : 

 

Si la décision de relancer la production du Mi-14 « Haze » devait être confirmée, celui-ci comprendrait un certains nombre de modifications. le nouveau Mi-14 serait doté d’une nouvelle motorisation d'un équipement moderne et d’un nouveau système système de guidage qui permettrait le tir de grenades anti-sous-marine. 

 

Rappel: 

 

Fabriqué en dans les années 1960, le Mi-14 « Haze » a été conçu pour la lutte anti-sous-marine et la recherche de mines. Le Mi-14 a été conçu sur la base du Mil Mi-8 et possède donc les mêmes dimensions extérieures. Il a été fabriqué dans les usines de  Kazan.

Portant des grenades et bombes sous-marine, il est capable de détruire des sous-marins à un kilomètre à la ronde. Durant les dernières années de la guerre froide, le Mi-14 est devenu célèbre pour avoir abattu un sous-marin occidental, probablement américain, dans les eaux territoriales soviétiques.

 

 

Photo : Mil Mi-14 « Haze » de la marine polonaise @ Sergy

 

 

 

07/07/2015

Le F-22 a des défauts structurels!

Lockheed_Martin_F-22A_Raptor_JSOH.jpg

 

 

Le Lockheed-Martin F-22 « Raptor » est certes le plus récent jet de supériorité aérienne de 5ème génération au monde, mais l’avion conserve encore des défauts structurels qui doivent être corrigés.

 

Programme de mise à jour:

 

Un programme de 350 millions de dollars va donc permettre de corriger les maladies de jeunesse du F-22 « Raptor ». Ce programme concerne en particulier cinq changements structurels majeurs destinés a 163 aéronefs sur 183 en service au sein de l’US Air Force.

Plusieurs éléments de la structure du F-22 demandent des changements après avoir atteint un certains nombres d’heures de vol. Ces changements ne concerne pas forcément l’ensemble des F-22, mais une partie de ceux-ci voir schéma :

yourfile-1.jpg

 

Fiabilité et maintenance :

 

Un second programme est également de mise, au sein de l’US Air Force et concerne cette fois-ci la fiabilité et la maintenance de la flotte de F-22. Actuellement, le taux de disponibilités du « Raptor » est de 62,8%, alors que celle-ci atteignait seulement 40% en 2005. 

Pour maintenir la fiabilité et augmenté le taux de disponibilité du « Raptor », un programme de 1,7 milliards de dollars doit permettre à l’US Air Force de disposer de plus de pièce de rechange, de mettre à jour les systèmes de l'affichage multifonctions primaire du cockpit. Ce programme comprend également la mise à jour avec un nouveau système d'oxygène (OBOG) de l'avion qui été redessiné pour éviter aux pilotes d'éprouver des symptômes d’hypoxie. L’adaptation sur l’ensemble de la flotte des missiles Raytheon AIM-9X et AIM-120D AMRAAM.

 

F-22_assembling1.jpg

 

Photos : 1 Lockheed-Martin F-22 « Raptor » 2 Peinture sur l’avion @ USAF