31/12/2017

L'US Army modernisation ses RC-12 « Guardrail » !

234.jpg

L’armée américaine a signé un contrat avec Northrop Grumman Corporation de 750 millions de dollars de dollars pour moderniser le système électronique de la flotte d’avion RC-12 « Guardrail ». Le contrat de base est d’une année avec huit années d'option, jusqu'en 2027. Le travail exigera des services de haut niveau pour l’appui des 75 aéronefs en service.

Les travaux doivent permettre d’augmenter le cycle de vie de la flotte de l'avion destinées aux missions électronique (SEMA). Cette flotte de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR). Northrop Grumman travaillera sur l’amélioration du système de surveillance et de reconnaissance. Un nouveau poste de pilotage doté d’écrans multifonction sera installé ainsi que d'importantes améliorations matérielles et logicielles.

Les responsabilités de Northrop Grumman incluront la gestion du programme, l'ingénierie et la modification des systèmes, la gestion de la chaîne d'approvisionnement, ainsi que les modifications aux aéronefs et les mises à niveau.

Le Beechcraft RC-12 « Guardrail » :

Le Beechcraft RC-12 « Guardrail » est une plate-forme de collecte de renseignement en matière de communication aéroportée (SIGINT) basée sur une cellule d’avion Beechcraft King Air. La plate-forme « Guardrail » fourni des informations critiques et des informations sur les cibles ennemies.

 

Photo : RC-12 « Guardrail » @ US Army

30/12/2017

Inde, fin de carrière pour le MiG-27ML !

32.jpg

L’Indian Air Force (IAF) vient de se séparer de sa flotte d’avions de combat MiG-27ML « Bahadur » (Vaillant). L’avion a effectué sa dernière mission le 28 décembre 2017, depuis la base aérienne de Hasimara au Bengale.

Le MiG-27ML au sein de l’IAF :

Le MiG-27 ML, nom de code « Bahadur » en Inde, a connu un parcours de plus de trois décennies de service à la nation, a déclaré le porte-parole de l’IAF dans un communiqué. Les pilotes indiens ont particulièrement appréciés la précision de l'armement et la puissance de la motorisation permettant une accélération rapide de l'avion. Avec son avionique sophistiquée pour l’époque et ses ordinateurs d'armes, il était capable de fournir une variété de charges dans différents modes d'attaque avec une immense précision.

Le MiG-27ML est une plateforme d'armes très stable avec une bonne visibilité vers l'avant, elle peut larguer des bombes, des roquettes, des munitions de précision guidées par TV / laser et également tirer des missiles air-air pour une autodéfense qui en fait une arme meurtrière. Le MiG-27 ML avait fait ses preuves dans diverses opérations, y compris à Kargil et a reçu de nombreuses récompenses lors de nombreux exercices internationaux organisés en Inde.

C’est au milieu des années 1980 que l’Inde signa un contrat pour produire sous licence le MiG-27M. Au total, se sont 50 exemplaires qui ont été assemblés localement à partir des pièces fournis par les soviétiques, et les autres entièrement construits en Inde. Le premier avion assemblé par Hindustan Aeronautics (HAL) fit son vol inaugural le 11 janvier 1986 et fut suivi par 164 exemplaires appelés localement « Bahadur » (Vaillant" et désignés MiG-27ML.

Au début des années 2000, les MiG-27ML indiens subirent un programme de remise à niveau pour prolonger leur durée de vie, concernant une première tranche de 40 avions avec une provision pour une centaine de plus. L'avionique fut sérieusement modifiée à cette occasion, en particulier par l'ajout d'un GPS, d'un nouveau viseur tête haute et d'écrans couleurs multifonctions. Le premier MiG-27ML modifié fit son vol inaugural le 25 mars 2004 et les livraisons commencèrent en 2006.

0864716.jpg

Le MiG-27 « Flogger » :

Le Mikoyan-Gourevitch MiG-27 « Flogger » est un avion d’attaque au sol russe dérivé du chasseur MiG-23 « Flogger ».Au début de 1970 Mikoyan-Gourevitch avait réalisé une version du MiG-23 spécialisée dans des missions d'attaque au sol : le MiG-23BN (Flogger H). Une nouvelle version améliorée fut réalisée recevant initialement la désignation MiG-23BM mais finalement renommée MiG-27 (Flogger D).

