28/10/2013

C295 de lutte incendie !

 

10_22_2013_2.jpg

 

SEVILLE, Airbus Military continue de diversifier son offre avec le C295, avec une nouvelle version déclinée en avion de lutte incendie.

 

Airbus Military vient de débuter des essais en vol avec un C295 configuré en bombardier d’eau. L’avion test est ainsi équipé d’un équipement interne anti-incendie qui comprend une citerne à eau et d’un équipement permettant le largage de l'eau via la rampe arrière.

 

Ces essais vont dans la continuité du constructeur à offrir sur le marché des versions du C295 susceptibles de répondre à diverses tâches spéciales, comme une version  en mode patrouilleur maritime ou la détection avancée.

 

Rappel :

 Le CASA C-295 est un avion cargo tactique militaire développé en Espagne par Airbus Military. Il s'agit d'une évolution du CN-235.

Fin 1996, l’état-major de l’Armée de l’air espagnole émit la fiche-programme FATAM (acronyme de « futur avion de transport moyen »), le but étant d’obtenir un avion de transport intermédiaire entre le CN-235 devant remplacer les C-212Aviocar en fin de carrière. La capacité d’emport du CN-235 devait être accrue de 50 % pour des performances identiques et l’appareil devait pouvoir opérer de pistes non préparées.

Pour répondre à un coût faible et dans les délais requis, CASA imagina de modifier le modèle 235 en ajoutant une section de fuselage de 1,50 m de long de chaque côté de la voilure et renforçant la section centrale de l’aile, qui recevait trois points pour charges externes de chaque côté. Le train d’atterrissage était également renforcé, avec adoption d’un diabolo avant, une nouvelle avionique développée avec Sextant. Enfin la motorisation était revue, les turbopropulseurs PW127G entraînant des hélices à six pales Hamilton Standard 568F-5. Avec une cabine offrant un volume utile de 12,69 × 2,70 × 1,90 m (57 m3) ce cargo tactique offre une charge utile de 7 050 kg (9 250 kg en surcharge) et peut transporter 71 hommes assis ou 48 parachutistes équipés, 24 civières et quatre médecins ou infirmiers, cinq palettes 88 × 108 ou trois véhicules légers.

 

 

800px-CASA_C-295_of_Polish_Air_Force,_Radom_AirShow_2005,_Poland.jpg

Photos : 1 C295 de lutte incendie 2 C295 de l’Armée polonaise @ Airbus Military

 

27/10/2013

Premier vol du drone Taranis !

727870-taranis.jpg


 

Le démonstrateur du drone Taranis de BAe Systems vient d’effectuer son premier vol, selon les informations transmises par le Ministère de la Défense britannique (MoD).

 

Le drone Taranis : 

 

 

Raven_01.jpg

Le projet "Taranis" mis au point par  BAe Systems concerne un drone de combat (ou UCAV, Unmanned Combat Aerial Vehicle) d’origine britannique. Son nom fait référence au dieu du tonnerre  «Taranis» de la mythologie celtique. L’objectif est de démontrer la capacité du drone a choisir, puis frapper automatiquement une cible.

Premier  vol : 

 

Ce premier vol a eu lieu sur le site de Woomera qui appartient à la Royal Australian Air Force en Australie du Sud. Peu d’information ont filtré de ce premier vol.

Le Taranis n'est vraisemblablement pas destiné à la production, mais comme véhicule démonstrateur de technologique (TDV). Pour le ministère de la Défense ce système fournira des données expérimentales sur les capacités potentielles en contribuant à éclairer les décisions sur la composition des  futures systèmes pilotés sans pilote qui équiperont la RAF. Le coût total du projet Taranis est GBP180 millions ( USD291.3 millions).

 

Rappel : 

 

Le Royaume-Uni envisage l’acquisition d’un drone de combat dans le cadre d’une capacité de frappe en profondeur et qui fonctionnerait en parallèle avec les appareils comme l’Eurofighter au standard F3. 


 

taranis-1_2450127b.jpg


 

Photos : 1 Drone BAe Taranis 2 Au décollage 3 Préparation @ BAe Systems


20:25 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bae systems, drone, drone taranis, raf |  Facebook | |

TUI Travel Belgium prépare l’arrivée du B787 !

Jetairfly_B787_Dreamliner_1_1280.jpg


 

TUI Travel Belgium, la société mère des tour-opérateurs Jetair et Sunjets.be, de la compagnie aérienne Jetairfly et de la société de maintenance des avions Tec4Jets, a inauguré en semaine le nouveau complexe d'affaires Jetairport. Cette centralisation des personnes et des services bénéficiera au voyageur belge et renforcera encore la position du plus grand groupe touristique de pays et prépare également le développement de la flotte avec comme objectif l’arrivée prochaine du Boeing B787 «Dreamliner».

 

Un seul site : 

Six sites d'entreprises sont désormais réunis en un seul. Près de la moitié des 1’725 employés travaillent maintenant sous un même toit.

La construction du Jetairport, à côté du terminal de l'aéroport et à proximité du tarmac de Brussels Airport, fût une prouesse architecturale et représente un investissement de 30 millions d’euros.

 

Lundi dernier, les premiers des 800 collaborateurs ont fait leur entrée au Jetairport. Ils seront suivis dans les prochaines semaines par les autres collègues. Jusqu’à aujourd’hui, ils étaient actifs dans 6 endroits répartis dans un rayon de 30 km autour de Zaventem et de Malines.

