20/08/2014

USAF, F-16D cloués au sol!

F16D.jpg

L'US Air Force vient de clouer au sol 82 avions de combat de type Lockheed-Martin F-16D biplaces, après la découverte de nombreuses fissures.

Suite à une inspection, les mécaniciens de l’USAF ont mis à jour une série de fissures sur de nombreux F-16 biplaces. Les rapports font apparaître une série de fissures au niveau de la structure des aéronefs. Les fissures ont été détectées le long de la canopée entre les sièges pilotes avant et arrière des appareils.

L’USAF a ordonné une inspection sur l’ensemble du parc des F-16D biplaces, soit un total aujourd’hui de 157 appareils. Ces mesures ont permis de déterminer que 82 appareils étaient touchés par ce problème.

La flotte de F-16D est principalement utilisée pour la formation en vue de la transition des élèves pilotes sur ce type d’appareil. En moyenne, cette flotte est aujourd’hui âgée de 24 ans, avec plus de 5’500 heures vol par appareil. Il apparaît que ces appareils arrivent progressivement aux limites d’utilisation des cellules. 

Les ingénieurs de Lockheed-Martin en collaboration avec les unités de maintenance de l’USAF travaillent à l'élaboration de procédures de réparation, afin de pouvoir maintenir en service la flotte de F-16D jusqu’à l’arrivée retardée du F-35.


general-dynamics-f-16d-fighting-falcon-86-0047-edwards-air-force-base-on-september-20-2012-brian-lockett.jpg


 

Photos : 1 F-16D USAF @ Weimann 2 F-16D@ Lockheed-Martin

21:11 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usaf, lockheed-martin, f-16d, fighting falcon |  Facebook | |

19/08/2014

Avions de combat, évaluation complémentaire !

DSC_2599.jpg

On vous l’avait dit avant la votation, un «Non» le 18 mai ne ferait que reculer l’inévitable, l'achat de nouveaux avions de combat reste à l'ordre du jour ! Je vous propose de faire le point sur la situation et la suite des évènements.

On ne modernise pas les F-5 : 

Les avions de combat Northrop F-5 E/F «Tiger II» ne seront pas modernisés, la raison est simple : on n’investit pas dans des technologies dépassées. Il faut savoir que d’un côté ses appareils devraient subir une cure complète en matière de cellule, car celles-ci sont aujourd’hui à bout de souffle et montre, depuis déjà un certain temps, des signes de fatigue avec notamment des fissures. De plus, une modernisation technique n’apporterait rien de concret, si ce n’est une fausse impression de moderne. Les deux seuls radars potentiellement capable d’être intégrés au F-5 sont le Selex ES Griffo anglais et l’Elta 1030 israélien. Hors, ces deux radars ont été conçus au début des années 90 et fonctionnent avec une antenne mécanique. A l’heure des radars à antenne électronique (AESA) ces deux systèmes sont déjà obsolètes.

Les derniers F-5 seront donc retirés progressivement du service d’ici 2016. La Patrouille Suisse volera probablement sur quatre F/A-18 «Hornet» dès 2017.

Complément d’évaluation : 

Gripen-E-mockup-at-FIA14-1.jpg


La mise en route d’une police 24/24 est actuellement en route pour 2016, mais il faudra à terme, compléter le nombre de F/A-18C/D actuellement en service et qui arrivent déjà mi-vie. Pour cela, le DDPS va mettre en place un complément d’évaluation qui concernera les trois appareils déjà testés, soit les standards offerts : le Saab JAS-39E MS21«Gripen», l’Airbus Eurofighter T-3A/B Block25/30 «Typhoon II» et le Dassault Rafale F3-R.