Les modifications par rapport au MiG-23BN étaient les suivantes : une nouvelles entrées d'air plus simples, réduisant la vitesse maximale à mach 1,7, un train d'atterrissage et pylônes d'armement renforcées pour permettre d'emporter jusqu'à 4 000 kg de charge. Le remplacement du canon de 23 mm par un canon de 30 mm à 6 tubes pouvant tirer à une cadence de 5000 coups par minute et l’amélioration de l'avionique avec en particulier un nouveau système de navigation et d'attaque plus précis. Le premier MiG-27 fit son vol inaugural le 17 novembre 1972  et l'avion fut mis en service dans l’armée d el’air soviétique en 1975.

435.jpg

Photos : 1 MiG-27ML @Bharat Rakshak 2 Cockpit @ Poumir Baradawan 3 MiG-27MK en vol @ Angad Singh

Le biokérosène diminue les traînées !

media_699_356472_w1200_fit_wm.jpg

Les biocarburants pour l’aviation offrent plus qu'une alternative aux hydrocarbures, ils réduisent également les émissions de particules des moteurs à réaction de 70%. Cette constatation a été faite par une équipe de chercheur dirigé par la NASA.

En collaboration avec le Centre aérospatial allemand (DLR) et le Conseil national de recherches du Canada (CNRC), la NASA a analysé les données sur les effets des carburants de remplacement sur plusieurs phénomènes, y compris la formation de traînées. Le fameux « Contrails » et les nuages ​​de type cirrus qu'ils aident à créer, sont considérés comme un facteur influençant l'environnement. L'un des principaux moteurs de la formation de traînées de condensation est les émissions de suie.

Les essais ont été effectués à l’aide de trois avions derrière un banc d'essai de type DC-8 de la NASA, brûlant un mélange 50/50 de carburant aviation et une alternative faite à partir d'huile végétale de caméline. Les avions de collecte de données, un Dassault Falcon 20, un Canadair CT-133 et Dassault Falcon 20G de la NASA ont analysé les échantillonnant des particules de glace et surveillé la formation de traînées formées par le DC-8.

Parmi les résultats: les biocarburants émettent moins de suie, ce qui entraîne une réduction de 50 à 70% des émissions de particules. De plus, les particules rejetées par les réacteurs combinées à l’air compressé produisent 40% de traînée en moins qu’avec un kérosène fossile.

«C'était la première fois que nous quantifions la quantité de particules de suie émises par les moteurs à réaction tout en brûlant un mélange 50/50 de biocarburant en vol», a déclaré Rich Moore, scientifique adjoint du projet au sein de la NASA et auteur principal d'un rapport sur les essais publiés dans la revue Nature.

 

contrails.png

Photo : Traînées produite à l’arrière d’un B747@ JPC Van Heijst

29/12/2017

Double commande pour Airbus !

cover-r4x3w1000-57dfc682788f4-decollage-de-l-airbus-a320neo.jpg

L’avionneur européen a annoncé a voir reçu deux commandes pour un total de 100 avions de la famille A320neo.

La première provient de la société de leasing Aerocap NV («AerCap») qui a augmenté son portefeuille A320neo après avoir signé un accord ferme d'achat de 50 avions supplémentaires. Cette transaction porte les commandes fermes d'AerCap pour les avions de la famille A320neo à un total de 270, détenues et en commande.

La seconde concerne une autre société de leasing, soit CALC (China Aircraft Leasing Group Holdings Limited), fournisseur de solutions complètes pour les compagnies aériennes mondiales, qui a signé une commande ferme de 50 avions de la famille A320neo. Cette dernière commande incrémentielle porte le carnet de commandes total de CALC à environ 200 avions monocouloirs d’Airbus.

La famille A320neo intègre les technologies les plus récentes, notamment les moteurs de nouvelle génération et les « Sharklets », qui assurent ensemble au moins 15% d'économies de carburant et 20% d'ici 2020. Avec plus de 5’800 commandes reçues de 98 clients, la famille A320neo a capturé près de 60% part du marché.

 

Photo : A320neo@ Airbus

28/12/2017

Un rapport anglais critique le programme F-35 !

24832326655_f217e28616_b.jpg

Après le Danemark en novembre dernier, c’est au tour du Royaume-Uni de s’interroger sur le programme de l’avion de combat Lockheed-Martin F-35 et de son acquisition par le pays.