Le tour-opérateur Jetair, section "Spécialistes" à Malines (destinations lointaines et VTB Reizen). Le tour-opérateur Sunjets.be, aujourd'hui actif depuis le centre de Bruxelles. Les services centraux de la chaine d’agences de voyages Jetaircenter établis à Malines.  L'air broker Sirius qui négocie le prix des vols et les commercialise en B2B et B2C (auparavant à Malines).  La compagnie aérienne Jetairfly et ses services centraux, actuellement situés à Zaventem.

Tec4Jets, l’entreprise de maintenance des avions siégeant actuellement dans 2 hangars à Brussels Airport. TUIfly Academy Brussels, qui forme les pilotes à Zaventem.

Les services centraux du groupe touristique se trouvent à présent sur 2 sites : à Zaventem (Jetairport) et à Ostende (JetCenter). Il y a aussi un réseau d’agences de voyages locales réparties dans le pays.

 

Le choix de Brussels Airport était aussi évident pour le lien entre les activités aériennes de Jetairfly et sa base principale à l’aéroport. L’accessibilité des transports publics, projet ferroviaire Diabolo a joué un rôle déterminant dans cette décision.

Le concept de combinaison des bureaux avec les ateliers d’entretien des avions de Tec4Jets est frappant. Le bâtiment peut abriter 3 avions, qui pourront être entreposés et préparés simultanément. Des appareils long-courriers pourront aussi y entrer, dont le tout nouveau Boeing B787 "Dreamliner" que Jetairfly accueillera dans quelques semaines. Elle sera la seule compagnie aérienne belge à intégrer cet avion dans sa flotte.

 

D73Q0533_TUI _Goldcare_ Competence Ctr_(8).jpg

26/10/2013

Mise à jour des Eurofighter autrichiens !

austrian-eurofighter-typhoon_b1.jpg


 

ZELTWEG, l’Autriche vient de mettre à jour les systèmes informatiques de ses avions de combat Eurofighter «Typhoon II». Le programme comprenait un nouveau logiciel de systèmes, l'installation d'un équipement moderne avec des niveaux de capacité de rendement plus élevées et un certain nombre d'améliorations et de mises en œuvre en coopération avec les fournisseurs. Cette modernisation permettra une amélioration limitée de l’avion.

 

L’Autriche exploite 15 Eurofighter «Typhoon II» au standard F1 soit le niveau le plus bas de l’avion. Ce standard ne permet que l’interception à courte et moyenne portée, ainsi que l’engagement avec des bombes en chute libre. 

 

Rappel : 

 

L’Eurofighter n’était pas l’avion de combat qu’auraient souhaité les forces aériennes autrichiennes, lesquels voulaient en premier choix le F/A-18C/D américain au début des années 1990 en collaboration avec la Suisse. Puis, suite a de nombreux retards et la violation de l’espace aérien de la part de l’aviation serbe, une nouvelle évaluation avait mis en avant le JAS-39 C/D Gripen du constructeur suédois SAAB. Sous la pression du Chancelier  allemand de l’époque Gerhart Schroder, l’Autriche acheta des Eurofighter F1 dont l’Allemagne tentait de se séparer.

L’Autriche se retrouve aujourd’hui dans une configuration complexe avec un standard de l’Eurofighter très insuffisant et en trop petit nombre pour assurer une surveillance digne de ce nom.

Photo : Eurofighter F1 autrichien @ Force aérienne autrichienne


Quatrième C-17 pour l’IAF !

SEF13-09176-055.jpg


LONG BEACH, Californie, Boeing vient de livrer le quatrième C-17 «Globemaster III» à l’Indian Air Force (IAF). Un cinquième avion sera encore livré avant la fin de l’année.

Depuis son premier vol en 1991, le C-17 a accumulé plus de 2,6 millions d'heures de vol en transport aérien de troupes et cargo, livrer des fournitures humanitaires par largage de précision, et la réalisation missions sanitaires de sauvetage. 

L’avion à l’origine dessiné par MC-Donnell-Douglas (avant son rachat par Boeing) dispose d’un train d’atterrissage composé de quatorze roues, son fuselage fait appel à bon nombre de matériaux composite et pour permettre une utilisation facilitée et ceci malgré sa taille, le pilote dispose d’une assistance numérique qui facilite tant le pilotage que son déplacement au sol.

L’avion est optimisé pour des missions à la fois tactiques et stratégiques. Sa soute est d’une longueur de 26.52 m et large de 5,49 m. La hauteur est de 4,11 m. Dotée de rails au sol la manutention en est grandement facilitée. En matière de transport de véhicule, le C-17 peut emporter par exemple un char d’assaut de 55 tonnes ou quatre hélicoptères UH-60 Black-Hawk, par exemple.

Boeing a livré 258 C-17, dont 223 à l'US Air Force et un total de 35 pour l'Australie, le Canada, l'Inde, le Qatar, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et l'initiative de capacité de transport aérien stratégique de 12 membres de l'OTAN et du Partenariat pour les nations de la paix.

 

Photo : le quatrième C-17 pour l’IAF @ Boeing

12:37 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : boeing, c-17 globemaster, iaf |  Facebook | |