174206505.2.jpg


Rien ne dit que des essais auront lieu dans notre pays, ces tests se feront très certainement directement chez les avionneurs. Selon les dernières informations, les premiers appareils de nouvelle génération pourraient voler dès 2025 dans notre pays.


p09-2_785651_large.jpg


Modernisation des Forces aériennes : 


DSC_2638.jpg


La modernisation des Forces aériennes, ne s’arrêtera pas là, l’achat du nouveau drone Elbit Hermes 900 se fera d’ici 2015 et les moyens de défenses contre avions de type missile «Rapier» et canons Oerlikon 35mm à conduite radarisée «Skyguard» seront remplacés par un ou deux nouveaux types de systèmes missiles de nouvelle génération.

mif2.jpg


 

Photos : 1 Northrop F-5E «Tiger II» Patrouille Suisse à Emmen @ P.Kummerling 2 Saab Gripen E MS21 @ Saab 3 Airbus Eurofighter T3A/B bloc25/30@ Airbus 4 Rafale F3-04T @ Dassault 5 Hermes 900 à Emmen @P.Kummerling 6 Tir missile Rapier aux Hébrides en 2002 @P. Kummerling


Gripen thaïlandais déployés à Pitch Black!

yourfile-1.jpg

 

 

Darwin, Australie, pour la première fois, la Royal Thai Air Force (RTAF) a déployé ses avions de combat Saab JAS-39C/D Gripen, lors de l’exercice aérien «Pitch Black» (PB14) organisé par la Royal Australian Air Force (RAAF). 

 

Exercice «Pitch Black» : 

 

L’exercice «Pitch Black» est un exercice de guerre aérienne organisé par la Royal Australian Air Force (RAAF). L'exercice se tient dans le Nord de l'Australie, principalement au sein des bases de la RAAF de Darwin et de Tindal. Le but de l'exercice est de pratiquer   des offensives aériennes face à un dispositif aérien défensif. Deux équipes une «rouge» et une «bleue» se face. 

Les forces aériennes internationales ayant des liens de défense avec l'Australie sont invitées à cet exercice. On retrouve généralement : la Royal Malaysian Air Force, la République de Singapour Air Force; la Force aérienne royale thaïlandaise; la Royal Air Force aérienne de Nouvelle-Zélande, L’US Air Force ainsi que la Royal Thaï Air Force.

 

20140815raaf8165233_494.JPG.jpg

Une première pour les Gripen : 

 

La RTAF avait jusqu’ici envoyé ses avions de combat Lockheed-Martin F-16C/D lors des éditions précédentes de «Pitch Black». Cette année ce sont les Saab JAS-39 C/D Gripen basés à Surat Thani dans le sud de la Thaïlande qui ont eu l’honneur de participer à l’exercice.

 

Le détachement thaïlandais comprend 15 pilotes, dont seulement cinq d'entre eux ayant déjà participé à un événement «Pitch Black». «Un de nos principaux objectifs est de donner aux pilotes un large apprentissage de lutte avec le Gripen et ceci en lien avec les forces internationales dans le cadre de cet exercice», explique le Cmdt du détachement thaïlandais Watanasrimongkol. 

«Le Gripen C/D se montre favorablement supérieur à nos F-16, en terme de performance, ils sont très semblables, mais l’avionique du Gripen est très différente" dit-il. "Ce sont des avions de génération différente: le Gripen offre une bien meilleure interface homme-machine et avec le double système de liaison de données, augmente la conscience de la situation des pilotes».




 

Le six Gripen de la RTAF ont volé sans aucun soutien pétrolier durant l'exercice. Les Gripen thaï ont utilisés trois réservoirs auxiliaires pour leurs missions quotidiennes afin de pouvoir voler jusqu'à 2,5 heures au-dessus de la grande plage du sud de Darwin.


20140804raaf8540638_0002.JPG.jpg




 

 

Photos :  1 Gripen C RTAF@ Andrew McLaughlin 2 Participants à Pitch Black 2014 @ David Gibbs RAAF 3 JAS-39 C/D RTAF @David Said RAAF

13:45 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : raaf, pitch black, rtaf, gripen blog, thai gripen |  Facebook | |

18/08/2014

Surf Air, grosse commande de PC-12NG !

4b18591099c1fdeeacc113edd50cf7d9-_I5P1879.jpg

Santa Monica en Californie, la compagnie Surf Air a commandé 15 avions de type Pilatus PC-12 «Next Generation» et a pris une option sur 50 exemplaires supplémentaires. Les 65 appareils doivent être livrés au cours des cinq prochaines années. 