Le Comité de défense de la Chambre des communes (HCDC) a mené une enquête sur l'acquisition par le Royaume-Uni des chasseurs furtifs Lockheed-Martin F-35B « Lightning II ». Cet organe de surveillance du Parlement britannique a publié un rapport détaillé et critique. D’une part il s'est dit déçu par les réponses obtenues lors des témoignages écrits et oraux de l’avionneur Lockheed-Martin et des responsables du ministère de la Défense britannique (MoD). Le rapport a été publié quelques jours avant que le 14e F-35B destiné au Royaume-Uni soit livré en Caroline du Sud, où le premier escadron britannique travaille sur le nouvel avion.

Défaillances à répétition et surcoûts :

L'enquête du HCDC a été motivée par de sérieuses défaillances du programme et des augmentations de coûts. En effet, du côté anglais, on a commencé à s’inquiéter des révélations signalées aux Etats-Unis par les récents rapports du Directeur des tests opérationnels et de l'évaluation (DOT & E) et du Government Accountability Office (GAO).

Selon ce rapport, le HCDC a déclaré que dans l'ensemble, ses préoccupations "n'ont pas été atténuées" par Lockheed-Martin et le ministère de la Défense. Le comité a déclaré que "l'incapacité du MoD à fournir des estimations de coûts adéquates pour ses achats de F-35 ... est totalement insatisfaisante."

Par ailleurs, le rapport révèle que le F-35B ne pourra pas communiquer avec en terme de liaison de données avec les futurs bâtiments de la Navy ni avec les Eurofighter « Typhoon II ». De fait, le

ministère de la Défense va devoir financer un programme permettant au F-35 de transmettre des informations de son Advanced DataLink (MADL) multifonctionnel sécurisé en direction des « Typhoon » , et aux bâtiments de surface.

Cyberguerre et ALIS :

Le rapport confirme également les craintes déjà mentionnées par les Israéliens en ce qui concerne les risques de pouvoir « hacker » le système de maintenance ALIS  (Autonomic Logistics information System) centralisé aux Etats-Unis.

Cependant, le rapport du comité concède que «les assurances concernant le niveau rigoureux de cyber-tests du logiciel ALIS du F-35 sont les bienvenues, tout comme l'assurance que le Royaume-Uni aura une utilisation complète et sans entrave. Mais le rapport demande à Lockheed-Martin de clarifier le niveau de protection en place pour les données techniques recueillies par ALIS par rapport à la flotte de F-35 du Royaume-Uni, y compris, si ces données relèvent de la licence de droits illimitées du gouvernement des États-Unis.

Limitation de la flotte :

Le Royaume-Uni recevra trois autres F-35B à Beaufort l'année prochaine, et un de plus, son 18ème au total au début de l’année 2019. Certains de ces avions voleront au Royaume-Uni l'été prochain.

Par ailleurs le Royaume-Uni conserve trois F-35B d'essai et d'évaluation à Edwards AFB, durant les trois prochaines années.

À ce jour, le Royaume-Uni n'a acheté que 18 F-35B. Cependant, en janvier 2017, le ministère de la Défense a prévu 30 autres avions qui doivent normalement être livré entre 2020 et 2025. La provision était de 3 milliards de livres, soutien initial compris, soit près de 134 millions de dollars par avion au taux de change actuel. Les 18 premiers avions pour le Royaume-Uni semblent avoir coûtés plus de 150 millions de livres sterling (200 millions de dollars) chacun.

Initialement le Royaume-Unis prévoyait d’acquérir 138 F-35. Mais, Il semble aujourd’hui que cela soit improbable. Le mois prochain, le ministère de la Défense devrait révéler une nouvelle série de réductions de personnel et d'équipement, 26 mois seulement après qu'un examen stratégique de la défense et de la sécurité (SDSR) ait établi un budget qui devait durer cinq ans au départ.

De fait, le Royaume-Uni pourrait économiser à la fois sur les coûts d'acquisition et d'exploitation en achetant des versions conventionnelles du F-35A. Cela a longtemps été le désir de la Royal Air Force, en raison de la plus grande portée et la charge d'armes du F-35A par rapport au F-35B. Lockheed Martin a promis de réduire le coût récurrent de l'unité (URFC) du F-35A à environ 80 millions de dollars. De l’autre, les réductions de budget devraient également réduire le nombre de F-35 qui seront au final achetés par le Royaume-Unis.

 

bk2_ff.jpg

Photos : F-35B aux couleurs de la RAF @ MOD.UK