Surf Air prévoit d'équiper ses PC-12NG de huit sièges en classe «business». Les Californiens décrivent l'avion suisse comme polyvalent, performant et fiable. Des compliments retournés par le directeur général de la filiale Pilatus Business Aircraft, Thomas Bosshard, qui décrit Surf Air comme extrêmement innovante. La compagnie utilise déjà des Pilatus dans les régions de San Francisco, Los Angeles, Santa Barbara et Lake Tahoe. D'autres destinations, comme Monterey, San Diego ou Sacramento, devraient s'y ajouter.


fs_01.jpg


Le Pilatus PC-12 «Next Generation» : 

Le PC-12 «Next Generation» offre nombres d'améliorations significatives par rapport à son prédécesseur, il intègre une  avionique Honeywell Primus Apex qui s’intègre dans un tout nouveau cockpit conçu par BMW Group Designworks USA, doté d’une plus puissante turbine  Pratt & Whitney Canada PT6A, le PC-12 offre une plus grande rentabilité pour ses opérateurs, ainsi, qu’une plus grande fiabilité pour répondre à des besoins de transport dans une économie toujours plus exigeante. Les PC-12 équipent non seulement de nombreuses sociétés de transport d’affaires, mais également les «Flying Doctors of Australia» et plusieurs sociétés d’ambulance notamment au Canada, les «Smokejumper» (pompiers volants) aux USA, ainsi que diverse Forces de police et récemment la Force aérienne Finlandaise.


e12348c11d87a790354eaa389fe86023-Swagger Cabin Horizontal.jpg


 

Photos : 1 PC-12NG 2 cockpit 3 Intérieur @ Pilatus 


17/08/2014

L’Arabie Saoudite veut moderniser ses AWACS!

e3aRSAF.jpg

 

L’Arabie Saoudite  prévoit de moderniser ses avions d'alerte et de contrôle aéroporté (AWACS). L'Agence de sécurité de coopération américain à la Défense (DSCA) a notifié au Congrès son approbation pour la vente de matériels en ce sens  pour un montant de 2 milliards de dollars.

 

La modernisation concerne 5 aéronefs de type Boeing E-3A «Sentry» de la Royal Saudi Air Force. L'Arabie saoudite prévoit de moderniser ses AWACS au standard blocs 40/45. Ceux-ci disposeront d’un nouveau système de missions informatiques, d’un nouveau système d’identification ami-ennemi (IFF).  De plus, les appareils recevront de nouveaux appareils de communications.

 

 

 L’E-3A  «Sentry» : 

 

Le E-3A, la version initiale, fut testée à partir d'octobre 1975 par l'USAF. 34 exemplaires furent commandés par l'USAF, dont 24 en tant qu'E-3A, 9 en tant qu'E-3C, le dernier à la disposition de Boeing. Il entra en service en mars 1977, au sein du 552 Airborne Warning and Control Wing, basé à Tinker AFB, Oklahoma. Il fut dérivé en sous-variante KE-3A, qui sert au ravitaillement en vol et de transport. Il est destiné à l'Arabie Saoudite, qui en a commandé 8 exemplaires. Il est dépourvu de radar de veille aérienne. L'antenne du radar, installée dans un radôme non pressurisé de 30 feet (9,14 m), tourne à 6 tours-minutes en fonctionnement. L'APY-1 dispose de 7 modes : PDNES (Pulse Doppler Non-Elevating Scan), le mode de base sur 2 dimensions, PDES (Pulse Doppler Elevating Scan), qui fonctionne en 3 dimensions mais sur une portée réduite, BTH (Beyond The Horizon), qui sans utiliser l'effet Doppler, permet de répérer les avions à très haute altitude ou à la limite de la portée maximale, "Maritime" pour les navires, des combinaisons PDES+BTH et PDNES+MARITIME, et enfin un mode passif. L'appareil peut détecter des avions dans un rayon de 200 miles, sur 360°. Les opérateurs, au nombre de 13, disposent de 9 consoles de contrôle et d'un système de traitement des données radar IBM 4PICC-1. Il géra aussi la fonction dite C2, pour commandement-et-contrôle, et maintenant la fonction C3 (command, control and communications). Il dispose, outre d’une antenne radar IFF AN/APX-103 et d'une antenne TADIL0C (Data-link fighter-control). 

 

L'Arabie Saoudite a acheté 5 E-3A en 1983 avec ses KE-3A, qui servent au sein du 18e squadron.

 

 

Photo : E-3A «Sentry» Royal Saudi Air Force@ RSAF